Afficher le sujet - Justice Taubiresque & al

Justice Taubiresque & al

Sur la vie en société, par temps de liquidation du pays, de propagande incessante et de déculturation
Avatar de l’utilisateur
Messages: 2727

Re: Justice Taubiresque & al

9 Avril 2018, 13:58 Message

Merci, Didier. Ces propos insensés, qui devraient faire date et montrent bien que nous filons tout droit et à grande vitesse vers un ministère de la vérité et une censure drastique, prennent ainsi tout leur relief. Puisque vous évoquez Camus, a-t-on mis ici un lien vers sa Lettre ouverte à Nicolas Dupont-Aignan publiée le 6 avril 2018 sur Riposte Laïque ?

Avatar de l’utilisateur
Messages: 645
Localisation: Paris

Re: Justice Taubiresque & al

9 Avril 2018, 14:09 Message

La vérité est un concept fasciste, c'est bien connu. Il est nécessaire que la justice, les "assos" et le gouvernement s'en occupent.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15972

Re: Justice Taubiresque & al

9 Avril 2018, 18:48 Message

Eric Veron a écrit:Puisque vous évoquez Camus, a-t-on mis ici un lien vers sa Lettre ouverte à Nicolas Dupont-Aignan publiée le 6 avril 2018 sur Riposte Laïque ?
Non, car nous ne recensons plus ici systématiquement les discours de R. Camus, sauf exception notable, or celui-ci n'en est pas une, à l'évidence. S'il faut à tout prix l'expliquer, on dira que ces discours sont comme toujours fort agréablement écrits, brillants, nourris de belles références, et lucides quant au fond de la question migratoire ; mais que leur auteur se répète vainement — pour un "politique", il faudrait sérieusement s'interroger, sur les occasions manquées comme sur l'adéquation de ce que l'on veut dire au moment présent —, et qu'ils ne sont là en fait que pour conforter une posture, jusqu'à la caricature parfois — sans compter les quelques hochets philosophico-idéologiques avec lesquels il s'égare, les coquetteries de "positions internationales", parfaitement hors sujet, auxquelles il tient si fort (me revient soudain le souvenir d'une réunion de travail où une crise majeure semblait tout à coup inévitable pour cause de désaccord sur la "cause Palestinienne", qu'il fallait soutenir contre l'impérialisme israélien, alors qu'il devait être question de tout autre chose... vous y étiez, du reste, si ma mémoire est bonne), et enfin les obstinations que l'on sait sur des positions qui, pour le coup, brillent surtout par leur incohérence (U.E., souveraineté, et identité, attachement obligé sinon dépendance à la modernité modernante, jamais très éloignés de la bienpensance la plus mainstream, et chantre d'une tradition, de "l'épaisseur du temps", etc.). Camus a raté son éventuel moment ; depuis il multiplie les discours (et les livres) qui consacrent le fait qu’il s‘enferme dans l’échec de son personnage. Sans doute avec satisfaction.
Bref. Tout cela m'ennuie et renforce un aquoibonisme de mauvais aloi.

Et puis, si vous saviez, cher Eric… imaginer d'être un « go-between », quand de l’autre bord, on n’a jamais eu à votre endroit qu’une condescendance tout juste polie et aucune intention de considérer si peu que ce soit ce que vous pouviez avoir à dire… et alors que de ce bord là on a rayé d'un trait de plume toute une histoire passionnée après l'avoir calomniée, pour faire comme si elle n'avait jamais existé (sauf très occasionnellement pour s'en plaindre)... Il faut avoir le goût des missions inutiles !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15972

Re: Justice Taubiresque & al

9 Avril 2018, 18:58 Message

Jean-F Chassaing a écrit:La vérité est un concept fasciste, c'est bien connu.

La vérité est oppressive, voilà le scandale et ce qu'il faut nier à toutes forces ; c'est ce qu'on appelle le "progrès".

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2727

Re: Justice Taubiresque & al

10 Avril 2018, 09:08 Message

Comme vous le rappelez, cher Didier, suis assez bien placé pour comprendre que vous n’ayez pas apprécié l’attitude de Camus à votre égard. Peut-être aussi, considérez-vous le personnage avec plus de sérieux que je ne le fais.

Messages: 236

Re: Justice Taubiresque & al

10 Avril 2018, 11:38 Message

A noter à ce propos que le ministère public et la gendarmerie, qui le convoquent pour son discours de fondation du Conseil national de la résistance européenne, lui accordent quant à eux une importance et un poids politique que vous lui déniez.

S'il est un moment où R. Camus mériterait mieux que le dédain voire le mépris que certains parmi nous se font un point d'honneur d'afficher, c'est bien celui que nous vivons, quand ses thèses suscitent un écho croissant dans tout le monde occidental (Europe et Amérique du Nord) et où la vérité de ses diagnostics politiques émerge sur la scène publique et internationale (à l'occasion de la victoire retentissante de V. Orban cette semaine). Le personnage est bien ce que peuvent en dire ceux qui l'ont fréquenté, mais l'homme, il n'empêche, force mon respect par son courage indéfectible et sa lucidité.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15972

Re: Justice Taubiresque & al

10 Avril 2018, 12:17 Message

Nul dédain, et encore moins de mépris, cher Francis, dans mes explications ; rien ne m'est plus étranger, et je n'ai jamais versé, moi, ni dans le déni vengeur du passé, ni dans la vindicte calomniatrice (qui pis est, comme il est classique, dans le but de couvrir ses propres malversations et comportements vicieux) — j'ai justifié d'autres fois ces affirmations, et par des faits ; je ne veux pas y revenir, car, là encore, rien de plus étranger à mon tempérament que le ressentiment ou le ressassement (je pensais que la finesse de votre jugement sur les hommes l'avait repéré). Vous vous trompez tout à fait à cet égard. C'est dommage, et malvenu ici.

Vous vous trompez aussi, je crois, sur le plan "politique". Que Camus soit un authentique écrivain, soit l'un des rares et derniers représentants d'une race qui disparaît elle aussi, qu'il soit courageux voire intrépide à de certains moments (que nous avons partagés...), qu'il "porte" (comme on aime à dire aujourd'hui) haut la question la plus importante pour nous tous : c'est l'évidence et je l'ai toujours proclamé (je l'ai toujours défendu aussi, y compris contre lui-même...) ; qu'il extrapole son rôle ou sa place bien au-delà (et finalement en-deçà, c'est le comble) de ce qu'il devrait, qu'il s'égare en politique, et qu'il subsume si complètement son action aux contraintes de son œuvre que ça en fausse tout le possible, l'est tout autant. Etc.

Pour répondre plus particulièrement à vos remarques : l'écho des thèses de Camus se limite pour l'essentiel (et c'est déjà très bien) à un syntagme : le "Grand Remplacement" (dont l'extension du sens ne vient pas de lui... ni de Redecker comme il le maquille désormais dans un certain galimatias) ; cet écho n'est pas du à lui seul, ou à quelques siennes provocations plus ou moins heureuse, mais à un mouvement général, à un tournant du "réel" — qui nous échappe largement. Lui attribuer, si peu et indirectement que ce soit, la victoire d'Orban (je sais vous ne le faites pas, mais...) paraît quelque peu baroque, tout de même ! Quant à la gendarmerie et au ministère public, être distingué par eux est aujourd'hui d'une si grande facilité...

Bref : j'ai cité ici-même Camus, hier encore (cf. supra), j'indique moi-même régulièrement sur ce site ses interventions utiles ou à remarquer, que ce soit des vidéos (appel récent suite à la création du "CNRE", malgré mes réticences politiques à ce sujet, cf. ici), des textes de discours, ou autre (tweets...), et je continuerai à le faire, comme pour tous les intervenants qui aident "notre cause", nonobstant des divergences à certains égards (qu'il est tout de même licite que je précise...). On aurait aimé que la réciproque fut vrai : vous êtes payé pour savoir ce qu'il en a été, n'est-il pas ? Mais peu importe. Le jugement sur Camus, tant personnel (en sourdine, et le moins possible : en vérité seulement lorsque, comme ici, on m'y contraint) que politique (parfaitement fondé, en connaissance de cause...), est délié de tout ce qui l'encombre manifestement toujours, lui (et ses séides), à mon endroit. On aurait aimé que vous fassiez mieux droit à cette réalité.

Messages: 236

Re: Justice Taubiresque & al

10 Avril 2018, 13:56 Message

Dont acte. Le personnage, et sans doute l'homme, est doublement contradictoire : on mesure ces temps-ci que son oeuvre d'écrivain éditeur de ses livres lui vaut désormais de s'investir dans le créneau, non dépourvu d'une dimension commerciale, d'"écrivain controversé". En cela, il est en train de réussir, en homme d'affaires avisé pourrait-on dire. Il occupe la scène politique, est roulé dans l'opprobre et traîné devant les chambres d'accusation mais cela lui rapporte notoriété et stabilité financière. Ainsi, on le voit positionné "sur un axe de croissance stable", mais ce faisant, en prenant le vent de face, il contribue puissamment, par sa totale absence d'inhibition (corrélable évidemment à son "ego" surdimensionné et aux impératifs de l'entreprise que je viens de dire) à nommer les choses (et en ne faisant strictement rien d'autre que cela, nommer), il contribue puissamment à l'advenue d'une prise de conscience générale, qui touche deux continents. Il n'a créé aucun concept, c'est entendu, et n'est ni homme politique ni évidemment philosophe, mais sa manière de nommer (par des syntagmes clé dont le GR n'est que l'un deux) et de provoquer à la prise de conscience, libère des forces potentielles qui voient dans ses analyses et diagnostics un terrain d'unification.

De cela, il faut lui donner crédit, lui rendre hommage, et ce n'est pas un de ses "séides" qui vous le dit mais un qui a récemment parcouru l'oeuvre de Hans Blumenberg (que je dois à vous-même de découvrir), laquelle nous fait mieux comprendre ce phénomène : que la métaphore (le GR est cela, une métaphore), pour autant qu'elle aide à faire émerger une vérité, se cristallise en puissance. Par elle, raison et puissance ne font plus qu'une unité phénoménologique dont les composantes sont indissociablement soudées. Le destin maïeutique de toute métaphore étant de mourir en libérant l'énergie du réel, dans ce cas-ci en enfantant une puissance politique nouvelle.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15972

Re: Justice Taubiresque & al

10 Avril 2018, 17:23 Message

Nous sommes d'accord.


***


Et, pendant ce temps...

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15972

Re: Justice Taubiresque & al

18 Avril 2018, 09:49 Message

L'expulsion d'un imam salafiste de Marseille suspendue par la CEDH (Le Point)

« Un influent imam salafiste marseillais s'est vu notifier mardi matin l'arrêté d'expulsion pris à son encontre par le ministère de l'Intérieur, pour ses prêches radicaux, mais son application a été aussitôt suspendue par la CEDH, a-t-on appris de sources concordantes.

Le ministère de l'Intérieur a précisé à l'AFP que l'imam El Hadi Doudi se trouvait mardi en centre de rétention administratif, le temps que la Cour européenne des Droits de l'Homme (CEDH) statue sur le fond du dossier, "dans quelques jours".

Me Nabil Boudi, avocat de l'imam, a affirmé à l'AFP que la CEDH avait suspendu l'arrêté d'expulsion sur la base de l'article 39 de son règlement, prévoyant la possibilité de prendre des mesures provisoires. Me Boudi a précisé avoir engagé d'autres recours contre cette expulsion, devant la justice administrative, pour "disproportion de la mesure", "risque de torture" de l'imam en cas de retour dans son pays d'origine, l'Algérie, et "atteinte à sa vie privée et familiale".

El Hadi Doudi, 63 ans, imam de la mosquée As-Sounna, en plein coeur de Marseille, dans le 3e arrondissement, s'est vu reprocher des prêches très radicaux, et notamment des "actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence contre une personne déterminée ou un groupe de personnes", en l'occurrence les femmes, les juifs, les chiites, les personnes commettant l'adultère, selon les termes de la demande d'expulsion du ministère de l'Intérieur. »

On s'étonne un peu qu'on lui reproche de tels contenus de prêche ; car ils sont de ceux qui, de façon très commune, reviennent régulièrement dans les prêches mahométans — par la force des choses, autre nom du "réel". A ce titre, il faudrait prévoir un grand nombre de bateaux ou d'avions, si cela devait faire jurisprudence ; ou bien il faudrait censurer totalement un nombre considérable de sourates et de hadiths...

Précédente

Retourner vers Réensauvagement, propagande & déculturation