Afficher le sujet - Petite jacquerie d’extrême droite

Petite jacquerie d’extrême droite

Sur la politique du pays, et sur l'actualité
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

23 Novembre 2018, 09:58 Message

Il y a de la débandade dans l'air.

Gilets jaunes : le gouvernement décide de reporter la vignette poids lourds (Le Parisien)


***

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

23 Novembre 2018, 10:01 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

23 Novembre 2018, 20:01 Message




***

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

25 Novembre 2018, 10:46 Message

8 heures de route à travers la France hier, et donc rencontre avec des gilets jaunes. Un gilet jaune sur le tableau de bord d'une berline allemande, ça fait réagir... et discuter. Confirmation de tout ce que l'on a dit ici, sans surprise. Beaucoup de femmes, proportion très importante des quinquas et plus, beaucoup plus, ambiance bon enfant mais tendue avec risque d'étincelle pour peu de choses, des tracteurs paysans en renfort, une grogne contenue des empêchés de circuler librement, mais un soutien tout de même, et la preuve que "les gens" sont tout à fait imperméables aux tentatives spectaculaires de ce crétin de Castaner et de toute la clique au pouvoir pour diaboliser, déconsidérer, calomnier ce mouvement. Lequel apprend au fur et à mesure, y compris de ses erreurs, dont cette manifestation parisienne. Et après ? Nous verrons. D'une façon ou d'une autre, cela ne restera pas sans conséquences politiques. Les Voies du Seigneur... ;)

***

Les gilets jaunes posent la seule bonne question qui vaille en économie (Bd Voltaire)

« On ressort de vieux slogans thatchériens (d’ailleurs sortis de leur contexte) : « Il n’y a pas d’alternative. » Ou : « Nous devons continuer les réformes » (sic). « C’est la seule politique possible » : menteurs ! Menteurs ! La diète grecque, la misère, les suicides pour tous. Mais pas pour ceux qui voyagent dans les jets privés.

La taxe écologique ? Mais où va l’argent… Et pourquoi surtaxer le plein de l’infirmière rurale et pas les poids lourds, cette forme archaïque de transport international qui pollue le plus (20 %), avec le kérosène, lui aussi sous-taxé. Où en sont le ferroutage (comme en Suisse, Autriche, Suède) et le merroutage ?

À ceux qui liront ces lignes d’un œil sceptique : d’après vous, qui est meilleur économiste ? Macron, Philippe, Juncker, Barnier, Moscovici, Juppé ? Ou le prix Nobel d’économie Maurice Allais, qui ne fut invité que deux fois à la télé en vingt ans ? Et d’après vous, pourquoi si peu d’invitations ?

Encore un effort et vous gagnerez un gilet jaune.

Les ignorants sont au pouvoir et ceux qui comprennent la vérité économique aux ronds-points. Et il se trouve, en plus, qu’ils réclament la vérité démocratique. Qui va pouvoir arrêter cela ? »


***





***


Image


Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

25 Novembre 2018, 14:07 Message




Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

25 Novembre 2018, 22:30 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

26 Novembre 2018, 09:42 Message

Avec les gilets jaunes sur les Champs-Élysées (Bd Voltaire)

« Pour seuls casseurs, une poignée de militants d’extrême gauche et de jeunes de banlieue pour l’immense majorité. Et pourtant, nous l’avons cherchée, cette ultra-droite dont parle Castaner. Cette incapacité à comprendre ce qui se déroule sous son nez fait craindre le pire. Quant au président de la République, il s’est contenté de tweeter "Honte à ceux qui les ont agressés. Honte à ceux qui ont violenté d’autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d’intimider des élus. Pas de place pour ces violences dans la République." Pas certain que cela contribue à calmer les esprits. Pour l’heure, un nouveau rassemblement au même endroit est prévu le week-end prochain.

Soyons clairs, néanmoins, personne ne sait jusqu’à quel point ce mouvement est capable d’aller. Son absence d’organisation et sa défaillance structurelle est à la fois sa plus grande force et sa plus grande faiblesse. "La France fait partie du club très fermé des peuples régicides", rappelle opportunément le criminologue Xavier Raufer. Une chose est certaine : le gouvernement vient d’allumer un incendie, il serait urgent de cesser de souffler sur les braises avant que le vent ne se mette sérieusement à tourner. »


***


Image

Perri est un journaliste "spécialiste" de l'économie plutôt sérieux, très libéral et très Macron-compatible.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

26 Novembre 2018, 09:56 Message

Pas mal.




***



Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

26 Novembre 2018, 10:08 Message

Estimation de la participation à 15h ce samedi 24/11 : le syndicat France Police – Policiers en colère, dénombre 750.000 gilets jaunes dans toute la France sur environ 1500 points de blocage (France police)

« Ce comptage tient compte d’un doublement des postes, un gilet jaune ne couvrant pas une plage horaire de cinq heures ou plus sur un point de protestation.

Les chiffes nationaux communiqués par Christophe Castaner correspondent à peine à la mobilisation parisienne.

Nonobstant les violences commises dans le quartier des Champs-Élysées, sur les autres points de blocage, notre syndicat n’enregistre pas à cette heure, d’évènement violent significatif.

La baisse de la participation d’environ 25 % par rapport à samedi dernier est probablement liée aux violences amplifiées par les médias qui découragent les familles à se rendre sur les points gilets jaunes pour des raisons de sécurité.

En revanche, nous constatons une augmentation significative du nombre de gilets jaunes apposés sur les planches de bord des véhicules en circulation. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

26 Novembre 2018, 13:53 Message

Intéressant.
Non pas le point de vue schématique, complotiste, et éculé de Boris Le Lay (on ne se refait pas), mais le fait, qu'annonce cet extrait vidéo. Ce M. Cauchy est celui que j'avais remarqué lors de sa première apparition télévisuelle, en tandem avec un autre "gilet jaune", sur BFMTV (message supra). Plus à l'aise que son collègue, il avait si bien "assuré", qu'il a été depuis invité un peu partout, et qu'hier soir encore, toujours sur BFMTV, les journalistes, Neumann en tête, avaient abandonné vis-à-vis de lui une certaine retenue pour polémiquer plus directement, et le traiter comme un "politique" expérimenté, questions tordues et peaux de banane à la clef. Lors de cette dernière intervention, il avait manifesté une grande prudence et un certain inconfort, indiquant qu'il était un peu sous surveillance, ses camarades l'abjurant de ne pas se "déconnecter" de la base, et de rester fidèle au mouvement dans sa diversité et son mode particulier d'existence. Il est donc désormais désavoué pour cause de début d'intégration au sein du barnum politico-médiatique, et partant pour participation croissante au mensonge et à la fantasmagorie qui animent ce dernier, et faussent tout. Avec le diable, la cuiller n'est jamais assez longue. Surtout, ce mouvement tient à son "inorganisation" (comme disent les manipulateurs) comme à la prunelle de ses yeux ; et il fait bien. Je parlais, lors d'un précédent message d'analyse du "phénomène", de conseil, qui est tout à la fois une très vieille et très neuve forme d'auto-organisation de "proximité" ; et la formule révolutionnaire par excellence — comme l'est la vérité —, si l'on veut bien retourner à ses livres d'histoire. Non pas pour parler de 1789, ou, en l'occurrence plutôt de 1905, mais pour signaler un fait qui semble résister, pour l'heure, à toutes les tentatives de "récupération". Si le mouvement se maintient, et il semble devoir le faire, voire s'étend, cela pourrait augurer d'encore de l'inattendu... Ce mouvement, avec la population qu'il fédère, est totalement rétif à toute représentation, jeu politique, baratin, sophisme : et c'est bien compréhensible après qu'il ait été tant abusé du langage pour assurer le spectacle, et du spectacle pour liquider le pays.



Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

27 Novembre 2018, 15:17 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

27 Novembre 2018, 18:00 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

28 Novembre 2018, 12:23 Message

Confirmation, hier et aujourd'hui, de ce que j'avançais avant-hier : les huit "représentants" des gilets jaunes, désignés on ne sait par qui ni comment, en s'appuyant surtout sur la notoriété webmatique de certains, se sont retrouvés deux pour papoter inutilement avec Rugy, et tous ont été peu ou prou désavoués. Et les deux en question sont sortis de leur entretien en disant leur déconvenue et en relayant l'appel à la prochaine manifestation, toujours à Paris, et toujours au Champs.

C'est assez rare pour être remarqué : je suis plutôt en accord avec Alain de Benoist (Bd Voltaire) :

« Qu’est-ce qui vous frappe le plus, dans ce mouvement ?

Deux choses. La première, la plus importante, c’est le caractère spontané de ce mouvement, car c’est ce qui affole le plus les pouvoirs publics, qui se retrouvent sans interlocuteurs, mais aussi les partis et les syndicats, qui découvrent avec stupeur que près d’un million d’hommes et de femmes peuvent se mobiliser et déclencher un mouvement de solidarité comme on en a rarement vu (70 à 80 % de soutiens dans l’opinion) sans que l’on ait même songé à faire appel à eux. Les gilets jaunes, exemple achevé d’auto-organisation populaire. Pas de chefs petits ou grands, ni césars ni tribuns, le peuple seulement. Le populisme à l’état pur. Pas le populisme des partis ou des mouvements qui revendiquent cette étiquette, mais ce que Vincent Coussedière a appelé le "populisme du peuple". Frondeurs, sans-culottes, communards, peu importe sous quel patronage on veut les placer. Le peuple des gilets jaunes n’a confié à personne le soin de parler à sa place, il s’est imposé de lui-même comme sujet historique, et pour cela aussi, il doit être approuvé et soutenu. »

Je m'étonne (antiphrase) de ne pas voir Coussedière invité sur tous les plateaux, avec Guilluy...

Je laisse à Benoist la responsabilité de ce qui suit (je suis évidemment assez d'accord, du reste on y retrouve beaucoup de ce que j'ai dit ici, mais je suis moins catégorique sur la (ou les) suite(s) : « On voit bien comment le mouvement a commencé, mais pas très bien comment il peut finir, à supposer, d’ailleurs, qu’il doive finir. Les éléments sont-ils réunis pour que cette révolte puisse se traduire de manière plus politique ?

Ce n’est pas en ces termes que se pose le problème. Nous sommes devant une vague de fond qui n’est pas près de faiblir, parce qu’elle est le résultat objectif d’une situation historique qui est, elle-même, appelée à durer. La question des carburants n’a évidemment été que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, ou plutôt la goutte d’essence qui a fait exploser le bidon. Le vrai slogan a tout de suite été : "Macron démission !" Dans l’immédiat, le gouvernement va user des manœuvres habituelles : réprimer, diffamer, discréditer, diviser et attendre que ça s’effiloche. Ça s’effilochera peut-être, mais les causes seront toujours là. Avec les gilets jaunes, la France se trouve déjà en état pré-insurrectionnel. S’ils se radicalisent encore, ce sera tant mieux. Sinon, l’avertissement aura été majeur. Il aura valeur de répétition. En Italie, le mouvement Cinq étoiles, né d’une "journée de colère" lui aussi, est aujourd’hui au pouvoir. Chez nous, la déflagration définitive surviendra dans moins de dix ans. »

Ce qui est certain, c'est que la "suite" est une question de vie ou de mort pour les gens qui se sont mobilisés (et ceux qu'ils rendent visibles), car une question de tenir coûte que coûte un début de vérité, ou de céder au mensonge et à la soumission.


***


Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

29 Novembre 2018, 09:27 Message

Plus de 600 radars détruits.

« Avec ces 80 km/h et la multiplication des radars, le gouvernement comptait pulvériser le milliard d’euros de gains. Or, malgré l’augmentation totale des flashs, les recettes sont en diminution… grâce à (ou à cause de ; chacun son point de vue) l’action de ces révoltés des radars. Selon RTL, les recettes seraient en baisse de 15 %. C’est une nouvelle démonstration du principe que trop d’impôts non consentis par le peuple se soldent par moins de rentrées pour l’État. Surtout quand ces prélèvements ciblent toujours les mêmes catégories socio-géographiques et qu’elles sont imposées systématiquement avec le même discours culpabilisateur très contestable sur la préservation des vies. » (Bd Voltaire)


***

La participation au mouvement baisse régulièrement, ce qui est tout sauf une surprise — ce qui est remarquable c'est au contraire qu'il dure en l'état —, pendant que le soutien des Français... augmente. Il n'y a pas que les gilets jaunes qui sont pris dans une tenaille.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

29 Novembre 2018, 09:56 Message

Image


Image


Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

30 Novembre 2018, 12:22 Message

Il n'en rate pas une. Il faut le garder.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

1 Décembre 2018, 09:55 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17515

Re: Petite jacquerie d’extrême droite

1 Décembre 2018, 10:15 Message

Gauchissement apparent (et relatif) du mouvement — les récupérateurs professionnels sont à l’œuvre "à la base" pour manier les "éléments de langage" et tenter de tirer des synthèses tendancieuses ; mais cela n'en dévie pas foncièrement la trajectoire, qui passe obstinément par trois points nodaux : ralbol de la spoliation fiscale (précisément orientée), ralbol du mensonge permanent et omniprésent, partant refus net de toute "représentation" (a-t-on assez réfléchi à ce que veut dire ce mot ? et à l'importance cardinale qu'il revêt dans toute notre tradition pensante ?), enfin : exigence démocratique, qui campe sur une démocratie aussi directe que possible, dans l'impossibilité de penser à nouveau une quelconque élaboration collective qui ne soit vérolée dès le départ. Autrement dit : après la défaite de la pensée et la victoire sans appel, post-idéologie, du spectacle total et immersif, le degré zéro du politique, soit son point le plus élémentaire, le plus bas — ou celui de sa reprise.

Une omerta, un tabou, un interdit "moral" traversent tout cela : la blanchitude des gilets jaunes, leur francitude, le réveil difficile d'un peuple qui soudain se rend compte qu'il existe encore un peu (les drapeaux français, les discours sur "le (ou les) Français...", etc.), contre l'image fallacieuse qu'on lui impose tous les jours de ce qu'est devenu son pays et de ce que sont ses "concitoyens" ; et le lien, direct, entre ce qu'ils refusent et la submersion allogène organisée par les "élites" à leur détriment exclusif, pas seulement social, financier, mais bel et bien existentiel. Ce lien, pour être interdit de dire et penser, est là, il affleure partout, il tient tout, il pourrait tout reconfigurer si la crise continue à monter ; et beaucoup, sinon tout, indique que cela pourrait survenir. Qu'on me comprenne : je ne dis pas plus, pas moins.

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique & Nouvelles