Afficher le sujet - Réconciliation

Réconciliation

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Avatar de l’utilisateur
Messages: 3132

Re: Réconciliation

26 Octobre 2018, 10:14 Message

Elle me semble parler vrai, cette femme que je ne connais pas.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17724

Re: Réconciliation

30 Octobre 2018, 10:47 Message

"Tout est mal qui finit mal" commentait Adorno au sujet de la sixième de Mahler. « La seule Sixième, malgré la Pastorale » disait Berg. "Boursoufllure", autrement dit le "trop de notes" en version terminale, disait la critique de l'époque. On la comprend ; à part Berg, sans doute aveuglé par l'admiration et l'affection, tout cela est un peu vrai, et cette symphonie, sombre, véhémente, sans guère de concession, si elle comporte des moments magnifiques et emporte finalement par sa puissance, ne convainc pas totalement, en effet à certains égards par sa démesure sinon son enflure, sa pesante insistance sinon sa sincérité.

Teodor Currentzis, chef gréco-russe assez radical, aux fortunes diverses (opéras de Mozart discutables, à dire le moins, mais magnifique Pathétique, par exemple), qui bidouille un peu les potards (potentiomètres) — il n'est pas le seul, et de longue date, cela dit — et qui se retire au fin fond de l'Oural pour enregistrer avec son orchestre, nous livre ces jours-ci une sixième d'anthologie. Virulente, agressive parfois (mais c'est juste, en l'occurrence), testostéronée en diable, implacable — une sorte de Kondrachine moderne — et qui file droit au but, à sa fin, sans détours. L’œuvre en sort nettement resserrée, urgente, fatale. La critique d'époque se serait-elle trompée, vu sous cet angle ? L'objection ne tombe pas complètement, mais elle est très affaiblie... Un seul regret : notre vigoureux Teodor passe un peu à côté de l'andante moderato, sans doute le plus beau et le plus émouvant des mouvements lents de Mahler, celui qui dit le mieux adieu au classicisme, en lui rendant un hommage dont le lyrisme intense et la profonde nostalgie de ce que l'on dépasse, au moment même où on le fait, ne peuvent que bouleverser les cœurs authentiquement sensibles.

Pour cela, ma version de référence reste Boulez.
Mais cet enregistrement se hisse, en se distinguant sans ambages, au sommet d'une pourtant abondante discographie.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17724

Re: Réconciliation

11 Novembre 2018, 10:56 Message

"Plus jamais ça".
Réponse : si vis pacem para bellum.
L'histoire ne bégaie pas, mais les hommes.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3132

Re: Réconciliation

11 Novembre 2018, 11:28 Message

Ah, les hommes !... Les hommes dont nous sommes, mon cher Didier... Les hommes bégaient, tâtonnent, font ce qu'ils peuvent... (c'est dimanche, je m'efforce d'être charitable...) Les hommes, les voici :

Image

Bon dimanche à chacun.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17724

Re: Réconciliation

26 Novembre 2018, 18:58 Message

Image


Fermez le ban.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17724

Re: Réconciliation

27 Novembre 2018, 18:10 Message

..quoique cela, Bernanos ne pouvait pas même l'imaginer :

Image (Libération)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17724

Re: Réconciliation

7 Décembre 2018, 12:15 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17724

Re: Réconciliation

11 Janvier 2019, 10:08 Message

"Chaque âme est et devient ce qu'elle contemple." Plotin, Les Ennéades
C'est dire si on est mal.

Précédente

Retourner vers Modernité modernante