Démocrature

Démocrature

Pour avoir l’occasion de jeter une oreille de ci de-là sur Rance-Culture (c’est plus fort que moi ; que ce soit quelques minutes du journal d’ARTE, ou du magazine 28 mn, ou du JT2, etc. : je ne résiste pas à l’attrait d’une petite plongée dans ce bouillon d’inculture quand je suis de belle humeur, ou que je n’ai rien d’autre à faire — ce qui ne dure jamais bien longtemps). L’évolution de ces derniers temps est stupéfiante. Ce n’est pas uniquement que seule l’avant-garde des autorisés de parole, du politiquement correct, de la bienpensance, et des partisans du « progrès » unilatéral s’y expriment sans la moindre contradiction sérieuse, et pour délirer de concert à tue-tête, c’est qu’ils finissent par croire que le monde est déjà ce qu’il disent, et qu’il devient à vue de logorrhée ce qu’ils entendent encore et toujours pousser plus avant, jusqu’à la dinguerie. Ce n’est plus seulement de la propagande éhontée, de l’entre-soi, de la divagation sophistique, etc. Cela tourne à l’auto-bavardage sans fin et à l’onanisme intellectuel (si l’on peut dire !) à plusieurs, en mode addict effréné. C’est comique, en fait, si rapidement insupportable. En même temps, cela permet au scientifique de soutirer à chaque fois une carotte chimiquement pure d’idéologie courante, ce courant que seuls « les poissons morts suivent ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.