Afficher le sujet - Éric Zemmour

Éric Zemmour

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 2727

Re: Éric Zemmour

9 Avril 2018, 10:18 Message

Extrait :
Comprenons bien la logique : le démocratisme des « Lumières » engendre l’égalitarisme, qui engendre le juridisme, qui engendre le légalisme, qui engendre l’idéologisme, qui engendre le républicanisme, qui engendre le politicalisme, qui engendre l’étatisme, qui engendre le fonctionnarisme, qui engendre le totalitarisme bureaucratique.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15972

Re: Éric Zemmour

9 Avril 2018, 10:24 Message

Voui, certes. Insatisfaisant, disais-je. A plus d'un titre. Mais peut-être quelque chose à sauver. C'est bien rare.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15972

Re: Éric Zemmour

10 Avril 2018, 18:16 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15972

Re: Éric Zemmour

11 Avril 2018, 08:25 Message

Où l'on voit que Zemmour s'inspire d'Orban : Victoire d'Orban ou la tentation de la démocratie illibérale (Le Figaro)

J'avoue que ce mot de "illibéral" m'écorche un peu, et que la notion me paraît nettement insuffisante ; comme on dit chez les militants, toutefois, "elle avance dans la bonne direction", celle d'une "troisième voie".

« Ce qui apparaissait encore il y a quelques années comme de simples "accidents électoraux" doit désormais être regardé comme un phénomène plus profond. Pour beaucoup d'observateurs, nous ne sommes pas les témoins d'un repli temporaire lié à une crise passagère, mais nous assistons à la fin d'un cycle et peut-être au début d'une nouvelle ère. Le politologue bulgare Ivan Krastev, européen et libéral convaincu, ne dit pas autre chose: "Nous assistons à une insurrection d'ampleur mondiale contre l'ordre libéral progressiste post-1989, qui se caractérisait par l'ouverture générale des frontières aux hommes, aux capitaux, aux biens et aux idées écrit-il dans un livre collectif intitulé,L'Âge de la régression (Premier Parallèle). Cette insurrection adopte la forme d'une révolte de la démocratie contre le libéralisme." Le temps est loin où les Allemands dansaient sur les ruines du mur de Berlin et où les sociétés occidentales envisageaient le processus de globalisation comme un gage d'ouverture et de pacification universelle.

C'est en quelque sorte la victoire théorique du politologue américain Kenneth Jowitt sur son confrère Francis Fukuyama. Après l'effondrement de l'URSS, alors que ce dernier pronostiquait la fin de l'histoire et le triomphe planétaire de la démocratie libérale, Jowitt interprétait la fin de la guerre froide, non comme le début d'une ère infinie de paix et de prospérité, mais comme le commencement d'une période de crises qui ouvrirait la voie à ce qu'il appelait "le nouveau désordre mondial". Il décrivait le "nouveau monde" globalisé comme une sorte de "bar pour célibataire": «Tout un assortiment de gens ne se connaissant ni d'Eve, ni d'Adam, se draguant, allant chez l'un ou chezl'autre pour coucher ensemble,ne se revoyant plus ensuite, incapables même de se souvenir de leurs noms respectifs, retournant la semaine suivante dans le même bar afin d'y rencontrer quelqu'un d'autre. Un monde connecté et désintégré à la fois.» Le mondede Michel Houellebecq, romancier des désillusions de la «fin de l'histoire». Dans un entretien récemment accordé au Figaro Magazine, Fukuyama lui-même reconnaît sa "défaite". "Le problème d'aujourd'hui n'est pas seulement que les pouvoirs autoritaires soient à la manœuvre, mais que beaucoup de démocraties ne se portent pas bien", constate-t-il.

" Une démocratie n'est pas nécessairement libérale. Ce n'est pas parce qu'une démocratie n'est pas libérale qu'elle n'est pas une démocratie ". Viktor Orban »

Peut-être ce tropisme français qui consiste à être systématiquement à contre-courant, de préférence dans le style "en retard d'une guerre" (ou alors de se précipiter à l'excès dans le chaos révolutionnaire), est cause de ce que, chez nous, "l'accident électoral" s'est fait à rebours complet de cette tendance, notamment européenne. Auquel cas, gare au contrecoup, si tant est que les célibataires en aient marre de traîner leur misère de bar en bar, de "fête" en "fête", de Canal+ en Canal-, pendant que les gauchistes occupent le devant de la scène idéologique.

Précédente

Retourner vers Politique & Nouvelles