Afficher le sujet - Pénétration (...) du "gender"

Pénétration (...) du "gender"

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du "gender"

12 Octobre 2014, 13:52 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du "gender"

5 Novembre 2014, 11:09 Message

Comment les ados françaises se jettent dans les filets de l’islamisme… (G. Cluzel, Bd Voltaire)

« Tandis qu’à l’Assemblée nationale, une Sandrine Mazetier cherche des poils sur les « E », tandis qu’au gouvernement, Laurence Rossignol tweete avec componction sur un point aussi essentiel que la couleur du cartable, le logiciel « féminisme », exclusivement programmé pour taper sur les doigts du monde occidental, est impuissant face à l’islamisme. C’est le bug, le trou noir. Mieux : il en fait le lit. Car ces réalités, qu’il a appelées avec mépris stéréotypes et qu’il a voulu chasser par la porte, reviennent brutalement par la fenêtre, mais caricaturées et mortifères. « Aux filles, on fait croire qu’elles vont faire de l’humanitaire et aux garçons, qu’ils vont combattre les soldats de Bachar el-Assad. » Les islamistes jouent sur la corde des sensibilités sexuées – la générosité pour les unes, la bravoure pour les autres – pour les attirer à eux : comme si, niées autoritairement par notre société « non genrée », ces spécificités cherchaient par tous les moyens à s’employer ailleurs, là où on en voulait bien, même de la pire façon. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 301
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Pénétration (...) du "gender"

5 Novembre 2014, 11:32 Message

"le combat féministe, dans sa forme actuelle, n’est pas seulement dérisoire, il est dévastateur."

Voilà qui est parfaitement résumé.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Pénétration (...) du "gender"

5 Novembre 2014, 14:47 Message

Gender, quand tu nous tiens. Je lis dans Ouest-France :
Camille C'est le prénom que tous les défenseurs des "zones à défendre" (Notre-Dame-des-Landes, Sivens) ont décidé de prendre pour répondre aux médias. Unisexe, "Camille " protège de la personnalisation.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du "gender"

13 Novembre 2014, 09:58 Message

L’entreprise de céréales pour enfants est un des sponsors officiels de la gay pride d’Atlanta.

Image


À la bonne heure : Les céréales sont mauvaises pour la santé, selon un neurologue (Huffington Post)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du "gender"

31 Janvier 2015, 12:25 Message

Au revoir monsieur, au revoir madame (Bd Voltaire)

Par respect pour les transgenres, une université américaine demande à son personnel de ne plus utiliser "monsieur" et "madame" dans sa correspondance avec les étudiants.

« Dans sa communication, l’université parle de fluidité sexuelle… Au sommet de son ambiguïté, l’étudiant entre dans le bureau du professeur en passant sous la porte… et ressort par la soufflerie du climatiseur. Ni vu ni connu, ni monsieur, ni madame… Fluide.
Pour finir ce divertissement en beauté, ajoutons qu’un mouvement étudiant milite pour la création de toilettes unisexes et l’abandon des pronoms "he" et "she" au profit du neutre. De nouveaux lieux de rencontres se profilent… It is very romantic… »

La progression du neutre dans notre langue, Borer en parle très bien dans son bouquin.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du "gender"

3 Février 2015, 10:57 Message

« Cela ressemble à une blague ou à une question piège mais ça n’en est pas une : New York City demande aux femmes qui ont accouché dans ses hôpitaux et cliniques de préciser dans le certificat de naissance si elle se définissent comme des mâles ou des femelles, rapporte le New York Post. Ainsi, à la ligne « Mère/Parent (femme accouchant) », il y a une case à cocher pour choisir "masculin" ou "féminin". "Pour être clair, il est possible qu’une personne qui a donné naissance à un enfant s’identifie comme un homme", explique sérieusement Me Susan Sommer, un avocat de Lambda Legal, un groupe LGBT extrémiste cité par le journal. » (Nouvelles de France)

***

Une petite pub gratuite pour AXA :

« Promoteur d'une culture inclusive qui permet à chaque collaborateur d'être lui-même au travail, AXA sponsorise l'étude « LGBT Diversity: Show Me The Business Case », publiée par Out Now, spécialiste des sujets LGBT. Rendue publique le 28 janvier, cette étude a été établie à partir d'une initiative de recherche à l'échelle mondiale impliquant plus de 100.000 personnes LGBT dans le monde.

« AXA s'engage résolument à être un des leaders sur la question de la diversité et de l'intégration sur le lieu de travail, et notre soutien à cette étude est en phase avec cet engagement. [...] Nous voyons notre soutien à la diversité LGBT sur nos lieux de travail non seulement comme la bonne chose à faire, mais aussi comme une partie importante de nos objectifs généraux », déclare ainsi Christiane Bisanzio, DRH pour la région Europe centrale, Europe du Nord et Europe de l'Est, et chef du groupe AXA "diversité et intégration. »

« Elle souligne également le risque de démission de salariés performants qui ne sentiraient pas autorisés à déclarer leur sexualité au travail. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du "gender"

16 Février 2015, 12:21 Message

Image


La "philosophe" américaine Judith Butler a été faite « Chevalier des Arts et Lettres » le lundi 26 janvier.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du "gender"

7 Mars 2015, 13:51 Message

On s'amuse bien à Sciences Po — il est vrai qu'avec les directeurs, professeurs et autres "intervenants" qui y sévissent (ou bien y ont sévi), outre le profil type, l'inculture aussi crasse que prétentieuse, et le formatage de ses "étudiants"...


L’interview censurée de la Péniche (Sciences-Po), qui enflamme le web hier (Araignée du désert)

« Le vendredi 6 mars, la « Queer week » a organisé la conférence « Le chantier linguistique », pour promouvoir la « linguistique queer ». Il faudrait par exemple utiliser des pronoms neutres, comme le « Hen » suédois. Est-ce une « novlangue » ? Cherche-t-on à transformer la réalité en changeant les mots ?

Oui. Par la création de mots nouveaux « neutres », les « déconstructeurs » et « performers » queer prétendent formater le Réel à leurs fantasmes irréalistes les plus fous pour le déconnecter de l’amour sexué et le transformer en amour génital asexué. C’est la dialectique du nominalisme. Ça a l’air créatif et poétique, comme ça. Mais à travers ces néologismes, on essaye à la fois de gommer et de justifier une approche conflictuelle entre les sexes. On pense que le problème c’est l’« homme et la femme », qu’ils ne peuvent pas s’entendre, et l’on fuit ce conflit-là par la recherche d’une neutralité ou d’une asexuation inexistante.


Rachele Borghi, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne, a été invitée plusieurs fois à des évènements de la Queer week. Elle avait fait polémique en donnant une conférence nue à l’université publique Bordeaux-Montaigne. En enlevant sa culotte et son soutien-gorge, elle avait expliqué à son auditoire que son anus était un « laboratoire de pratiques démocratiques ». Est-on en pleine décadence ?

Oui. Ou en pleine régression, en tous cas. Ces gens-là n’acceptent pas leur corps et son caractère unique, précieux. Ils se croient donc permis d’en faire n’importe quoi, d’en enlever tout secret, toute sacralité, et d’imposer leur auto-maltraitance aux autres. En psychanalyse, cela s’appelle les « régressions » aux stades infantiles de la sexualité (analité, narcissisme, fétichisme, pédophilie, etc.). Leur démarche est consumériste et capitaliste car ils transforment leur corps en objet de consommation et d’exhibition. Ils disent s’opposer à ces systèmes-là mais ne se voient pas les copier. »

On le voit : à la Sorbonne ou à Bordeaux, on folâtre également sans retenue.
Au reste, cette histoire c'est Moderne contre Moderne, version entortillée, et pitoyable de ridicule.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 604
Localisation: Paris

Re: Pénétration (...) du "gender"

7 Mars 2015, 17:19 Message

Pendant ce temps les mêmes renvoient devant la section disciplinaire des universités un jeune homme qui a effleuré le cou de la jeune fille placée devant lui dans l’amphithéâtre. Il ne faut pas croire que l’Université est un lupanar pour tous.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du "gender"

9 Mars 2015, 19:08 Message

Belle interview sur Causeur (accès payant) de Bérénice Levet à l'occasion de son livre "Théorie du genre"

« Il s’agit bien de renvoyer l’antique division entre les sexes de l’"historicité" à la "caducité", comme vous l’écrivez…

Tel était clairement et nettement l’objectif des fameux ABCD de l’égalité : pourquoi faire étudier le portrait en pied de Louis XIV par Rigaud, montrant le souverain portant talons hauts, porte-jarretelles, et bas en soie ? Afin de faire prendre conscience à nos chères têtes blondes, comme on ne devrait plus dire, de la contingence des codes vestimentaires auxquels les soumettent la société, les adultes, à commencer par leurs parents. Toute transmission de manières d’être, de formes, est requalifiée en « formatage », et les agents de cette transmission sont assimilés à des collaborateurs d’un vieux monde rassis, frileux, replié sur lui-même… Plus encore que la nature, la cible du « genre » est la civilisation, le monde de significations institué qui nous précède et nous excède. « La civilisation, dit magnifiquement l’ethnologue Margaret Mead, n’est pas l’œuvre des enfants. »

Pourquoi considérez-vous que le « genre » est spécifiquement une attaque contre la civilisation française ?

Il existe une exception française en matière de mixité des sexes, exception établie et explorée par Mona Ozouf, Philippe Raynaud, Claude Habib et Alain Finkielkraut. La France ne s’est pas contentée de reconnaître, de faire droit à la différence des sexes, elle l’a exacerbée. Elle s’est plu à cultiver les tours et détours du jeu de l’amour. Mais les démocrates acharnés que nous sommes n’aiment plus suffisamment cet héritage, qui nous vient des siècles aristocratiques, pour le défendre contre une idéologie qui lui est foncièrement contraire. Le contraire de l’égalité n’est pas l’inégalité, mais la bigarrure des manières d’être, les aspérités, les variantes et variations. Notre art, notre littérature ont exploré sans relâche cette dissymétrie sexuelle. Nous sommes riches d’une histoire que nous aurions tout intérêt à exalter, à défendre avec fierté. Walter Benjamin parlait des promesses du passé, qu’il appartenait aux générations suivantes de sauver et de prolonger. Laissons de côté la passion de l’égalité et puisons notre inspiration dans Marivaux, dans Balzac, dans Stendhal... »


« Chassez-la, la nature revient au galop. Finalement, la théorie du genre est-elle vraiment dangereuse, face à l’inexpugnable universalité de la différence sexuelle ?

Comme le disait Montesquieu, la nature est vulnérable chez l’homme. Et l’ivresse des possibles n’est plus aujourd’hui la marque exclusive des adolescents. Cependant, ce n’est pas seulement la nature qui nous importe ici, mais ce que, sur ce donné naturel, nous avons conçu, élaboré, inventé : la culture. Or la culture, cette histoire unique, singulière, tramée par des siècles, elle, ne revient pas au galop. Elle ne peut compter que sur nous pour persévérer dans l’être. Il nous appartient de répondre de cet héritage. Nous avons, comme le disait Karen Blixen, une responsabilité pour le féminin, pour la féminité, comme les hommes en ont une pour la masculinité, la virilité, si l’on peut risquer ce mot. Cette responsabilité, nous ne pouvons l’endosser que si nous éprouvons de la gratitude pour cet héritage civilisationnel. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 596
Localisation: Provence

Re: Pénétration (...) du "gender"

15 Novembre 2015, 11:23 Message

La « pénétration (...) du "gender" » expliquée par les Monty Python :


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du "gender"

21 Décembre 2015, 17:36 Message

Cela faisait longtemps que l'on ne s'était penché sur le progressisme progressiste...

A 52 ans, ce transsexuel quitte sa femme et ses enfants pour devenir une petite fille de 7 ans: il a été adopté par un couple d'amis (RTL.be)

Une belle histoire de Noël : « Stefonknee Wolscht, un homme de 52 ans, a toujours eu la sensation d'être une petite fille au fond de lui. Il a quitté sa femme et ses enfants à cause de ce mal-être insupportable. Après des tentatives de suicide et des mois passés dans la rue, le Canadien a été aidé par la communauté transgenre de Toronto. Désormais, Stefonknee vit chez un couple d'amis. Ces derniers sont devenus ses parents adoptifs et s'occupent de lui comme d'une petite fille de 7 ans. Les enfants et petits-enfants de son nouveau foyer l'acceptent tel qu'il est. Le cinquantenaire profite de sa nouvelle vie en passant son temps à faire du coloriage. Entouré d'amour, Stefonknee ne pense plus au suicide. »

Si le cœur vous en dit, il y a une vidéo...

Messages: 1414

Re: Pénétration (...) du "gender"

21 Décembre 2015, 18:22 Message

Tiens une solution pour échapper à la maison de retraite. Je commence à me sentir comme un petit garçon abandonné. N'y aurait-il pas quelque famille moderne susceptible de m'adopter ?

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Pénétration (...) du "gender"

21 Décembre 2015, 19:07 Message

Bon, mais il n'y a pas de quoi en faire un plat : retomber en enfance est un processus bien connu. Il est vrai que 52 ans est un peu jeune. Blague à part, ce conte de Noël est ahurissant !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du "gender"

21 Décembre 2015, 22:05 Message

Merci, Super U !


Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Pénétration (...) du "gender"

21 Décembre 2015, 22:21 Message

Offrir aux enfants l'image d'un monde plus juste.
C'est aussi ça le commerce qui profite à tous.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15153

Re: Pénétration (...) du "gender"

24 Janvier 2016, 18:32 Message

Image

PrécédenteSuivante

Retourner vers Modernité modernante