Afficher le sujet - Petite jacquerie d’extrême droite

Petite jacquerie d’extrême droite

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

13 Février 2019, 10:19 Message

« Il y a, aujourd’hui, deux France : l’une, minoritaire, se sent à l’aise dans un pays qui offre beaucoup d’attraits dans un monde sans frontières. Elle détient une grande partie des canaux d’information et influence le public au-delà d’elle-même. L’autre est majoritaire : elle ressent l’appauvrissement du pays, le déclassement de la France dans le monde comme son propre déclassement en France, le détachement des prétendues élites à son égard et, sujet tabou, le remplacement de la population qui s’opère. C’est un sentiment de trahison qui anime la hargne des gilets jaunes et qui, au-delà des revendications matérielles, réclame qu’on donne la parole au peuple pour qu’il puisse affirmer qu’il existe toujours et voudrait que ses dirigeants lui ressemblent. » (Ch. Vanneste)


***


Le mouvement des "gilets jaunes" perdure envers et contre tout ; il pourrait même connaitre un printemps. Ce qui agace beaucoup de monde, y compris dans "notre camp". Il est vrai qu'il n'a ni queue ni tête ; et c'est très bien ainsi, en vérité, cela ne dérange que ceux qui entendent régler les choses "comme d'habitude", ce qui ne peut plus être le cas. Il est vrai aussi qu'il est l'objet d'instrumentalisation et de récupération ; mais il est tout aussi vrai que ces tentatives échouent les unes après les autres, y compris la dernière en date, en trompe-l’œil, de la CGT. Elles ne servent qu'à l'affaiblir temporairement, le diviser un peu, le détourner en partie seulement. Reste, obstinément, la revendication d'un certain réel à ne plus vouloir jouer le jeu de l'idéologie dominante, et dominée elle-même par la folle dérive d'un idéalisme aussi a-transcendental que possible, et d'autant esclave de la seule raison qui vaille : la raison technique ; laquelle induit toujours plus d'aberrations, et partant de raisons de vengeance du réel, précisément. Ou bien, à tout le moins, de l'Histoire. C'est une course poursuite entre une aporie radicale et suicidaire d'une part, et d'autre part une résistance, désespérée quoique relativement placide ; les gilets jaunes, qu'on le veuille ou non sont sur cette ligne de fracture, représentent peut-être une ultime chance d'effraction et de reprise de quelque chose de plus vivant, et humain. Pestez, comme le font de plus en plus volontiers ceux qui se pensent encore relativement à l'abri, contre l'existence de cette révolte, c'est comme pester après la pluie. Il serait temps que ces derniers reprennent leurs esprits, car ce n'est pas de ce mouvement lui-même que viendra l'éclaircie, mais de ceux qui sauront le comprendre.


***


Sondage Ifop : 46 % des gilets jaunes adhèrent à la théorie du "Grand Remplacement".

Messages: 76

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

13 Février 2019, 10:28 Message

Combien sauront ou voudront surtout ....
çà semble violent mais ce n'est rien et quand nous savons ce qui s'est passé en 68 ou plus loin en 36 il faudra des morts dans les manifs , pour que quelque chose de concret se passe vraiment , les flashs balls éborgneurs ont encore de bon jours devant eux .....

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

15 Février 2019, 09:36 Message

Chalençon était interrogé notamment sur sa rencontre avec le vice-premier ministre italien Luigi Di Maio, le mardi 5 février à Montargis, et a ajouté, en fin d’entretien et hors caméras, ces propos surprenants. La séquence a néanmoins été enregistrée et diffusée à la télévision.




***



Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

16 Février 2019, 09:10 Message

Buisson et les gilets jaunes (Bd Voltaire)

Bonne synthèse.

« Et Buisson prophétise dès 2016 : "Voici l’heure de la revanche pour les 'imbéciles heureux qui sont nés quelque part' et auxquels on ne cessait de faire payer le crime de nativisme : savoir d’où l’on vient et ce que l’on doit aux siens. Voici que la révolte point contre cette barbarie aussi douce qu’implacable dont ils pressentent qu’elle menace leur simple humanité." Mais, constate aujourd’hui Guilluy, entre progressistes et populistes, "le rapport des forces vient de changer et la peur a changé de camp".

Pier Paolo Pasolini a été l’un des premiers à lier la nouvelle économie financiarisée en charge de créer des besoins artificiels avec la nécessité de créer un nouvel ordre anthropologique qui lui soit adapté. Ce nouvel ordre qui suppose l’atomisation de l’individu réduit à la capacité de production et de consommation d’un matériel et matériau humain interchangeable.

Ce rêve des totalitarismes du XXe siècle, le post-totalitarisme du XXIe le réalise. Et Pasolini en appelle à l’Église, héritière de la lutte multiséculaire contre l’Empire. Lui qui dénonce "le pouvoir irréligieux, totalitaire et violent" de la consommation en appelle au pouvoir de l’Eglise pour "être le guide grandiose, mais non autoritaire" de tous ceux qui refusent le nouveau pouvoir de la consommation.

L’aspect anarchique des gilets jaunes comporte des dangers pour la cohésion nationale, dont nous a préservé jusqu’à ce jour la monarchie républicaine établie par Charles de Gaulle. Elle postule, cependant, une transcendance que le peuple attend de la République, à condition qu’elle parvienne à se dissocier du tout-démocratique.

Les référendums piétinés ont signé le divorce entre le peuple et les élites. Buisson estime que "le référendum n’est pas l’outil désuet et dangereux que décrivent ses contempteurs, mais une technologie de pointe, la seule 'appli' qui permette une reconnexion immédiate de la souveraineté populaire avec le pouvoir".

Les peuples prennent conscience du projet de leur dissolution organique dans la confusion des reconstructions artificielles de l’ordre marchand. C’est l’ombre diabolique de ce nihilisme qui met les peuples en tumulte. Le kathèkon politique ne fonctionnant plus, la démocratie semble arriver à son terme impolitique de crise mimétique généralisée dans la guerre de tous contre tous. Mais pour Buisson, les principes de remise en ordre existent dans le patrimoine culturel, politique et religieux qui nourrit notre intelligence collective. Avec ses raisons du cœur, le peuple les connaît. Et c’est sa cause que défend Buisson. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

16 Février 2019, 19:54 Message




Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

16 Février 2019, 20:06 Message

Ce cher Paul-Marie ne dit pas que des âneries...

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

18 Février 2019, 10:49 Message

Sur l'agression verbale de Alain Finkielkraut lors de "l'acte XIV" des gilets jaunes.

Sitôt la vidéo de cette agression publiée, nous l'avons relayée ici, dans le fil "No Comment". Pourquoi ce fil ? Parce qu'il était urgent d'attendre pour voir confirmer, ou pas, ce qu'on ne pouvait que trop bien deviner de ce qui c'était passé. Maintenant que les choses sont à peu près établies, et que l'affaire a pris une proportion nationale, il est temps d'y revenir.

Il n'aurait pas été anormal, si regrettable selon les éventuelles modalités de la chose, que Finkielkraut soit chahuté par des gilets jaunes : en effet, lui qui a le culot de se revendiquer soutien de la première heure, seul à l'avoir été parmi les "intellectuels", les a en fait très vite soutenu comme la corde le pendu. On sait qu'il abhorre les mouvements sociaux car de foule, on peut le comprendre. Mais dans ce cas on ne se mêle pas de ce genre d'événement, on reste à distance. Plus grave : en fin finale, son discours à ce sujet est platement convenu et désespérément peu pensant, un comble pour quelqu'un qui citait encore hier soir (sur BFMTV, soudain très empathique avec lui) Raymond Aron dénonçant la "paresse de la pensée", ce mal endémique au monde des bavards et des pique-assiettes de la caste dominante.

Mais c'est tout autre chose qui s'est passé samedi.

Avant d'y revenir, il faut encore ajouter ceci, qui est bien pire : l'indignation de l'académicien l'a poussé en cette occasion à renouveler d'une part sa critique des réseaux sociaux, véritable "poubelle" mondiale, et d'autre part à déplorer la critique des médias et journalistes, devenus à ses yeux les derniers défenseurs d'un "monde commun" en voie de disparition (et avec lui, toute la civilisation, grosso modo...). Autant dire que tant Macron et ses sbires dans leur attaque en règle contre les libertés publiques et les espaces très relatifs de liberté de parole et d'information qui subsistent encore, que BFMTV et consorts, tous buvaient du petit lait.

Finkielkraut avait donc droit à une écoute attentive, cordicole, le tout baigné par la dernière componction par des gens qui lui sont habituellement parfaitement hostiles (et ne manqueront pas de le redevenir à la première occasion). Et il servait vainement la soupe quand il pensait agir pour le bien commun et en mémoire de son histoire.

Triste.

Car, même lui, et c'est dire, a tenu à respecter scrupuleusement la limite à ne pas franchir dans le cas d'espèce, ce qui relève, on regrette d'avoir à le dire, de la collaboration (il refuse le parallèle politique de l'actuelle situation avec les années 30, et c'est juste ; mais on n'est pas non plus obligé d'y associer systématiquement ce mot, quand c'est bien de collaboration qu'il s'agit, on va le voir, en l'occurrence de collaboration au monstrueux mensonge idéologique qui nous condamne à mort, à l'omerta sur la vérité de notre liquidation, effective et non pas fantasmée, comme peuple, pays, histoire, destin, civilisation) : il n'a été question, tout au long de cette interview (et ailleurs également) que du "nouvel antisémitisme" qui sévit désormais en France et s'exprime de façon de plus en plus "décomplexée" et inquiétante. Il a même été établi qu'on ne pouvait l'attribuer au Rassemblement National, et j'ai entendu Cohn-Bendit sur une autre chaîne saluer la réaction rapide et nette de Marine Le Pen, et dénoncer celle, tardive et ambiguë de Mélenchon ! Même pas à l'ultra-droite ! Mais alors à qui ? Motus et bouche cousue. Certes la FI était visée indirectement à travers les Thomas Guénolé et autres. Mais qui à la FI ? Rebelote : motus et bouche cousue. Tout au long de cet entretien (et dans tous les autres « débats » télévisés que j’ai pu voir), pas une fois il n’a été dit ce qu’il fallait dire, alors que c’était gros comme le nez au milieu de la figure (et que, du reste, les Français l’auront parfaitement perçu et compris. En particulier, au JT2 et sans doute ailleurs, on a clairement entendu le « La France est à nous » du maghrébin hystérique insultant Finkielkraut).

Les faits sont pourtant simplissimes, et aveuglants : cet antisémitisme est d'origine coranique ; il a été importé avec la submersion migratoire, en particulier en provenance du monde arabo-musulman ; il ne fait que commencer à s'exprimer ouvertement, et les "antisémitismes" ou l’antijudaïsme d’antan paraîtront bien aimables à côté de celui qui arrive, le mahométan ; la FI, comme toute la gauche (qu'on retrouve jusque dans les rangs de LREM), en est toute gangrenée, car elle a encouragé l'entrisme de ces gens, tout comme le parti travailliste en Angleterre de Jérémy Corbin, tout comme les démocrates aux USA (à travers la "promotion" délirante et clientéliste des minorités, sachant qu'ils n'ont pas, chez eux, la même proportion de mahométans que nous, ce qui limite encore un peu les choses). Bref : le changement de population imposé à marche forcée, qu’il ne faut surtout pas appeler Grand Remplacement, et moins encore intégrer dans une perspective beaucoup plus vaste et planétaire au service d’intérêts qui échappent définitivement à toute raison humaine, ce changement est en train de produire, très logiquement, ses effets, de façon imparable.

Voilà ce que n’a pas dit Finkielkraut, qui a préféré, avec la véritable meute, vomir sur les gilets jaunes, ce mouvement « qui ne sait pas s’arrêter » ( !!!), et sur les réseaux sociaux pourvoyeurs de fakenews, en encensant parallèlement sans l’ombre d’une critique les médias, ces derniers défenseurs du « monde commun » habitable.

A la très faible décharge de Finkie, on dira tout de même que sur la fin de l’émission, D’Ornellas revenant sur les églises profanées ces derniers temps (et sur l’omerta quasi complète des médias à cet égard), notre ex-champion bien fatigué a dit qu’à son sens « catholiques et juifs », malgré des relations compliquées dans le passé, allaient se retrouver « dans le même bateau » à l’avenir. C’est parfaitement exact. Mais : sur qui s’appuie la modernité modernante pour achever de détruire ce qu’elle hait par-dessus tout ? Qui sera l’adversaire unique et sans merci de ces deux populations ?
On se le demande…
En tous cas, cela ne sera pas dit.
Sauf ici (et j’imagine dans quelques autres endroits).

Reste que cette agression aura été bien exploitée, et pour enfoncer encore et encore un mouvement effectivement de plus en plus phagocyté dans ses expression publiques par l’islamo-gauchisme, et pour exploiter le filon habituel contre toute défense nationale.

Il se trouve que ce mouvement est structurellement, ontologiquement même devrait-on dire, incapable de « gérer » ces manœuvres, de celles de la CGT (autre organisation largement investie par les mêmes) à celles de la FI et de « l’ultra-gauche », cette milice au service du voyou Castaner. Il tente de redéfinir ses moyens d’action pour y parer, mais ce sera difficile. Il lui faudrait être capable de se débarrasser de ses derniers « représentants » en vue, et de mobiliser à nouveau une intelligence collective — aidée aussi, c’est nécessaire et cela manque terriblement —, pour redéfinir son horizon. Les idées ne manquent pas ! Des manifestations le dimanche (pour les commerces) à leur suspension provisoire en vue d’une grande manifestation au mois de mai, post « grand débat », regroupant les forces et ciblant 2 ou 3 revendications principielles, au premier rang desquelles le RIC seul moyen institutionnel de reprendre la main, la détaxation, etc. : il faut faire preuve d'imagination tactique !

Avatar de l’utilisateur
Messages: 75

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

18 Février 2019, 14:44 Message

Je me permets d'apporter une petite nuance à votre texte, très juste par ailleurs :


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

18 Février 2019, 16:08 Message

Vous faites bien de le signaler, cher Sébastien, car j'ai pris l'émission en cours de route, quand D'Ornellas et Neumann était présents, et je n'avais rien entendu de tel au cours de leur longue conversation, et notablement pas lors de la synthèse conclusive de Finkielkraut. Il est vrai que je zappe beaucoup (Cohn-Bendit, c'était au même moment sur LCI), chacun le comprendra... c'est une façon d'aider mon quasi héroïsme :) à regarder encore ce flot d'insanités que véhicule la télévision.

Voilà qui nuance un peu ce que j'en ai dit, et tant mieux, mais qui le nuance seulement, car c'est ce qu'il fallait dire haut et fort, ce qu'il fallait retenir de l'affaire et qu'il fallait analyser à fond, sans exonérer en quoi que ce soit les autres braillards, et sans les prudences de jeune fille que Finkielkraut tient expressément à mettre en avant au sujet du "Grand Remplacement".

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

19 Février 2019, 10:39 Message

Voilà qui est beaucoup plus net :


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

19 Février 2019, 10:43 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

19 Février 2019, 10:45 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

19 Février 2019, 10:47 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

19 Février 2019, 10:56 Message

Incroyable de n'entendre qu'une seule voix (cf. supra) au sein de l'espace public officiel pour dire ce qui crève pourtant les yeux ! Et gare au réel.

***

Image


Le besoin du bouc émissaire croît.
Le mécanisme de délitement ontologique et de conflit généralisé tous azimuts, appelant une catharsis magiquement libératoire, est diablement enclenché ; le point de rupture n'est peut-être pas si lointain.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18140

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

19 Février 2019, 20:09 Message

Zemmour suite :

Image


Le "comique" Bennatar, encore un pote à Micron, démissionne de LCI en raison des propos de Zemmour ce matin : merci Eric !

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles