Afficher le sujet - Nobel

Nobel

Sur l'envahissement par le culturel de pacotille, contre la possibilité de toute culture authentique
Messages: 3089

Re: Nobel

19 Octobre 2016, 11:43 Message

Le suicide médicalement assisté

Chère Phénarète,

Je ne sais pas si il suffira de "s'efforcer de résister, s'élever par et pour soi-même" bien que je sois sur le fond d'accord avec vous car sans un changement intérieur rien n'est possible ...

En attendant l'entreprise de saccage de tout ce qui a fait notre civilisation continue sa marche inexorable et nous retournons petit à petit à l'ère pré-chrétienne cad au paganisme.

Comme le disait René Girard
"Ce néo-paganisme situe le bonheur dans l'assouvissement illimité des désirs et, par conséquent, dans la suppression de tous les interdits. L'idée acquiert un semblant de vraisemblance dans le monde limité des biens de consommation dont la multiplication prodigieuse, grâce au progrès technique, atténue certaines rivalités mimétiques, conférant une apparence de plausibilité à la thèse qui fait de toute loi morale un pur instrument de répression et de persécution."


Je vous propose de regarder ce petit film sur une jeune femme se trouvant en phase terminale car l'association des médecins américains (The American Medical Association) vient de lever son opposition de principe au suicide médicalement assisté. Facile à suivre en enclenchant les sous-titres. Cliquer sur CC.


Avatar de l’utilisateur
Messages: 518

Re: Nobel

6 Janvier 2018, 22:07 Message

Ce qui n'était hier qu'une brève fait les titres de toute la presse, on y a même consacré une chronique hier sur France inculture. Carmen revisitée. (Le Figaro)

«Il estime qu'à notre époque, marquée par le fléau des violences faites aux femmes, il est inconcevable qu'on applaudisse le meurtre de l'une d'elles», a ajouté le metteur en scène qui présente, dans la capitale toscane, une version contemporaine de Carmen.

Il n'est même plus question d'imaginer une œuvre telle que René Terasson l'avait mise en scène, la Mort était acceptée par Carmen, c'était son destin et les cartes l'avaient prévenu. Que Carmen accepte le couteau tenu par Don José, comme le prix de sa liberté, est inimaginable aujourd'hui.

Les mots n'existent pas pour nommé le Néant dans lequel nous avons sombré.

Messages: 172

Re: Nobel

13 Janvier 2018, 15:21 Message

"La représentation de Carmen revisitée au Teatro Maggio de Florence ne s’est pas bien passée. Du moins à la fin.

On se souvient sans doute qu’à la demande du directeur de théâtre, le metteur en scène Leo Muscato avait changé le final de Carmen. En ces temps de #balancetonporc, applaudir au meurtre d’une femme est insupportable, estimait celui-là. C’est oublier sans aucun doute que le public n’applaudit en aucun un meurtre et que Carmen est tout sauf une figure de victime.

Pas question de toucher à la musique ni au livret. Comment faire ?

Voici comment Leo Muscato se sort de cette passe délicate : Don José tente de poignarder Carmen, celle-ci esquive, s’empare de l’arme de service de José transformé en policier d’une brigade anti-émeute, et tue son amant.

Oui mais voilà, il y a ce que l’on appelle une justice immanente ou l’ironie du sort, comme nous l’enseignaient nos anciens, les Grecs, qui en connaissaient un rayon en matière de destin et de tragédie.

« Caramba »aurait pu s’écrier Don josé avant de tomber, blessé à mort.

Mais non. Rien de tel.

Le coup passa si près que son chapeau tomba

et que le cheval fit un écart en arrière.

Pas davantage.

Le scénario ne s’est pas passé comme prévu, ni même comme dans le poème de Victor Hugo.

Sur la scène du théâtre de Florence, Carmen s’empare, comme prévu, du revolver de Don José et tire. Clic ! et non pan !, comme on s’y serait attendu.

Le revolver ne marche pas.

Deuxième tentative. Clac ! Toujours rien.

Que faire ? Le chef d’orchestre, Ryan McAdams ne peut faire autrement que de continuer à diriger chœurs et musiciens, tous excellents soit dit en passant, selon la partition de Bizet. Il ne peut décemment pas ralentir le rythme au point de jeter le spectacle tout entier dans la catastrophe, ou pire, le ridicule.

On ne lutte pas contre les dieux ou les muses ou tout simplement contre la malice de l’accessoiriste qui risque d’en entendre parler. A moins que les féministes ne crient au complot.

Comme dans les meilleurs moments des représentations de nos patronages d’antan, Don José s’effondre donc puisqu’il faut bien en finir, se laissant juste le temps de s’écrier, conformément au livret de Meilhac et Halévy :

Vous pouvez m’arrêter, c’est moi qui l’ai tuée.

Il faut être sacrément bon comédien pour arriver à chanter une telle réplique sans fausse note dans de telles circonstances. Il faut être un non moins sacrément bon public pour faire semblant d’y croire.

Ça n’a pas été le cas. Sifflets et huées ont ponctué, non les artistes ni la transposition de l’action dans un camp de Roms aujourd’hui, mais le final. Tout laisse à croire que sifflets et huées se seraient également fait entendre même sans cet incident guignolesque.

Comme le titre La Stampa : E alla fine don Jose mori d’infarto (et à la fin Don José mourut d’un infarctus).

La tragédie a tourné à la farce.

Florence Labbé"

http://ripostelaique.com/caramba-carmen ... nraye.html

«Et à la fin Don José mourut d'infarctus», a titré La Stampa , soulignant la chute du policier, rendue grotesque par sa mort foudroyante sans raison apparente. «À la fin confessons-le, c'est un sentiment de déception qui a prévalu, du style: et c'est tout? Puisqu'au final, cette Carmen révolutionnée n'a rien de révolutionnaire», a ajouté le critique du quotidien. «On ne comprend rien de ce qu'il se passe durant ces courtes secondes de fin. Carmen tue-t-elle vraiment Don José? Il faut un acte de foi pour le croire», a estimé Gregorio Moppi de La Repubblica .

De son côté, le directeur du théâtre, Dario Nardella à l'origine de cette initiative,
a tenu à défendre et soutenir le changement apporté à la fin de l'œuvre,
soulignant le «message culturel, social et éthique, qui dénonce la violence faites aux femmes, accrue en Italie».


http://www.lefigaro.fr/theatre/2018/01/ ... fiasco.php

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15335

Re: Nobel

13 Janvier 2018, 22:02 Message

Ah, vraiment, c'est parfait !

Précédente

Retourner vers Culturel & culture