Afficher le sujet - Pénétration (...) du "gender"

Pénétration (...) du "gender"

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Pénétration (...) du "gender"

3 Avril 2013, 09:28 Message

Monsieur Vallaud-Belkacem, ministre de la Propagande… (Bd Voltaire)

Un détour par le rapport cité vaut son pesant de cacahuètes...

« Les suites données au rapport remis pour la forme au ministre Belkacem sont courues d’avance : des directives seront clairement données, et les personnels de crèches formés dans le but de "libérer" les enfants de leurs "stéréotypes sexués". »

http://www.bvoltaire.fr/francoisdelaitrebvoltaire-fr/monsieur-vallaud-belkacem-ministre-de-la-propagande,17261?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=31d0ea8cfe-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du gender

5 Avril 2013, 08:34 Message

Un article sur la théorie du "gender" ; http://www.ndf.fr/identite/04-04-2013/la-theorie-du-genre-symptome-dune-societe-narcissique-manipulee-et-fascisante-12?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29#.UV5s61c7ib4

La théorie du genre : Symptôme d’une société narcissique, manipulée et fascisante ? (Nouvelles de France)

« Le déni du réel et de ses contraintes, général aux dérives narcissiques, s’applique ici à un objet bien particulier : la différence des sexes. Dans la culture psychanalytique, ce type de défense est typique du pervers. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du gender

27 Avril 2013, 13:21 Message


Avatar de l’utilisateur
Messages: 301
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Pénétration (...) du gender

17 Mai 2013, 10:26 Message

L'histoire tragique d'un être humain, sur quoi se fonde encore la fumeuse théorie du genre...

http://www.theoriedugenre.fr/spip.php?article46#fQZXCEWHtFZQH8WT.01

Ce qui n'est pas précisé au départ, c'est l'opération ratée : une circoncision.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du gender

23 Mai 2013, 13:48 Message

Au programme de la rentrée 2013 (GS-CP-CE1)

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 301
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Pénétration (...) du gender

23 Mai 2013, 13:50 Message

Non !

8O

Au secours...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 301
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Pénétration (...) du gender

23 Mai 2013, 14:32 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du gender

23 Mai 2013, 14:38 Message

Ah oui, quand même...
Ce n'est même plus la réalité qui dépasse la fiction, c'est du délire pur et dur.
Le faux en liberté totale grâce à une apesanteur toute d'artifice.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du gender

24 Mai 2013, 09:30 Message

Le journal (?) Elle dans ses œuvres, au sujet d'une nouvelle histoire de genre ahurissante :

Les toilettes des filles interdites à une enfant transgenre (Elle)

« Coy Mathis est née garçon. Dès l’âge de 18 mois, elle a commencé à se comporter comme une fille, jouant avec des poupées Barbie quand son frère s’amusait avec des dinosaures. A quatre ans, elle a commencé à dire à ses parents que son corps ne lui convenait pas. »

La puissance du lobby LGBT est décidément stupéfiante...

http://www.elle.fr/Societe/News/Les-toilettes-des-filles-interdites-a-une-enfant-transgenre-2368722

Avatar de l’utilisateur
Messages: 301
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Pénétration (...) du gender

24 Mai 2013, 10:29 Message

Stupéfiant en effet.

En Allemagne : des parents condamnés pour avoir refusé les cours d'éducation sexuelle : http://www.zenit.org/fr/articles/allemagne-parents-condamnes-pour-avoir-refuse-des-cours-d-education-sexuelle

Avatar de l’utilisateur
Messages: 301
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Pénétration (...) du gender

24 Mai 2013, 10:42 Message

Le document complet est saisissant, si l'on peut dire. Du genre insupportable, ne serait-ce que pour le "français gnangnan" qui y règne en maître.

"Le ministre de l’éducation nationale m’a confié un rapport concernant la lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre afin de mettre en place des actions et mesures concrètes pour les prochaines rentrées, à appliquer dans les écoles et des établissements. En septembre 2012, le Premier Ministre a chargé la ministre des droits des femmes de préparer, en liens étroits avec les ministres concernés, un plan national de lutte contre l’homophobie. C’est dans ce cadre que Vincent Peillon m’a chargé de ce rapport spécifique au ministère de l’éducation nationale. Le milieu éducatif n’est pas exempt d’actes homophobes et transphobes, qu’ils soient exercés ou subis par les élèves, leurs familles ou des adultes de la communauté éducative. L’école est le reflet de la société, et le récent débat sur le mariage pour les personnes de même sexe a montré que les relents homophobes étaient bien présents la société française. "

***

Les relations amoureuses

(...)

Plus tard, les évocations qui pourraient être faites restent absentes ou ridicules comme la fameuse phrase du Lagarde et Michard sur « les relations tumultueuses» de Verlaine et Rimbaud. Pourtant la société a bougé, on voit désormais des gays et des lesbiennes dans les séries télévisées, les débats sur le PACS en 1999 ou sur le mariage en 2012 et 2013 ont traversé la société, des personnalités médiatiques ont effectué leur coming-out. À l’école les couples de femmes ou d’hommes qui sont parents d’élèves sont aujourd’hui visibles, de plus en plus d’enseignantes ou d’enseignants ne «cachent» plus leur conjoint... mais dans la classe comme dans la cour, rien n’a changé...

(...)

Comment se fait-il que les élèves, dans leur quasi-majorité, ne trouvent rien à redire à une histoire où il y a deux mamans qui s’aiment, où Raphaël aime Jérôme, où Philomène va rejoindre Lili, où Rémi est troublé par Hubert... et que dans le même temps la violence et les agressions homophobes ne reculent pas ? Pourquoi notre école et notre société laissent-elles ancrer chez les jeunes stéréotypes et comportements discriminatoires ? La réponse est sans doute dans la frilosité de l’institution qui, malgré quelques propos encourageants, n’a dans ces dernières années engagé aucun moyen de formation des enseignant-es."


Le rapport complet : http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/document_telechargeable-2013-05-04-22h40_150dpi.pdf

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du gender

29 Mai 2013, 09:10 Message

Ce contre quoi il faudrait lutter désormais en priorité, pied à pied, par extension du domaine de la lutte du mouvement de la Manif pour tous :

La théorie du genre s'immisce à l'école (Le Figaro)

Un résumé des informations supra.

« "La littérature jeunesse est un support pertinent pour aborder toutes les questions sensibles", affirme Sébastien Sihr, secrétaire général du syndicat (Snuipp), avant de préciser qu'il s'agit de "suggestions" sans lien avec les programmes scolaires. "Le livre Papa porte une robe permet d'aborder les questions de sexisme et d'homophobie, qui sont liées", poursuit-il. »

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/05/28/01016-20130528ARTFIG00664-la-theorie-du-genre-s-immisce-a-l-ecole.php

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du gender

4 Juin 2013, 17:09 Message

Le mi-chêvrechoutiste Bilger a énormément baissé dans mon estime ces derniers temps.
Sa contribution est bien longue, bien insuffisante, mais c'est mieux que rien, et cela montre à quel point une idéologie invraisemblable peut s'imposer à tous les niveaux de l'action publique. À quel point l'égalitisme forcené et stupide, avec le victimisme et sa dénonciation permanente de prétendues "discriminations", sont de puissants leviers par temps de décérébration généralisée.

Discriminations sexuelles: Drôle de genre à la Chancellerie
Un stage de bonne conduite imposé aux magistrats
(Causeur)

« Dans le lot des protestataires rétifs (...)
Il y a surtout cet insupportable André Vallini qui, dans un entretien inséré dans une double page consacrée à l’absence de politique de Christiane Taubira, s’est permis, grâce à des réponses claires, nettes, cohérentes et équilibrées, acceptables par une gauche et une droite réalistes et humaines à la fois, de donner son avis sur des questions insignifiantes comme les prisons, l’utilité de la sanction, la philosophie pénale et l’état de la Justice (Le Figaro). S’il avait su ce qui se préparait sur “l’identité de genre”, il ne se serait pas esclaffé, non, mais évidemment attristé! Ainsi le pire était donc sûr.

Trêve de plaisanteries !

Ce “drôle de genre” à la Chancellerie est une catastrophe. On n’a pas mieux à penser, à réparer et à accomplir ? »

Réponse : certainement pas !

http://www.causeur.fr/justice-discriminations-taubira,22812

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du gender

5 Juin 2013, 15:58 Message

Mise au point nettement plus roborative...

Image


Vous reprendrez bien encore un peu de Gender ? (blog Hashtable)

« Car si John Money est en effet l’inventeur de la Théorie du Genre (comme le rappelle, au passage, cette édifiante page Facebook), puisqu’il en crée les concepts centraux et la pratique médicale, il est aussi connu pour avoir tenté de transformer un petit garçon, David Reimer, en petite fille, grâce à la chirurgie et la psychiatrie. On ne s’étonnera pas d’apprendre que parvenu à l’âge adulte, l’enfant ainsi bidouillé s’est suicidé, tout comme son frère jumeau. Jusqu’ici, tout va bien, non ? Après tout, l’expérimentation sur les enfants, c’est autorisé, hein. Non ? Bah.

En outre, on le sait moins, mais John Money participait activement à Paidika, « The Journal Of Pedophilia », qui, comme son nom l’indique vaguement, est une revue militante pro-pédophilie basée à Amsterdam. Je ne sais pas si jusqu’ici, tout va encore bien, mais disons que le personnage qui émerge d’un coup laisse un goût âcre dans la bouche. Si l’on ajoute que l’individu n’a pas hésité à mentir de manière éhontée sur les résultats de ses expérimentations, à partir desquels on dresse maintenant les théories qui servent à appuyer les discours ahurissants des ministres français, on obtient un tableau tout à fait édifiant de l’ensemble de la « discipline » : elle ne repose sur rien, a été inventée de toutes pièces par un type psychologiquement atteint et ne sert plus guère qu’à excuser les pulsions constructivistes (ou dans certains cas, destructivistes) de névrosés hontectomisés. »

« Les socialistes officiels sont au pouvoir depuis une douzaine de mois à présent. Dans ce court laps de temps, en plaçant leurs plus dangereux fous dogmatiques aux postes clefs, le gros œuvre de transformation de la société à grand coups de lois sociétales et de règles égalitaristes a commencé. Bien sûr, lorsque cela paraît trop gros, ils nient ; Peillon a ainsi effrontément menti que la théorie du genre ne serait pas introduite à l’école prochainement, de la même façon qu’il mentira sans la moindre parcelle de doute lorsqu’il s’agira d’assurer que la méthode globale, catastrophe avérée depuis des années, n’est pas en place dans les primaires pour l’apprentissage de la lecture… »

http://h16free.com/2013/06/05/24139-vous-reprendrez-bien-encore-un-peu-de-genre-encore-encore

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du gender

13 Juin 2013, 10:21 Message

Théorie du genre : Finkielkraut dénonce «une révolution culturelle en train de transformer notre démocratie en maison de redressement des vivants et des morts» (RCJ, avec E. Levy)

Remarquable, comme de juste.



« Je voudrais commencer par dire que, s’il ne s’agissait dans le mariage pour tous, que de légaliser, d’officialiser, de normaliser les unions des couples homosexuels, nous n’aurions affaire qu’à une réforme sociétale. Nous pourrions l’approuver, ou au contraire lui trouver des défauts, mais ce serait finalement une histoire mineure. Il ne s’agit pas de cela. Un mouvement s’est mis en marche : une révolution culturelle, qui est en train de transformer notre démocratie en maison de redressement des vivants et des morts. La théorie du genre. Un fait a été mis en lumière par les sciences de l’homme : il n’est aucune humanité, aucune société, qui n’appartienne à une culture. Toutes nos manières de sentir et de percevoir témoignent d’une compréhension du monde préalable. Une tradition imprègne nos moeurs, anime nos manières de voir, de travailler, de sentir. Les théoriciens du genre s’appuient sur cette découverte des sciences humaines, pour radicaliser la proposition. Pour ces théoriciens et théoriciennes, il faut réduire la part du biologique. Tout est culturel. Le sexe est genre de part en part. Tout est culturel. En effet. Alors, je disais les sciences de l’homme. Mais les sciences de l’homme ont été précédées dans cette découverte par un grand mouvement de pensée, au début du XIXe siècle, en réaction à la Révolution française. Le romantisme. Qui a dit : il y a des traditions historiques, on ne peut pas, sauf à tomber dans les plus grands périls, vouloir construire un homme nouveau, nous venons de quelque part. Mais, précisément, le romantisme disait : ce qui est historique doit être respecté. Les théoriciens du genre disent : ce qui est historique doit être déconstruit, pour être remodelé. La théorie du genre nous précipite dans une sorte de constructivisme généralisé. Nous devons savoir que notre identité prétendument sexuelle (donc naturelle) est une identité culturelle. Dès lors elle est critiquable, elle est remédiable, elle est remodelable, et nous pouvons choisir l’identité que nous voulons. Être plus ou moins homme, plus ou moins femme, parce que les caractères qu’on attribue à l’un et à l’autre, précisément, sont arbitraires en tant qu’ils sont culturels… »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 99

Re: Pénétration (...) du gender

13 Juin 2013, 11:27 Message

Pour contribuer au sujet et nous replonger au sein de certaines sources historiques du processus nous ayant mené à cette situation, je propose un texte que je trouve remarquable, « Progress or return ? » de Leo Strauss.

http://fr.scribd.com/doc/15505939/Leo-Strauss-Progress-or-Return

Après nous avoir éclairé sur notre prise de distance progressive quant aux sources du droit naturel, de notre refus de porter des jugements de valeur, entériné, entre autres par la sociologie wébérienne, il nous présente des idées fort intéressantes, comme « la substitution de la distinction du bien et du mal à celle du progressiste et du réactionnaire – l’implication étant que nous devons choisir et faire ce qui favorise le progrès, ce qui s’accorde aux tendances de l’histoire et qu’il serait indécent ou immoral de montrer la moindre réticence à l’égard de telles adaptations. »

Il expose également deux visions antagonistes du « mieux » :

La première, ancienne, antique : « Quand les prophètes demandent des comptes à leur peuple, ils ne se contentent pas de les accuser de tel crime ou péché particulier. Ils reconnaissent qu’à la racine de tout crime particulier, il y a le fait que le peuple s’est détourné de son Dieu. Ils accusent leur peuple de rébellion. À l’origine, dans le passé, ils étaient fidèles ou loyaux ; ils sont à présent dans un état de rébellion. Dans le futur, ils feront retour et Dieu les replacera dans leur situation d’origine. La loyauté est première, originale ou initiale ; l’infidélité, l’absence de foi est secondaire. La notion même d’infidélité ou d’absence de foi présuppose que la fidélité ou la loyauté soit première. Le caractère parfait de l’origine est une condition du péché – de la pensée du péché. L’homme qui se comprend ainsi a un désir ardent pour la perfection de l’origine ou du passé classique. Il souffre du présent ; il espère pour l’avenir. »

La seconde, l’actuelle, rationaliste : « De son côté, le progressiste ne voit dans le passé qu’un commencement très imparfait. Le commencement est barbarie, stupidité, rudesse, pauvreté extrême. Le progressiste n’a pas le sentiment d’avoir perdu quelque chose d’une grande – pour ne pas dire infinie – importance ; il n’a perdu que ses chaînes. Il ne souffre pas du souvenir du passé. En regardant vers le passe, il est fier de ce qu’il a accompli ; il est certain de la supériorité du présent sur le passé. Il n’est pas satisfait du présent ; il cherche des progrès futurs. Mais il ne se contente pas d’espérer ou de prier pour un futur meilleur ; il pense pouvoir le mettre en œuvre par son effort. Cherchant la perfection dans un futur qui n’est dans aucun sens le commencement ou la restauration du commencement, il vit sans réserve dans l’anticipation du futur. La vie qui se conçoit comme une vie de loyauté ou fidélité lui paraît rétrograde, soumise à de vieux préjugés. »
"Où le secret commence, commence aussi le pouvoir réel" H. Arendt, Le système totalitaire

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du gender

13 Juin 2013, 13:30 Message

La croyance en ce "progrès" deuxième manière n'est plus aujourd'hui que l'expression de la toute puissante volonté technique, laquelle "prouve" quotidiennement sa véracité incontestable — avec la justification de la Science qui n'est plus en vérité que sa servante lobotomisée —, et impose que son inéluctabilité soit infiniment désirable par l'enchantement spectaculaire de ses "triomphes", en vérité marchands. La Raison même s'y est abîmée.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 99

Re: Pénétration (...) du gender

13 Juin 2013, 14:13 Message

Absolument, si l’on reconnaît volontiers que sur le plan technique, l’homme moderne est un géant comparé à l’homme antique, on doit également admettre qu’il n’y a pas de correspondance en regard de sa sagesse et de sa bonté. Or, si nous doutons de sa capacité à juger de ce qui est bien et de ce qui est mal, il s’agit d’un géant aveugle.
"Où le secret commence, commence aussi le pouvoir réel" H. Arendt, Le système totalitaire

Suivante

Retourner vers Modernité modernante