Afficher le sujet - Grexit

Grexit

Sur l'économie, la finance et le travail à l'époque du virtuel et de la décroissance à venir.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Grexit

4 Février 2015, 23:37 Message

Grèce : le coup de force de la BCE (La Tribune)

« La BCE a annoncé ce mercredi soir qu'elle cessait d'accepter les titres grecs comme collatéraux. Le système bancaire grec n'est désormais relié à la zone euro que par le programme d'accès à la liquidité d'urgence qui est soumis à un accord avec les créanciers d'ici au 1er mars.

(...)

Cette décision de la BCE est un coup de tonnerre : elle signale à la Grèce qu'elle n'est plus tenue dans la zone euro que par un fil, celui de l'ELA. Or, l'ELA est lui aussi dépendante de l'acceptation du programme. C'est clairement une offensive de la BCE contre le nouveau gouvernement afin qu'il revienne en arrière et accepte les conditions des créanciers. C'est un appui à la contre-offensive de Berlin qui enjoint Athènes de rentrer dans le rang de la troïka. C'est aussi une fin de non recevoir pour les propositions de Yanis Varoufakis, le ministre des Finances hellénique qui, mardi, a proposé des projets de restructuration de la dette hellénique. Mais il y a pire : la BCE menace de causer une panique bancaire pour forcer le gouvernement grec à céder. C'est là jouer avec le feu. »

Image

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Grexit

5 Février 2015, 00:09 Message

Ce coup de tonnerre éclate dans un ciel qui paraissait pourtant serein. J'entendais sur toutes les ondes que tout allait très bien, Madame la marquise, que le gouvernement grec arrivait à point nommé pour bien nous faire comprendre que nous avions eu grand tort de nous alarmer de cette fameuse dette qui, en réalité, était tout à fait fictive, qu'il suffisait tout simplement de ne pas l'honorer pour que la machine vrombisse de nouveau vers des horizons calmes et dégagés.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Grexit

5 Février 2015, 10:39 Message

En toute logique politique, Syriza chutera en raison de sa principale erreur : le refus de la sortie de l'euro, unique solution viable pour la Grèce. Ses efforts sont vains, ses (intelligentes pour certaines) propositions seront balayées, ce sera Canossa et rien d'autre, leur estimable tentative se fracassera d'une façon (reniement) ou d'une autre (liquidation). Ramassera la mise le premier parti qui saura la proposer.

Messages: 1416

Fin des assignats en Grèce

5 Février 2015, 17:39 Message

Vers la révolution ?

Pourquoi la BCE a-t-elle privé la Grèce d'un important canal de financement ?: Philippe Dessertine (Le Figaro)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Grexit

8 Février 2015, 22:51 Message

Greek exit from euro inevitable: Greenspan (France 24)

« "It is a crisis and I don't see it being resolved easily, in fact I don't see it being resolved without Greece leaving the eurozone," the former chairman of the US Federal Reserve told BBC radio.

"I don't see that it helps them to be in the euro and I certainly don't see how it helps the rest of the eurozone. And I think it's just a matter of time before everyone realises that parting is the best strategy." »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Grexit

9 Février 2015, 13:44 Message

Le Cac 40 plombé par les craintes sur la Grèce (Les Echos)

« Lors de son premier grand discours devant le Parlement Grec, Alexis Tsipras a répété hier son intention de lever les mesures d’austérité imposées par la troïka et dit exclure de prolonger le programme d’aide à son pays, qui s’achève à la fin du mois. Ce discours a été prononcé juste après l’abaissement de la note de la Grèce par Standard & Poor’s, tandis que Moody’s a placé la sienne sous surveillance en vue d’une dégradation. Le ministre des Finance Yanis Varoufakis a quant à lui prévenu qu’une sortie forcée de la Grèce de la zone euro entraînerait la fin de la monnaie unique. Une menace prise au sérieux par Bary Eichengreen. Ce professeur d’économie et de sciences politiques à l'université de Berkeley estimait le mois dernier que l’impact d’une sortie de la Grèce de la zone euro aurait un effet « Lehman au carré », en référence à la tourmente financière et à la récession qui ont suivi la faillite de la banque américaine en 2008. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Grexit

10 Février 2015, 09:43 Message

La situation en Grèce m’inquiète (Ch. Gave, Institut des libertés)

« Je ne peux pas m’empêcher d’avoir une certaine tendresse pour Syriza, le nouveau parti au pouvoir en Grèce, et pour une raison toute simple. Le nouveau premier ministre dit tout simplement la vérité. Ce qu’il dit est simple : Vous pouvez faire tourner n’importe quel modèle (Excel ou n’importe quel autre) en introduisant les hypothèses raisonnables que vous souhaitez sur des choses telles que les taux d’intérêts, le taux de croissance du pays, la pression fiscale et en aucun cas le pays ne sera capable de rembourser sa dette ou même de la servir.

Tsipras qui est en charge maintenant fait donc l’analyse qu’il faut partir de la réalité et ramener la dette Grecque à un niveau ou cette dette pourrait être servie et remboursée tandis que l’économie pourrait à nouveau croitre. En cela, il rejoint la Parabole de l’Intendant Malhonnête des Evangiles qui va voir chacun des débiteurs de son Maitre pour leur demander COMBIEN chacun pouvait rembourser et une fois que cette somme a été payée, toutes les dettes anciennes furent annulées.

Ce que dit le Christ est tout simple : il vaut mieux avoir 50 % de quelque chose que 100 % de rien du tout, et il vaut mieux procéder ainsi que de transformer ses débiteurs en esclaves. Après tout, la productivité des esclaves est notoirement faible…et ils aiment rarement ceux qui les ont mis en esclavage.

C’est ce que les USA ont fait avec l’Allemagne en 1953, remettant 50 % de la dette allemande.

Ce que dit Tsipras est donc assez simple.

La dette Grecque a été accumulée de façon frauduleuse par des bandits de grand chemin, avec la complicité de toutes les autorités Européennes.

Par exemple, jamais la Grèce n’aurait du rentrer dans l’Euro et tout le monde savait que les chiffres étaient manipulés avec l’aide de la plus grande banque d’affaires Américaine. Remarquons que cette même banque a rendu le même service au gouvernement Italien à la même époque, ce qui n’était pas un service à rendre a l’Italie. Une fois la Grèce dans l’Euro, avec leur flair habituel, les grandes banques Françaises ou Allemandes se précipitèrent pour développer la bas leurs activités de prêts.Lorsque la catastrophe se produisit en 2011, les pertes potentielles de ces banques étaient tellement gigantesques que leur survie était en jeu. Une opération de sauvetage fut montée à la hâte, non pas pour sauver la Grèce, mais bien pour sauver les banques.

La perte potentielle de ces banques fut transférée aux autres Etats Européens ou a la BCE, ce qui libéra ces chères, très chères banques du boulet qu’elles s’étaient elles mêmes attaché à la cheville.Et un plan type IMF fut mis en place pour contrôler l’économie grecque.Or ces plans ont toujours les mêmes caractéristiques:

-Hausse des impôts;
-Baisse des dépenses publiques
-Privatisations

Il manquait un léger élément à ce plan fort habituel, présenté par notre DSK national : une dévaluation.

Dans tous les autres plans précédents, imposés à l’Indonésie à la Corée, ou à l’Argentine, comme le but était de faire baisser la demande intérieure jugée excessive, la contrepartie normale était toujours de stimuler les exportations en dévaluant massivement la monnaie locale. Mais voila, quand vous faites partie de l’Euro, toute dévaluation devient impossible. Contraction interne et contraction externe s’additionnèrent.

Et l’inévitable se produisit : l’économie Grecque entra en dépression et le PIB Grec se contracta massivement. Et la dette en pourcentage du PIB explosa.La Grèce est dans une trappe à dette d’anthologie ou dans tous les cas de figure, la dette augmente plus vite que la richesse créée. Monnaie surévaluée, demande interne en effondrement constant, la situation rappelait fâcheusement celle de la France en 1934 (déflation Laval), qui se termina comme chacun le sait par l’arrivée du front populaire et une solide dévaluation.

Et c’est ce que dit Tsipras

Ce qui nous amène à la situation actuelle.

Puisque la dévaluation est impossible, puisque la baisse de la demande interne a atteint ses limites humaines, le plus simple serait de se mettre autour d’une table et de procéder à un cout de rabot considérable sur la dette Grecque. Oui mais voila : Si on le fait l’Italie, l’Espagne, le Portugal, l’Irlande vont demander la même chose et là, à nouveau les banques allemandes et Françaises seraient en grande difficultés et nombre d’institutions publiques, dont la BCE devraient prendre des pertes gigantesques.

La situation est donc bloquée.

D’un coté, la Grèce, le débiteur qui ne peut pas payer.
De l’autre l’Allemagne le créditeur qui ne peut pas remettre sa dette à un petit débiteur parce qu’il serait obligée de la remettre à tout le monde, ce qui mettrait en danger tout son système financier.

Il n’a que deux possibilité de sortie à ce système binaire.

Ou le gouvernement Grec se couche
Ou la Grèce quitte l’Euro.

Les nouveaux politiciens Grecs ont fait le tour de toutes les capitales en expliquant la situation. La BCE vient de leur répondre en suspendant partiellement les lignes de crédit aux banques Grecques, signifiant qu’il n’y avait rien à négocier.

Il reste au nouveau gouvernement Grec à se coucher.

Je ne sais pas pourquoi, je n’y crois pas trop.»

***

Note de l’auteur:

La presse Internationale a largement répercuté cette lettre envoyée au journal Allemand Handelsblatt par le nouveau Premier Ministre Grec. Je ne suis pas un lecteur aussi attentif
que je devrais l’être de la presse française, mais je n’ai vu nulle part la traduction de cette missive.

J’ai donc pensé qu’il serait bon que les lecteurs de l’IDL aient connaissance du point de vue de SYRIZA, qui a mon avis est loin d’être aussi extrémiste que nous le disent les journaux Français. La réalité est simple : La situation Grecque devient de plus en plus alarmante, et personne n’a le moindre espoir que la dette Grecque ne soit jamais remboursée. Le sauvetage de la Grèce en 2001- 2012 n’a été en fait qu’un sauvetage des banques Allemandes ou Françaises qui s’étaient engagées de façon inconsidérée dans ce pays et après ce « sauvetage » la dette Grecque en pourcentage du PIB a explosé. Les autorités Européennes, terrifiées par l’émergence de Podemos en Espagne ont sans doute décidé de faire de la Grèce un exemple. Je crains que cette politique du pire ne soit la pire des politiques.


Charles Gave


«Lettre ouverte» d’Alexis Tsipras aux citoyens Allemands sur ce qu’on ne leur a jamais dit sur la dette Grecque

Alexis Tsipras, le nouveau premier ministre de la Grèce, a envoyé ce courrier, juste avant les élections grecques, au journal Allemand Handelsblatt.


« Chers lecteurs de Handelsblatt,

Je sais d’avance que la plupart d’entre vous ont probablement une opinion déjà formée sur le contenu de cette lettre. Je vous invite, cependant, à la lire sans préjugés. Les préjugés n’ont jamais été un bon conseiller, et encore moins à un moment où la crise économique les renforce, en entretenant l’intolérance, le nationalisme, l’obscurantisme, et même la violence.

Avec cette lettre ouverte, je souhaite vous exposer une version différente de celle qui vous a été fait au sujet de la Grèce depuis 2010. Et je tiens aussi et surtout à exposer avec franchise les projets et les objectifs de SYRIZA, si le 26 Janvier par le choix des électeurs devient le nouveau gouvernement grec.

En 2010, l’État grec n’était pas en mesure de servir sa dette. Malheureusement, les dirigeants européens ont décidé de faire croire que ce problème pourrait être surmonté par l’octroi du plus grand prêt jamais consenti à un état, sous condition que certaines mesures budgétaires seraient appliquées, alors que celles-ci, manifestement, ne pouvaient que diminuer le revenu national destiné au remboursement des nouveaux et anciens prêts. Un problème de faillite a été donc traité comme s’ il s’ agissait d’un problème de liquidité. En d’autres termes, l’attitude adoptée, était celle du mauvais banquier qui, au lieu d’admettre que le prêt accordé à la société en faillite a « sauté », il lui accorde des prêts supplémentaires, prétextant que les anciennes dettes restent servies et prolonge ainsi la faillite à perpétuité.

Il s’agissait pourtant d’ une question de bon sens de voir que l’application de la doctrine «extend and pretend» [étendre les maturités de la dette et prétendre que payer les intérêts ne pose aucun problème] dans le cas de mon pays aboutirait à une tragédie. Qu’au lieu de stabiliser la Grèce, l’application de ce dogme installerait une crise autoalimentée qui sape les fondations de l’UE.

Notre parti, et moi-même, nous nous sommes opposés à l’accord de prêt de mai 2010, non pas parce que l’Allemagne et nos autres partenaires ne nous ont pas donné assez d’argent, mais parce que vous nous avez donné beaucoup plus d’argent que ce qu’il fallait et que nous pouvions accepter. De l’argent qui par ailleurs ne pouvait ni aider le peuple grec puisqu’il disparaissait aussitôt dans le trou noir du service de la dette ni arrêter l’alourdissement continu de celle-ci, obligeant de la sorte nos partenaires prolonger ce fardeau à perpétuité aux frais des citoyens.

Et cette vérité était bien connue par les gouvernants allemands, mais ils n’ont jamais voulu vous la dévoiler.

Et en effet, et avant même que la première année ne se soit écoulée et depuis 2011, nos prévisions ont été vérifiées. L’enchaînement des nouveaux prêts aux réductions drastiques des dépenses a non seulement échoué à dompter la dette, mais il a par surcroît puni les citoyens les plus faibles, en transformant les citoyens ordinaires qui avaient un emploi et un toit à des chômeurs sans-abri qui ont tout perdu, de plus, leur dignité.

L’effondrement des revenus a conduit à la faillite de milliers d’entreprises, augmentant ainsi le pouvoir oligopolistique des entreprises qui ont survécu. De ce fait, les prix diminuaient moins que les revenus tandis que les dettes, publiques et privées, ne cessaient de s’alourdir. Dans ce contexte, où le déficit d’espoir a dépassé tous les autres déficits «l’œuf du serpent » n’a pas mis longtemps pour éclore – et les néo-nazis ont commencé à patrouiller les quartiers en semant la haine.

Malgré son échec manifeste, la logique de «extend and pretend» continue à s’appliquer systématiquement encore aujourd’hui. Le deuxième accord de prêt de 2012, a ajouté une charge supplémentaire sur les épaules affaiblies de l’état grec, en réduisant les fonds de pension, en donnant un nouvel élan à la récession, en finançant aussi une nouvelle kleptocratie avec l’argent de nos partenaires.

Des commentateurs sérieux ont parlé récemment de stabilité et même de croissance à propos de mon pays pour « prouver » que les politiques appliquées ont été efficaces. Aucune analyse sérieuse ne soutient cette «réalité» virtuelle. L’ augmentation récente de 0,7% du revenu national réel ne marque pas la fin de la récession mais sa poursuite, puisqu’elle a été réalisée dans une période d’inflation de 1,8%, ce qui signifie que (en euros) le revenu national a continué de baisser. Simplement, il diminue moins que la moyenne des prix – tandis que les dettes augmentent.

Cet effort de mobilisation des «statistiques grecques», pour démontrer que l’application de la politique de la troïka est efficace en Grèce, est outrageant pour tous les européens qui ont enfin le droit de connaître la vérité.

Et la vérité est que la dette publique grecque ne peut pas être honorée tant que l’économie sociale grecque se trouve en situation de simulation de noyade budgétaire (fiscal waterboarding).

En outre, persévérer dans ces politiques sans issue, dans le refus de reconnaître une simple question d’arithmétique, coûte au contribuable allemand et condamne en même temps un peuple fier à l’indignité. Et le pire: de cet fait, les Grecs se retournent contre les Allemands, les Allemands contre les Grecs, et l’idée d’une Europe Unie Démocratique est offensée cruellement.

L’Allemagne, et plus particulièrement le contribuable allemand qui travaille dur n’a rien à craindre d’un gouvernement SYRIZA. Au contraire. Notre objectif n’est pas d’entrer en conflit avec nos partenaires. Notre objectif n’est pas d’obtenir des prêts supplémentaires ou un blanc-seing pour de nouveaux déficits. Notre objectif est la stabilité économique, des budgets primaires équilibrés et, bien sûr, la cessation des saignées fiscales opérées sur les contribuables depuis quatre ans par un accord de prêt inadéquat aussi bien pour la Grèce que pour l’Allemagne. Nous exigerons la fin de l’application du dogme «extend and pretend» non pas contre le peuple allemand, mais pour le bénéfice de nous tous.

Je sais, chers lecteurs, que derrière les demandes d’une «stricte application des accords» se cache la peur que « si nous laissons les Grecs faire ce qu’ils veulent, ils vont refaire le même coup». Je comprends cette inquiétude. Mais ce n’était pas SYRIZA qui a érigé en institutions dans mon pays la collusion des intérêts privés et la kleptocratie qui feignent de se soucier de l’observation «des accords» et des réformes puisque celles-ci ne les affectent pas, comme le démontrent les quatre dernières années des réformes engagées par le gouvernement Samaras sous la direction de la troïka. Nous, nous sommes prêts à entrer en conflit avec ce système afin de promouvoir des réformes radicales au niveau du fonctionnement de l’état, en établissant la transparence de l’administration publique, la méritocratie, la justice fiscale, la lutte contre le blanchissement d’argent. Ce sont ces réformes que nous soumettons à l’appréciation de nos citoyens aux prochaines élections.

Notre objectif est la mise en place d’ un New Deal pour l’ensemble de la zone euro qui permettra aux grecs comme à l’ensemble des peuples européens de respirer, de créer, de vivre avec dignité. Avec une dette publique socialement viable. Avec une croissance qui est stimulée par des investissements publics financés – seul moyen de sortir de la crise – et non pas par la recette échouée de l’austérité qui ne fait que recycler la récession. En renforçant la cohésion sociale, la Solidarité et la Démocratie.

Le 25 Janvier en Grèce, une nouvelle opportunité surgit pour l’Europe. Ne ratons pas cette chance ».

Alexis Tsipras

Messages: 3089

Re: Grexit

10 Février 2015, 09:58 Message

Je crains que cette politique du pire ne soit la pire des politiques.

Hélas ...

En outre, persévérer dans ces politiques sans issue, dans le refus de reconnaître une simple question d’arithmétique, coûte au contribuable allemand et condamne en même temps un peuple fier à l’indignité.

Nous sommes vraiment au bord du gouffre économique et contre toute raison le régime va essayer de retarder l'éffondrement de l'Euro aussi longtemps que possible par quelques manipulations comptables.

Inoui de voir ce qui se passe devant nous et le refus absolu du régime d'accepter le réel.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Grexit

10 Février 2015, 10:00 Message

« Je ne peux pas m’empêcher d’avoir une certaine tendresse pour Syriza »
Disons, pour ma part, que je ne peux pas m’empêcher d’avoir une tendresse certaine pour Tsipras et quelques autres autour de lui (Syriza dans son ensemble, c'est autre chose...). Ils tentent la vérité, en effet, acculés qu'ils sont, et cette vérité nous renvoie sévèrement à notre problème politique (l'U.E., le mondialisme, la finance autarcique...), mais ils restent en partie prisonniers de leurs passions idéologiques (le pire : immigration, "tolérance", "sociétal"... et le moins pire : attachement à l'Europe sans remise en cause de l'U.E.), et, malgré leur lucidité économique, ils semblent avoir un point décidément aveugle : l'Euro ; ce pourquoi je ne peux que reprendre mon message supra.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Grexit

10 Février 2015, 10:09 Message

Merci, Cher Didier. Voici ce que j'ai lu de plus clair sur la question grecque.

Messages: 3089

Re: Grexit

10 Février 2015, 10:13 Message

Attendons encore peu cher Didier car le personnel politique européen, à commencer par Mme Merkel, est d'une médiocrité insigne et il se peut que le régime accepte une remise pro format des dettes pour éviter la descente aux enfers. Ces gens travaillent de toute facon à vue, sans plan et sans vision.

La situation en Ukraine a lentement atteint une nouvelle dimension avec un bellicisme impensable il y a seulement quelques mois. En effet le congrès américain semble vouloir voter des crédits pour fournir l'Ukraine en matériel de guerre.

La situation est grave, très grave ...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Grexit

10 Février 2015, 15:25 Message

Le Cac 40 accélère, rumeurs d'accord sur la dette grecque Les Échos.fr
Déjà ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Grexit

19 Février 2015, 14:47 Message

La Grèce comprend enfin que les Européens ne cèderont pas (Atlantico)

« La note est très brutale et très violente. C’est une note de travail non destinée à être publiée. Cela dit, sur le fond, elle est absolument compatible avec les ambitions de la Grèce. Les dirigeants peuvent trouver d'ici trois mois les mots et les programmes pour accepter un compromis. C'est évident pour tout le monde.

La seule différence aujourd'hui, c'est qu' Alexis Tsipras et Yanis Varoufakis savent clairement que les pays de la zone euro ne retiendra pas la Grèce. Les marches financiers sont parfaitement au courant de ce nouveau rapport de force depuis 24 heures et ont plutôt bien réagi. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Grexit

21 Février 2015, 15:31 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Grexit

21 Février 2015, 17:41 Message

Difficile de dire ce qu'il en est au juste à ce stade ; je ne vois que deux possibilités d'interprétation de cet "accord" :

- Syriza a quelques mois pour faire passer la pilule à son électorat, à quelques broutilles près (sans doute la version privilégiée par l'Allemagne et "les européens" qui n'ont décidément rien l'intention de céder) ;
- Syriza a quelques mois pour préparer sa sortie de l'euro (version Sapir, et plutôt mon idée, du moins ce qui me semblerait le plus raisonnable — sachant que nous connaissons mal ce "parti", Tsipras, la situation politique grecque, etc.).

Ou alors : tout le monde veut vainement prolonger la partie de poker menteur, et c'est retarder pour sauter n'importe comment un peu plus tard.

Tout le monde ferait bien d'écouter... VGE, pour une fois !

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Grexit

21 Février 2015, 17:45 Message

Merci bien.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Grexit

23 Février 2015, 10:01 Message

Sevran dit à peu près la même chose.

Grèce : repli tactique ou déroute en rase campagne ? (Bd Voltaire)

A noter cette remarque pertinente :

« Il faut bien garder à l’esprit que la condition sine qua non de son succès [le "Grexit"] est qu’il intervienne alors qu’on s’y attend le moins. »

Messages: 3089

Re: Grexit

25 Février 2015, 16:12 Message

Fiorentino se fout de nous et BFM Business aussi

Marc Fiorentino à propos de la hausse des salaires : « En 24h, l’Allemagne nous a donné une leçon d’économie »

Dans « Good Morning Business » sur BFM Business ce mercredi 25 février, Marc Fiorentino se penche sur l’accord trouvé entre le syndicat allemand IG Metall et le patronat, qui se sont mis d’accord sur une augmentation des salaires des employés des secteurs automobiles dans la région Bade-Wurtemberg, en Allemagne :



Un autre son de cloche assez pertinent :

On est dans le yakafoKon de BFM Bouzinesse.

L’industrie Allemande gagne sur tous les fronts simplement parce que elle est parvenue à paralyser l’industrie Française, sa seule vraie concurrente possible.

La réussite industrielle allemande est construite sur la conjonction de 3 facteurs dominants:

1.La réunification Allemande en 1989/1992 grâce à la conversion frauduleuse de 1 pour 1 des DM Est contre les DM Ouest, sous le nez des pouliticiens Français obnubilés par la présidentielle de 1995. D’ou le refus de dévaluer le FF en 1992/1993 et le premier choc contre notre industrie et notre agriculture attaquées de tous les cotés, à la fois ,y compris en venant du Sud (dévaluations en Italie et Espagne).

2. Les réunifications géographique et monétaire ont été suivies de la prise de pouvoir sur ‘l’Hinterland » Allemand des pays de l’Est devenus à la fois des clients, des sous-traitants et des gisements de main d’oeuvre à bon marché. Bingo. Les industriels Allemands ont pu cumuler des nouveaux volumes et des nouveaux profits servant à financer à la fois des R&D sur les processus de production (automatisme des robots) et sur les produits finis (produits suréquipés en options & innovations). L’effet vertueux déclenchant plus de profit année après année.Ces marchés de l’Est étant de facto non accessibles aux PME françaises en retard avec le cirque Mitterandien 1981/1995.

3.Le système fédéral Allemand et les verrous judiciaires mis en place après 1945 ont permis une gestion cohérente des fonds publics et une surveillance précise des décideurs politiques, alors que la France passait sous une tutelle maçonnique de plus en plus pressante à compter de 1981 (GOF) puis de 1992 (GLNF), les 2 obédiences se faisant concurrence en recrutant de nouveaux adeptes;, placés à tous les étages de toutes les institutions, y compris les diocèses et enseignement « libre ».

La seule solution consiste à donner de l’oxygène à l’industrie française et à l’agriculture, ceci par un réajustement monétaire bien mesuré (ni trop ni trop peu).

Une telle opération entraînant une chute de part de marchés pour l’industrie allemande dans tous les pays du Sud européen, alors que dans une économie numérisée (robots) les volumes ont un impact décisif sur les marges et les profits donc l’innovation/automation
.
L’industrie Allemande ne veut pas se trouver en face d’une industrie française rénovée. Comme en 1914 son artillerie ne voulait pas voir le canon de 75 face à ses canons de 77. Comme en 1793/1814, son artillerie était battue par le nouveau canon de Gribeauval.


Trouvé sur NdF.

Suivante

Retourner vers Économie, travail et décroissance