Écologie humaine

Écologie humaine

« Conclusion : la transition écologique, finalement, c’est de vivre en ville. » (Bd Voltaire)

Pas faux…
Encore faudrait-il vraiment « vivre à la campagne », et non pas en « milieu rurbain » — ce que sont devenus la plus grande partie des territoires ruraux — dans l’attente d’être à leur tour, à l’exception de quelques « réserves », pris dans le devenir-banlieue généralisé.

Pour avoir croisé hier des VTTistes et autres promeneurs harnachés de pied en cap avec leurs ridicules bâtonnets de ski — tous plus touristes décathlonisés les uns que les autres — à l’occasion d’une petite battue, j’ai regretté qu’ils ne se défoulassent plutôt avec leurs collègues de la ville, sur du bitume bien encadré par des cages à lapins. Indice du niveau de gel des neurones de ces fashion victims de tout poil : voyant des chasseurs, ils se renfrognent et sont prêts à l’agressivité ou à la revendication quant à leur sécurité (le climat devient vraiment très pressant pour les Nemrod aujourd’hui : ils ne peuvent ignorer qu’ils sont dans le collimateur, voire qu’ils sont en passe de servir de bouc émissaire à une société hystérique et schizoïde en mal de vengeance sur tout ce qui bouge autrement qu’elle) ; voyant des arcs, cela passe au second plan, et ils deviennent curieux et plus aimables. Non pas que l’arc leur fasse tellement moins peur, mais qu’une image en chasse, si j’ose dire, une autre ; avec le réflexe pavlovien qui va de pair. Du coup nous ne sommes plus tout à fait d’abominables tueurs de Bambi. Traqueur cette fois-ci (en poussée silencieuse), je suis tombé, en pleine forêt, sur le squelette parfaitement nettoyé d’un chevreuil avec un beau trophée (6 pointes). Il avait crevé là. Dira-t-on jamais à nos sensibles qu’une mort « naturelle » est rarissimement, pour un animal, celle qu’on se souhaite volontiers, genre arrêt du cœur pendant son sommeil, et cela de vraiment très loin (on évitera de préciser pour les âmes fragiles et les amateurs de protéines sous cellophane). Et qu’une mort rapide, voire immédiate, en pleine course de la vie, dans l’exercice même de celle-ci, a une toute autre allure et signification… Pourtant ces gens-là penchent pour l’euthanasie, comme ils penchent pour tout ce qu’on a décidé de leur refourguer pour les annihiler, les achever.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.