Afficher le sujet - Alerte submersion

Alerte submersion

Sur l'immigration de peuplement et ses conséquences
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15149

Re: Alerte submersion

4 Décembre 2017, 18:45 Message

Chère Jeanne,

au fond, les arguments du contributeur de LR ne sont que deux :

1 - La population d’origine immigrée et musulmane est aujourd’hui trop nombreuse et anciennement (!!!) établie dans notre pays pour que l’on puisse réellement remettre en cause sa présence sur notre sol (avec en soutien à cet argument une « déconstruction » plus que contestable de quelques exemples historiques de « remigration », censés être non pertinents dans le cas qui nous occupe)

2 - Le faire serait provoquer une guerre « civile » et une guerre générale avec l’islam, et les pays islamisés, ce qui serait une folie (à laquelle il faut donc préférer peu ou prou… la soumission au cours de choses, et l’acquiescement sans retour à nos démissions et lâchetés passées ou actuelles). Cet argument, également fort contestable, induit en effet, quoi qu’en dise cette personne, que seule l’acceptation pour l’essentiel de la forfaiture en cours et partant de ses suites inéluctables (et très prévisibles, cf. l’expérience historique) est imaginable.
Plus : il ne fait aucun cas de ce que cette guerre a déjà commencé, qu’elle nous a été déclarée unilatéralement, et que ce qui se « passe » en fait (si l’on peut dire) c’est « seulement » que nous ne la menons pas de notre côté, et même que nos autorités « représentatives », ne reculant pas devant la pire haute trahison de toute notre histoire (pourtant riche en la matière…), sont les complices actifs de ce patriecide capable de conduire, sur le plus ou moins long terme, à un génocide pur et simple. Il élude allégrement que la guerre tout à la fois civile, religieuse, ethnique, civilisationnelle qu’il redoute tant (à juste titre) de « provoquer », est, en vérité, déjà là, et que son scenario, selon diverses modalités possibles, est inscrit en toutes lettres dans notre « bel aujourd’hui ».

3 - Enfin, subsidiairement, pour ne pas désespérer Billancourt et aménager son affaire, ce contradicteur affirme que des musulmans de culture peuvent être, ou devenir, « aussi et même plus » républicains que les plus « républicains » d’entre nous, ce qui vaut ce que vaut l’affirmation qu‘ils sont « aussi français que vouzémoi» — ils le sont, en effet, au moins « de papier ». La question qu'il faut alors se poser est en réalité celle-ci : si c'est exact, pleinement exact, sont-ils dès lors encore, si peu que ce soit, "musulman" au sens que donne à ce qualificatif l'Oumma et les textes impératifs de cette secte ? La réponse ne fait guère de doute...

Il y a là (1 & 2), au titre du « réalisme », de la « lucidité », un acquiescement au « forfait accompli », un fatalisme foncièrement antipolitique sous les dehors d'une habileté tactique, une réaction de petit « gestionnaire », pas de grand politique. Il y a surtout l’élimination pure et simple de la question de la légitimité des agents de cette submersion migratoire à squatter (et achever de ruiner) notre pays et l’Europe entière, question qui reste entièrement pendante quoi qu’il en soit du nombre, du statut final, et de l’évolution desdits passagers initialement clandestins. Cette question est et restera toujours première. Elle seule peut servir de point d’appui à la « Reconquista » qu’évoque curieusement le rédacteur de cet article (qui ne saurait être qu’une reconquête de soi-même en tout premier lieu, cf. plus bas).

Il évacue aussi (3) le distinguo à faire entre individus, irréductiblement singuliers, et familles (au sens traditionnel, très large…), clans, nationalités, peuples. Ou plutôt, il joue sur ces deux tableaux, comme le fait toute la propagande, à jet continu (en version sentimentalo-lacrymale de préférence — voir les JT du moment, entre beaucoup d’autres), en montant en épingle des cas individuels pour justifier du phénomène de masse en occultant tout ce que ce caractère entraîne de radicalement différent au plan de la société entière et de son destin propre. En refusant de voir bien en face, avec tout ce que cela implique, l’affirmation de plus en plus manifestement conquérante, fatalement plus ou moins hostile (parfois jusqu’à la virulence démentielle…) par ces gens, au sein même de notre pays qui les accueille et dont ils profitent, l'affirmation sans vergogne de leur identité étrangère, de leur culture antinomique à la nôtre à trop d'égards, contre celles des hôtes contraints et forcés que nous sommes. Donc la question du devenir de l’identité et de la singularité de ces mêmes hôtes… ce qui ramène à la question de la légitimité. Non que cette dernière soit simple, si on l’analyse à fond. Idem pour « l’identité » (je me suis déjà exprimé là-dessus, cf. vidéo). Rien n’est simple dans le pataquès invraisemblable et irresponsable qui a été déclenché. Mais il est vital d’affronter cette complexité comme il le sera de trancher le nœud gordien si nous voulons nous survivre – ne parlons pas de « demeurer dans notre être »...

Bref derechef, sur tous ces derniers points : grosse ficelle, sans originalité, de la part de notre homme censément "raisonnable" et "expérimenté" ; la rengaine de la démission. Ergo : note éliminatoire, et nous devrions en rester là. Mais, bon. Poursuivons, pour répondre maintenant à votre intéressante contribution.

Pour l’heure, le « peuple » est aux abonnés absents, pour de multiples raisons qu’il nous faut approfondir si nous voulons non pas tant trouver un hypothétique « levier » politique, mais voir par où « en sortir » vraiment (la « percée »). La submersion n’est qu’une maladie opportuniste, c’est de l’effondrement de notre système immunitaire qu’il faut d’abord s’occuper. Sur ce thème, toutefois, puisque telle est la situation (le « peuple » s’est dissous dans le spectacle et la machinerie technico-marchande) peu importe que l’on soit « progressif » ou plus « radical » vis-à-vis du problème spécifique de l’islam, et donc de la présence active et croissante de ladite religion musulmane sur notre sol. Soyons donc radicaux (version Marx : la racine, etc.), c’est-à-dire logiques. Le moment venu, s’il vient, nous serons en phase avec un sens historique possible, tandis que je ne crois pas qu’on le fera advenir par une quelconque « progressivité » dans l’approche des « solutions », ou par une quelconque adaptation de celles-ci aux conditions subies. Bien au contraire, on ne prend alors que le risque d’aider au mouvement, tel de parfaits « idiots utiles », selon l’expression consacrée.

Croyez bien que je ne choie en rien « l’extrémisme ». Ne croyez pas (je parle à tous les lecteurs, pas spécialement à vous, chère Jeanne) que je souhaite plus ou moins inconsciemment je ne sais quelle tourmente tragique ou chaos violent. Je n'ai pas de comptes à régler, et tout à perdre à penser de la sorte. Je me contente simplement d’exercer ma… raison, si inconfortables et problématiques que soient ses déductions.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15149

Re: Alerte submersion

5 Décembre 2017, 08:57 Message

Ce n'est pas tant l'islamisation de la France qu'il faut combattre — il le faut, bien entendu, avec la dernière fermeté et une volonté inébranlable ; il faut éradiquer le cancer islamiste d'abord "socialement", le sortir entièrement de l'espace public où il n'a rien à faire, dont il n'a du reste nul besoin impératif "théologiquement" (guillemets de rigueur), où il est parfaitement illégitime quel que soit le nombre de ses sectateurs, et l'éradiquer ensuite "culturellement" (il n'est pas besoin de l'éradiquer "religieusement", car il ne relève pas de cette catégorie selon notre compréhension historique, les "conversions", par exemple, ne sont en rien nécessaires, si ce n'est à la francité) — ce n'est pas tant, donc, contre l'islam conquérant en France qu'il faut combattre, que pour la relève de notre héritage. Les deux peuvent s'articuler, certes, autour d'un "réveil" par le fait d'y être pour le second acculé par le premier, mais ce second est la condition sine qua non de l'avenir, bien au-delà du seul "problème" islamique. Et cette fois, c'est une question mondialisée.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15149

Re: Alerte submersion

5 Décembre 2017, 14:36 Message

Explosion du nombre de migrants dans les Alpes-Maritimes (Valeurs Actuelles)

« Il [le préfet] a déclaré que 350 passeurs avaient été interpellés à la frontière franco-italienne, près de Menton, depuis le début de l’année. “Les passeurs entre Vintimille et la France, nous les interpellons et nous les punissons. À ce stade, nous avons interpellé et mis à la disposition de la justice, qui a d'ailleurs une jurisprudence très sévère, 350 passeurs, ce qui est un record, quasiment un par jour”, a-t-il annoncé. »

« Le nombre de migrants interpellés devrait lui aussi battre un nouveau record cette année puisqu’il devrait attendre 50 000, selon les chiffres de la préfecture. "Ce sont des personnes qui viennent de toute l'Afrique et qui cherchent à vivre en Occident. Nous les remettons en Italie", a expliqué Georges-François Leclerc. L’an dernier, 37 000 migrants avaient été remis à l’Italie. Le préfet a tout de même assuré que “le dispositif à la frontière est efficace, coopératif et humain (...) Les forces de l'ordre respectent scrupuleusement la loi et les interpellations se font avec un soin particulier”. »


***

[Texte des deux messages supra en réponse à Jeanne légèrement revu et corrigé]

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15149

Re: Alerte submersion

10 Décembre 2017, 16:04 Message

« Violence entre policiers et migrants. La population a donné un coup de main aux policiers. »
C'est à... Casablanca.


Précédente

Retourner vers Immigration de peuplement & conquête