Afficher le sujet - Grexit

Grexit

Sur l'économie, la finance et le travail à l'époque du virtuel et de la décroissance à venir.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15163

Re: Grexit

18 Juillet 2015, 09:25 Message

Un texte de 1858 (!) sur la Grèce et ses finances, proposé par l'ami Philippe : ]ici

Avatar de l’utilisateur
Messages: 853

Re: Grexit

18 Juillet 2015, 16:48 Message

En lisant les premières lignes de ce texte, je me suis demandé s'il était authentique ! Après recherches, il semble que oui.
Ce livre nous montre qu'il y a des constantes dans un peuple, qui traversent les âges.
Pour s'en convaincre, il suffit de venir dans les quartiers à forte population d'origine maghrébine : on se croit au Maroc ou en Algérie !
Je ne sais pas si ces caractéristiques sont d'origine génétique ou culturelle, probablement les deux.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15163

Re: Grexit

18 Juillet 2015, 18:21 Message

Vous connaissez ma position : le "culturel" est bien suffisant pour expliquer les choses, nul besoin d'aller chercher de très problématiques origines "génétiques" ou physiologiques, non parce que ce terrain serait "glissant" ou "incorrect", mais parce qu'il faudrait d'abord le penser plus essentiellement, avec toute la "science" et son impensé.

Sinon :

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 99

Re: Grexit

18 Juillet 2015, 18:53 Message

(Juste pour préciser que billion = milliard en anglais américain - par contre, pour le fond du problème, ne connaissant rien à l'économie.....)
"Où le secret commence, commence aussi le pouvoir réel" H. Arendt, Le système totalitaire

Messages: 3089

Re: Grexit

18 Juillet 2015, 19:02 Message

Merci Jonathan maintenant c'est déjà plus compréhensible. Les grecs ont mis 500 milliards à l'abri à l'étranger depuis 2010.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Grexit

18 Juillet 2015, 19:07 Message

Et c'est maintenant qu'on s'en rend compte ?

Messages: 3089

Re: Grexit

19 Juillet 2015, 07:47 Message

Mais je l'ai dit à plusieurs reprises comme le 5 juillet dernier:
"Une chose est sure c'est que personne ces derniers mois n'a empéché les énormes transferts de fonds grecs en euro vers des cieux plus cléments, sans parler des retraits en espèces qui furent aussi titanesques qu'alors en même temps la BCE alimentait tous les jours les banques grecques avec de l'argent frais qui aussitôt repartaient se mettre à l'abri. Dément, complétement dément ... "

Dans les milieux de la finance et de la politique tout le monde le savait et cela depuis de années mais il fallait faire comme si ...

Je me corrige: le journaliste anglais P. Mason a parlé de 250 billions (cad milliards) qui ont été virés à l'étranger depuis 2010.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Grexit

19 Juillet 2015, 09:35 Message

Ce n'est pas vous que je visais, cher Rogemi, mais bien plutôt les milieux de la finance et de la politique comme vous dites.

Messages: 3089

Re: Grexit

19 Juillet 2015, 11:51 Message

Cher Eric,
Je ne me suis en aucun cas senti visé.

Je voulais simplement rappeller que je m'étonne depuis des semaines de cette non-prise en compte alors que des transferts énormes de la Grèce vers l'étranger avaient lieu tous les jours sans soulever la plus petite réaction de la part des médias et des autres milieux concernés.

Il y a eu en France pendant des décennies un controle des changes assez efficace bien que ...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15163

Re: Grexit

19 Juillet 2015, 12:29 Message

Crises (russeurop)

« De plus, quelles que soient les différentes tentatives pour résoudre cette crise grecque, il est clair qu’elle ouvre de manière particulièrement violente le débat sur la viabilité de l’Euro. Il est très significatif que l’ancien économiste en chef de la BCE pose ouvertement ce problème[5]. Ici encore, les voix se multiplient. Il est donc clair que ce débat, longtemps supprimé et réprimé, est désormais en train d’éclater. Les arguments d’autorité qui sont souvent avancés, et en particulier en France, ne pourront plus convaincre. L’ouverture d’un véritable débat sur les coûts tant économiques que politiques de l’Euro est le signe évident de sa décomposition. Bien entendu, les facteurs de blocage restent important, ne serait-ce que parce qu’un tel débat remet en cause la légitimité d’une grande partie de la classe politique en France. Mais, cette classe politique désormais ne peut plus mettre son véto sur le débat lui-même et elle devra, dans les semaines qui viennent, faire face à une montée de critiques. C’est le début de la fin. Il n’y a vraisemblablement plus que notre Président, M. François Hollande, pour vouloir l’ignorer. »

Messages: 3089

Re: Grexit

19 Juillet 2015, 16:36 Message

L’ouverture d’un véritable débat sur les coûts tant économiques que politiques de l’Euro est le signe évident de sa décomposition.

J'avoue avoir du mal à prendre Sapir au sérieux. Mais où voit-il l'ouverture d'un débat véritable sur les coûts de l'Euro. Il y seulement une semaine que la classe politico-médiatique a salué d'un seul homme la conclusion de cet accord surréaliste avec la Grèce comme une victoire de l'Europe.

Ici en Allemagne les grands économistes critiquant l'Euro ne sont, soit pas invités soit ensevelis sous les lazzis des partisans de la monnaie unique.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 853

Re: Grexit

19 Juillet 2015, 17:15 Message

Le point de vue ironique d'Eric Brunet sur les grecs...

Chapeau bas, amis grecs, vous avez réalisé le casse du siècle ! Au palmarès des rois du hold-up, vous supplantez Albert Spaggiari et ses 50 millions de francs dérobés à la Société générale de Nice en 1976. Vous surpassez même Ronnie Biggs et sa légendaire attaque du train postal Glasgow-Londres en 1963.

Avec ces centaines de milliards d’euros dérobés aux contribuables européens, les aristocrates du braquage, c’est vous ! Et le plus fort, c’est que vous avez, entre autres, braqué des plus pauvres que vous ! Magistral… Pour financer votre train de vie, vous avez fait payer les ouvriers lettons (360 euros de smic), slovaques (357), polonais (410), portugais (590), hongrois (333), tchèques (332)… Des pays où le smic est parfois inférieur de moitié au smic grec (684 euros) ! Pour camoufler votre forfait, vous pouviez compter sur le zèle de la presse française, ravie de scénariser la souffrance du peuple grec. Une presse plus discrète sur le patrimoine des Grecs (101 900 euros en moyenne par habitant) : deux fois plus élevé que celui d’un Allemand (51 400euros).

En 2012, parce que l’État grec souffrait d’obésité chronique, l’Union avait imposé une diminution du nombre de fonctionnaires. Apparemment dociles, les socialistes au pouvoir transmettaient mois après mois les chiffres de réduction des effectifs… Mais à la fin de l’année, on découvrit qu’Athènes avait en réalité… embauché 70 000 nouveaux fonctionnaires !

Sans compter que jusqu’à 2013, le salaire moyen grec a augmenté deux fois plus vite que dans le reste de la zone euro.

Amis grecs, dès 2010, vous auriez pu choisir la voie du sérieux budgétaire, comme le Portugal. Cette année-là, la Lettonie, au plus bas, n’a pas hésité à diminuer d’un tiers sa dépense publique, entrant ainsi dans une violente récession. Dès l’année suivante, le petit pays balte affichait une insolente croissance (+ 5 %). Et le Portugal, après trois années douloureuses, récolte maintenant les fruits de sa politique de sévérité budgétaire.

Pendant ce temps, les politiques français abondent l’éternel discours victimaire. On entend chaque jour leurs pitreries consensuelles : « les Grecs sont victimes des banques et de la finance », « les Grecs sont victimes du FMI, de la Commission européenne, des marchés »… Archifaux. Les électeurs grecs sont les seuls responsables de cette déroute. En 2011, lorsque le premier ministre conservateur Karamanlis a dénoncé la situation économique du pays, ils ont tourné le dos à la rigueur, préférant voter pour le socialiste Papandréou qui promettait une augmentation des salaires des fonctionnaires ! Pis : cette année, alors qu’enfin la Grèce s’apprêtait à renouer avec la croissance, le peuple a balayé le courageux gouvernement d’Antonis Samaras, préférant le militant d’extrême gauche Tsipras, qui promettait un treizième mois pour les retraités…

http://www.valeursactuelles.com/le-casse-du-siecle-54048

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Grexit

19 Juillet 2015, 18:22 Message

Mon Dieu, que je trouve pénible ces regards stupides, rivés au petit bout de leur lorgnette ! Le Figaro en est plein (et l'ami Rioufol en est...) Incapacité à quitter la petite politicaillerie, ni même à s'extraire du schéma franco-français. M. Tsipras est un trotskiste, les Grecs sont des escrocs et les Allemands des gestionnaires rigoureux. L'affaire est entendue, circulez, il n'y a rien de vu. Mais enfin, comment ne pas voir, au moins, que cette séquence grecque, comme l'on dit aujourd'hui, ébranle les fondements de l'Euroland comme jamais ? Quant à M. Brunet... si c'est celui auquel je pense... Je préfère passer mon tour...

Messages: 3089

Re: Grexit

19 Juillet 2015, 20:01 Message

Mais saperlipopette cher Eric le drame dans cette histoire c'est justement que des grecs [je veux dire la classe politico-affairiste] nous ont roulé dans la farine même si le peuple grec est lui-même dans sa large majorité innocent de toutes ces ruses, manipulations et autres détournements de fonds et escroqueries en tous genres.

Prendre de la hauteur ne veut pas dire passer l'éponge sur tout ce qui s'est passé ces 20 dernières années mais aller de l'avant et trouver une solution viable pour ce pays dans un temps raisonnable.

Il faut accepter l'idée ou le constat que la Grèce n'est pas structurellement, administrativement un pays européen mais une nation orientale où l'Etat est l'ennemi de chaque grec.

Je sais que cela va déplaire à Didier mais le jugement de Sloterdjik sur la Grèce est hélas trop vrai.
Peter Sloterdijk sur la Grèce:

"L'idée de l'Etat est pour les grecs un concept inconnnu. Il est idiot de prétendre que la Grèce serait le berceau de la démocratie. Les 400 ans d'occupation turque a laissé en Grèce un réel terreau de résignation, de bouffonnerie, de hâblerie, de fourberie, d'incapacité d'accepter l'Etat qui font que ce pays est une ruine sociale et politique. On se rappelle la phrase de Joseph de Maistre sur les turcs en Grèce. Ceux-ci eurent largement le temps - plus de 400 ans d'occupation sur le sol européen - pour devenir de vrais européens. Mais en fait ce furent les Grecs qui devinrent des levantins étant dans l'incapacité d'occidentaliser les Turcs


On n'a aucune idée en Europe de l'éloignement des grecs de nos moeurs et coutumes

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Grexit

19 Juillet 2015, 20:12 Message

Mais saperlipopette, cher Rogemi, lorsque vous continuez à servir pendant vingt ans l’alcoolique invétéré qui fréquente assidument le bar de votre bistrot, je me permets d'avoir des doutes sur votre soudaine vertu et j'en arrive même à me demander si vous n'êtes pas bien aise de lui refourguer votre bibine.

Messages: 3089

Re: Grexit

19 Juillet 2015, 22:51 Message

si vous n'êtes pas bien aise de lui refourguer votre bibine.


Ah parce que vous croyez que les grecs ont en quelques semaines arrêté d'être des accros ?

Avatar de l’utilisateur
Messages: 853

Re: Grexit

19 Juillet 2015, 23:01 Message

Eric Veron a écrit: M. Tsipras est un trotskiste, les Grecs sont des escrocs et les Allemands des gestionnaires rigoureux. L'affaire est entendue, circulez, il n'y a rien de vu. Mais enfin, comment ne pas voir, au moins, que cette séquence grecque, comme l'on dit aujourd'hui, ébranle les fondements de l'Euroland comme jamais ? Quant à M. Brunet... si c'est celui auquel je pense...


Cher Eric Veron, je n'ai pas de certitudes à propos de la Grèce car je suis un néophyte en économie mais il me semble que personne n'est blanc dans cette histoire et le fait que la séquence grecque ébranle l'Euroland, à ma grande joie, n'innocente pas les grecs de leurs fautes !
J'aime bien Eric Brunet mais est-ce que vous contestez les chiffres cités dans son aticle un peu iconoclaste ?
Je vous souhaite une bonne nuit.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15163

Re: Grexit

20 Juillet 2015, 07:52 Message

S'agissant du texte de Sloterdijk, vous l'aviez en effet déjà cité, et j'y avais déjà répondu clairement (ici), cher Rogemi. Tout cela ne nous avance guère. Je rajouterais toutefois ceci à mon propos précédent : un conseil, afin de peut-être réviser une vision un peu trop caricaturale et univoque d'un peuple et de son histoire, celui de lire ou relire Nikos Kazantzakis, écrivain trop peu considéré, en tout cas bien en-deçà de sa très grande valeur, et particulièrement sa Lettre au Greco. J'ai d'autre part cité le texte étonnant de 1858 signalé par Philippe supra : on ne pourra pas dire que nos technocrates et banquiers n'étaient pas prévenus... Enfin, ce qui compte par dessus tout, c'est bien ce qui est en train de se passer sous nos yeux, et qui est bel et bien le début de la fin de l'eurocratie... ou qui sera sinon celle du peu qui nous reste de "démocratie", c'est-à-dire de possibilité de demeurer dans notre être à travers notre souveraineté. Cette demeure, la refusera-t-on aux Grecs ? Et nos boutiquiers Allemands, obnubilé par leur cassette et oublieux de l'histoire, la leur propre aussi bien, qui termine en queue de nouilles, qu'en font-ils ?

Image
(Je m'abrite toujours derrière Nietzsche sur ce sujet ;
c'est une petite provocation, pour le fun...)


Ne pas prendre Sapir au sérieux ? C'est dommage, je préfère tenir compte de ses avis et les réfléchir ou discuter fermement, pour toujours mieux fixer les miens propres, que de le tancer de la sorte ; le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il aura été une des très rares voix françaises pendant cette période à défendre le réel, ou à tout le moins sa part de vérité contre toutes les manipulations et tous les emballements.

Très accessoirement, M. Brunet est une planche pourrie — et je suis sympa.


***

Image

PrécédenteSuivante

Retourner vers Économie, travail et décroissance