Afficher le sujet - Cinquième colonne

Cinquième colonne

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

16 Janvier 2015, 19:03 Message

Il n'y a pas que les élèves...

Une prof suspendue pour des propos mettant en doute les attentats de Paris (La Montagne)

Il faudrait tout citer ; je relève au moins :

« Pendant ce débat de plus d'une heure, lorsque ses élèves affirment que les attentats ont été "montés" afin de "pervertir la religion musulmane parce que c'est la seule qui a gardé un peu toutes ses valeurs", l'enseignante ne les contredit pas, soulignant que l'islam "dérange".

Elle défend ensuite "le prophète", affirmant que Mahomet, comme "Moïse, comme Jésus Christ, comme Abraham, c'étaient des bels (sic) hommes, bien foutus. Mahomet, c'était pas le mec qui s'empiffrait avec un gros ventre, c'est pas vrai, il avait une super gueule". »

« M. Toulmet assure que "les bras (lui) en sont tombés", s'agissant d'une enseignante "sympa" et "sans problème particulier". »

« Contactée par Le Monde, qui a révélé l'affaire, l'enseignante a estimé que sa mise à pied était "honteuse" et assuré n'avoir "tenu aucun propos déplacé". »

***

Image


Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

16 Janvier 2015, 23:30 Message

Je me demandais où mettre ce qui suit : eureka !

Obama appelle l'Europe à mieux intégrer sa communauté musulmane (Nouvel Obs)

Réaction n° 1 : De quoi je me mêle ?
Réaction n° 2 : Regarde d'un peu plus près chez toi, et à proportion...
Réaction n° 3 : On résiste depuis le départ à la tentation de trop entendre Barak Hussein Obama, mais il ne nous simplifie pas la tâche...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

17 Janvier 2015, 12:44 Message

De ci de là, les médias découvrent la lune, par exemple Le Point (qui vient tout de même de virer Tesson pour ses "amalgames"...) :

Terrorisme : "Les gamins ont de l'admiration pour ces gars-là"

Pour justifier une énième demande de fonds, bien entendu.
Par le "sentiment", l'entourloupe, les trafics, ou par la force du terrorisme quotidien, il s'agit bien d'arracher une jizya toujours plus importante, et de rien d'autre, surtout pas de "social", qui n'a plus aucun sens ici.

Messages: 76

Re: Cinquième colonne

25 Janvier 2015, 19:46 Message

L'incapacité de désigner l'ami

Il est rarement noté que l'impuissance réside moins dans l'incapacité de désigner l'ennemi que dans celle de désigner l'ami. Ce préalable est méconnu parce qu'il n'est toujours pas entré dans les crânes que le grand remplacement a deux autres noms : grande déculturation et grande décivilisation.

Les remplacés ne savent pas qui les remplacent : les barbus aux allures de mannequin ou les barbus en djellaba ? Les remplacés ne peuvent désigner l'ennemi car ils ne peuvent désigner l'ami. Les remplacés ne peuvent déclarer la guerre car ils n'ont rien à défendre, car ils ne savent pas qui recruter sous leurs armes. En conséquence, forcément, ils se gardent bien de désigner l'ennemi.

***

Une minute de silence ou la grande décivilisation

Petit concert d'une école de musique à la veille de Noël. Pour ouvrir l'audition, une attachée aux affaires culturelles de la mairie prend le micro. Elle sourit, sourit encore, rit un peu, explique enfin qu'elle ne voit vraiment pas ce qu'elle pourrait dire. Quelques jours plus tard, elle aurait su quoi dire : "Je suis Charlie".

***

L'Etat n'a qu'un ennemi

Au lendemain d'attentats commis au nom du djihad, on se serait attendu à ce que l'Etat déclare la guerre aux djihadistes. Non, il a décidé d'appliquer aux djihadistes les méthodes policières utilisées contre le grand banditisme, et les traitements psycho-sociologiques censés prévenir la délinquance.

Par contre, il a bien désigné un ennemi, contrairement, à ce qu'on lui reproche ici ou là. Seulement, l'ennemi est justement celui qui entend porter sur le terrain politique le combat contre les djihadistes en vertu du raisonnement politique suivant : pas de djihadisme sans islam, pas d'islam sans musulmans et donc sans immigration. Diagnostic qui implique l'islam gallican et donc la reémigration et la refrancisation. Diagnostic et médecine qui consistent à accorder de l'importance à l'objet de la concorde collective en contradiction totale avec le fondement apolitique des régimes en vigueur.

On comprend que l'Etat déclare la guerre à qui dénonce le contrat social issu des années 1944-68 ; le contrat social qui dresse l'Etat contre les idôles (Nation, République, Race, Classe...) que l'Etat avait lui-même dressées contre l'Eglise en prévention des guerres de religion, mais qui avait causées à leur tours des guerres inouïes ; le contrat apolitique qui sur le modèle du marché entend assurer la concorde en vidant de tout contenu la société (le vivre ou l'échanger-ensemble-pour-rien).

Bien sûr, la loi islamique pourrait bien se charger de résoudre le mal être des hommes livrés par l'Etat au marché total. En conséquence, l'Etat pourrait aussi déclarer la guerre à l'islamisme au nom du vivre-ensemble-pour-rien. Mais, entre deux maux, le régime préfère déclarer la guerre au parti qui incarne ce qu'il a détruit, les vieilles nations euroépennes, et garder sa confiance au parti qui servit à dissoudre la tradition dans le grand marché des cultures.

Et puis, autre raison de ménager l'islam, il est frappant de voir les puissants d'Occident, tout à la fois, s'amuser des blasphèmes rigolards de leur torchon favori, copiner avec les princes wahhabites du pétrole, cultiver le style islamo-bobo en arborant des jeans coupe sarouel et des barbes postiches ridicules : l'argent corrupteur des pétromonarchies, et, plus profondément, une certaine proximité entre le monothéisme stricte de l'islam et le monothéisme de l'Argent persuadent les publicitaires que le divin marché a déjà ravalé l'islam si terre à terre au nombre des way of life du mondialisme.

Conclusions. L'Eglise, les "idôles successives" et le libéralisme se sont successivement placés au service de l'Etat. Le libéralisme est sa dernière imposture : sous son nom, l'Etat impose à son profit le marché total des idées, des sensations, des sentiments, des corps et des utilités. L'Etat n'est pas le principe de la concorde : pour imposer la paix social il mène la guerre à l'homme et provoque celle des sociétés. Comme il est aberrant qu'au sortir du XXè siècle, l'homo politicus continue de se blottir naïvement dans les bras de l'Etat qui lui a arraché tant de larmes et de sang au lieu de placer son espérance dans les institutions qui mettraient l'homme et le pouvoir en concordance (Adeline).

Manifester contre l'islamisme est une erreur. Manifester contre fait peur. De fait, l'Etat a interdit la manifestation. Il faut manifester pour : pour l'islam gallican. Que pour imposer l'islam gallican, il faille expulser les islamistes et enlever aux musulmans l'espoir d'être un jour majoritaires au Frankistan n'est que le moyen. Or, on manifeste pour des fins.

***

La guerre des slogans

L'habileté des contre-slogans ("je suis Charlie" contrefait en "je suis Charlot", "je suis Charlie Martel", "je suis partout", ou, la "Manif pour tous" devenant la "Manip' pour tous"...) laisse penser que la "dissidence" mûrit.

Même la parodie la plus contestée du fameux mot d'ordre, celle qu'en donna Dieudonné est très riche : il ne revendique pas seulement un droit scandaleux à la liberté d'expression pour les djihadistes, il souligne la convergence d'intérêt qui lie comme toujours le Pouvoir et le terrorisme, il exprime aussi, à sa façon, le célèbre avertissement de Bossuet contre les Charlie qui déplorent les effets dont ils continuent de chérir les causes.

***

La Manif' record du gouvernement

Au son d'une flûte, les enfants d'Hamelin ont disparu. L'Etat médiatique a reproduit le prodige en déclenchant l'Exode de la dernière génération française dans l'outre-monde médiatique.

Vedettes médiatiques et anonymes médiatisés ont senti que les attentats renforçaient l'échanger-ensemble-pour-rien. Cela a suffit à leur bonheur. Après que l'Etat apolitique ait révoqué l'Ordre pour soumettre les individus au spectacle du marché, que l'Etat apatride ait révoqué la Nation pour confier le désir d'identité au marché de la mode, que l'Etat acosmique ait révoqué la Nature pour confier la reproduction au marché bio-éthique, que l'Etat décapité ait révoqué la Vie pour confier la vérité au marché des idées, la production à la technique et la technique au marché, il ne manquait plus que d'introduire au milieu de ce marché général une menace anonyme pour assurer l'emprise sidérante de la Trinité moderne - le Vide, le Marché et le Saint Etat - par laquelle le Marché accomplit le Vide dont l'Etat médiatique rend compte.

"Dire que quelques terroristes empêcheront les célèbres anonymes et les vedettes obscures d'échanger-ensemble-pour-rien, c'est du pipo !"

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

26 Janvier 2015, 11:44 Message

Des lendemains bien difficiles (Bd Voltaire)

« Il n’est pas un principe puisé à la novlangue socialiste qui n’ait été contredit par les faits, ou leurs actions, au point que les plus demeurés des djihadistes perçoivent la tartufferie socialiste, le deux poids deux mesures : liberté d’expression, caricatures, insulte, provocation, terrorisme, islamistes, tous les mots sont piégés, à double détente et ne veulent plus rien dire. »

« Ils n’ont pas compris que leur campagne de manipulation, au lieu de pousser à l’unité nationale, a créé une béance entre la France bien-pensante des bobos et la France des banlieues renvoyée à l’infâme, à travers les portraits surmédiatisés des Kouachi et Coulibaly, ces ennemis du genre humain auxquels elle s’est identifiée, ne serait-ce par la couleur de la peau.
En dramatisant l’épisode terroriste, aux fins de diaboliser les islamistes les plus radicaux, ils leur ont donné des ailes pour accélérer leur rapprochement avec les musulmans modérés. Ce qu’aucun calife autoproclamé n’aurait pu rêver, ils sont en passe de le réussir : l’unification des ghettos africains, arabes et musulmans, et la jonction des zones de non-droit sous la bannière de « Je ne suis pas votre Charlie« .
On est passé de l’hystérie collective à la dépression généralisée. Des lendemains bien difficiles se profilent. L’hypothèse Chauprade d’une cinquième colonne à un million d’individus sera alors en dessous de la réalité. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

27 Janvier 2015, 14:46 Message

Terrible, l'apartheid, à Lunel...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

29 Janvier 2015, 12:21 Message

Après les centrales nucléaires, l’Élysée, maintenant L'Ile Longue...

Alerte à l'Ile Longue après le survol de drones non identifiés (Le Point)

Messages: 76

Re: Cinquième colonne

31 Janvier 2015, 09:35 Message

Privatiser l'islam implique de contenir sa démographie et de lui donner sa raison politique.

L'Etat recueillit la dimension politique de la religion qu'il privatisa ; il conserva la sacralité de la défunte religion politique mais la dépouilla de son thème religieux au nom de la raison pure. La liberté de conscience fut établie, mais la vérité intérieure, confinée dans l'individu, dépérit : à chacun sa vérité. Bientôt, l'Etat sacré dépourvu de toute thématique religieuse dépérit également : les idôles dont l'intériorité n'est que d'emprunt (Nation, République, Dieu horloger...) ne soutinrent pas durablement la sacralité de l'Etat qui se limita à gérer le "vivre-ensemble".

Comment conserver la liberté de conscience sans faire le lit du nihilisme ? Une réponse spontanée se développe aujourd'hui sur les ruines de l'Etat et de la religion : "demander la reconnaissance publique de la croyance privée (Gauchet)", substituer à l'empire de la coutume et de la communauté (dans l'arc musulman, notamment) et à l'empire du Vide réalisé par le Marché et révélé par l'Etat (en Occident, notamment), "l'ordre de la conviction personnelle (Gauchet)." D'une certaine façon, oui, les djihadistes sont des loups solitaires, c'est-dire-dire des meutes solitaires, des individus qui affirment publiquement l'identité qu'ils ont conquises, des hommes qui se sont fait tout seul, qui, eux, n'ont pas peur de tuer et de mourir. Pareillement, les prétendus catholiques et leurs jumeaux libres penseurs saturent l'espace public de leurs niaiseries moralisantes post-catholiques : ils sont fiers eux aussi d'afficher publiquement leur supériorité morale à eux.

Une autre réponse, théorique celle-ci, suppose une totale refonte politique. Mélenchon n'a pas des yeux de Chimène pour les musulmans uniquement par intérêt remplaciste : il y a une connivence entre la République et l'islam. Les "grands frères" qui font la leçon et surveillent leurs voisins sont les nouveaux sans-culottes. Dictée par Allah, la loi islamique séduit les nostalgiques de la Volonté générale. Le Dieu législateur remplace sans heurt le Dieu horloger (sans plus déranger le matérialisme de marché). Privatiser l'islam, en faire un soufisme conservateur des nations, implique de lui donner une langue politique idoine, celle-là même qui plut à l'ésotérisme des loges.

Privatiser les excroissances monstrueuses du catholicisme, celles des Charlie ou des La Croix, les faire rentrer dans les consciences, pour que renaisse la religion catholique, suppose une institution politique idoine : la religion qui situe la réalité absolue dans la personne du Christ appelle l'ordre politique qui fonde la communauté dans la personne du Roi.

La liberté de conscience est intacte : nul besoin d'être mahométant pour penser et sentir en républicain, nul besoin d'être baptisé pour demeurer fidèle à son Roi. Par contre, le musulman ou le catholique ne sont pas confinés dans l'étouffoir de leur conscience individuelle, de leur mosquée, de leur église, qui reconnaissent dans l'espace public la version politique de leur confession.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

5 Février 2015, 11:04 Message

On apprend par Le Point que, en sus de la gendarmette filant le parfait amour avec un complice de Coulibaly : " En 2014, deux jeunes gendarmes du fort de Rosny avaient été détectés comme des éléments radicaux. Ils avaient programmé un voyage en Syrie. Ils ont depuis quitté la gendarmerie. Ce sont les rares cas qu’avaient pu déceler les services de renseignement après que Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, a réclamé à ses services une enquête sur la radicalisation au sein des forces de l’ordre "

Ouf, on respire, merci M. Cazeneuve !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

5 Février 2015, 11:14 Message

LE CHIFFRE A ÉTÉ RÉVÉLÉ PAR L'AMBASSADEUR DE FRANCE EN ALGÉRIE
7 millions de Franco-Algériens
(L'Expression)

« "Le nombre de Français ayant un lien direct avec l'Algérie avoisine les sept millions", a déclaré l'ambassadeur de France en Algérie, Bernard Emié, hier, qui était en visite dans la wilaya de Tlemcen. "Ce qui montre que les liens d'amitié sont très forts et primordiaux eu égard à une histoire commune, à une proximité géographique et au partage de la langue française", a-t-il précisé. L'Algérie et la France «ont choisi de se tourner vers l'avenir et de passer à la vitesse supérieure pour un partenariat d'égal à égal», a souligné le diplomate français dans son intervention à l'auditorium de l'université de Tlemcen, rappelant qu'après la visite d'Etat en Algérie du président François Hollande, en décembre 2012, les chefs d'Etat algérien et français ont décidé de donner une nouvelle impulsion aux relations bilatérales "pour un partenariat d'égal à égal afin de renforcer davantage les liens exceptionnels qu'entretiennent les deux pays" ».

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

5 Février 2015, 16:04 Message

PS : quid dans ces conditions de l'évaluation officielle, qui affirme qu'il y a 4 à 5 millions de musulmans sur notre territoire ??? Rappelons que certains estiment ce chiffre au bas mot à 12 millions, pendant que 60% des naissances dans la région parisienne proviennent de familles d'origine étrangère...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 596
Localisation: Provence

Re: Cinquième colonne

5 Février 2015, 17:11 Message

L’ancien ministre de l’Égalité des chances Azouz Begad, en mai 2011 sur France Ô, nous avait un peu éclairé sur la réponse :

" Qui ne sont pas cinq millions mais qui sont peut-être quinze ou vingt millions "


Avatar de l’utilisateur
Messages: 99

Re: Cinquième colonne

6 Février 2015, 08:41 Message

Intégration des musulmans: Fillon veut faire évoluer la loi de 1905 (BFMTV)

« "Je suis attaché au principe de la laïcité, mais poser comme postulat que rien ne doit évoluer est une erreur. La loi de 1905 n'est pas une relique dans un musée", affirme encore le député de Paris dans cet entretien.

Selon lui, "si l'on veut pleinement réussir l'intégration de la religion musulmane dans la République, il ne faut rien s'interdire. La loi ne nous offre pas aujourd'hui la possibilité de contrôler la formation des imams, pas plus que la source de financement des lieux de culte", regrette-t-il. »
"Où le secret commence, commence aussi le pouvoir réel" H. Arendt, Le système totalitaire

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

6 Février 2015, 09:54 Message

Eh bien ! Je ne l'attendais pas de sa part, du moins à ce point, je dois l'avouer... Sa volonté de se différencier en promouvant la "réforme" est forte, mais hélas elle va dans le sens exclusif de la collusion étroite avec ce monde qu'"on" veut faire advenir à tout prix, i.e. de la collaboration la plus insidieuse et la plus méprisable, quand il faudrait se dresser courageusement à l'encontre de cette folie globalitaire.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 596
Localisation: Provence

Re: Cinquième colonne

6 Février 2015, 21:20 Message

Gageons que cet assouplissement de la loi de 1905, déjà à demi effectif pour ce qui concerne la religion musulmane, n’infléchirait en rien les dispositions prises contre la religion historique des Français (par exemple en Haute-Savoie : les libres-penseurs ne veulent plus voir la Vierge... le tribunal administratif de Grenoble vient de [leurs] donner raison... au nom de la loi de 1905 sur la séparation de l'Église et de l'État).

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

11 Février 2015, 14:24 Message

« Ce mercredi 11 février, une élue PS annonce qu’elle a porté plainte contre l’eurodéputé FN au sujet d’une vidéo dans laquelle l’ex-conseiller de Marine Le Pen décrivait une France "en guerre contre des musulmans".

Dans un communiqué de presse, Fatima Orsatelli dénonce un discours qui ne relève pas d’une opinion, "mais bien d’un délit". Elle explique : "Dans cette vidéo, il choisit de tenir des propos belliqueux contre nos concitoyens musulmans. J’ai personnellement analysé ces propos comme une provocation à la discrimination raciale." » (Le Lab Europe 1)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Cinquième colonne

17 Février 2015, 14:08 Message

De plus en plus de mosquées prônant l’islam radical en France (RTL, par Valeurs Actuelles)

« RTL dévoile ce matin que de plus en plus d’imams salafistes investissent les mosquées en France. La station révèle que "les services de renseignement s'inquiètent de la multiplication des prises de contrôle des mosquées par des imams salafistes" et avancent des chiffres alarmants, inscrits dans une note interne que la station a pu consulter.

"On dénombre désormais 25 salles de prière radicales en Île-de-France, 22 dans la région lyonnaise et 13 à Marseille. On dénombre par ailleurs 5.000 salafistes en Île-de-France, soit dix fois plus qu'il y a dix ans" révèle RTL. »

Les chiffres sont évidemment minorés, "salafistes" = islamistes radicaux, "musulmans républicains" = salafistes. Cf. Tareq Obrou et la grande mosquée de Bordeaux...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 853

Re: Cinquième colonne

20 Juin 2015, 16:10 Message

Interview de Thibault de Montbrial dans le Figaro.

Dans votre livre, Le sursaut ou le chaos, vous défendez la notion d' «ennemi intérieur» et vous expliquez que «le pays est en guerre contre une partie de sa jeunesse». N'exagérez-vous pas?

Le constat est extrêmement simple: d'une part, l'État Islamique nous livre une guerre, qu'il revendique ouvertement à longueur de vidéos, sans dissimuler le moins du monde la réalité de son projet. D'autre part, des milliers de jeunes français sont concernés par le djihad ou se radicalisent sans partir, mais avec la même détermination. Les intéressés sont donc des français engagés dans une guerre dont il est ouvertement assumé par ses instigateurs qu'elle est menée notamment contre la France. À la guerre, les adversaires s'appellent des ennemis et lorsque ceux-ci ont la même nationalité que le pays qu'ils attaquent et dans lequel ils vivent on ne peut que constater qu'il s'agit d'ennemis de l'intérieur.

Faut-il vraiment craindre «la guerre civile»?

La guerre civile est un risque réel auquel notre société est exposée si la situation actuelle continue à être observée avec les préjugés, la naïveté et aussi parfois la lâcheté qui ont conduit aux différentes politiques menées en France sur ces questions depuis quarante ans.

Mais il n'y a pas de fatalité, et il est permis d'espérer que notre pays pourrait échapper aux violences les plus graves, à la condition préalable cependant que chacun accepte enfin de raisonner avec lucidité à partir de la situation telle qu'elle est, et non telle qu'on aimerait qu'elle soit pour des raisons plus ou moins honnêtes intellectuellement.

La seule chance d'éviter un affrontement entre les communautés résidera dans la réappropriation ferme d'un socle commun de valeurs autour desquelles rassembler notre corps social et dans l'abandon d'un multiculturalisme suicidaire qui nous y précipite.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/06/19/31003-20150619ARTFIG00306-thibault-de-montbrial-une-fraction-de-la-jeunesse-francaise-combat-son-propre-pays.php

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles