Afficher le sujet - Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

11 Juin 2019, 08:04 Message

État des lieux.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

12 Juin 2019, 08:36 Message

72 élus qui regretteront vite d’avoir rallié Macron (Bd Voltaire)

Hureaux y va un peu fort dans la comparaison, mais ce n'est pas un bobardeur, plutôt un "vieux de la vieille".

« Rappelons que seulement 11 % des inscrits ont, en votant Renaissance, décerné un satisfecit à Macron. Et encore ce chiffre comprend-il un fort vote légitimiste de personnes âgées ou très âgées qui votent toujours pour le pouvoir en place ; tout le contraire de forces vives. Clamer que c’est une victoire pour le pouvoir, c’est de la communication, pas de l’analyse.

Néanmoins, illusionné par cette fausse victoire aux européennes, enfermé dans un autisme idéologique désolant, lié par ses engagements européens, le Président imagine qu’il peut désormais ne rien céder. Il a tort.

Il ne faut pas enterrer trop vite le mouvement des gilets jaunes. Quoiqu’il paraisse s’étioler, il a exprimé un mécontentement au sein de la société française d’une profondeur inégalée. Même s’il prend d’autres formes, rien ne laisse supposer que ce mécontentement va s’apaiser, au contraire.

La situation économique ne va pas s’améliorer.

L’affaire Alstom, relancée par Olivier Marleix – un des rares députés de l’opposition qui fasse son travail -, pourrait bien déboucher sur une grave crise. D’autres scandales peuvent éclater.

Nous faisons là plus qu’un pronostic. Face au désastre de 1940, beaucoup de Français, accablés, se sont précipités dans les bras de Pétain. Quand de Gaulle est entré en Résistance, il a au contraire prédit que l’Allemagne allait perdre : ce n’était ni de la divination, ni de l’intuition, ni un pari, mais une prévision rationnelle. Nous faisons de même.

Il est aujourd’hui probable que les 72 élus transfuges (qui, soit dit en passant, donnent une déplorable image de la classe politique) voudront faire oublier ce choix au printemps prochain. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

12 Juin 2019, 21:30 Message

Interview à noter de Patrick Buisson ce soir sur LCI.
Si j'en trouve l'enregistrement, je le publierai ici, bien entendu.

L'homme, avec son caractère et ses idées, est bien à la peine pour imaginer une quelconque issue à la situation politique de notre pays. On le comprend. Il s'y escrime toutefois. Il constate que si rien n'est fait, Macron sera réélu en 2022, et que la décomposition sera sans fin. Il analyse comme on l'a fait ici la récente sortie de Marion Maréchal : à côté de la plaque, regrettablement explicable par la seule nécessité de se rappeler au bon souvenir du public quand on sent que les choses tournent autrement qu'on l'avait prévu, et que l'on se retrouve pris à contre-pied. Très en-dessous de ce que certains pouvaient espérer d'elle ; très au niveau qu'on lui a toujours connu, AMHA, nonobstant ses indéniables qualités, d'autant plus remarquables eu regard à son jeune âge. "L'union des droites" ? Un leurre, une impossibilité, une lubie. Alors ? Il confirme qu'il travaille avec Zemmour et quelques autres à l'élaboration d'une plate-forme, en vue de, peut-être, si cela débouche sur quelque chose, envisager une irruption dans le prochain débat présidentiel pour proposer une rupture complète. Sur quelle base ? C'est là que cela se complique... Constater que les libéraux sont retournés à leur origine, de gauche, que les deux bourgeoisies se sont enfin réunies pour défendre leurs intérêts de caste sous l'égide du "progressisme" modernant, et que, bien qu'elles ne pèsent que 10% du corps électoral, et ne soient capables que d'en agréger tout au plus 20%, cela leur suffit à mener le bal à leur guise : fort bien. Pour casser la machine infernale, décider que le clivage est désormais entre libéraux et anti-libéraux, qu'il faut donc regrouper les souverainistes - conservateurs - anti-libéraux de droite et de gauche pour sauver le pays, en élaborant un programme politique de nature à les rassembler : là, on peut sérieusement s'interroger. Sans avoir de baguette magique pour autant, et tout en étant attentif à ce que ces deux là pourraient nous sortir.

Une rupture, une véritable et profonde rupture, sans doute est-ce la seule possibilité pour pouvoir renverser une situation si désespérée ; une charge héroïque, sabre au clair, non sans avoir bien mûri une stratégie et un angle d'attaque ; c'est-à-dire en ayant pensé à fond "ce qui survient", et ce qu'il est encore possible de faire. On en est encore loin ; et l'on y restera tant que l'on n'aura pas revu de fond en comble la question existentielle. Du reste, Buisson l'a presque effleurée, en présentant un moment son nouveau "clivage" comme étant celui qui oppose ceux qui ont encore le "sens du commun", et ceux qui ont pris le parti de l'individualisme à tout crin. C'est un début — bien modeste. Ce clivage, il traverse tout un chacun.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

14 Juin 2019, 07:51 Message




***

« La démocratie française, avec M. Macron, est devenue un "village Potemkine" qu’on repeint chaque jour pour désinformer des Français menés d’une priorité à une autre au gré de la seule priorité du pouvoir qui est de perdurer par tous les moyens. La bonne surprise des européennes a résidé pour lui dans le résultat des écologistes. Qu’à cela ne tienne, le gouvernement réformateur appuyé sur une majorité élue pour changer des institutions qui avaient, de manière artificielle d’ailleurs, exaspéré beaucoup de Français lors des présidentielles de 2017, renonce à vouloir brusquer les choses dans ce domaine, pour placer en tête de toutes les préoccupation, l’urgence écologique avant même les urgences sociale et économique, et bien sûr politique. Certes, il y a des manifestations sanctifiées par les jeunes qui y participent, mais soyons sérieux, les problèmes écologiques sont planétaires. La France n’a guère les moyens d’agir sur la température du globe, si tant est qu’elle ait des causes humaines, et il est facile pour un gouvernement de lancer des programmes dont on ne pourra jamais mesurer réellement les effets. L’écologie est un alibi faussement moral pour un pouvoir qui place au contraire la question de l’immigration qu’il peut traiter en pleine responsabilité parmi les peurs contre lesquelles il faut lutter. Le grand remplacement n’est pas un problème, c’est une peur, un sentiment, comme l’insécurité naguère.

Comme l’annonce le titre, l’Acte II, c’est du théâtre qui veut retrouver la mise en scène soignée du début de l’Acte I, mais il est probable qu’elle ne fera plus illusion très longtemps, lorsque, dans les domaines où les résultats se constatent, ils ne seront pas au rendez-vous. » (Christian Vanneste)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

18 Juin 2019, 09:12 Message

Electeurs radiés, bulletins de vote cachés : des fraudes massives aux Européennes en France (Courrier du soir)

« Les Européennes ont-elles été truquées ? Moins de 48 heures après la publication des résultats des élections européennes, des soupçons de fraudes à grande échelle ont été signalés par trois partis politiques : Génération-s, le Parti animaliste et le Rassemblement National.

En effet, ce lundi, le parti de Benoît Hamon a fait savoir que sa liste Printemps Européen était absente dans plusieurs bureaux de vote. "Nous avons été avertis par des électeurs et militants. Certains ont prévenu les maires ou présidents des bureaux de vote. On nous a répondu que la liste n’avait pas fourni de bulletins, or nous avons fourni en quantité suffisante, il doit s’agir d’un problème de répartition ou d’un problème de mairie", dénonce Benjamin Lucas, coordinateur de la campagne de Hamon.

(...)

Ce problème touche également d’autres partis, notamment le Parti animaliste qui, ce 26 mai, a dénoncé des fraudes massives. "Nous avons reçu des centaines de signalements d’électeurs qui n’avaient pas de bulletins dans leurs bureaux de vote. Il a été dit de façon scandaleuse par nombre de journalistes que le parti animaliste n’aurait pas de bulletins de vote dans ces bureaux. C’est évidemment faux", s’indigne Hélène Thouy, tête de liste du parti animaliste.

Et d’ajouter : "le parti animaliste a payé pour avoir des bulletins dans tous les bureaux de vote, sauf que certaines préfectures se sont octroyées le droit de ne pas respecter les dispositions du code électoral, de ne pas mettre de bulletins dans les bureaux de vote", a-t-elle dénoncé.

(...)

Du côté du Rassemblement National, des soupçons de fraude sont évoqués à Rouen. "J’ai été alerté par un électeur des bureaux de vote 33 et 34 sur Rouen qu’il n’y avait pas sur la table les bulletins de vote du Rassemblement National et que les gens étaient incités, en tout cas pour ceux qui souhaitaient le prendre, à aller imprimer. Immédiatement, j’ai prévenu les services de la préfecture de cette irrégularité manifeste et je me suis rendu sur les lieux, j’ai pu constater que dans ces deux bureaux de vote 33 et 34, il manquait la liste du Rassemblement National et de deux ou trois autres listes", confie Guillaume Pennelle délégué RN en Seine-Maritime.

Et d’ajouter : "j’ai demandé des explications. Fort embêtés, ils m’ont affirmé qu’ils ne les avaient pas eus, qu’ils ne les avaient pas reçus, ce qui est totalement invraisemblable, incroyable dans la mesure où dès 08H00 ils auraient pu constater des irrégularités s’ils avaient été des gens particulièrement honnêtes et particulièrement compétents. Ils auraient dû prévenir les services de la préfecture. Donc, à 09H30, pas de bulletins du RN, donc impossibilité pour certains de déposer un bulletin de Jordan Bardella". »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

18 Juin 2019, 09:19 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

19 Juin 2019, 15:33 Message

A pétitionné !

Contre la privatisation d'ADP, et sans réfléchir une seule seconde à la pertinence de cette vente, ou bien à la question des privatisations en général. Une seule chose compte : le pouvoir veut tout faire pour empêcher ce processus d'aboutir, qui risque fort de lui pourrir la vie, et cela me suffit amplement.

Du reste, il ne s'en prive pas : le site est aussi nul que possible. Déjà, retrouver son adresse est toute une affaire, de nature à rebuter une grande majorité d'électeurs malhabiles sur Internet, autant dire énormément de monde.

La voici : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/.

Ensuite il y a cette histoire de n° INSEE de commune, puis les informations de la CNI à fournir et enfin un captcha à décrypter pour tout à fait conclure : difficile de faire plus abscons et compliqué pour quelque chose d'aussi simple. J'oubliais : la question posée est tout sauf claire et nette comme il convient en vue d'un référendum... Autant de raisons pour s'y coller.

J'invite chacun à en faire autant !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

21 Juin 2019, 07:53 Message

Pas mal, mais un peu court dans sa conclusion (comme toujours, hélas) :

L”’union des droites”, ses champions, son échec programmé


« Un peu de dialectique s’impose. Car cette démarche, dite d’union des droites, est dangereuse pour la France et il faut la contester énergiquement .

Il n’y a de ”droites” qu’autant qu’il y a des gauches. Or il n’y a plus ni droite ni gauche mais désormais deux clivages différents et essentiels : celui qui oppose les euro-mondialistes aux sociaux-souverainistes d’une part ; et celui qui confronte les conservateurs des valeurs humanistes et les déconstructeurs de ces valeurs d’autre part.

Nicolas Sarkozy, pensant régler son compte à François Bayrou, avait déjà voulu une union de la droite et du centre ; chacun a pu observer les limites de cette démarche, récupérée par le candidat Macron. La politique faite de petites martingales tactiques est vouée à terme à l’échec. La France ne peut plus attendre et elle espère désormais un ample mouvement d’union nationale .

Plus de la moitié des citoyens votent blanc ou nul, s’abstiennent ou ne sont même plus inscrits sur les listes électorales. Dès lors, faire un sondage parmi ceux qui sont considérés comme de droite n’est-il pas fausser la perspective ? Voire encourager à persévérer dans l’erreur ?

D’ailleurs la droite politique est morte lors des dernières élections européennes. Qui veut encore l’unir, à qui, et sur quelles idées ? Quoi de commun entre les riches retraités ou rentiers de l’ouest parisien, les bobos des centres-villes qui ont voté Bellamy ou Loiseau, et les travailleurs pauvres du sud ou du nord de la France qui ont voté RN ? On a vu que les Gilets jaunes, respectables dans leur souffrance, leur demande de justice, de liberté et de dignité, ont fait, par leur obstination, par les désordres qu’ils n’ont pas su gérer et qui ont été cyniquement exploités par le pouvoir, renaître le ”parti de la trouille” et de l’ordre à n’importe quel prix . Droite et cathos ont semble-t-il voté pour Macron, aux antipodes de leurs valeurs catholiques, patriotiques, familiales, culturelles .

Enfin il est dangereux de s’obstiner à poser cette question que je suis navré d’avoir à qualifier de stupide : ”Alors qui ?”

Et chacun d’avancer le nom de celui ou de celle qu’il a choisi comme favori, en fonction de ses vagues souvenirs, idées ou lectures . Un peu comme on joue au tiercé.

Tous les leaders de gauche comme de droite ont failli ou échoué. Voulons-nous continuer à coasser comme les grenouilles de la mare réclamant un roi ? Soliveau ou cigogne ?

Pour sortir notre pays de sa chute infinie la seule bonne réponse à la question ‘‘Alors qui ?” est : ”le Peuple de France”. C’est à dire lui restituer le droit et le pouvoir de choisir lui-même son destin. Si l’on excepte Charles de Gaulle (et encore) aucun chef d’état n’a voulu s’appuyer sur le peuple, préférant se contenter de son parti de supporters et obligés.

Par delà la droite et la gauche périmées il faudra non pas l’union des ”droites”, cet oxymore, mais celle des Français. Car là se trouvent les majorités d’idées . Laissons donc ces idées s’exprimer librement par le referendum démocratique et la proportionnelle. L’Allemagne, la Suisse, les pays nordiques, le font. Cela leur réussit plutôt bien. Cessons de confier notre pays et nos destinées à des politiciens arrogants, cyniques, incompétents, connivents ou même corrompus, qui ont échoué, échouent, et échoueront. Demandons-nous pour quelles raisons les politiciens ne veulent pas nous rendre notre bien commun : le droit et la liberté de choisir par nous-mêmes . » (Lettre Patriote)

***

Reste que le RIC, sous une forme ou une autre, est la seule revendication qui ouvre tant soit peu la porte de l'avenir, pour le meilleur comme pour le pire ; ce qui revient à renouer avec une souveraine liberté.


***


Autre son de cloche : Comment définir la droite aujourd’hui ? (Vanneste)

« Il y a trois manières de définir la droite. Soit elle ne correspond qu’à une situation conjoncturelle dans l’hémicycle des assemblées. Soit elle est définie sur une base sociologique désignant les milieux sociaux les plus favorisés, les communes et les régions les plus conservatrices, celles notamment en France où la pratique religieuse, catholique en l’occurrence, est la plus forte. Il y en a une troisième, moins fréquente, qui, loin de considérer cette distinction comme relative, et même en voie de disparition, en fait un principe métapolitique constant. Sur quel fondement reposerait-il ? Sur l’opposition pertinente entre la vie et la mort. Être de droite, c’est se battre pour que perdure ce qui peut dépasser la vie des individus et transcender leur disparition.

(...)

Ces soirées élyséennes sont celles d’un orchestre qui joue sur le Titanic en train de couler. Sur le pont supérieur, on ne perçoit pas encore la catastrophe. L’industrie française se disloque, le déficit du commerce extérieur s’accroît, mais les médias courtisans continuent à mettre en valeur des succès microscopiques quand, de manière continue, la France recule dans tous les classements, perd de sa souveraineté et subit un changement de population sans précédent. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

21 Juin 2019, 08:20 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

22 Juin 2019, 08:38 Message

Plus de 250.000 personnes avaient signé, ce vendredi 21 juin, la pétition en ligne pour la tenue d’un référendum d’initiative partagée (RIP) sur la privatisation d’Aéroports de Paris.

Ce n’est pas le site du RIP, hébergé par le ministère de l’Intérieur, qui nous l’apprend : on n’y trouve aucun décompte ! Le gouvernement ne communique pas davantage sur l’avancée de la liste des signataires.

Il faut s’en remettre pour cela aux décomptes de plusieurs internautes. Le site ADPRIP de Pierre N. comptabilise, grâce à un script automatique, toutes les signatures acceptées. Le compteur affichait 253.000 signataires vendredi en début d’après-midi.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Hier, 11:10 Message

Manuel Valls est un traitre, au sens militaire du mot [url](Lettre Patriote)[/url]

« Rappelons quelques évidences : le candidat malheureux à la mairie de Barcelone, qui lorgne aujourd’hui sur le ministère des affaires étrangères d’Espagne… a été Premier ministre français. C’est-à-dire qu’il a eu connaissance de l’intégralité de nos stratégies, des noms des responsables de nos services secrets, peut-être même de certaines identités de nos agents clandestins. Et puis il connaît les intérêts confidentiels de la France, qui elle soudoie, qui elle tient et comment, etc. Il connaît les stratégies industrielles, leurs points forts et leurs points faibles. Et demain, il pourrait devenir ministre des affaires étrangères d’UN AUTRE PAYS !

Alors de deux choses l’une.

Ou bien il utilise à l’avantage de l’Espagne tout ce qu’il sait de l’État français. Et dans ce cas il est un traitre à la France.

Ou bien il n’utilise pas ces informations, les protégeant de son nouveau prince, et dans ce cas, il est un traitre à l’Espagne.

Il n’existe pas de troisième option.

Manuel Valls est un traitre, à l’Espagne ou à la France. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Hier, 11:13 Message

A regarder, Buisson sur BFMTV

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18741

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Aujourd’hui, 09:17 Message

Macron, président assumé de la bourgeoisie (courrier stratèges)

« Pour bien comprendre le substrat idéologique du macronisme, il faut tourner le regard vers Brigitte Macron qui incarne à la perfection les valeurs de cette classe pour qui le pouvoir est un monopole naturel.

On n’est pas ici sur une sorte de synthèse de toutes les élites qui iraient de la noblesse à l’ancienne jusqu’aux petits patrons de l’artisanat. La bourgeoisie macronienne n’a pas cette ampleur démographique, mais elle a plutôt une profondeur historique. Elle renoue consciemment avec cette bourgeoisie "éclairée" qui fit la Révolution Française en se réclamant de valeurs socialement progressistes, mais en pratiquant un conservatisme économique sans état d’âme.

On ne trouvera pas dans cette classe sociale d’éloge en faveur d’une ouverture de la gouvernance collective. En revanche, on y mélangera allègrement des plaidoyers en faveur des pratiques en vigueur dans les salons parisiens (notamment une sensibilité à la GPA ou à la PMA, ou encore à la dépénalisation du cannabis), et une défense farouche de la connivence capitaliste. Ici, on aime les petits arrangements entre l’Etat et les puissants, les mariages subtils entre intérêts privés et argent public, habilement mélangés aux discours en faveur des lumières et du progrès.

Qui d’autre que Brigitte Macron incarne le mieux cette forme de paternalisme bourgeois, avec ses mots bienveillants qui masquent la forêt du grand mic-mac élitiste où tout le monde se tient par la barbichette? Quand on connaît le prix des chaussures, des tenues, des bijoux portés par Brigitte, on mesure les valeurs de la classe qui soutient aujourd’hui Emmanuel Macron et qui attend de lui des « marques d’humanité », comme les mandats donnés à son épouse pour défendre les idées à la mode.

La réaction macronienne a-t-elle une chance de réussir?

Toute la question est de savoir si, face à la contestation qui mine la société française telle qu’elle est gouvernée par une élite auto-proclamée éclairée, le parti de l’ordre et la réaction bourgeoise à l’œuvre ont une chance de réussir. Dans la pratique, cet ordre s’exerce dans un conservatisme de tous les instants, émaillé par des réformettes étatistes qui sont d’autant plus vides qu’elles se prétendent essentielles.

Le spectacle offert aujourd’hui par l’hôpital public est un bon angle pour soulever la question. Alors que des dizaines de services d’urgence se mettent en grève, le gouvernement fait passer une loi qui aggravera encore les maux qui rongent l’hôpital: bureaucratisation, centralisation des décisions, contrôles comptables proliférants. La ministre se fait au demeurant tirer l’oreille pour ouvrir le dialogue avec les grévistes.

La crise des urgences est une sorte de répétition en petit de la crise des Gilets Jaunes. Combien de temps un pouvoir peut-il se maintenir en place par le mépris et par la peur? Il est assez douteux de croire que cette solution peut être éternelle, et même durable, mais après tout, tout ce qui est pris n’est plus à prendre. »

Précédente

Retourner vers Politique & Nouvelles