Afficher le sujet - Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17328

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

30 Juillet 2018, 21:27 Message

Pistolets Glock, fusil à pompe : l’impressionnant arsenal de Benalla (Le Point par Valeurs Actuelles)


***


Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17328

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

2 Août 2018, 20:48 Message

Image


Image


Image


[Info VA] Alexandre Benalla et les mystères de son passeport diplomatique (Valeurs Actuelles)

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17328

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

3 Août 2018, 08:28 Message



G.-W. Goldnadel : « Si les informations du Parisien sont confirmées, cette affaire de perquisition chez Benalla est énorme ! »



« En résumé, Benalla, c’est à la fois le concierge du château qui possède les clés de la vie privée de Jupiter et celles du Touquet, mais aussi l’Arturo Brachetti de l’Élysée, tantôt CRS avec casque de police et brassard, tantôt racaille à capuche sur la tête pour, au final, surgir comme "bodyguard" de la famille Macron.

Ce qu’on appelle un sac de nœuds. » (BV)

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3116

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

3 Août 2018, 12:31 Message

@M.Goldnadel : L'État fait un effort énorme pour élargir les ouvertures des boîtes aux lettres : elles sont désormais énormes et l'on peut pratiquement tout y faire passer sans que cela coince.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17328

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

4 Août 2018, 09:31 Message

Xavier Raufer : « La destruction, le désordre et le chaos créatif, voilà le programme des libertaires mondialisés »



Le parallèle entre ce meurtre, qui alimente une liste de plus en plus tragiquement longue et terrible, qui ponctue, avec les dites "incivilités" en tout genre, la marche régulière de la conquête territoriale en cours, entre ce meurtre, donc, et les diverses frasques de nos "hôtes" imposés, le parallèle est tout à fait pertinent ; il était temps que quelqu'un d'un peu audible le souligne.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17328

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

4 Août 2018, 09:48 Message

La chasse est ouverte. Le temps de la vérité étant passé, fort heureusement sans trop de résultat, vient le temps des règlements de comptes et de la vengeance du pouvoir.

Affaire Benalla: François de Rugy cherche la taupe de l'Assemblée (BFMTV)

« Le président de l'Assemblée nationale a demandé qu'une enquête administrative soit diligentée pour savoir qui a fourni les informations concernant le badge H d’Alexandre Benalla et la présence de ce dernier au Palais Bourbon mi-mai, pendant sa période de suspension. »

C'est qu'il y "lanceur d'alerte" et "lanceur d'alerte"...

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17328

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

5 Août 2018, 08:35 Message


Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17328

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

7 Août 2018, 15:43 Message

Les crétins tragi-comiques ne prennent pas de congés...

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 672
Localisation: Paris

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

8 Août 2018, 13:07 Message

Depuis quelques jours, sur les réseaux sociaux, se propage une campagne que je juge très dangereuse, car il est risqué de se servir contre un adversaire des armes qu’il a gracieusement fourni. En l’espèce il s’agit d’affirmer que Monsieur Macron et Madame Schiappa auraient légalisé la pédophilie. Quelque soit la détestation que l’on peut ressentir pour ces personnages l’affirmation est fausse et il est inquiétant de voir que des gens sérieux reprennent des informations initialement distillées par des sites qui ne le sont pas. En réalité Madame Schiappa a voulu changer quelque chose (introduction d’une présomption irréfragable de non-consentement pour les mineurs de moins de 15 ou 13 ans), elle y a renoncé après un avis du Conseil d’État qui pointait, à juste raison selon moi, l’inconstitutionnalité de la chose. En résumé rien n’a été changé. Je pense qu’il y a assez de choses à reprocher à l’équipe au pouvoir sans se vautrer dans le mensonge ou l’ignorance.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3116

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

8 Août 2018, 18:02 Message

Je pense qu’il y a assez de choses à reprocher à l’équipe au pouvoir sans se vautrer dans le mensonge ou l’ignorance.

Ce devrait nous être un axiome.
Vous faites bien de nous alerter, cher Jean-François, tant il apparait qu’il est aisé de se fourvoyer sur le sujet lorsqu’on ignore à la fois les arcanes judiciaires et les pratiques délictueuses en question. Il semblerait bien que la morale ordinaire et le bon sens ne suffisent pas en ce domaine.
Prenons un point : En réalité Madame Schiappa a voulu changer quelque chose (introduction d’une présomption irréfragable de non-consentement pour les mineurs de moins de 15 ou 13 ans), elle y a renoncé après un avis du Conseil d’État qui pointait, à juste raison selon moi, l’inconstitutionnalité de la chose. Je crois me souvenir que vous nous aviez déjà expliqué la chose et qu’à l’époque vous m’aviez, bien sûr, convaincu. Mais voilà, mon cerveau doit être plus mité encore que celui de VGE, et, d’autre part, ma candeur ne s’effraierait pas que soit prononcé une présomption irréfragable de non-consentement pour les mineurs de moins de 15 ou 13 ans. Je sens que cela doit être bien plus compliqué que cela. D’autre part, à quoi s’applique votre à juste raison selon moi ? Est-ce au fait que le Conseil d’État pointe l’inconstitutionnalité ou bien à cette inconstitutionnalité en elle-même ? Si cette dernière était déraisonnable, ne pourrait-on pas bricoler une fois de plus la constitution ?
Je me sens un peu gêné de ce questionnement qui doit vous paraitre bien primaire.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 672
Localisation: Paris

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

8 Août 2018, 20:46 Message

Eric Veron a écrit:
Je pense qu’il y a assez de choses à reprocher à l’équipe au pouvoir sans se vautrer dans le mensonge ou l’ignorance.

Ce devrait nous être un axiome.
Vous faites bien de nous alerter, cher Jean-François, tant il apparait qu’il est aisé de se fourvoyer sur le sujet lorsqu’on ignore à la fois les arcanes judiciaires et les pratiques délictueuses en question. Il semblerait bien que la morale ordinaire et le bon sens ne suffisent pas en ce domaine.
Prenons un point : En réalité Madame Schiappa a voulu changer quelque chose (introduction d’une présomption irréfragable de non-consentement pour les mineurs de moins de 15 ou 13 ans), elle y a renoncé après un avis du Conseil d’État qui pointait, à juste raison selon moi, l’inconstitutionnalité de la chose. Je crois me souvenir que vous nous aviez déjà expliqué la chose et qu’à l’époque vous m’aviez, bien sûr, convaincu. Mais voilà, mon cerveau doit être plus mité encore que celui de VGE, et, d’autre part, ma candeur ne s’effraierait pas que soit prononcé une présomption irréfragable de non-consentement pour les mineurs de moins de 15 ou 13 ans. Je sens que cela doit être bien plus compliqué que cela. D’autre part, à quoi s’applique votre à juste raison selon moi ? Est-ce au fait que le Conseil d’État pointe l’inconstitutionnalité ou bien à cette inconstitutionnalité en elle-même ? Si cette dernière était déraisonnable, ne pourrait-on pas bricoler une fois de plus la constitution ?
Je me sens un peu gêné de ce questionnement qui doit vous paraitre bien primaire.


Cher Éric. Je voulais dire que le risque d’inconstitutionnalité était sérieux et que le Conseil d’État, politisé certes mais composé de bons techniciens du droit, avait eu raison de soulever le problème : Il s’agissait d’établir une présomption de non-consentement. Or une présomption surtout irréfragable (qui n’admet pas la preuve contraire) porte atteinte à la présomption d’innocence qui veut que l’accusation doive apporter la preuve de l’infraction et qui découle de la Déclaration des Droits de 1789 intégrée au « bloc de constitutionnalité ». Il me semble très difficile de bricoler la Constitution car en fait il ne s’agit pas du texte constitutionnel lui-même mais de la Déclaration des Droits de 1789.On pourrait évidemment faire voter par le Congrès une loi constitutionnelle interprétative de la Déclaration. Ce serait à mon sens très contre-productif, même Madame Schiappa ne s’est pas lancée dans cette direction. Enfin n’oublions pas qu'avant comme maintenant les relations sexuelles avec une mineures de moins de 15 ans sont un délit même si la victime est consentante, un crime si le consentement fait défaut.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3116

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

9 Août 2018, 08:57 Message

Je vous remercie de votre explication, cher Jean-François. Cette fois, je crois avoir compris. Une éventuelle présomption irréfragable de non-consentement viendrait heurter de front la présomption d’innocence inscrite dans la constitution. C'est clair et logique, sitôt qu'on s'en tient à la lettre de la loi, et nous sommes encore dans un état de droit (enfin...en ce qui concerne le respect de la lettre...) De plus, comme vous rappelez que les relations sexuelles avec une mineures de moins de 15 ans sont un délit ou même un crime, on en vient à se demander si la seule erreur de Mme Schiappa n'a pas été, une fois de plus, de parler trop vite. Bonne journée à vous.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 672
Localisation: Paris

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

9 Août 2018, 09:17 Message

"on en vient à se demander si la seule erreur de Mme Schiappa n'a pas été, une fois de plus, de parler trop vite". je le pense aussi. Bonne journée à vous.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17328

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

9 Août 2018, 13:02 Message




***

Sur la question juridique : on comprend que cette disposition aurait contrevenu à la présomption d'innocence, fondement du fameux "État de droit" — auquel on doit tenir mordicus, nonobstant les dérives du juridisme et du "gouvernement des juges". Ce qui est piquant dans cette affaire, c'est que même un surdoué de la com et des "images" tel Macron ne peut que se faire jouer par elles à son tour, tôt ou tard : en effet, on a ici un "paquet" législatif toujours plus répressif et à ce titre fort discutable au titre de la liberté de vivre (et plus seulement de dire ou penser), mais on n'en aura retenu que le retrait de cette disposition, médiatisée de telle façon que ledit paquet apparait comme d'un laxisme intolérable, voire intéressé. A tricheur, tricheur et demi, à manipulateur, manipulateur et demi, etc.

La question qu'on ne pose pas, et qu'il faudrait pourtant scruter à fond : pourquoi donc en vient-on à de telles discussions ? Le changement de population en cours, en mode conquête, n'y est certes pas étranger (cf. ce Soudanais qui ces derniers jours, en Allemagne je crois, a affirmé devant le juge qu'il ne savait pas qu'imposer une fellation à une très jeune personne était chose interdite en Europe, vu que dans son pays c'est une chose tout ce qu'il y a de banale...) ; mais il ne saurait expliquer la totalité du phénomène, et de beaucoup : la déliquescence complète de l'éducation, la déculturation qui est ipso facto un réensauvagement, et l'impérialisme de l'individualisme consommateur, avec le relâchement de toute exigence autre que capricieuse et le refus de toute élévation qui vont de pair, n'y sont pas pour peu. Tout cela est déplorable, de A à Z. Comme d'habitude, ou presque.


***

A noter que la commémoration, en la cathédrale d'Amiens, du centenaire de la bataille qui acheva de renverser la situation en faveur de la survie de notre pays, a vu se déplacer Mme May, le Prince William, des personnalités de tout le Commonwealth, mais pas Macron (natif d'Amiens...), qui était "en vacances" ; il a fallu y envoyer en catastrophe la très pâle ministre des Armées pour limiter la casse. Une honte, la démonstration, s'il était nécessaire, du cas que fait notre "Président" du pays et de son histoire, mais aussi du rôle qui est le sien. Cette désinvolture, pourrait-on penser, ne lui coûtera rien : nos compatriotes sont aussi décervelés, déculturés, et fatigués par avance de tout ce qui n'est pas leur présent factice, et sans doute même plus, que lui-même ne l'est. Gare toutefois : Jupitérion est en train de dégringoler, et pourrait bien finir son mandat sur les genoux, pour être zappé à son tour. Il n'en n'aura pas moins fait tout le mal qu'il pouvait, activement ou surtout passivement, alors que le temps nous est plus que compté ; et il se trouvera bien un autre guignol pour rafler la mise après lui.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17328

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

10 Août 2018, 09:29 Message

Image

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17328

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

11 Août 2018, 21:14 Message

Image

Messages: 119

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

14 Août 2018, 19:36 Message

Exemplarité de la sanction des grands administrateurs "indélicats"...

"Agnès Saal, "démissionnée" le 28 avril [2016] suite au scandale de ses notes jansénistes faramineuses de taxi".

Arrêté du 3 août 2018 portant inscription au tableau d'avancement et promotion à l'échelon spécial du grade d'administrateur général au titre de l'année 2018

NOR: PRMG1818597A

Par arrêté du Premier ministre en date du 3 août 2018, les administrateurs généraux dont les noms suivent sont inscrits au tableau d'avancement à l'échelon spécial du grade d'administrateur général au titre de l'année 2018 et promus à cet échelon spécial du grade :

A compter du 1er janvier 2018 :

Mme
SAAL Agnès
Ministère de la culture

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17328

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

16 Août 2018, 10:23 Message

Image



PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles