Commémoration

Commémoration

La commémoration, en la cathédrale d’Amiens, du centenaire de la bataille qui acheva de renverser la situation en faveur de la survie de notre pays, a vu se déplacer Mme May, le Prince William, des personnalités de tout le Commonwealth, mais pas Macron (natif d’Amiens…), qui était « en vacances » ; il a fallu y envoyer en catastrophe la très pâle ministre des Armées pour limiter la casse. Une honte, la démonstration, s’il était nécessaire, du cas que fait notre « Président » du pays et de son histoire, mais aussi du rôle qui est le sien. Cette désinvolture, pourrait-on penser, ne lui coûtera rien : nos compatriotes sont aussi décervelés, déculturés, et fatigués par avance de tout ce qui n’est pas leur présent factice, et sans doute même plus, que lui-même ne l’est. Gare toutefois : Jupitérion est en train de dégringoler, et pourrait bien finir son mandat sur les genoux, pour être zappé à son tour. Il n’en n’aura pas moins fait tout le mal qu’il pouvait, activement ou surtout passivement, alors que le temps nous est plus que compté ; et il se trouvera bien un autre guignol pour rafler la mise après lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.