Afficher le sujet - Pataquès chez les Bienpensants

Pataquès chez les Bienpensants

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16604

Re: Pataquès chez les Bienpensants

25 Novembre 2017, 08:58 Message

Augsbourg (Allemagne) : un bar de gauche « en a ras-le-bol » des réfugiés gambiens [url](Augsburger Allgemeine par Fdesouche)[/url]

« Nous en avons complètement ras-le-bol. Ces types ne tiennent pas compte de nos conseils, ils sont extrêmement agressifs et nous ne pouvons plus les accepter. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16604

Re: Pataquès chez les Bienpensants

4 Décembre 2017, 12:48 Message

Au carré.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16604

Re: Pataquès chez les Bienpensants

6 Janvier 2018, 09:56 Message

...ou plutôt chez les déconstructeurs "MoiJe" :

Vive la Tabarnia libre et espagnole ! (Bd Voltaire)

J'ignore la réalité de l'importance de cette réaction, mais décidément, l'éclat de rire Murayesque reste une formidable réponse au spectacle grotesque et délirant de notre décomposition.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16604

Re: Pataquès chez les Bienpensants

3 Avril 2018, 08:31 Message

Scandale au Musée de Brooklyn : une Blanche a été nommée pour s’occuper de l’art africain ! (Delarue, Bd Voltaire)

« En effet, en quoi l’art des Lobi, des Gan, des Bamouns ou, pour remonter plus loin, des Dogons ou des Djenné est-il l’art des Afro-Américains ?

Et n’est-ce pas, justement, l’expression la plus aboutie du racisme que de prétendre qu’il faudrait un Inuit pour s’occuper de l’art esquimau, un Chinois pour les céramiques et les laques chinoises, un Français pour parler des cathédrales au Moyen Âge, etc. ?

Cette histoire n’est, hélas, qu’un pas de plus dans une ségrégation sociale qui explose et se répand chaque jour davantage dans nos sociétés occidentales. Paradoxalement, la mondialisation et la glorification du « vivre ensemble » n’auront produit que l’effet inverse : partout, c’est la revendication du repli sur soi qui prévaut. MON territoire, MA communauté, MA culture… Chacun son genre, chacun sa couleur… à chacun sa culture et ses études. Ici les auteurs homosexuels, et là ceux qui ne le sont pas, là les Noirs et là les Blancs. À chacun sa chasse gardée. Tout cela, bien sûr, au nom de la lutte contre le racisme ! »


***


L’état-major d’Act Up démissionne sous la pression jeuniste ! (Bd Voltaire)

« Le phénomène ne date pas d’hier : n’étions-nous pas tous censés être des "Juifs allemands", il y a de cela cinquante ans, en plein Mai 68 ? La liste des courses n’a, depuis, cessé de s’allonger. De la "lutte" du FHAR (Front homosexuel d’action révolutionnaire) à celle des LGBTQ ; en attendant le collectif AZERTY ? Sans oublier le fumeux concept de "l’homophobie" en particulier, et de la "phobie" en général, moulins à prières aujourd’hui déclinés à l’infini, de "l’islamophobie" à "l’hispanophobie" chère à Anne Hidalgo, maire de Paris, ville dont on ne saurait plus chanter, comme naguère, qu’elle est une "blonde".

Glissement sémantique dont la finalité est aussi à vocation judiciaire, la "phobie" en question – soit la "peur", si l’on en croit l’étymologie de ce vocable – étant désormais susceptible de vous faire traîner devant les tribunaux pour incitation à la "haine", soit deux concepts n’ayant strictement rien à voir l’un avec l’autre, mais permettant d’englober rétifs aux progrès sociétaux et sceptiques de tous bords quant à l’incessante apparition de nouveaux "droits" dans le même panier à salade.

De plus, cette "haine" se voit maintenant affublée de l’épithète "raciale", ce qui nous amène encore plus loin dans les limbes sémantiques ; être homosexuel ou immigré clandestin, handicapé ou chômeur en fin de droits, musulman ou transgenre ne relevant en rien de cette question "raciale" brandie à tous propos. Surtout lorsque les mêmes nous assurent que les "races" n’existent pas.

Mais quand les vannes de la dinguerie sont grandes ouvertes, comment s’étonner qu’elles puissent submerger ceux-là mêmes qui les ont ouvertes à grande eau ? Tout ça pour dire que les homosexuels, c’était quand même plus simple du temps de Jacques Chazot. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16604

Re: Pataquès chez les Bienpensants

19 Avril 2018, 12:49 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16604

Re: Pataquès chez les Bienpensants

4 Juillet 2018, 08:48 Message

Marlène Schiappa/Van Damme : les hommes sont-ils devenus obsolètes ? (Delarue, Bd Voltaire)

Énième article sur ce sujet en vogue, mais façon Delarue.

On note ceci, une des aberrations sans nombre de la modernité modernante — elle-même absurdité en soi et pour soi, Absurdité quintessentielle — et qui devrait appeler à une réflexion autrement approfondie sous peine, en effet, de risquer un retour caricatural du bâton (dont l'islam et le quart-monde envahissant se chargeront bien volontiers si nous en sommes décidément incapables, ce qui semble acquis désormais — cela, sans doute pour le plus grand soulagement, voire l'extase, de nos pauvres féministes hystériques ; et le plus grand malheur de nos égarés en tous genres) :

« Le thème commence à être en vogue au pays des gender studies (les États-Unis), où l’on attribue de plus en plus les tueries de masse au déclassement des mâles. On commence, d’ailleurs, à voir apparaître en réaction des sites qui prônent un retour à la virilité et à ses marqueurs, tel celui de Julien Rochedy, ancien président du FNJ, qui vient de créer Major. Mais "ces réactions masculinistes marginales font système avec un discours féministe militant sur une masculinité “toxique” qu’il conviendrait d’épurer, parfois doublé d’une tonalité carrément revancharde". Et Eugénie Bastié de citer l’ex-ministre de la Justice Christiane Taubira, laquelle déclarait récemment qu’ "il est temps que les hommes fassent l’expérience de la minorité".

Au-delà de ces outrances, le sujet suscite débats et interrogations. Ainsi le sociologue Marcel Gauchet qui constate que "la masculinité est passée d’un système d’évidences à une mise en doute systématique". D’autant, ajoute Eugénie Bastié, que "les hommes se retrouvent face à des injonctions paradoxales : une virilité caricaturale, réduite à sa seule dimension sexuelle […], notamment dans la pornographie et le monde ultra-compétitif de l’entreprise, tandis que le discours féministe domine partout ailleurs".

Reste l’ultime question : "La crise de la masculinité occidentale n’est-elle qu’une réplique sismique de la révolution sexuelle, vouée à s’éteindre d’elle-même, ou bien fait-elle craindre un retour de bâton qui s’exprimerait dans l’exaltation d’une masculinité primitive ?" »

Bastié, Taubira, Delarue, etc. : les femmes seules sont fondées à parler du problème de la masculinité, tout comme seul un Goldnadel peut parler comme il le fait de la submersion migratoire et de la destruction de l'identité française, ou une personne noire de racisme anti-blancs ? Signe encore que l'on marche sur la tête, que l'on a perdu non seulement toute liberté, mais encore toute possibilité d'intelligence avec toute culture, même élémentaire.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16604

Re: Pataquès chez les Bienpensants

11 Juillet 2018, 18:16 Message

« Race » : la génétique face à ses démons (Le Monde)

Contorsions sémantico-idéologiques du plus haut comique.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16604

Re: Pataquès chez les Bienpensants

18 Juillet 2018, 21:34 Message

Image

Précédente

Retourner vers Modernité modernante