Afficher le sujet - Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Avatar de l’utilisateur
Messages: 3131

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

4 Décembre 2018, 18:46 Message

N’oublions pas que pendant ce temps, en début de semaine prochaine, devrait être signé le « Pacte Mondial pour les migrations »
Forfaiture universelle.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

4 Décembre 2018, 20:13 Message

Oui, et il sera intéressant de voir si Macron, dans la situation actuelle, va distraire deux journées de son temps pour aller au Maroc signer cette forfaiture quasi terminale. On peut compter sur les médias pour faire l'impasse sur le sujet, ou pour le minorer et banaliser autant que possible, de peur de déclencher une autre vague ; et ils feront bien car qui sait, cela pourrait interférer dans la crise actuelle, et accélérer le processus d'irruption du réel, lequel se révèle têtu ces derniers temps quant aux territoires qu'il a (un peu) reconquis ; ce dont on ne peut que se réjouir.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3131

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

4 Décembre 2018, 20:23 Message

[...]car qui sait, cela pourrait interférer dans la crise actuelle, et accélérer le processus d'irruption du réel[...]

Qui sait, en effet. Les choses prendraient alors une tournure irrépressible avec, probablement, un affrontement décisif entre les Français et les tenants du nouveau pays.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

5 Décembre 2018, 09:38 Message

Il mangé son chapeau, ravalé sa superbe de donneur de leçon universel, mais le goudron et les plumes l'attendent tout de même : ce petit marquis pétoche lamentablement, et avec lui tout le petit cercle qui squatte le pouvoir




***


Là, la dérive devient comique.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

5 Décembre 2018, 12:36 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

5 Décembre 2018, 14:47 Message

Au secours ! A l'aide !

Image


Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

5 Décembre 2018, 18:12 Message

Et dire qu'on nous a expliqué à longueur d'antenne que le petit était très rapide de la comprenette...

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

7 Décembre 2018, 12:03 Message

Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne se rendra seul à Marrakech le 10 pour signer le Pacte Mondial sur les Migrations, qui consacre les "droits" du migrant, exclusifs de tout devoir, notamment celui de s'intégrer au pays à la terre envahie d'accueil.


***

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

7 Décembre 2018, 15:34 Message

Popularité: Macron atteint son plus bas en pleine crise des gilets jaunes (Huffington Post)

Le très macroniste Huffington le place à... 18 % ! S'il espère encore se refaire la cerise grâce à une ultime combine en se posant en rempart de la République contre les factieux et le chaos... il ne fera qu'aggraver sa situation, qui n'en a pas besoin, quand bien même le coup semblerait réussir dans un premier temps. Il est mort, son quinquennat est foutu. Le plus tôt il en conviendra, le mieux ce sera.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

9 Décembre 2018, 09:54 Message

Les milliards planqués d’Engie au Luxembourg (Les Jours)

Tout le monde a ses fins de mois difficiles, que voulez-vous, il faut bien se protéger de la spoliation fiscale...

« Parmi les 26 filiales luxembourgeoises d’Engie (ex-GDF Suez) que Les Jours ont révélées (lire l’épisode précédent), l’une d’entre elles renferme un trésor caché. Pas un coffre avec des bijoux comme dans les histoires de pirates – on est dans le monde des multinationales – mais, plus prosaïquement, des euros. Beaucoup d’euros : 27 milliards au total. Cette holding s’appelle Engie Invest International (Engie II) et ces 27 milliards représentent le niveau de ses capitaux propres, c’est-à-dire de ses ressources financières. Engie, un groupe détenu à 33 % par l’État français, dispose d’une filiale au Luxembourg possédant plus de la moitié de sa valeur totale (le groupe affichait fin 2015 des capitaux propres totaux de 49 milliards d’euros). De quoi mettre au point un schéma d’évasion fiscale massif (ou d’optimisation, comme disent les avocats fiscalistes). Selon nos calculs, ce sont ainsi 2 milliards d’euros de profits qui auraient été transférés au Luxembourg entre 2011 et 2014 afin de diminuer la fiche d’impôt du groupe. »


***



Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

10 Décembre 2018, 09:22 Message

On ne prend pas, ici, ses "désirs" pour des réalités ; on analyse simplement la situation de Macron d'une façon qui, indépendamment de toute considération "politique" ou cartomancienne, relève du CQFD.

Pourquoi Emmanuel Macron pourrait être obligé de partir (Bd Voltaire)

« Pire, pour le pouvoir : il y a escalade et il ne parvient pas à la juguler. Au moment même où Christophe Castaner se livrait à un numéro d’autosatisfaction, prétendant avoir maîtrisé la situation et mis fin à l’escalade, des barricades brûlaient à Bordeaux et à Toulouse, dans le quartier Saint-Cyprien. Les blindés le 8 décembre. Des centaines d’arrestations préventives. Et après ? L’armée ? Quel président d’un pays démocratique peut mettre le doigt dans cet engrenage ? Hier, c’est Erdoğan qui ironisait pour dénoncer la violence qui règne en France. Et demain, l’image d’un gilet jaune arrêtant un blindé, comme à Tian’anmen ? Voilà les images qui guettent Emmanuel Macron. Dur à porter pour le pourfendeur des démocraties dites "illibérales"…

Ensuite, le mouvement est partout, aussi bien en province qu’à Paris. Il est fluide et mobile, comme on l’a vu à Paris ce 8 décembre, où les points chauds étaient nombreux et mouvants.

Enfin, un tel mouvement, populaire, fort, déterminé, où les symboles du drapeau tricolore et de "La Marseillaise" sont systématiquement mis en avant, ne peut être traité par la répression que promet l’escalade actuelle. Pour le dire crûment, ni les blindés de la gendarmerie ni l’armée ne peuvent être envoyés contre les gilets jaunes. Ce serait faire basculer le pays dans une autre dimension : celle de la guerre civile. Et le Président en porterait l’entière responsabilité.

Le Président ne peut plus être le dénoueur d’une crise qu’il a créée, qu’il a laissée pourrir et dont il est devenu la cible, le dénominateur commun, la revendication quasiment unique et hystérique.

Emmanuel Macron s’est voulu, quand il s’est lancé dans sa campagne en juillet 2016, un théoricien du pouvoir exécutif et des rapports du peuple à son roi, en parlant du "vide" laissé par la mort du roi. Il a prétendu "réinvestir ce vide". Il a échoué. Plus que les autres Présidents, cette prétention un peu démesurée de sa part lui impose d’assumer la dimension sacrificielle du chef d’un pays et d’un peuple plongés dans une crise grave. Bref, le "Macron démission" n’est peut-être pas qu’un simple slogan de manif. Mais la solution. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Marigot, théâtre d'ombres, & politicailleries

11 Décembre 2018, 08:32 Message

Macron, le regard fixe, les yeux vides, les mains à plat et le corps figé, a fait le deuil de sa présidence hier soir. Il a délivré un discours assez habile, mais faux comme le trahissait toute son expression — ou plutôt son inexpressivité, et le mécanique de son jeu de piètre acteur —, faisant son mea culpa (qui était impératif, mais qui le laisse nu comme un ver, et achève de l'invalider comme Président), invoquant la France comme jamais, ce qui est tout à fait nouveau (quelle découverte !), et "lâchant du lest" sur tous les fronts, du moins en apparence. Une apparence à plus ou moins 10 ou 12 milliards pour l'aspect social, tout de même, dont on ne sait comment ils seront financés, mais dont on voit déjà les failles : il y a du flou, et quelques loups. De quoi amener sans aucun doute les lecteurs du Figaro, et quelques autres du même tonneau, à considérer que le compte y est bien assez, et que le mouvement doit donc s'arrêter sans autre forme de procès. La caste médiatique, avec toutefois un peu de prudence hier soir, a tenté d'enfourcher ce cheval, vite arrêté par les réactions des gilets jaunes interrogés, et aussi par les questions précises de certains politiques sur les "flous". Le principal flou, cela dit, on le trouve sur la question politique et démocratique, qui est un nœud de la crise, en raison de la confiscation propagandiste de la parole et de l'imperium tous azimuts du déni du réel et du mensonge : quelles seront exactement les modalités de cette sorte de "consultation citoyenne" prévue sans tabou ? On notera au passage que le pouvoir a bien compris et analysé, cette fois, le mouvement et ses ressorts de fond, puisque Macron a cité le problème de l'immigration — rien ne l'y obligeait —, indiquant qu'on ne l'avait pas abordé de front... alors que sa clique a déjà légiféré pour "traiter" ce sujet ! Et qu'il a fait signer hier le pacte de l'ONU par un obscur sous-secrétaire d’État, pendant que sa marionnette de l'Intérieur claironnait qu'on allait enfin donner à l'islam "toute sa place" dans notre pays à l'occasion d'une révision hautement problématique de la loi de 1905... Que le mouvement se poursuive ou pas, d'une façon ou d'une autre (une structure politique, des actions, un acte V...), mouvement qui est désormais gêné, pour lui-même et dans son soutien populaire, non pas par la question des violences, c'est à noter, mais par celle du coût économique induit par les blocages et la fragilisation subséquente du tissu économique des TPE, artisans, etc. qui commence à souffrir grandement, en tout état de cause : c'est un cadavre politique qui s'est exprimé, contraint par la nécessité de se mettre à poil, hier soir. Conséquences à suivre.



Précédente

Retourner vers Politique & Nouvelles