Afficher le sujet - Comique involontaire

Comique involontaire

Sur l'envahissement par le culturel de pacotille, contre la possibilité de toute culture authentique
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16598

Comique involontaire

14 Janvier 2013, 23:24 Message

SOS Racisme veut la gratuité des musées pour les jeunes sans papiers (jeanmarcmorandini.com)

« De surcroît, "le temps de travail que cela représente pour le personnel des caisses des musées est sans rapport avec le bénéfice que cela peut rapporter", a-t-elle ajouté. »

http://www.jeanmarcmorandini.com/article-298746-sos-racisme-veut-la-gratuite-des-musees-pour-les-jeunes-sans-papiers.html

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16598

Re: Comique involontaire

31 Octobre 2014, 17:38 Message

Dans un autre genre :

Arnaud Montebourg "retourne à l'école" pour tout apprendre sur le métier de "haut dirigeant" (Le Lab Europe 1)

« J'ai décidé de reprendre des cours parce que diriger une boîte est un vrai métier, je m'en suis rendu compte ces deux dernières années. »

« ...l'ex-ministre va suivre une formation de quatre semaines à l'Insead, "une école de commerce réputée", au sein d'un programme "où se côtoient cadres sup' et dirigeants du public". Le slogan de l'école : "The Business School for The World". »

Voilà, voilà... Est-il besoin de gloser ?

Messages: 3089

Re: Comique involontaire

31 Octobre 2014, 17:49 Message

Non mais quand on pense qu'il a été ministre de l'économie c'est vraiment caustique ou à pleurer mais qu'attendre d'un avocat haut fonctionnaire du PS ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16598

Re: Comique involontaire

2 Novembre 2014, 19:50 Message

En voilà des postures et une prose qui vous redonne envie de rire s'il était besoin, comme du bon Murray : Barrage: à Paris, manifestation sauvage et sit-in pacifique (Le Point)

« Nicole 66 ans, qui se dit non-violente, a expliqué à l'AFP pouvoir "comprendre que des jeunes pétris d'idéaux en arrivent à réagir violemment, quand ils ont un mur devant eux". »

« Ils arboraient presque tous un autocollant à la fleur jaune, une renoncule protégée dont Rémi Fraisse était un spécialiste en tant que botaniste bénévole.

"Le héros, c'est Rémi", a lancé une manifestante, Sophie Tissier, intermittente du spectacle assise sur le gazon. Autour d'elles, plusieurs personnes portaient des pancartes avec le slogan: "nous sommes tous Rémi". »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16598

Re: Comique involontaire

3 Novembre 2014, 13:47 Message

Dans un autre genre, perso, je découvre à l'instant le "cadeau" qui m'est offert par le libraire à qui j'ai commandé un livre de Xavier Martin. Autant dire que je suis enchanté, et que tout cela est fort cohérent...

Image


Je vais enfin pouvoir m'instruire !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16598

Re: Comique involontaire

1 Mars 2015, 11:00 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16598

Re: Comique involontaire

17 Novembre 2015, 22:41 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16598

Re: Comique involontaire

12 Avril 2018, 18:07 Message

Minuscule anecdote germanopratine, extraite de la partie publiée sur le blog des "Belles lettres" d'un ouvrage d'entretien (Esquisse biographique) entre Espinosa et Rosset, décédé en mars dernier.

« Santiago Espinosa – Je pense au cas de Michel Foucault, dont l’écriture n’est pas spécialement obscure, mais terriblement étriquée et fatigante.

Clément Rosset – On peut lui reprocher une écriture un peu bavarde et délayée : il lui faut souvent trois pages pour écrire ce qu’il aurait pu dire en trois lignes. Quant à sa pensée, elle est très claire aussi : supprimons les asiles et il n’y aura plus de fous, supprimons les médecins et il n’y aura plus de malades, supprimons les prisons et il n’y aura plus de délinquants. Bref, l’institution sociale est la cause de tous les maux, comme le pensaient les philosophes se recommandant du cynisme grec. Cette démagogie simpliste a toujours eu du succès et ne date pas d’hier, puisque la démagogie consiste à alimenter le ressentiment des gens. Elle me rappelle un passage de L’Île mystérieuse de Jules Verne. Pencroff, alors que ses compagnons d’infortune se réjouissent qu’aucun des naufragés réfugiés sur l’île ne soit tombé malade, réplique : "Pourquoi serions-nous malades, puisqu’il n’y a pas de médecins dans l’île ?" Mais je vais vous raconter une histoire drôle qui, à mon avis, en dit long et du personnage et de ses idées. La scène se passait le soir de la soutenance de thèse de Deleuze. Il y avait eu un petit pot pour fêter la réussite. Il y avait Godard, que j’avais pris pour un SDF qui s’y était infiltré pour manger quelque chose. Foucault était venu avec son ami, Daniel Defert, que j’avais connu en khâgne à Lyon, il n’était pas idiot ni antipathique. Alors voilà qu’il m’a abordé, bien que j’eusse une réputation d’être une bête furieuse, et pas du tout intelligent. Nous avons discuté un peu et il m’a proposé d’aller faire un petit tour sur le toit (nous étions au 5e étage). Il y avait une immense hutte en pierre qui appartenait à l’ami de Deleuze qui nous accueillait, tout près de la sous-pente de Cioran. Il y avait un orage épouvantable. En montant l’escalier je me disais que tout cela était très drôle, mais je me demandais comment j’allais me tirer de l’affaire, car je n’avais pas l’intention d’aller plus loin avec Daniel. Or je fus sauvé par l’orage et les éclairs, qui ont provoqué une panne d’électricité dans tout le quartier, ce qui m’a permis de m’éloigner un peu. Alors à ce moment-là une cohorte monte, dirigée par Deleuze à l’aide d’une lampe-tempête, suivi immédiatement de Foucault. Ils marchaient à quatre pattes dans la nuit, car il fallait s’agenouiller pour entrer par la petite porte de la hutte. Donc je vois brusquement apparaître la lampe et, derrière, la tête de Deleuze qui crie : « Ils sont là ! » Alors la lumière est revenue et les ambiguïtés se sont évanouies. J’ai profité de cette occasion pour demander un conseil à Foucault. Je me faisais harceler à cette époque par une fille qui était anesthésiste en chef dans un grand hôpital parisien. Et comme je voulais m’en débarrasser, je raconte à Foucault que depuis six mois cette fille me persécute et qu’elle m’a avoué l’avoir persécuté lui-même les mois d’avant. Je voulais donc m’éclairer de la manière dont lui- même s’en était débarrassé. Alors il me répond : "Les flics, que voulez-vous." L’hypocrisie et la mauvaise foi avaient ainsi vu le jour. »

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 2893

Re: Comique involontaire

12 Avril 2018, 19:57 Message

Prout-Prout, Mâ Chêre ! :)

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 2893

Re: Comique involontaire

13 Avril 2018, 12:08 Message

Ni droite, ni gauche...plus dur sera le choc.
Le véhicule dans lequel se trouvait Arnaud Montebourg a percuté le séparateur de voies en béton[…]
Le Figaro.fr, le 13/04/2018 à 11h53


Retourner vers Culturel & culture