Afficher le sujet - De l'effondrement

De l'effondrement

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17502

De l'effondrement

3 Janvier 2018, 14:02 Message


Avatar de l’utilisateur
Messages: 672
Localisation: Paris

Re: De l'effondrement

4 Janvier 2018, 09:43 Message

Oui. Le niveau est extrêmement bas, tous les officiers vous le confirmeront en privé. Il arrive que des gardiens de la paix ayant des fonctions de police judiciaire (ce qui n’est pas normal) prennent des plaintes pour des délits qui n’existent pas. Les relaxes, dans certaines affaires « sensibles » ne s’expliquent pas seulement par le laxisme incontestable des juges mais aussi parce que certains procès-verbaux sont complètement illisibles.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17502

Re: De l'effondrement

17 Janvier 2018, 09:48 Message

Le taux de fécondité est passé en France au taux désastreux de 1.88 (1.92 l'année précédente). Pendant ce temps, sa population croît continument.
Requiem même pas aeternam.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17502

Re: De l'effondrement

27 Mars 2018, 10:20 Message

Enfin une bonne nouvelle : La dégradation des sols pousse la planète vers une 6e extinction massive du vivant (Le Figaro)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17502

Re: De l'effondrement

2 Mai 2018, 08:36 Message

Elles se prostituent à 13 ans, vendent leur virginité sur le Net : qu’en disent les féministes ? (Delarue, Bd Voltaire)

« J’ai vu, le 18 avril dernier, le documentaire diffusé sur France 5 dans le magazine "Le monde est à vous", de Marina Carrère d’Encausse : c’est "Jeunesse à vendre", une enquête d’Alexis Marant. Si vous ne l’avez pas vu, je vous conseille vivement de le faire.

On y découvre une prostitution adolescente, très souvent débutée au collège, et qui serait en train de devenir d’une grande banalité. "Il existe en France une jeunesse de 12 à 16 ans, issue de tous les milieux, qui vend son corps, influencée par la téléréalité et la pornographie", dit la journaliste dans un entretien au Figaro. "On assiste à un vrai changement de comportement d’une génération, tous milieux confondus, qui entretient un rapport à la sexualité profondément modifié", ce que confirment, dans le reportage, le commissaire Frémond et ses collègues de la brigade de protection des mineurs.

On n’est pas, là, dans des réseaux internationaux organisés, comme on cherche toujours à nous le faire croire s’agissant de prostitution. Non, ce sont simplement des ados formatées par le porno et la course à l’argent facile. « À 12 ou 13 ans, de jeunes adolescentes peuvent faire des fellations en échange d’un portable ou d’argent. Elles considèrent cette sexualité précoce comme sans importance. Cette vision aberrante du monde et des rapports garçons-filles est très perturbante », dit Marina Carrère d’Encausse.

Léa, 15 ans, l’une des "héroïnes" du reportage, raconte sa déjà longue carrière. Elle a débuté à 13 ans, "influencée par une ancienne amie". "Elle et moi on a commencé à prendre des photos de nous en sous-vêtements… Après, on s’est mis sur des annonces, on a mis nos numéros de téléphone, et les gens ont commencé à nous appeler", dit-elle. "Il y a un moment, on se déplaçait, et après, on a commencé à prendre des chambres d’hôtel. On faisait nos passes à l’hôtel. Les clients avaient entre 20 et 50 ans.… Maximum 60 ans. Combien de clients je voyais chaque jour ? Ça dépend. Ça pouvait être cinq, des fois dix… Ça dépendait des jours." Les tarifs : 100 euros la demi-heure, 200 l’heure, 300 avec sodomie.

Quand les affaires marchent bien, les jeunes filles s’adjoignent les services de copains d’école. Ils passent les annonces, réservent des week-ends Airbnb. Difficulté pour la police : les filles peuvent changer d’équipe et de lieu trois ou quatre fois dans le mois. Certaines poursuivent même gentiment leur scolarité. "Il y a quatre ans, on avait dix dossiers de proxénétisme", dit le commissaire Frémond. "On en est à plus de 60 par an. C’est phénoménal." »

Et l'émission s'appelle "Le monde est à vous"...
Il faut avoir une sacrée foi en l'humain et une solide dose d'optimisme pour croire qu'il est encore possible de renverser la vapeur. Avec "Pub", cet article devrait suffire à conclure. Et à faire valdinguer la table.

Messages: 272

Re: De l'effondrement

23 Mai 2018, 22:41 Message

Emission "Le Monde en Face", sur la 5, ce mercredi soir, 22h30 : "Fin de vie : comment mourir dans la dignité". Aucun protagoniste n'amène de contradiction à la pratique de l'euthanasie. Petite phrase : "8 français sur 10 sont pour l'euthanasie, un chiffre en constante hausse."
Je ferais bien quelques blagues concernant le dernier bulletin de vote des français lors de la dernière présidentielle, mais cela serait certainement trop déplacé...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3131

Re: De l'effondrement

24 Mai 2018, 12:19 Message

Formidable !
Sur la place de la mairie d'Utrecht, érection en cours d'une statue colossale pour saluer la chute de l'Homme Blanc, avec une stèle où est inscrit: "Sic Transit Gloria Mundi"
Diaporama http://driesverhoeven.com/project/sic-t ... ria-mundi/ [je n'ai pas su faire le lien]
PI le 24 mai 2018, 10:57
Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3131

Re: De l'effondrement

24 Mai 2018, 17:43 Message

La taille de ce colossal gisant est essentielle. La grandeur de l'homme blanc n'est reconnue que mis à terre aux pieds des deux voilées. Il y aurait bien d'autres choses à reconnaitre en cette horreur. De même tant de choses à dire sur les mâles blancs repris par le Président de la République Française mais tout va si vite et je manque de temps. Voici, sur le sujet, un papier — bien timoré et pusillanime comme il se doit — du FigaroVox publié le 23/05/2018 [Si nécessaire, je pourrais faire un copié-collé.]

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17502

Re: De l'effondrement

4 Juillet 2018, 10:26 Message

Le rapport choc sur le grand malaise des policiers et des gendarmes (Le Figaro)

« Si les termes employés peuvent varier (“malaise”, “mal-être”, “perte de sens”, “démotivation” et “découragement”), les forces de sécurité intérieure traversent incontestablement une véritable crise, qui met en péril le bon fonctionnement du service public. »
Les policiers et gendarmes auraient le sentiment de "pédaler sur un vélo qui n'a pas de chaîne".
Etc.

Ces gens me font rire (jaune).
Tout le service public s'est effondré depuis déjà un temps — comme les services privés du reste ; il n'y a que l'illusion, une forme d'agitation, la volonté de ne pas voir, de ne pas savoir, et quelques bouts de ficelle qui fassent encore "tenir", en apparence, notre société ; qu'une simple pichenette fera s'effondrer effectivement, sans reste, et sombrer dans un chaos à certains égards inédit. Tôt ou tard. Ce n'est plus qu'une question de circonstances.

D'autre part, les forces de l'ordre pédaleront toujours avec efficacité (les 80 km/h...) chaque fois que cela ne concernera que la partie de la société qui croit encore qu'elle existe, celle qui se soumet à tout. Leur duplicité est complète, on peut même dire, désormais : institutionnelle.

Hier, je rencontrais l'expert désigné suite au cambriolage de mon appartement en ville. Un connaisseur. Que n'ai-je entendu ! Sur le niveau du recrutement, de la formation, des compétences opérationnelles des policiers et gendarmes ; sur leurs insuffisances, leur indisponibilité organisée, leur inutilité ; et parallèlement sur l'évolution dramatique de la situation réelle en terme de délinquance, sur la hausse constante du niveau de délit qu'on ne traite plus du tout et condamne encore moins ; etc.

Si l'on veut un rapport sur ce sujet, ce n'est pas aux "parlementaires" qu'il faut le demander (encore une "profession" devenue un refuge pour les déclassés, déculturés, dé-tout, qui pullulent au sein de notre population, que notre "éducation", notre instruction publique, et la vie merveilleuse des zombies connectés produisent par fournées industrielles depuis des lustres), c'est à ce type d'homme de terrain lucide (il en reste, on se demande comment) qu'il faut le commander !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17502

Re: De l'effondrement

8 Juillet 2018, 08:10 Message

« L’image du "flic", adulé un jour, conspué le lendemain (mais pas par les mêmes), joue au yo-yo dans l’actualité. Il y a eu le "gendarme" héroïque et, aujourd’hui, il y a le policier mis en examen à Nantes. À Othis, un couple de policiers a été agressé, hors de leur service et devant leur enfant. Cet acte est infiniment plus grave pour le pays que la mort accidentelle d’Aboubakar Fofana. Elle témoigne d’un renversement des hiérarchies légitimes, d’une inversion des valeurs et d’un dérèglement des comportements. » (Vanneste, BV)


***


La preuve :


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17502

Re: De l'effondrement

24 Juillet 2018, 09:25 Message

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3131

Re: De l'effondrement

24 Juillet 2018, 09:43 Message

In Le Figaro.fr le 23/07/2018 à 19h52

Délinquants et drogués, les mineurs marocains de la Goutte d'Or, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, mettent en échec les services éducatifs depuis deux ans.

Des policiers marocains en mission à Paris, chargés d'identifier des mineurs en errance. Selon l'Hôtel de Ville, ce serait «une première», en tout cas «en matière de protection de l'enfance». Six agents des ministères marocains de l'Intérieur et des Affaires sociales ont été dépêchés à Paris depuis le 18 juin pour identifier, en vue de leur éventuel rapatriement, cette soixantaine de jeunes Marocains - dont la moitié seulement serait des mineurs - livrés à eux-mêmes depuis plus de dix-huit mois dans le XVIIIe arrondissement. Une «avancée indéniable», salue la maire de Paris, Anne Hidalgo, même si elle vient d'écrire au premier ministre qu'«il est urgent de déployer des moyens supplémentaires».

La situation des enfants des rues du quartier populaire de la Goutte d'Or préoccupe les autorités depuis l'arrivée des premiers mineurs, en 2016. Une étude de l'association Trajectoires, publiée en avril, montre qu'ils transitent d'une ville française à l'autre (Paris, Montpellier, Brest, Bayonne…) et d'un pays européen à l'autre (Suède, Espagne, Allemagne, France…). De février 2017 à février 2018, plusieurs centaines de mineurs marocains, délaissés par leur famille, seraient passés par la Goutte d'Or.

Souvent très jeunes, abîmés par la drogue, ils vivent de larcins, voire de prostitution. «Ces jeunes représentent une part très importante de l'activité de la permanence pénale du parquet des mineurs de Paris, puisque 813 d'entre eux ont été placés en garde à vue en 2017 et 482 ont été déférés au parquet, précise le ministère de la Justice. Ils refusent en général les prises en charge et fuguent des dispositifs de placement.»

Messages: 295

Re: De l'effondrement

29 Juillet 2018, 22:21 Message

Le Baron Samedi règne au pays des tonton Macoutes. Et sa femme, complice infernale de ses méfaits, se prénomme bien Brigitte.

J'ai toujours dit que Jupiter-en-même-temps était de la graine de dictateur africain. En régime multi-ethnique, la vie politique s'ethnicise et se dépolitise, bref s'africanise. La doctrine de l'en-même-temps est une philosophie pratique de recherche de l'équilibre inter-racial (ce qui rend compte aussi de la radiation officielle du concept de race de la loi fondamentale de la République), et si celui-ci à l'heur de s'installer, le Baron et ses canailles gardent le pouvoir quarante ans, pouvoir tout entier fondé sur le chantage à la guerre inter-tribale.

La corruption et l'impunité du régime constituent le prix à payer, la rançon quotidienne de cette réussite.

Les Africains ne s'y sont pas trompés qui ont voté pour lui comme un seul homme dans les quartiers. Ils ont "senti", instinctuellement que le Baron Samedi était leur homme et le tropisme est manifestement réciproque.

L'abolition des rouages politiques propres à une démocratie à l'Européenne, telle que ce régime se fait fort de l'obtenir et de l'avoir obtenue, avec sa représentation nationale godillot, corrobore et atteste la validité de cette vision.
Dernière édition par Francis Marche le 29 Juillet 2018, 22:48, édité 1 fois.

Messages: 295

Re: De l'effondrement

29 Juillet 2018, 22:40 Message

L'africanisation de la France n'est pas un phénomène seulement démographique, ni même culturel, mais profondément politique, qui opère une mutation de l'ordre politique, soit celui d'une cité qui se sait singulière comme c'était la norme dans le monde héllenistique ou à la Renaissance. La politique et donc la démocratie parlementaire n'ont plus lieu d'être, sont caducs car les enjeux, désormais continentaux, sont ceux d'un équilibre inter-national (entre tribus) au sein même de ce qu'on appelait il y encore une ou deux générations, la nation, et qui depuis le projet néo-impérial d'un schéma politique continental donné par la fondation de 1992, n'est plus.

L'Union soviétique était à la fois dévorée et tenue par ce que Staline appelait "le problème des nationalités", comme l'est cette Europe multi-ethnique en train de se former sous nos regards héberlués; à cet égard, la fondation maastrichtienne est bien une refondation de l'empire soviétique, qui avait en 1945 ravi le flambeau, les aigles et le titre, au 3e Reich (fin de l'Urss: décembre 1991 ; fondation maastrichtienne : janvier 1992 -- l'interregnum n'aura duré que trois semaines !). Les méthodes de l'UE ne sont (pour le moment) aucunement sanglantes comme l'avaient été celles de ses illustres prédécesseurs (le 3e Reich et l'Urss), mais la problématique demeure, elle a été spontanément reconduite, automatiquement réintroduite dans le Grand jeu continental de la partie du monde où nous sommes.

Je parle de "la graine" de dictateur africain que nous avons laissé s'incruster à l'Elysée. Les modalités de gouvernement évoluent, symptômatiquement (lois liberticides votées au pas de charge, etc.) dans le sens d'une dictature, tout simplement. Parce que "on n'a pas le choix" dira le Baron, impuissant à faire quoi que ce soit d'autre que ce que lui dictent les événements et la configuration continentale dans laquelle il a trouvé à insérer ses talents. Il y a là une logique ferroviaire : à défaut d'un déraillement catastrophique et salvateur, l'histoire va dans le mur et notre histoire est condamnée.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17502

Re: De l'effondrement

30 Juillet 2018, 08:56 Message

Incontestable.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3131

Re: De l'effondrement

30 Juillet 2018, 09:16 Message

Il y a là une logique ferroviaire : à défaut d'un déraillement catastrophique et salvateur, l'histoire va dans le mur et notre histoire est condamnée.

Chaque jour plus évident.

Messages: 295

Re: De l'effondrement

30 Juillet 2018, 15:09 Message

Une des sources majeures de nos difficultés face à ce qui se présente tient à notre incapacité à penser par-delà le bien et le mal. Notre mort n’est pas un phénomène subjectif mais objectif : avec la disparition (pour plusieurs siècles, comme cela a été le cas de la Chine où même de l’Occident sous l’effet des ferments de décivilisation levés par les invasions barbares) ou du moins l’effacement prolongé de la civilisation dont le fil historique se voulait nativement associé à un berceau géographique, ce n’est pas l’humanité qui disparaît, mais nous seuls, ce qui fera la fin d’un épisode glorieux mais borné dans le temps (quatre siècles depuis le début de l’ère moderne) de l’histoire mondiale de l'Occident. Donc, l’africanisation n’est pas « un mal », ni « un bien » pour l’Europe, mais un phénomène, le phénomène de notre mort objective, la borne datable de notre finitude. Les Africains ne veulent pas la mort de l’Europe ni la destruction de la France, mais seulement s’occuper de mettre en place les formes du politique qui leur sont familières : la colonisation consiste à continuer chez les autres son histoire et les modes ancestraux de manifestation anthropologique de soi, ancestraux et éprouvées, à tel titre que nous ne sommes pas confrontés « au mal absolu » et qu'il n’y a pas de Satan africain à l’œuvre dans cette évolution. Ces hommes et ces femmes ont voté Macron avec une certaine sagesse qui prenait acte de l’africanisation ou tribalisation (communautarisation) de la société française. Ils ont fait en France ce qu’il est sage de faire en Afrique pour maintenir la paix, la tranquillité, agrémentées de quelques velléités de progrès et développement moderne et technologique : élire un personnage consensuel, séduisant, ami de tous, au discours réconciliateur et qui met un terme aux clivages politique par un agrégat de voix enthousiastes sur sa personne. Rien de plus normal quand on veut faire d’un pays africain un séjour humain. En élisant ce personnage, on peut dire qu’ils se sont donnés un coup d’avance sur l’évolution historique de notre pays, dont ils ont, pourrait-on dire « intelligemment anticipé l’évolution».

La démocratie athénienne existe en Afrique, l’agora sous le grand fromager du centre du village est une réalité, seulement, à l’échelle d’un pays aux dimensions de la France ou au-delà (Cameroun, Nigeria, ou même Togo) elle n’est pas possible parce que ces nations sont des mosaïques de tribus : aussi modeste que soit la taille de leur territoire, elles sont structurées comme des empires. L’empereur Bokassa nous amusa beaucoup de son titre et de ses bouffonneries : c’était ne pas comprendre la nature d’empire multi-ethnique de ces fausses nations africaines. L’ordre multiethnique, celui qui répartit les services de l’Etat en fonction des communautés bénéficiaires et qui dicte les hiérarchies des prestations en fonction de la race des individus est d’essence impériale, il est la manifestation socio-politique de la structure métapolitique de l’empire qui veut un empereur.

L’Union européenne, longtemps coque institutionnelle vide, est en train (depuis 2015, en gros) de se découvrir le destin historique qu’elle croit désormais reconnaître pour sien et le mode africain de gouvernance qui s’y fait jour à l’échelon de ses nations comme à celui de son unité d’espace l’imprègne de son être. En absorbant la matière humaine du continent africain, elle adopte un dessein, un destin politique, qu’elle n’avait pas entièrement formé lors de sa fondation de 1992. Les populations africaines qui investissent cette coque comme le bernard-l’ermite la coquille d’escargot la dotent d’une vocation quasi-millénariste : elle sera empire africain tout à la fois quintessentiel (multiculturalisme, recherche permanente d’une balance multiethnique), et charnel (par le bois d’ébène invité à venir l’emplir et la façonner de ses mœurs et coutumes de tous ordre dont la démocratie de façade et d'apparât). De la sorte les décideurs de l'UE ambitionnent de bâtir un empire sans avoir à faire la guerre. C'est la veine utopique qui irrigue ce projet de "fin de l'histoire".

Dans la chronologie européenne, cet avènement néo-impérial n’a rien d’incongru : la quête d’empire sur ce continent n’a jamais cessé, qu’elle soit le fait des Français jusqu’au désastre de Sedan, des Prussiens et des Germains (jusqu’au suicide de Hitler) ou des Russes jusqu’à la dissolution de l’URSS en décembre 1991, et de nouveau par l’action des Germains pour qui, depuis Helmut Schmidt au moins, la politique, dont l’acte de couronnement est la fondation maastrichtienne, est la continuation de la guerre par d’autres moyens, les rares moments de hiatus, les brefs intermèdes à cette quête au XXe siècle ont été la République de Weimar (qui précéda pendant quatre ans la fondation de l’Urss, de 1918 à 1922) et les trois dernières semaines de décembre 1991 qui vit l’interrègne entre l’effacement de Moscou et la surrection de Berlin-Bruxelles.

Ne pas vouloir périr et s’effacer de l’histoire est une volonté louable et saine mais qui ne suffit pas : il faut s’atteler à la tâche douloureuse d’une analyse objective qui relativise notre fin et trace les contours historiques de notre finitude.

Messages: 272

Re: De l'effondrement

30 Juillet 2018, 23:42 Message

Pas tout à fait d'accord, surtout sur la fin si je puis dire. Mais le fil ne s'y prête pas, et je n'en ai déjà que trop dit.
A très bientôt !

Suivante

Retourner vers Modernité modernante