Afficher le sujet - Prémices de la guerre qui vient

Prémices de la guerre qui vient

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Avatar de l’utilisateur
Messages: 3041

Re: Prémices de la guerre qui vient

24 Août 2018, 17:10 Message

Accablant. Merci de toutes ses infos qui sont — j'ai un peu honte à le dire — une découverte pour moi.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17117

Re: Prémices de la guerre qui vient

25 Août 2018, 10:38 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17117

Re: Prémices de la guerre qui vient

29 Août 2018, 21:49 Message

Grèce.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17117

Re: Prémices de la guerre qui vient

30 Août 2018, 09:18 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17117

Re: Prémices de la guerre qui vient

3 Septembre 2018, 15:25 Message



Précision (ce n'est pas ce que l'on voit, ni ce qui est privilégié dans ce "reportage"...) : quelques centaines de manifestants du côté des bêleurs, quelques milliers de l'autre (10000 si l'on en croit, par exemple, BV)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17117

Re: Prémices de la guerre qui vient

3 Septembre 2018, 15:40 Message

P.S. : chez nous (?), idem. Tout est dans les guillemets.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17117

Re: Prémices de la guerre qui vient

17 Septembre 2018, 08:56 Message

Après le meurtre d’un sapeur-pompier, le coup de gueule d’un général contre la haine (Bd Voltaire)

« Mais le général va au-delà des dysfonctionnements, en déclarant que « le sapeur-pompier de Paris […] n’est pas là pour être le punching-ball d’une violence irrationnelle, voire d’une haine ». Et s’il fait part de sa "tristesse", il clame aussi sa "colère" et son "indignation". Si la tristesse est évidente, de la part d’un chef qui vient de perdre l’un de ses hommes, faire part de sa colère et de son indignation est moins courant. Le préfet de police de Paris, autorité de tutelle de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, s’était, lui, contenté de faire part de sa "profonde tristesse" et de "son soutien le plus total dans cette terrible épreuve". Ce qui était la moindre des choses. Mais "indignation", "colère", c’est autrement plus fort. En colère contre qui, contre quoi ? Le général Gallet affirme, par ailleurs, vouloir "faire le tour des instances judiciaires pour mettre en place une véritable politique de tolérance zéro afin d’enrayer la hausse sans fin des violences gratuites qui visent les secours". Des propos qui vont à l’encontre de ceux, lénifiants, du ministre de l’Intérieur qui ne cesse de vanter le prétendu recul de la criminalité et de la délinquance dans notre pays.

Mais cette lutte contre la "violence irrationnelle" et la "haine", semble-t-il, n’est pas une "grande cause nationale" de ce quinquennat. Pas assez "fun", peut-être ! Philippe Bilger, dans ces colonnes, évoquait samedi, à juste titre, la situation ubuesque vers laquelle nous allons tout droit : lorsqu’il faudra mettre un policier derrière chaque pompier. À l’étape suivante, un militaire derrière chaque policier ? Les anges gardiens sont là pour protéger notre société. Pour essayer d’éviter l’enfer aux hommes. Mais lorsque la société est aux mains d’apprentis sorciers depuis des décennies… Ce coup de gueule d’un général, qui sait de quoi il parle, devrait faire réfléchir nos gouvernants. Et surtout les faire agir. Vite. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17117

Re: Prémices de la guerre qui vient

4 Octobre 2018, 09:37 Message

Un point de situation, à l'occasion de la sortie du guignol lyonnais.
On est mal, les carottes sont cuites, mais qui veut le savoir ?


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17117

Re: Prémices de la guerre qui vient

7 Octobre 2018, 09:05 Message


Avatar de l’utilisateur
Messages: 880

Re: Prémices de la guerre qui vient

7 Octobre 2018, 10:27 Message

Gérard Collomb a eu un certain courage dans son discours de passation de pouvoir, très tardivement certes... On pourra remarquer le silence des médias sur cet avertissement.

http://premium.lefigaro.fr/vox/politique/2018/10/04/31001-20181004ARTFIG00115-reconquete-republicaine-gerard-collomb-brise-le-silence.php

Pas de périphrase. Pas de «et en même temps». Pas de métaphores fumeuses. Pas de off auprès de journalistes. Gérard Collomb a décidé de mettre le premier ministre et le président au pied du mur: la situation d'un grand nombre de territoires urbains ou périurbains français est «très dégradée», tout le monde s'est souvenu de la partition évoquée par un François Hollande, président spectateur. Gérard Collomb a pris un risque en déclarant cela au moment de quitter le ministre plutôt qu'en y arrivant, le risque de donner le sentiment d'une impuissance du politique.

Après des mois à arpenter ces quartiers, à lire des notes remontant du terrain et échanger avec ses acteurs, la réalité a sauté au visage de Gérard Collomb. «Mieux vaut tard que jamais» diront les cyniques, mais la situation est suffisamment grave pour qu'on ne raille pas le réalisme d'un politique même quand il nous semble tardif. La réalité de la désintégration de nombreux quartiers est assez forte pour que Gérard Collomb juge indispensable de «voir ce que l'on voit et, plus difficile encore, de dire ce que l'on voit», pour paraphraser Péguy. Voici en effet ce qu'il dit:

«Monsieur le Premier ministre, si j'ai un message à faire passer - je suis allé dans tous ces quartiers, des quartiers nord de Marseille, au Mirail à Toulouse, à ceux de la couronne parisienne Corbeil, Aulnay, Sevran - c'est que la situation est très dégradée et le terme de reconquête républicaine prend là tout son sens parce qu'aujourd'hui dans ces quartiers c'est la loi du plus fort qui s'impose, celle des narcotrafiquants et des islamistes radicaux, qui a pris la place de la République. Il faut à nouveau assurer la sécurité dans ces quartiers mais je crois qu'il faut fondamentalement les changer, quand des quartiers se ghettoïsent, se paupérisent, il ne peut y avoir que des difficultés et donc (…) il faut une vision d'ensemble car on vit côte à côte et je le dis, moi je crains que demain on ne vive face à face, nous sommes en face de problèmes immenses», et le ministre démissionnaire d'enchaîner sur la loi asile et immigration en affirmant qu'il faut accueillir une partie des nouveaux venus mais en ne les installant surtout pas «dans les cités dont je viens de parler sinon la situation deviendra demain totalement ingérable.»

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17117

Re: Prémices de la guerre qui vient

9 Octobre 2018, 10:59 Message

Yassine Belattar : « Si le prochain ministre de l’Intérieur ne fait pas le lien entre les gens des quartiers et la police, il y aura une émeute. Ce n'est pas une menace, c'est une promesse » (vidéo)


Précédente

Retourner vers Politique & Nouvelles