Afficher le sujet - Imposture écologique, suite.

Imposture écologique, suite.

Sur l'écologie humaine, et la surpopulation adverse.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Imposture écologique, suite.

6 Mars 2019, 09:15 Message

Pas faux.

Déchets électroniques et plastique contre réchauffement climatique : l’écologie du tiroir-caisse (Bd Voltaire)

« À ces montagnes de déchets électroniques, il faut ajouter les 300 millions de tonnes de plastique produites chaque année. Production qui pourrait augmenter de 40 % d’ici 2030. Des particules de micro-plastique ont été retrouvées dans les entrailles de poissons vivant dans les abysses. Avec le temps, ces matières seront réduites à l’état de nanoparticules et, donc, respirées et ingérées au quotidien par les générations à venir.

Si la responsabilité de l’homme est largement mise à mal dans les causes du fameux réchauffement climatique, la question de la pollution plastique et électronique ne fait, en revanche, aucun doute quant à son origine. Sur ce terrain, excepté quelques mesurettes comme le projet d’interdire certains objets à usage unique (pailles, gobelets, cotons-tiges, couverts), les forcenés des COP21, 22 et tutti quanti sont extrêmement silencieux. Nous n’avons guère entendu les Macron/Merkel, sauveurs de planète agréés, émettre le souhait d’établir des normes pour les emballages ou s’inquiéter du recyclage des portables et autres écrans plats. Le diesel présente le grave inconvénient de coûter moins cher que l’essence et le portable, l’énorme avantage de rimer avec rentable. C’est d’écologie du tiroir-caisse qu’il est question. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Imposture écologique, suite.

8 Mars 2019, 09:14 Message

Juste et bien vu.
La mise en place de cette "chose" écolo-responsable est une entourloupe de plus par temps de budget criant famine à tous les étages.
Un "détail" parmi tant d'autres ? Certes, mais, il y a cette histoire de goutte d'eau, et il pleut dru.
Sauf pour les mêmes, qui sont sous la gouttière.

La prochaine révolte fiscale ? La taxe sur les ordures ménagères ! (Bd Voltaire)

« Cela risque, en outre, d’empirer ! Car se met doucement en place la TEOMi (taxe d’enlèvement des ordures ménagères incitative) qui, comme le mot « incitative » l’indique, est en partie liée à la quantité d’ordures produite. Les dispositifs varient : certaines communes font payer au poids, d’autres instaurent un nombre de levées obligatoires (dix-sept par an à Montargis) que l’on doit payer même si on ne sort que trois fois sa poubelle dans l’année. Toute levée supplémentaire est taxée au prix fort.

Rien n’est plus absurde que ce mode de facturation et ses conséquences sont catastrophiques. Si on paye au poids, une guerre des poubelles se met inévitablement en place. Des contribuables malhonnêtes (ou qui s’estiment malins) remplissent les poubelles des voisins. Si on taxe au nombre de poubelles sorties, les contribuables jettent leurs ordures n’importe où, d’où un grave problème de santé publique et de pollution. Ce mode devrait tout bonnement être interdit, car si limiter les déchets est souhaitable, il faut tenir compte de la nature humaine ! Malheureusement, l’État pousse à mettre en place la TEOMi en autorisant les communes à augmenter, sans justification, de 10 % leur taxe. En mettant un nombre bas de poubelles autorisées, la TEOMi devient très rentable et renfloue les communes. À Montargis, selon le porte-parole d’un collectif en lutte contre cette nouvelle taxe, certains contribuables payent trois fois plus qu’avant son instauration ! »


Retourner vers Écologie humaine