Afficher le sujet - Imposture éolienne

Imposture éolienne

Sur l'écologie humaine, et la surpopulation adverse.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18531

Re: Imposture éolienne

4 Juin 2018, 09:30 Message

Il est accessible seulement pour les abonnés (seuls quelques lignes sont visibles pour les autres).

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3131

Re: Imposture éolienne

4 Juin 2018, 09:37 Message

Merci, Didier.

François d'Orcival : «Cette flèche qui protège Chartres»
Par François d'Orcival
Publié le 01/06/2018 à 09h00
CHRONIQUE - Un parc d'éoliennes devait être implanté près de la cathédrale. Grâce au courage d'un préfet, ce chef-d'œuvre médiéval est sauvé.
La flèche de la cathédrale de Chartres conduisait deux pèlerinages à la Pentecôte. Le traditionnel, autour du cardinal Sarah, le lundi. «Chers pèlerins de France, regardez cette cathédrale, leur disait le cardinal: tout, dans son architecture, sa sculpture, ses vitraux, proclame la joie d'être sauvé et aimé par Dieu!» La veille, d'autres marcheurs, militants du paysage et de l'environnement, s'étaient donné rendez-vous pour proclamer: «Non à la défiguration de la cathédrale de Chartres!» Les uns et les autres n'ont-ils pas déjà été entendus?
«Ce sera une première!» avait annoncé, à la fin de l'année, la nouvelle femme préfet d'Eure-et-Loir, Sophie Brocas, nommée à Chartres après un passage par l'Elysée. Elle était en effet décidée à faire jouer les textes en matière de protection des paysages contre les éoliennes et leurs pollutions visuelles (et sonores)… Car, si le département est déjà bien pourvu en «ventilateurs», il abrite aussi cette cathédrale, classée au patrimoine mondial de l'humanité, haut lieu de piété - et trésor de recettes touristiques!
Or, un parc de six éoliennes devait être installé à 14 kilomètres de la cathédrale dont il allait masquer la flèche! Eh bien, la courageuse représentante de l'Etat a pris un arrêté pour interdire cet aménagement (soyons honnête, d'autres interdictions ont frappé des parcs qui gênaient les radars de l'armée de l'air). Depuis son arrêté, le préfet a eu le précieux concours d'un rapport de la Cour des comptes, abondamment cité par la Fédération environnement durable. Publié le 18 avril, celui-ci porte sur le «soutien aux énergies renouvelables». Il pointe les incohérences, et souvent les absurdités, d'une politique qui pèse lourdement sur les finances publiques, et sans retour.
Ainsi, le «renouvelable» représente 15,7 % de notre production électrique (laquelle est essentiellement nucléaire, comme on sait). Sur ces 15,7 %, les deux tiers proviennent de l'hydraulique ; le reste se partage entre l'éolien (terrestre et offshore), le voltaïque et d'autres petites sources. Or, remarque la Cour, pour ne produire que 2 % de l'électricité française avec son éolien, l'Etat a déjà entrepris de dépenser plus de 40 milliards d'euros en vingt ans… Est-ce bien raisonnable? La préservation de la cathédrale de Chartres n'est pas seulement un acte de protection de notre patrimoine mais aussi de bonne gestion des deniers publics…

Messages: 135

Re: Imposture éolienne

4 Juin 2018, 10:44 Message

Il devient bien insignifiant F. d'O., quand on pense à son itinéraire... Et puis préfet et courage, depuis la fin des années 1970 cela n'existe plus.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3131

Re: Imposture éolienne

4 Juin 2018, 10:54 Message

Les deux points que vous relevez, cher Luc, sont tout à fait fondés. Reste que la situation de cet épisode, ainsi que deux ou trois faits, m'ont paru intéressants. Il y a, d'une part, l’exigence vitale d'une certaine radicalité et, d'autre part, la nécessité à s'inscrire dans la réalité. Il n'est pas facile de tenir les deux bouts sans que nos articulations grincent !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18531

Re: Imposture éolienne

5 Août 2018, 08:01 Message

Fermeture de l’usine d’hydroliennes à Cherbourg : les éoliennes, c’est tellement mieux ! (Bd Voltaire)

« Trop occupés par l’affaire Benalla, les médias sont passés rapidement sur la fermeture de l’usine d’hydroliennes à Cherbourg, qui mérite cependant que l’on s’y arrête.

On sait qu’après nous avoir culpabilisés avec le réchauffement anthropique de la planète – que des centaines de scientifiques de haut vol tiennent pour absurde sans pouvoir l’exprimer dans la presse -, les responsables européens sont à la recherche d’énergies non polluantes, et surtout renouvelables – concept qui, au passage, n’a jamais reçu de définition claire. Le but affiché étant de "protéger la planète" au moins pour le millénaire à venir.

Servie par l’amplitude exceptionnelle des marées sur sa façade ouest, la France inaugura, il y a un demi-siècle, l’usine marémotrice de la Rance, dont la déclinaison par des turbines immergées ouvrait une voie vers une énergie constante, prévisible, discrète et pratiquement dépourvue d’effets secondaires fâcheux.

Mais c’était trop beau pour nos gouvernants ! Peut-être parce que ça ne gâche pas assez les paysages… Que ça a le mauvais goût de fonctionner quand il n’y a pas, comme maintenant, la moindre brise… Que ça ne permet pas d’arroser les paysans et les maires des communes rurales avec l’argent du contribuable… Ou alors les entreprises danoises, allemandes ou chinoises d’éoliennes industrielles… »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18531

Re: Imposture éolienne

8 Août 2018, 16:18 Message

Fabien Bouglé : « Plus le gouvernement développe ses projets d’éoliennes, plus il cristallise la résistance ! »


Puisse-t-il dire vrai...
Pour l'instant, me déplaçant, je ne peux que déplorer l'extension continue des ravages, du mitage systématique de tout le territoire ; tout cela pour des clopinettes énergétiques, un "bilan carbone" désastreux, et le plus grand profit d'arnaqueurs de première. Le plus stupéfiant est, là encore, l'incroyable passivité de nos concitoyens.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3131

Re: Imposture éolienne

8 Août 2018, 16:46 Message

Mon regretté paternel (qui travaillait pour EDF) aimait répéter que l’on pouvait espérer que l’usine marémotrice de la Rance, alors en projet, puisse être capable d’alimenter un rasoir électrique à Saint-Malo et un autre à Dinard. C’est peut-être, en effet, le seul bénéfice, à coût réel, que procure un ouvrage d’art qui a dû manquer de nos désormais très fameuses études d’impact environnemental. On sous-estime, encore et toujours, le coût des ravages de la corrosion marine ! Je n’ose imaginer le prix de revient d’un courant électrique produit au large de nos côtes ! La fabuleuse vallée de la Rance est en passe d’être irrémédiablement envasée, nos agriculteurs, peu regardant sur l’usage des nitrates, venant potentialiser les dégâts causés par l’abolition des marées naturelles. Reste la seule utilité réelle de ce barrage : la liaison automobile entre Saint-Malo et Dinard, encore que, mal dessinée et calibrée à l’époque, tributaire du passage des bateaux par les écluses, elle soit devenue un cauchemar par temps de migrations estivales de masse.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 380
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Imposture éolienne

15 Novembre 2018, 11:39 Message

Une amie m'a transmis ce message. (Sans en avoir la source directe.)

6 novembre, 10:34

Témoignage d’une agricultrice bio

Éoliennes : une escroquerie verte organisée

J’ai 35 ans et je suis agricultrice bio en Auvergne. Il y a deux ans, j’ai été contactée par une entreprise privée qui avait pour projet d’installer un parc d’éoliennes dans ma commune.
Je les ai reçus avec joie ! J’avais hâte de participer à un projet écologiste et d’apporter mon grain de sel à la fin du nucléaire.
Première surprise : je m’attendais à rencontrer un représentant de l’État, ou de la préfecture pour ce genre de projet (l’énergie est, il me semble, le bien de tous et nous sommes tous concernés). En fait, il n’en était rien : c’était bien une entreprise privée financée par des fonds de pensions étrangers qui était chargée du projet.
Un peu bizarre, mais, après m’être renseignée, je me suis aperçue que tous les projets étaient tenus par des boîtes privées qui prospectent un peu partout en France pour chercher des terrains où placer des éoliennes.
Je pensais donc que cette société voulait m’acheter un bout de terrain, un peu comme un promoteur immobilier « du vert ».
Deuxième surprise : la société envisageait effectivement d’implanter une éolienne chez moi, mais elle ne voulait « surtout pas » me déposséder de mes terres. Elle voulait seulement louer le terrain. Et cela, pour une somme absolument mirobolante : pour moi qui ai des revenus de 1500 euros par mois, on me proposait un loyer de 30 000 euros par an pour deux éoliennes implantées. Pendant 20 ans….30 000 qui tombent tous les ans et je participe à l’écologie nationale. Un rêve.
La société a insisté pour que je signe « rapidement », car d’autres agriculteurs pouvaient être aussi intéressés. A 30 000 par an, je n’en doutais pas une seconde.
Mais …je suis auvergnate, et par nature, méfiante. J’en ai discuté avec …ma grand-mère. Elle a hoché la tête, et elle m’a dit : « ils veulent payer 75 fois le prix de la terre sans la posséder ?, ici ? Là où nos terres ne valent pas grand-chose ? « … « Il y a un loup quelque part ».
Alors j’ai cherché le loup. Et je l’ai trouvé en demandant un nouveau rendez-vous avec la société. Je leur ai demandé un contrat du bail. Et j’ai lu toutes les petites lignes.
Et voici la question que je leur ai posée : au bout de 20 ans, que se passe-t-il ?
Pas de réponse. Ou plutôt une réponse très floue : on ne sera plus là, car on revend nos implantations à des entreprises étrangères (chinoises notamment). Mais la loi nous demande de prévoir le démantèlement de l’éolienne. Nous provisionnons 50 000 euros.
Parce qu’au bout de 20 ans, une éolienne, elle est en fin de course.
OK. J’ai donc fait venir plusieurs entreprises spécialisées. Pour une éolienne de 200 mètres de haut, le coût minimum est de 450 000 euros par éolienne. A charge du propriétaire du terrain.
Et s’il ne peut pas payer ? Comme il s’agit d’une éolienne industrielle, l’État se retourne contre le propriétaire, puis contre la commune.
Je fais un rapide calcul : le projet d’ensemble comprend 7 éoliennes et ma commune 200 habitants.
450 000 x 7 = 3 millions 150 000 de dette.
J’ai la tête qui tourne….j’ai le vertige face à une telle dette.
Ça, c’était ma première découverte. Depuis, je suis allée de surprise en surprise.
Tout d’abord, je me suis demandé pourquoi cette société voulait implanter des éoliennes dans un endroit où il y a si peu de vent.
Réponses : en effet, il n’y a pas assez de vent. Qu’à cela ne tienne, nous allons construire des éoliennes beaucoup plus hautes. 200 mètres de haut. La taille de la tour Montparnasse.
Fort bien. Pour des éoliennes qui ne tourneront que 25 % du temps. Pas très rentable…Alors, comment se fait-il que des fonds de pension s’intéressent tant à l’éolien en France ?
Tout simple ! En France, une loi exige que l’énergie verte des éoliennes soit achetée en priorité deux fois le prix des autres énergies ( l’hydraulique, qui est pourtant totalement vert, n’a pas ce privilège ! )
Donc, c’est intéressant pour les investisseurs étrangers, sans doute en pleine complicité avec le gouvernement…car…qui paye cette différence ?
NOUS ! Sur votre facture EDF, il y a une petite ligne qui indique que nous « participons au développement de l’énergie verte »…en fait, nous finançons des actionnaires étrangers.
Ah oui ! Je ne vous ai pas tout dit ! Cette énergie est essentiellement destinée à être exportée. Donc pas du tout destinée à faire fermer les centrales nucléaires.
Ça, les actionnaires s’en fichent totalement. Moi pas. Je me suis livrée à un petit calcul : le développement de l’éolien en France va coûter 75 milliards d’Euros financés par nous-même pour détruire nos paysages, notre tourisme, la valeur de nos biens immobiliers et nos parcelles cultivables ( qui ne le sont plus quand on dépose 1500 tonnes de béton dans le sol pour y placer la tour Montparnasse).
Avec cet argent, l’état pourrait redistribuer à chaque français une part pour isoler dignement son logement. Nous pourrions ainsi fermer 18 réacteurs nucléaires. Mais ça, ça ne rapporterait rien aux actionnaires.
Pour finir, je tiens à préciser que je ne signe pas ce texte car j’ai reçu des menaces :
- D’agriculteurs, qui souhaitent « rafler les 30 000 euros par an sans réfléchir »
- Des sociétés de l’éolien, qui, plus subtiles, me proposent des « compensations » contre mon silence.
Faites circuler, et réfléchissez. Sous couvert de « vert », on nous prend pour des jambons.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3131

Re: Imposture éolienne

15 Novembre 2018, 11:55 Message

Chère amie, quiconque tape Éoliennes : une escroquerie verte organisée sur son navigateur préféré, reste médusé par le nombre de témoignages et d'analyses qui démontent ce système mafieux. Je pense que le scandale ne pourra perdurer longtemps.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18531

Re: Imposture éolienne

27 Novembre 2018, 18:04 Message

Image


Source Cour des Comptes, par JDD

Commentaire d'un tweeter : « Transition écologique : une gigantesque extorsion de fonds publics. Cette somme aurait suffit à équiper tout les foyers de pompe à chaleur ou géothermie, réduisant considérablement la facture énergétique des ménages, la dépendance au gaz et fuel, ainsi que les émissions de CO2. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18531

Re: Imposture éolienne

29 Novembre 2018, 10:05 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18531

Re: Imposture éolienne

24 Décembre 2018, 09:20 Message

Je n'avais encore jamais vu ça !


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18531

Re: Imposture éolienne

1 Janvier 2019, 09:29 Message

Voilà qui ne manque pas de sel...

Le GIEC opte pour le nucléaire ! (Bd Voltaire)

« Emmanuel Macron a annoncé, le mardi 27 novembre, que 14 des 58 réacteurs du parc nucléaire français devraient fermer d’ici 2035, dont 4 à 6 d’ici 2030, de façon à ramener à 50 % la part du nucléaire dans la production nationale d’électricité. Il a ajouté que 71 milliards d’euros seraient consacrés au soutien des énergies renouvelables (solaire, éolien, biogaz…) d’ici 2029, c’est-à-dire, principalement, à des équipements énergétiques intermittents (22 % du temps pour l’éolien et 12 % pour le solaire) qui devront être doublés par des équipements susceptibles de pouvoir être mis en service très rapidement (fonctionnant très probablement au gaz, comme c’est le cas au Danemark ; les Allemands, eux, font monter en puissance, quand il n’y a pas assez de vent ou de soleil, des centrales thermiques fonctionnant au lignite, lequel est le plus polluant de tous les combustibles !). Malgré tout ce que nous savons des défauts des éoliennes liés à l’intermittence, au bruit, à la pollution esthétique, Emmanuel Macron veut tripler le nombre de ces machines. Par ailleurs, il vient d’annoncer que nous allions abandonner les moteurs thermiques pour les moteurs électriques, c’est-à-dire augmenter considérablement nos besoins en électricité !

Le président de la République vient de créer un nouveau comité Théodule baptisé Haut Conseil pour le climat (pas moins !), auquel Jean-Marc Jancovici a accepté de se joindre. Ce polytechnicien, qui enseigne l’énergétique à l’École polytechnique, a expliqué dans plusieurs ouvrages les raisons qui l’ont amené à penser que l’énergie nucléaire était la seule solution permettant de surmonter le défi posé par la disparition inévitable des hydrocarbures et de limiter les émissions de gaz carbonique (CO2), sans avoir l’inconvénient majeur de l’intermittence, ce qu’il a confirmé au cours de l’émission d’Yves Calvi sur LCI du 27 novembre 2018. Jean-Marc Jancovici a montré que les énergies intermittentes (éolien et solaire électriques) étaient de très mauvaises solutions qui provoqueraient la multiplication par dix du prix de l’électricité, compte tenu du coût exorbitant des équipements de stockage (essentiellement hydrauliques et, donc, très difficiles à créer en France parce que tous les sites se prêtant au stockage hydraulique sont déjà utilisés) qu’il faudrait construire dans l’hypothèse où nous déciderions de ne plus utiliser que des sources d’énergie intermittentes en plus des équipements hydrauliques existants.

Le gouvernement a opté simultanément pour la diminution de notre capacité de production d’électricité nucléaire et l’augmentation de la consommation d’électricité pour les transports (ce qui a généré la crise politique en cours du fait de la taxation « écologique » des carburants). Il a l’intention de remplacer les centrales nucléaires par des équipements dont le fonctionnement sera intermittent. Ce choix, qui ne tient pas compte des récentes recommandations du GIEC, se traduira par une augmentation importante du prix de l’électricité et des émissions de CO2 ! »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18531

Re: Imposture éolienne

8 Février 2019, 11:23 Message

Tiens... on nous avait déjà fait le coup pour le nucléaire... Qu'est-ce à dire ?

Éoliennes: le tabou du recyclage et du coût du démantèlement (Le Figaro)

« La durée de vie d'une installation est fixée à quinze ans, correspondant à la période pendant laquelle elle est soutenue financièrement par les pouvoirs publics. Cela n'empêche pas les éoliennes de fonctionner au terme de cette échéance, mais les matériaux s'usent, comme le rappellent volontiers les anti-éolien. Parmi eux, la Fédération environnement durable (FED) envisage déjà la déconstruction de 14.500 unités d'ici à 2050 - soit le nombre total d'éoliennes prévues dans le cadre de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18531

Re: Imposture éolienne

12 Avril 2019, 08:49 Message

« L’urgence climatique », une vraie préoccupation des Français ? (Bd Voltaire)

« Et pourtant, un sondage réalisé par l’INSEE (que l’on peut trouver sur leur site) portant sur les préoccupations des Français en 2018 classait en tête : le terrorisme et les attentats, suivi du chômage et de l’emploi, puis de la pauvreté, de la santé, de la délinquance, du racisme, l’environnement n’arrivant qu’en septième position, ce thème n’étant une préoccupation que pour 7,4 % des Français en moyenne.

En 2019, y aurait-il eu un revirement soudain de situation ? Très peu probable, comme le prouve un sondage réalisé par Science et Vie et mis à jour en février 2019, où il apparaît que l’environnement recule dans le classement. Il y a surtout les grands axes que le gouvernement s’est fixés, suite aux promesses du candidat Macron, et dont il ne veut pas démordre.

En fait, après l’abandon de la taxation des carburants et de l’augmentation de la taxe carbone, il fallait réagir. Les marches pour le climat et la pétition climat (bidonnée en grande partie) mises en place par des ONG écologistes appartenant au Réseau action climat, largement subventionné par le ministère de l’Écologie (voir mon article de décembre), ont été la réponse au camouflet sur la taxe carbone et un moyen de remettre le sujet au cœur de l’actualité, mais pas dans le cœur des Français. »


***

Ce sondage est encore une fois bidonné, serait-ce seulement par la vague propagandiste qui l'a précédé, et à laquelle il contribue servilement. C'est un fait. De même que ceux énoncés ensuite dans cet article sur les fluctuations du climat qui brouille les pistes allègrement : la complexité du phénomène nous échappe très largement, le reste n'est pas littérature, mais baratin trivialement idéologique. Que tout cela, à grand renfort d'infantilisme, cette ressource inépuisable du spectacle manipulateur, couvre la poursuite effrénée et mondialisée d'un affairement suicidaire, c'est tout aussi certain. Pour autant, la "question" écologique reste entière, et orpheline de toute pensée sérieuse, soit de toute remise en cause fondamentale, i.e. de toute interrogation sur qui nous sommes.

A ce sujet, exception tout à fait exceptionnelle : j'ai apprécié un reportage du JT2 hier soir !!! Si. Voilà de quoi réfléchir un tout petit peu ; c'est simple, incontestable, et comme Villiers sur l'Europe, il suffit de tirer le fil.... jusqu'au bout.



Rafraichissant, par les temps actuels, sordides où que l'on tourne la tête.


***


Communiqué du CNPT (Chasse Nature Pêche Tradition) :

« Les éoliennes ne font pas l’unanimité, loin de là ! Pollution visuelle, sonore, forte diminution de la valeur de l’immobilier, baisse de l’économie touristique, faible rendement non continu, problèmes sanitaires notamment sur l’élevage, sur les oiseaux migrateurs et la faune sauvage… CPNT constate que les conflits d’intérêts en relation avec l’éolien semblent devenir tout autant répandus en France qu’aux États-Unis avec les affairistes du vent. Ils ne développent qu’une vision purement mercantile ! Alors à qui profite le crime dans nos départements ?

L’éolien en l’état actuel de cette énergie reste un non-sens énergétique, économique, social et environnemental. Le lobby de l’éolien ce sont des gens sans foi ni loi qui se fichent pas mal des aspects environnementaux. Soutenu par le gouvernement, l’éolien rend la France esthétiquement inhabitable, à coups de milliards pour produire de maigres kilowatts. C’est le projet inefficace et coûteux de défigurer nos départements, nos paysages, notre patrimoine historique et touristique qui a fait déborder la colère des ruraux.

La France totalisait, à la fin de l’année 2018, environ 8000 éoliennes. Le 27 novembre 2018, dans un discours prononcé à l’Élysée sur la transition énergétique, le Président de la République déclarait : « Ce qui va marquer en profondeur l’évolution de notre « mix électrique » dans les années à venir, ce sera, évidemment, l’essor des énergies renouvelables. À l’horizon 2030, la production du parc éolien terrestre sera ainsi triplée ! »

CPNT – le Mouvement de la Ruralité demande en URGENCE un moratoire sur l’éolien en France, de surseoir à de nouvelles implantations comme vient de le demander Dominique Bussereau, le président du conseil départemental de la Charente-Maritime auprès de son préfet. De nombreux élus, présidents de régions, députés, sénateurs, dénoncent l’énorme scandale financier du développement de l’éolien. Des présidents de région et des députés, comme Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand et Julien Aubert, appellent le gouvernement à cesser cette politique irresponsable sur le plan technique, et méprisante pour les ruraux.

Voilà pourquoi CPNT demande aux élus d’intervenir, car le risque sur nos paysages que fait courir la foultitude de projets éoliens devient dangereux pour l’image touristique de notre belle France, le tourisme étant une des rares activités qui peuvent encore prospérer dans nos départements. C’est aussi notre patrimoine. Ne détruisons pas cette richesse !

CPNT préconise une autre politique en matière d’énergies renouvelables, avec un mix basé sur la géothermie, l’utilisation de la biomasse, la méthanisation, le solaire, le développement de la filière bois, l’hydroélectrique, l’énergie de la mer…. Mais pas n’importe comment avec l’éolien ! »

Précédente

Retourner vers Écologie humaine