Afficher le sujet - Ethique Toc

Ethique Toc

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16355

Ethique Toc

31 Janvier 2018, 09:32 Message

L’éthique pas très éthique des états généraux de la bioéthique (Bd Voltaire)

« Le questionnaire établi par l’Espace de réflexion éthique du Poitou–Charentes présente un de ces bugs. La technologie de collecte de l’information n’est pas en cause – c’est du Google Forms standard -, c’est la formulation de la question 13 en page 2 qui pose de très sérieux problèmes. Voici la question in extenso :

"13 – Pensez-vous que la loi actuelle sur la fin de vie est suffisante ?

– Oui
– Non
– Je ne connais pas assez la loi pour me prononcer

Sinon, pensez-vous au contraire qu’il faille aussi autoriser : le suicide assisté, c’est-à-dire la possibilité pour un tiers de délivrer un produit létal permettant à celui qui le souhaite de mettre fin à ses jours.
Ou l’euthanasie, c’est-à-dire la possibilité pour un patient souffrant d’une maladie incurable de demander à un médecin de mettre fin à ses jours. Choisissez une des réponses suivantes :

– Je suis favorable au suicide assisté
– Je suis favorable à l’euthanasie

Quelle que soit votre réponse, pourriez-vous argumenter en quelques mots votre position ?"

Le premier problème est que présenter une loi comme suffisante ou insuffisante laisse supposer qu’il existe un "sens de l’Histoire", immuable quant à la direction, qui ferait que les lois doivent évoluer sur une échelle connue (par exemple celle du progrès ?). C’est de toute évidence un présupposé que chacun est libre de prendre à son compte ou non. Mais une telle formulation de la première question néglige l’opinion de celui qui considérerait que la loi Claeys–Leonetti est allé trop loin, que la loi Leonetti de 2005 aurait dû rester la norme juridique, et surtout que cette loi devrait être mise en application en ce qui concerne la disponibilité des soins palliatifs partout en France.
Bref, la bonne formulation eût été de demander si l’on est satisfait ou non, et pourquoi.

Le pauvre monsieur Jean-Luc Romero, président de l’ADMD (Association pour le droit de mourir dans la dignité), va être ennuyé. Il est pour le suicide assisté et pour l’euthanasie, mais il lui faudra choisir entre les deux : ce choix est mutuellement exclusif. Mais il est aussi singulièrement restreint, puisque ceux qui sont hostiles à l’euthanasie ou au suicide assisté ne peuvent pas exprimer leur opinion.

Que c’est dommage ! Un esprit chagrin pourrait y voir une tentative de censure, de circonvenir l’internaute. La bonne formulation eût été de scinder la question en deux (suicide assisté, euthanasie) et de proposer pour chacun une réponse « Je suis hostile ». Heureusement, il est possible de passer à la page suivante sans répondre, malgré l’impératif du "Choisissez une des réponses suivantes".

Confucius disait : "Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions." Peut-être est-ce mon entendement qui est défectueux, mais j’ai compris à la lecture de ces questions que la probité et la rigueur intellectuelle n’ont pas droit de cité dans l’Espace bioéthique de Poitou-Charentes. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16355

Re: Ethique Toc

23 Février 2018, 11:13 Message

Bloc-notes : la politique, liée par une pudeur déplacée (Rioufol, blog Le Figaro)

« Voyeuse et aveuglée : ainsi erre l’opinion, tel un spectre, quand elle n’est nourrie que d’informations autorisées. Les promoteurs de ce monde fabriqué dominent la politique et les médias. Ils recommandent d’observer une pudeur de chaisière sur les grandes mutations de la société; les gardiens du secret couvrent même ces sujets de draps opaques. Parallèlement, ils encouragent le déballage des vies intimes, sexuelles, familiales. Ces communications-là sont présumées "faire sens". En réalité, elles détournent les regards. La France en est là : elle n’a pas son mot à dire sur la politique d’immigration du gouvernement, ni sur la maîtrise de son destin. En revanche, tout le monde est invité à avoir un avis sur Nicolas Hulot ou Gérald Darmanin, deux membres du gouvernement ciblés par des dénonciatrices qui se voudraient justicières. Les Français sont aussi priés de choisir leur camp autour du testament de Johnny Hallyday, ouvert à tous...

La société du spectacle produit ces aberrations. Il faut dire que la tyrannie de l’impudeur est une vieille monstruosité, dénoncée par votre serviteur il y a près de vingt ans (1). C’est elle qui permet aux imposteurs, aux Narcisses, aux vendeurs de salades de se faire d’éphémères célébrités dans l’art, la musique, la littérature. La réserve est une tare dans cet univers consacré au cheap, à l’anecdote, à la spontanéité émotive. Le professionnel a cédé la place à l’arriviste, persuadé d’avoir le génie des grands. Ce culte de l’immodestie et du bagout a même fait croire aux élèves qu’ils n’avaient rien à appendre de leurs maîtres. Mise au service de la promotion égotique, cette obsession de la transparence permet à ceux qui n’ont rien à dire d’occuper la scène pourvu qu’ils brassent le vent. Le voyeurisme autorise des journalistes à se prendre pour des juges ou à se valoriser en délateurs, dans une affolante confusion des rôles et des valeurs. Donc la France en est là.

Et voici le résultat : tandis que la nation est confrontée, comme jamais dans son histoire, à une contre-société qui se structure dans le rejet du modèle démocratique, le cirque médiatique se passionne pour des rumeurs d’agressions sexuelles, décortique des sous-entendus salaces, cautionne la moindre plainte d’une "victime". »

Messages: 1464

Re: Ethique Toc

23 Février 2018, 13:57 Message

Excellent. Yvan Rioufol a mangé du lion ! Cela se sent de plus en plus. Bravo !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16355

Re: Ethique Toc

5 Mars 2018, 17:21 Message

Congélation des ovocytes : des gynécologues contournent la loi (Gènétique)

« Un certain nombre de médecins « jugent cette loi obsolète ». Ils n’hésitent pas à entrer dans l’illégalité et à contourner la législation : infertilités diagnostiquées un peu rapidement, prises en charge, … chacun a sa tactique « pour s’accommoder de la loi » : "Je leur signe une feuille de prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale pour infertilité et prescris des ordonnances de stimulation ovarienne avec, pour le suivi, des échographies et des prises de sang". "Je suis borderline, je joue parfois sur l’interprétation de la loi. Mais elle n’est plus adaptée à l’évolution des couples et de la famille". »

Le consommateur a toujours raison.


Retourner vers Modernité modernante