Afficher le sujet - Disrupter

Disrupter

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Disrupter

20 Juin 2017, 09:32 Message

Disrupter, disruptif, le grand dada du macronisme.

Quand les organisations exponentielles bousculent notre monde linéaire (Contrepoints)

Le monde qui était "analogique" étant quasi remplacé, il convient maintenant de disrupter grave son insupportable "linéarité", pour livrer ce qu'il en reste à l'exponentialité frénétique de l'agitation des molécules. Gare à la surchauffe.

« Agilité et flexibilité

D’un point de vue externe, ces organisations exponentielles se caractérisent par leur agilité et flexibilité : des effectifs on demand et non plus seulement des salariés, des communautés de partenaires, des systèmes d’algorithmes, des plateformes et actifs loués plutôt que propriétaires. Côté interne, ce sont des organisations qui favorisent l’autonomie, l’expérimentation, et qui savent créer les interfaces avec leur écosystème. Forcément ce style est plus facile à créer pour de nouvelles entreprises, les start-up, celles qui créent à partir des nouvelles technologies.

Mais alors si les entreprises nouvelles deviennent des exponential organizations et que les autres, les traditionnelles et les grandes, demeurent des entreprises à la croissance au mieux linéaires, au pire stables ou en décroissance, nous risquons de connaître un monde en deux composantes, la croissance étant tirée par ces exponential organizations. »

« Alors que doivent faire les entreprises linéaires ? Se cacher pour mourir ? Sans même s’en rendre compte.

Ou bien, elles aussi, se transformer, et vite.

Cela consiste déjà à transformer le leadership : prôner la diversité, créer la disruption, engager un partenariat avec une exponential organization, ou l’acquérir, ou investir dans l’une d’entre elles. Ou bien créer des équipes en interne qui auront pour objectif de créer les nouveaux modèles qui viendront disrupter le modèle traditionnel.

Les moyens sont ouverts, mais le but est le même.

Dans un monde exponentiel, décrocher est un danger mortel. »

Vivement qu'ils crèvent.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Disrupter

14 Août 2017, 11:46 Message

C'est le creux de l'été, je fais un pari.
Dimanche, j'assisterai au baptême de Rose, mon avant-dernière petite-fille.
Je parie que le curé expédiera les affaire courantes, exécutera le process mécaniquement, sans plus croire à ce qu'il fait, sans même désormais tout à fait le comprendre. On me dit que c'est un curé assez âgé ; je maintiens mon pari. Je dirai ici, très honnêtement, ce qu'il en aura été à mes yeux...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3132

Re: Disrupter

14 Août 2017, 12:44 Message

L'été ne connait pas de creux, Cher Didier. Vous en savez quelque chose, dans votre magnifique campagne. C'est juste l'écume journalistique qui retombe un peu (le papier du Figaro que signalez par ailleurs, comporte cette mention en italiques : Cet article de 2015 est republié en réaction à l'actualité de Charlottesville, où une manifestante antiraciste a été tuée samedi 12 août 2017. . Faux-culs jusqu'au bout, ces plumitifs serviles ; cet article est republié car nos journalistes sont en vacances et que nous sommes un peu creux, notre version papier ne compte plus que deux feuillets mais coûte toujours 2€ 40) L'intelligence et l'attention sont également en vacances. Alors, il ne se passe plus rien, ni migration, ni chômage, juste bermuda et glace portative. Reste toujours l'éventualité que votre vieux curé se fasse égorger. Ce que je ne souhaite ni pour lui, ni pour Rose à qui je souhaite le meilleur.

Messages: 21

Re: Disrupter

16 Août 2017, 08:48 Message

Je ne tiendrais pas la gageure, car il me semble qu'il y a mieux à faire que de parier lors d'un baptême. Cela dit, j'espère de tout coeur que l'avenir démentira tous vos mauvais présages messieurs. :-?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Disrupter

20 Août 2017, 19:34 Message

Chose promise...

Autant le dire tout de suite : pari plutôt perdu (ce dont je me réjouis, il va sans dire), avec un mais de taille. Le prêtre qui officiait, tant pour la messe que pour le baptême qui a suivi, était indéniablement d'une autre trempe que ceux subis lors de précédentes occasions ; manifestement, il conduisait la cérémonie avec conviction et même foi, du moins autant qu'il était possible avec des ouailles presque toutes ignares, déculturées, et faisant assemblée de chrétiens comme un rassemblement de touristes de leur propre existence pourraient faire une agora. C'est dire s'il avait du mérite, et même du courage, ce prêtre, pour tenir à bout de bras un semblant de cérémonie, chantant seul ou presque, indiquant ici et là ce qu'il fallait faire, et ainsi de suite. Tout de même, on notera, même en un cas si favorable (et si rare), un manque de force — oserai-je dire de virilité ? — et une certaine atonie témoignant de la désertion de la "puissance de l'Esprit Saint", pourtant rappelée à longueur de temps. D'un manque de profondeur aussi, et de solennité (mais comment faire dans un bazar pareil, avec tout ces enfants qu'aucun parent ne songe à discipliner, très jeune âge ou pas, alors que ce serait parfaitement possible ?). La lecture des textes — sans le moindre relief, expédiée d'une voix inexistante par des membres de l'assemblée —, me donnent toujours cette curieuse impression : comment les auditeurs peuvent-ils comprendre quoi que ce soit au passage de l'Ancien Testament, dont bien des mots leur échappe, sans parler du sens et du contexte ? Et du reste, aussi bien, du Nouveau ? Le prêtre en fera une petite exégèse, et on a vu alors qu'il pouvait atteindre à une certaine dimension, même au sein d'un catéchisme assez élémentaire ; mais qui le suit avec tant soit peu d'écho intérieur ? C'est sans doute pourquoi il abrègera ses interventions, ne poursuivant manifestement pas ses idées autant qu'il aurait pu : il ne faut pas dire plus que ce que les oreilles peuvent entendre, et elles peuvent bien peu, quand elles peuvent encore.

Venons-en au "mais". Hélas, il nous a fallu subir au passage le couplet sur l'accueil de l'Autre qui souffre et peine, donc les migrants, et même... sur la nécessité de s'ouvrir au partage spirituel à destination de la toute nouvelle mosquée qui finit de se construire à 150 m de là... St Félix, son église, son quartier, à Nantes, et bientôt sa mosquée... Ceux qui connaissent la ville apprécieront. Pour être tout à fait juste, on pouvait entendre aussi qu'il était appelé à accueillir chrétiennement ceux qui souffrent et sont dans un profond désarroi, autrement dit pas forcément la Terre entière, notamment ceux dont les vraies motivations sont nettement moins aimables ou justifiables ; c'est mieux que le discours ordinaire de ses collègues, globalisant et culpabilisant, et mieux que le discours officiel de l’Église de France, diligenté par sa hiérarchie, qui a sombré dans la bienpensance au mieux, le gaucho-protestantisme culturel au pire. Quant au partage spirituel avec les musulmans il y avait un petit air d'espoir de conversions possibles dans la perspective évoquée ; ce qui n'était pas si mal. Mais qui a entendu ces réserves ou conditions ? Qui a noté le subtil décalage par rapport à ce qu'on entend à longueur de prêche par ailleurs ? Sans doute personne en dehors de moi, je le crains — qui a peut-être voulu en entendre un. Ma femme a été ulcérée par ce passage, pour ne donner qu'un exemple ; d'autres ont été braqués.

Justement, je le confesse (...), je me suis posé un moment la question de savoir comment les choses se présenteraient, et comment faire si, par malheur, un mahométan mimétique avait déboulé au beau milieu de cette messe. Après tout, ce n'était pas une hypothèse totalement fantaisiste ou parano, et ce n'est que si l'on est prêt au moins potentiellement à ce genre de choses qu'on peut espérer être efficace en y ripostant. Dans un tel cas, sur qui pourrait-on compter pour faire face au mieux ? Rien dans la cérémonie n'y prépare, tout au contraire...

Puis est venu le moment du baptême, et c'est là que ce prêtre a donné son meilleur, devant une assemblée beaucoup plus intime. Voilà un baptême qui a ressemblé à un sacrement autant qu'il était possible, toujours compte tenu de la misère religieuse, pour l'essentiel, de ladite assemblée. Le prêtre le savait, et il a réussi à faire se tenir quelque chose malgré tout, il a fait du mieux qu'il était possible, à mon sens, avec humanité, simplicité, sincérité. Ce n'est pas lui qui était en cause, cette fois, en aucune façon ; c'était notre déréliction — patente, au fond malheureuse, et complètement paumée.

Rose — qui a été adorable, comme toujours — a été baptisée, et c'est l'essentiel ce soir.

Messages: 21

Re: Disrupter

20 Août 2017, 20:30 Message

Didier Bourjon a écrit:Quant au partage spirituel avec les musulmans il y avait un petit air d'espoir de conversions possibles dans la perspective évoquée ;


J'ai compris pour ma part ce passage ainsi : il a évoqué la mosquée non comme une chance de dialogue et d'ouverture entre religions (il a par ailleurs bien précisé un peu plus loin dans son discours que "seulement là où sont les chrétiens,le dialogue est possible) mais comme une menace. Le seul point positif de cette proximité restant la conversion possible de certains.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Disrupter

9 Avril 2019, 08:25 Message



Retourner vers Modernité modernante