Afficher le sujet - Réconciliation

Réconciliation

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Réconciliation

27 Avril 2014, 10:39 Message

Par la haine du temps, et l'empire de la drogue instantanéiste, la modernité réconcilie le néant et le réel.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Réconciliation

27 Avril 2014, 15:11 Message

Symbole et leurre : un Rien les sépare.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Réconciliation

29 Avril 2014, 10:19 Message

Le 15 avril 2014, un amendement socialiste à l’Assemblée nationale a décidé que, dorénavant, les animaux seraient des « êtres vivants doués de sensibilité ».

« Par ce moyen on termine aussi les anciennes disputes sur la participation des animaux à la Loi naturelle : car il est clair que, dépourvus de lumières et de liberté, ils ne peuvent reconnoître cette Loi ; mais tenant en quelque chose à nôtre nature par la sensibilité dont ils sont doués, on jugera qu'ils doivent participer au droit naturel, et que l'homme est assujetti envers eux à quelque espèce de devoirs. Il semble, en effet, que si je suis obligé de ne faire aucun mal à mon semblable, c'est moins parce qu'il est un être raisonnable que parce qu'il est un être sensible; qualité qui étant commune à la bête et à l'homme, doit au moins donner à l'une le droit de ne pas être maltraitée inutilement par l'autre." » (Rousseau)

« Si les animaux étaient d'un ordre à peu près égal au nôtre; s'il y avait des moyens sûrs de communication entre eux & nous; s'ils pouvaient voter dans une assemblée générale, il faudrait les y appeler; et la cause du droit naturel ne se plaiderait plus par-devant l'humanité, mais par-devant l'animalité. » (Diderot)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Réconciliation

29 Avril 2014, 14:58 Message

« Ce serait une erreur de croire que Voegelin rejette la modernité "tout en bloc", et on a dit bien peu de choses lorsqu’on a dit qu’il était un "antimoderne" ou un "conservateur". Voegelin ne comprends pas la modernité comme un dispositif destiné à produire de l’immanence, et ce jusqu’au nihilisme. La « bonne » modernité part sans doute d’un geste d’immanence ou d’autonomie, mais pour la confronter sans cesse à l’expérience de la transcendance — une expérience qu’il est impossible d’éradiquer. A la modernité "effrénée", dont la figure ultime est le totalitarisme et sa destruction de la personne humaine, Voegelin oppose une modernité pour ainsi dire « de compromis », une modernité qui ne perd pas son lien à l’expérience de l’existence telle qu’elle s’est manifestée de la façon la plus « articulée » aux Grecs. Cette modernité, tout en conservant les acquis de l’autonomie ne sombre pas dans la guerre des dogmes et des systèmes, la "dogmatomachie" comme la nomme Voegelin, et conserve (et ce n’est qu’en ce sens qu’on peut dire que Voegelin est un "conservateur") l’acquis socratique qu’est l’inquiétude philosophique. »

Politique, religion et histoire chez Eric Voegelin (ed. Cerf)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Réconciliation

30 Avril 2014, 14:36 Message

« Commençons donc par écarter tous les faits, car ils ne touchent point à la question. » (Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes).

Hobbes (Leviathan) + Rousseau (aveuglement volontaire, alpha du progressisme) = La Boétie (servitude volontaire).

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2541

Re: Réconciliation

30 Avril 2014, 17:48 Message

Quelle formule !

Avatar de l’utilisateur
Messages: 592
Localisation: Paris

Re: Réconciliation

1 Mai 2014, 11:17 Message

Didier Bourjon a écrit:Le 15 avril 2014, un amendement socialiste à l’Assemblée nationale a décidé que, dorénavant, les animaux seraient des « êtres vivants doués de sensibilité ».



En principe une loi n'est loi que si elle est normative. On s'écarte du principe de plus en plus. Bientôt la loi va proclamer que l'eau est humide (ce qui implique qu'elle pourrait proclamer le contraire).

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Réconciliation

9 Mai 2014, 10:30 Message

Ce qui nous renvoie à la question du "Droit naturel"...

Danger de l’ambivalence : humanisation de l’animalité, ou animalisation de l’humanité ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Réconciliation

9 Mai 2014, 10:31 Message

Un moment, on a pu penser que la modernité s’enferrait dans une contradiction la conduisant, avec d’autres, dans une impasse : revendiquer opiniâtrement tout à la fois l’égalitisme et le « droit à la différence ».

Apparaît de mieux en mieux (gender, "race", prolétarisation générale…) que ce n’était qu’une étape dans la réalisation comme hegelienne de l’Esprit de la modernité : et la synthèse affleure désormais, qui est volonté d’indifférence ontologique.

En vue de la refabrication technique de l’homme — sous perfusion anesthésique de l’industrie du divertissement, icelle préparée par « l’enseignement de l’ignorance », et complétée par l’hypnose du présent perpétuel, la compulsion communicationnelle, l’addiction au virtuel, la passion du faux, la vengeance contre l'être, la fatigue d'exister.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Réconciliation

9 Mai 2014, 10:37 Message

Le français aime à ratiociner à tout propos — ce qu’il appelle aimer les idées « claires et distinctes » — pourvu que la chose ait belle allure et manifeste de "l’esprit", qu’elle soit nouvelle comme la mode, pourvu aussi qu’elle n’oublie surtout pas que « le contraire de la vérité n’est pas le mensonge, mais la conviction »… comme aimait à dire le contempteur de toute Vérité (Nietszche) — comme de juste, la conviction l’emporte alors comme jamais, et le jeu de l’aveuglement est à son comble, fût-ce avec un art aussi superficiel que sophistiqué.

L’apothéose de cette sottise, maladie infantile de notre tournure d’esprit : la réaction dix-huitiémiste au Grand Siècle — il est vrai bien plus profondément portée par d'autres forces. S’en est suivie une longue décadence, jusqu’à la déchéance finale soixantuitiste, qui n’en finit pas de s’effondrer sur elle-même.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 844

Re: Réconciliation

9 Mai 2014, 14:57 Message

Je suis toujours étonné de voir des personnes de gauche, intelligentes et bardées de diplômes refuser de voir le réel et la vérité !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Réconciliation

11 Mai 2014, 09:49 Message

Chantal Delsol (Qu’est-ce que l’homme ?) : « l’extension paroxystique de la volonté émancipatrice s’exprime typiquement dans le bannissement des tabous, les tabous étant sans doute la dernière espèce qu’il est obligatoire de chasser avec frénésie »

Les pourfendeurs de préjugés, les spécialistes de la « déconstruction » univoque — petit clergé au service de l’industrie du divertissement —, sont parfaitement incapables de si peu que ce soit mettre en question le moindre des préjugés, pourtant grossiers, de la modernité. À commencer par celui, confusionniste à souhait, de « progrès ».

C’est pourquoi le paradigme de la rééducation est si profondément ancré dans l’âme du progressisme

Autrement dit : les soutiers grandiloquents de la modernité, les gestapistes, les tchékistes de la liberté officielle (et de la shlag repentante), bref les ados affranchis de 7 à 77 ans addictifs à la sottise tonitruante — que l’on retrouve désormais au plus haut niveau des institutions culturelles du pays — manquent au devoir le plus élémentaire de l’intelligence, et à son tout premier pas. Il est vrai qu'il implique de discriminer...

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Réconciliation

13 Mai 2014, 16:38 Message

Le gauchisme est devenu la maladie infantile du libéralisme...

Dynamique du conservatisme : la reprise, à l'opposé de celle, artificielle, produite par la foi fanatique en la bonté et le providentialisme intrinsèques du bougisme, du changement pour le changement. C'est pourquoi le conservatisme se doit d'échapper à tout esprit de réaction, qui est la part la plus stérile du négatif, et donc ne pas succomber aux provocations, profondément réactives, du progressisme.

Mieux et au-delà du conservatisme bien tempéré, i.e. civilisationnel : l'autre commencement.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Réconciliation

14 Mai 2014, 08:00 Message

Commission de Bruxelles = Comité de Salut Public
Lobbys = Clubs
Parlement européen = Convention nationale

Même avec force "mutatis…" ou "toutes choses égales par ailleurs", l’analogie reste poussée un peu loin et le "=" est à la fois trop et pas assez. Toutefois, un point central la justifie : l’idéologie comme morale, comme religion, et comme moteur politique — i.e. comme conscience erronée de "ce qui survient", comme masque de la situation proprement historique, donc comme folie et partant catastrophe.

En sus, et pour ce qui nous concerne plus précisément : l’ornière de l’esprit français tel qu’il a été dévié par les forces de la Modernité triomphante — et son tropisme à la facilité irresponsable ou à la futilité, aux jeux de langage et à l'attrait pour la verroterie intellectuelle.

Nous serions ainsi en 94, à la veille de Thermidor, soit, souhaitons-le : aussi près que possible de la fin de ce système, et en vue d’une transition-décomposition aussi brève que possible avant un nouveau Bonaparte qui aurait acquis par avance la leçon de l’Empereur.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Réconciliation

15 Mai 2014, 14:38 Message

« …en faisant de l’emploi de la méthode l’unique critère de la science, on nie que les « vérités élémentaires » de la compréhension pré-scientifique aient aucune portée sur la nature et la finalité de la méthode employée pour parvenir à une compréhension théorique de ces vérités. On aboutit alors nécessairement, d’après Voegelin, à la perte de signification de la science en tant qu’ « exposé fidèle de la réalité », du fait que les éléments signifiants de la réalité seront tout simplement ignorés.

En limitant la portée et en perdant la finalité substantielle de l’investigation scientifique, on aboutit à une fermeture de la psyche et à une perte de la capacité de répondre à la réalité à laquelle aspire la science. C’est cette négation et cette réinvention de la réalité qui constitue, d’après Voegelin, la condition intellectuelle qui contribue à l’élaboration d’idéologies politiques et, en définitive, à l’action politique de masse. Voegelin a démontré, dans ses ouvrages antérieurs, que l’examen de l’ « idée de race »*, de propagande, de destruction du langage, ainsi que l’édification de religions politiques et de théologies civiles, témoigne de la manière dont les phénomènes peuvent être déformés par l’imagination dans le but de recréer la substance de l’existence.

Par la suite il s’intéressera à la transformation imaginaire des symboles qui transcendent le monde en projets sociaux immanents au monde.
En dépit de leur aspect imaginaire ou « magique », ces actions sont néanmoins capables de favoriser un soutien en vue de transformations révolutionnaires de l’existence humaine en promettant « la guerre qui mettre fin à toutes les guerres », « la libération de l’humanité », ou « la fin de l’injustice ». Ces rêves d’un accomplissement de la perfection et de la pureté commencent par concevoir une personnalité intramondaine pour laquelle les ambiguïtés ontologiques qu’implique la combinaison des symboles corps/âme, perfection/imperfection, fini/infini, vie/mort ont été condensés en variables psychologiques ou sociales, c’est-à-dire manipulables, lesquelles peuvent s’adapter harmonieusement l’une à l’autre pour peu que l’on y applique une force technique suffisante. »

Leo Strauss – Eric Voegelin - Correspondance 1934-1964, Introduction — Vrin.

A méditer pour notre temps — à reprendre et prolonger…

* NDLR : de classe, de genre...

Suivante

Retourner vers Modernité modernante