Afficher le sujet - Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

10 Juin 2018, 08:57 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

10 Juin 2018, 09:11 Message

Comment Macron se prend les pieds dans les « fake news »… (Vanneste, Nouvelles de France)

« L’illusion se dissipe : ni les contorsions quasi amoureuses à l’égard de Trump, ni les longs et francs dialogues avec Poutine, ni la tentative de convaincre Merkel n’ont eu la moindre réussite, le moindre résultat. Quant aux succès économiques, ils demeurent à la traîne de ceux de l’Europe et du monde, car le soleil qui se lève ne le doit pas au coq français. Il restera la fin du statut des cheminots qui n’entraîne pas d’économie immédiate et ne modifie en rien la situation de ceux qui sont en poste actuellement. Cette victoire à la Pyrrhus aura au passage coûté aux contribuables, que les grèves auront gênés pendant le longs mois, le coût de la reprise de la dette de la SNCF. Plus que jamais Narcisse apparaît sous Jupiter, et son insistance obsessionnelle à vouloir une loi sur les « fake news » en apporte la preuve décisive.

On pourrait s’interroger sur les conditions exceptionnelles qui ont entouré l’élection du sieur Macron, l’éviction tambour battant par la conjonction de la presse et d’un tribunal de son principal concurrent, puis les ristournes importantes qui ont été concédées au candidat de manière privilégiée et sans que l’autorité indépendante, la CNCCFP, sans doute distraite, trouve à y redire. Mais ce qui irrite le personnage, ce sont les bruits qui ont circulé durant la campagne, sur des comptes bancaires exotiques ou sur la vie privée. On n’est pas loin du crime de lèse-majesté, et comme les Parlementaires-godillots qui peuplent le Palais Bourbon ne sont que les outils de celui qui a permis leur étonnante élection, ce dernier passe commande d’une loi conforme à son bon plaisir, qui permettre de traquer les « fake news », pendant les périodes électorales, et notamment celles qui sévissent sur internet.

La démarche comporte un paradoxe : cette offensive contre les fausses nouvelles nous en fournit une qui est vraie. Macron est un obsédé de la communication et sa politique se résume entièrement à la manipulation de celle-ci, d’où sa fureur lorsqu’on prétend jouer sur son terrain. En l’occurrence, son jeu est perdant. A partir d’une vindicte personnelle contre des médias étrangers présents sur internet, russes notamment, la loi vengeresse qu’il a commandée au Parlement est-en train de faire l’unanimité contre elle, des partis politiques à l’exception de ses godillots, de l’ensemble de la presse, du Figaro et du Monde, pour une fois d’accord, des journalistes qui, au SNJ et à RSF protestent contre une nouvelle limitation de la liberté de la presse.

Première flèche : si M. Macron cessait de penser comme il parle, en sabir atlantique, il saurait que les « fake news » sont déjà visées en bon français par l’article a 27 de la loi de 1881 sur la liberté de la presse qui incrimine la divulgation de fausses nouvelles, que l’article L 97 du code électoral vise particulièrement celles qui perturbent les élections. Il prévoit une amende de 15000 Euros à l’encontre des bruits calomnieux. Deuxième flèche : l’anglais présidentiel est l’indice de son mondialisme heureux entre Minc et Attali, ce mondialisme dont les Gafam sont les vecteurs et les symboles. Cette fois, notre Président est l’arroseur arrosé, car son souci de l’efficacité, de la réussite, de Paris à la Silicon Valley est ici pris en défaut. Les procédures françaises en référé contre « toute allégation ou imputation d’un fait, inexacte, ou trompeuse » ne déboucheront sur rien, car les juges seront incapables de vérifier les faits rapidement et encore moins d’identifier l’auteur pseudonyme d’un tweet ou d’un post parti de l’autre bout du monde et repris peut-être des milliers de fois par une partie du milliard des utilisateurs des réseaux sociaux.

Troisième et quatrième flèches : M. Macron est hors-sujet. C’est le démembrement des Gafam et la restauration d’une souveraineté des Etats-Nations en matière de justice et de responsabilité qui permettrait d’éviter le hors-sujet qui consiste à flageller en vain l’Océan du mondialisme. Enfin, si un sujet est préoccupant dans notre pays, c’est celui de la peau de chagrin de la liberté d’expression rognée de loi en loi par la traque des phobies et de l’historiquement incorrect. Le scandale, ce ne sont pas les bruits colportés sur internet, mais la poursuite méthodique de nos dissidents, de ceux qui ne pensent pas comme le conformisme de la pensée unique oblige à penser, et auxquels j’ai l’honneur d’appartenir, sans avoir d’ailleurs été condamné : les Bensoussan, les Camus, les Cassen, les Ménard, les Zemmour et j’en oublie sans doute. La pression constante des inquisiteurs associatifs et des commissaires politiques de la Justice intimide devant les risques de la publicité négative et du coût des procédures. Elle incite à l’autocensure. La loi actuelle est déjà profondément liberticide. Un nouvelle étape nous éloignera encore davantage d’une véritable démocratie. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

10 Juin 2018, 09:23 Message

Et, pour faire bonne mesure :

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

12 Juin 2018, 10:20 Message

Image

(Ferjou : Atlantico)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

13 Juin 2018, 09:05 Message

Il est bien, en ce moment, Goldnadel...

Image



***

« Pour Macron, les aides sociales coûtent un "pognon de dingue" sans résoudre la pauvreté » (Le Monde)

D'une conseillère (!) de l’Élysée ...



Précision : désormais les vidéos qui proviennent de Tweeter sont affichées avec les tweets qui les publient : mais la vidéo est bien active. Pour apprécier "notre Président" discourant librement (on se croirait en réunion d'entreprise), cliquer sur le symbole de lecture au milieu de cette vidéo. Ça vaut le détour.

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3037

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

13 Juin 2018, 09:47 Message

Tant que rien ni personne ne sera venu le réveiller, notre brillant président continuera à se parler à lui-même.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

14 Juin 2018, 09:56 Message

Philippe de Villiers ne tarit pas d'éloges sur Emmanuel Macron (Le Figaro)

Tout est dans le titre. Il ne serait pas un peu Corse, le Villiers ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

15 Juin 2018, 08:41 Message

Le libéralisme, c'est-à-dire la bourgeoisie, a enfin surmonté les suites d'une scissiparité qui n'était qu'une affaire de style : l'économique "de droite", et le sociétal "de gauche" se sont enfin retrouvés en une synthèse dont le ciment est, comme de juste, la haine et le mépris du peuple et de ses attachements, si ténus soient-ils désormais, autrement dit du socle de l'histoire et de la culture, n'en déplaise aux raffinés de pacotille, éternels Kollabos qui s'ignorent (superbement). Comme, à cette bourgeoisie, il lui faut encore quelques domestiques et obligés, elle les puise ailleurs, comme une arme supplémentaire dans sa quête de liquidation de tout ce qui lui est directement (et anciennement) antagoniste.

Voilà tout.

Or, la crue dévastatrice du techno-économisme ou bien cessera, ou bien s'emportera elle-même pour finir ; ce fleuve doit retourner à son lit, serait-ce après avoir tout dévasté.


***

Sondage : selon les chiffres d’un sondage réalisé jeudi en Italie, 80 % des personnes interrogées soutiennent l’attitude de leur nouveau gouvernement (affaire de l'Aquarius). Dans le détail, 30 % des Italiens « voudraient que tous les migrants soient rejetés » et 50 % « souhaiteraient que l’accueil de migrants se fasse de manière partielle et surtout après une évaluation beaucoup plus ciblée et prudente que l’actuelle ».

Il serait intéressant de reproduire ce sondage dans les différents pays d'Europe, notamment en France...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3037

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

15 Juin 2018, 10:00 Message

Une chronique de Chantal Delsol qui fait partie de ces quelques chroniqueurs régulièrement décevants (Bock-Côté, Redeker, Polony et d’autres) dans la mesure où une part de leur prose laisse espérer mais que le solde est toujours décevant à force vouloir éviter une certaine radicalité qui m’apparait, pourtant, essentielle, si l’on veut, réellement, envisager les choses sous un angle nouveau.

«L'Aquarius, Macron et l'Italie, un cas exemplaire de moralisme frénétique»
Le Figaro.fr le 14/06/2018 à 20h30
Extrait :
Les producteurs de sermons moralisateurs ne sont pas spécialement moraux, mais ils ont fait de la morale une idéologie. Et c'est pourquoi ils ne cessent de dire le bien. La moralisation de tout est devenu le nouveau «grand récit» servi par les meneurs d'opinion, et imposé aux populations. Nos sociétés ont une grande expérience des phénomènes idéologiques, qui sévissent chez nous depuis plusieurs siècles. Et nous savons ceci: toujours une idéologie, comme utopie irréalisable et donc inhumaine, est imposée à une population par une élite qui, elle, s'en exempte.

Messages: 274

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

16 Juin 2018, 23:47 Message

En réponse à Didier : la question du besoin de se créer des obligés dans l'affaire "Grand Remplacement" n'a pas été suffisamment explorée. Ce besoin comporte de multiples facettes parmi lesquelles celui d'être aimé sans condition (par les obligés, redevables de tout, à commencer par leur accueil sur ce sol, aux puissances politiques qui les y installent) n'est pas le moindre.

L'obligé est un grand neutre politique : dès lors qu'il est accueilli, sa neutralité politique est acquise dans les débats entre accueilleurs. Il n'y prendra aucune part. Il ne votera pour personne ou s'il vote ce sera avec la reconnaissance du ventre pour ceux qu'il perçoit comme agents principaux de son accueil. Mais à cette dimension (être soutenu et aimé par un peuple qui, parce qu'il est nouveau, est vierge de rancoeur envers ses nouveaux gouvernants, à la différence de l'ancien, aux rancoeurs recuites et quasi-héréditaires des classes populaires anciennes envers cette bourgeoisie, qu'elle soit nantie ou simplement constituée d'héritiers au sens bourdieusien), s'ajoute la dimension "africaine" de la problématique : en Afrique, toutes les sociétés sont multiethniques et le président à vie est celui qui maintient un status quo entre ethnies, soit l'homme qui parvient à éviter la guerre inter-ethnique pendant dix ans au moins. On touche là à l'essence même du macronisme, qui se pose en régime "africain", en occupant un centre jupitérien à l'africaine. La société multiethnique, poudrière permanente, appelle un président à l'Africaine, jupitérien, rassembleur et supérieur qui, fondamentalement, ne fait pas de politique, ou fait la politique de tous à coups de "en même temps".

L'avantage d'une africanisation de la société française est immense aux yeux de qui ambitionne une carrière de consul à vie. L'absence de culture politique de ces Africains qui débarquent en France garantit à leur bienfaiteur un nirvana podestique. Plus besoin de débat politique, de contradiction, de choix politique : le Noir qu'on oblige envers soi est une page politique blanche et le mandat du président en devient quasi-céleste. La société qu'il est appelé à gouverner n'est plus composée de citoyens mais de sujets reconnaissants. Il s'agit d'une considération fondamentale de l'entreprise d'africanisation, de multi-ethnisation de la société française. Le Grand remplacement se doit ainsi de ne point s'achever complètement, de ne point être pur et purement génocidaire. Son stade optimal sera celui d'un chaos savamment entretenu qui rendra l'homme providentiel, l'obligeant, indispensable et sa place pérenne à souhait. Comme peut l'être celle du président du Togo ou du Cameroun.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

20 Juin 2018, 08:28 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

20 Juin 2018, 11:14 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

21 Juin 2018, 08:48 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

21 Juin 2018, 08:59 Message



NDA, entre autres, "fait le job", c'est de la technique politique, et relève d'une certaine logique.
C'est à considérer, à suivre d'un œil.

Cela dit, c'est ailleurs et autrement, de façon inattendue et en rupture avec ce "vieux monde", que les choses surviendront.
Ou pas.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

22 Juin 2018, 09:00 Message

Piscine et pensions de réversion.
AME et hôpital.
Etc.


***


Image

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles