Afficher le sujet - Les collabos & les Kapos

Les collabos & les Kapos

Sur l'immigration de peuplement et ses conséquences
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Les collabos & les Kapos

9 Mai 2018, 10:13 Message

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3037

Re: Les collabos & les Kapos

9 Mai 2018, 11:58 Message

Pour la millième fois, je le répète : ces gens sont bien moins animés par la défense et promotion d’une vision de l’humanité qui serait la leur — ce qui explique, notons le passant, la faiblesse de leur argumentaire — que par la jouissance malsaine d’agresser ceux qui croient encore à ce en quoi eux-mêmes croyaient, de sempiternellement médire de ceux qui ressemblent encore à ceux qu’eux-mêmes furent. Les malheureux se font du mal. Peut-être ce qu’ils prennent pour un combat politique, ce qui les constitue dans leur identité satisfaite, dans leur être défaillant se résume-t-il en une pulsion sado-maso jamais épuisée. En attendant, celle-ci peut faire des dégats…

Messages: 114

Re: Les collabos & les Kapos

9 Mai 2018, 13:42 Message

Je croyais que c'était le cuisinier de Polony...

C'est bien ces couples, l'un est pseudo de gauche, l'autre pseudo de droite, et ils surnagent à tout.

Ce n'est pas de la grande cuisine.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Les collabos & les Kapos

11 Mai 2018, 09:27 Message

Image




En quoi ? On se le demande...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Les collabos & les Kapos

13 Mai 2018, 08:14 Message

En version caricaturale et paillettes :

Cannes à l’heure des migrants (Bd Voltaire)

« En pleine débandade post-Weinstein, hormis le désormais traditionnel balancer de porcs, gorets et autres verrats, l’actuelle édition comptera des invitations adressées aux dissidents d’usage, iraniens ou russes, et présentera à un public averti des films évoquant, entres autres, un ancien lépreux, Mandela, la campagne de Macron ou celle du pape François. Et – cocorico ! – a également répondu présent à l’invitation, en prélude à l’Eurovision et à la chanson qui représentera les valeurs de la République sur les migrants, l’ancien lauréat 2017 du prix Fraternité avec les réfugiés décerné par la LICRA, et – l’un n’empêchant pas l’autre – récemment condamné pour aide à l’immigration clandestine. J’ai nommé Cédric Herrou, l’agriculteur engagé, qui, après les marches du palais de justice, gravira celles du palais des Festivals. Car un film, du réalisateur Michel Toesca, intitulé en toute simplicité Libre, racontant la « rencontre des habitants et des réfugiés qui arrivent dans la vallée française de la Roya », sera présenté au festival. Ou comment contribuer chaque jour à mettre son humble caillou dans l’immense édifice du Grand Remplacement. Quand le bâtiment va, tout va.

Après la déprime socialo-trotskiste des Belges Dardenne et les amours saphiques de Kechiche, un changement de thème était évidemment le bienvenu. Cannes, l’antre de l’entre-soi éclectique, le temple de la théocratie bien-pensante et de la convergence des luttes ; paillettes et propagande pixélisées subsidiées par vos impôts pour encourager aujourd’hui une immigration suicidaire, elle-même subsidiée, quelques générations plus tard, par les impôts de votre progéniture, par un plan à 48 milliards que certaines âmes impies dénonceraient alors comme une attitude néocolonialiste à l’égard des territoires d’outre-France.

En pleine dictature participative, plus les Européens sont hostiles à l’immigration, plus leurs dirigeants élus et leur caste culturelle la leur imposent. Sauf qu’une dictature dite classique possède, à l’encontre de la manipulation des masses votantes, une certaine pudeur que notre démocratie n’a plus. Aujourd’hui, Herrou, un repris de justice, « héros » de la marche des migrants, demain Rokhaya Diallo, obsessionnelle de l’antiracisme racialiste et « paranoïaque du sparadrap », qui s’interroge sur le racisme immanent du coton blanc. Vivement qu’elle se rende compte de la couleur d’un tampon hygiénique ; délire assuré, Palme d’or garantie. Et après-demain – mélange des genres oblige -, l’incontournable Marlène Schiappa pour un remake de son Monologue du vagin, sur la Croisette, où l’on apprend que le pygmalion déchu aurait également sévi.

Bon, en tout cas, pour Cannes 2018, c’est plié. La palme reviendra probablement à un film dirigé par un Érythréen sur l’histoire d’un migrant albano-ouzbek, transsexuel et dyslexique, sodomisé sur une aire d’autoroute par une bande de fascistes d’extrême droite, puis accueilli par une enseignante interprétée par Sophie Marceau. Sublime, dans ce rôle. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3037

Re: Les collabos & les Kapos

13 Mai 2018, 11:41 Message

Image

The place to be, the next week-end.

Une cité tournée vers le départ et l’ailleurs, mais une
ville qui continue à perpétuer sa longue tradition d’accueil et d’intégration,
faisant fi des tentations de repli, restant sourde aux sirènes identitaires.

Claude RENOULT,
Maire de Saint-Malo

La culture, grâce aux dynamiques territoriales qu’elle entraîne et à la vitalité
du bénévolat, participe du « vivre-ensemble » et de l’ouverture au monde.

Loïg CHESNAIS-GIRARD,
Président du Conseil régional de Bretagne

L’avenir, pour la France, se dessine dans cette culture ouverte et cette
francophonie vivante que promeut le festival Étonnants Voyageurs depuis
sa création. Le public ne s’y trompe pas. Plus de 60 000 visiteurs se pressent
chaque année aux débats, rencontres, lectures, expositions et projections
qu’offre Saint-Malo. Le public saura, pour cette édition, j’en suis sûre, répondre
une nouvelle fois au rendez-vous.

Françoise NYSSEN,
Ministre de la Culture

Venez.
Vous ferez partie des plus de 60 000 cultivés.

Vous aurez la chance insigne et le plaisir fin de rencontrer le cher Dany et son copain Goupil qui, en présentant un road-movie à travers la “France réelle” tenteront de répondre aux questions qui vous taraudent : Qu’est-ce qu’être français en ce début du XXIe siècle, à l’ère de la mondialisation et des courants migratoires ? Qu’est-ce qui fait tenir ensemble un pays ? Le vieux«liberté-égalité-fraternité » garde-t-il un sens? Car, aujourd’hui, la question identitaire se pose en termes radicalement nouveaux.

Vous pourrez rencontrer EDGAR MORIN. À 97 ans, le plus jeune des penseurs des temps présents !

Vous assisterez à la projection de SOS MÉDITERRANÉE. Les migrants ne savent pas nager – À bord de l’Aquarius sur l’opération « SOS Méditerranée » de Jean-Paul Mari et Franck Dhelens. Ils ont décidé de s’embarquer pour témoigner de cette catastrophe qui se déroule dans l’indifférence générale et des efforts d’une poignée de bénévoles qui n’ont d’autre objectif que de sauver des vies.

Les plus âgés revisiteront leurs souvenirs WOODSTOCK CE QUE NOUS DISENT LES SIXTEES. De la puissance de la musique à créer de l’être ensemble, et de l’être ensemble lui-même : les pas cadencés des militants de la révolution, encore ? Non : le réveil de cette dimension poétique de l’être humain qui fait que chacun se sent plus grand que lui, l’affirmation d’un vouloir vivre.

Il y en aura également pour les plus jeunes lors des JOURNÉES SCOLAIRES. Entre deux mondes : exil, exode et migration, est un thème fort qui accompagne depuis toujours le festival. Écrire la migration, l’exil, la perte de soi, la double culture... Nombreux sont les écrivains de langue française qui choisissent de mettre en scène une identité plurielle « entre-deux mondes ».

Ne seront pas oubliées, bien entendu, les FILLES DU FEU. Durant sept mois, Stéphane Breton a filmé le quotidien de ces femmes qui ont tout abandonné pour rejoindre la guérilla kurde en Syrie. Un documentaire en immersion, un film de guerre sans combat, parce que faire la guerre c’est aussi attendre.


Et plein d'autres belles choses encore.
Venez, vous allez kiffer un max.
Dernière édition par Eric Veron le 13 Mai 2018, 12:34, édité 4 fois.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Les collabos & les Kapos

13 Mai 2018, 12:10 Message

La chance que vous avez !!!

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3037

Re: Les collabos & les Kapos

13 Mai 2018, 12:16 Message

Vous savez que vous êtes toujours le bienvenu, cher ami. :)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Les collabos & les Kapos

13 Mai 2018, 18:42 Message

Image


Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3037

Re: Les collabos & les Kapos

13 Mai 2018, 18:50 Message

Dans quelle paroisse, les prêches en latin ? L'argument est savoureux. Venant d'un député, il donne le vertige.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3037

Re: Les collabos & les Kapos

13 Mai 2018, 19:03 Message

Tenons-nous en au Festival et à sa série Un Certain Regard, telle que rapportée par le plumitif du Figaro.fr le 13/05/2018 à 17h37
Girl : féminin singulier UN CERTAIN REGARD - Avec Girl, le réalisateur belge Lukas Dhont met en scène une jeune fille née dans un corps de garçon qui souhaite devenir danseuse. Un sujet difficile traité avec pudeur et intelligence.
Extrait :
Devenir soi, est-ce donc trop demander? Il y en a qui mettent toute une vie pour y arriver. Préfère-t-elle les filles ou les garçons? Elle ne répond pas. Son expérience avec un voisin de palier la conduira à brûler les étapes, ce qui nous vaut une des séquences les plus insoutenables que le cinéma nous ait offertes depuis un moment. À la piscine ou sur les pointes, elle bouge, virevolte, ne dévie pas de sa trajectoire. Ses seins vont-ils enfin se décider à pousser? Et pourquoi une nature injuste l'a-t-elle dotée de cet encombrant morceau de chair?
Le nouveau Bergman, ce Lukas Dhont.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Les collabos & les Kapos

13 Mai 2018, 21:57 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Les collabos & les Kapos

16 Mai 2018, 13:09 Message

Image


N.B. : Il est également marié à une islamiste qui voulait se rendre en Syrie. Le père du tueur est également fiché S.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 17096

Re: Les collabos & les Kapos

18 Mai 2018, 09:48 Message

On notera que, décidément, les Bretons sont en pointe du côté Kollabo.

Une école pour migrants au Cloître-Saint-Thegonnec (Breizh Info)

« "Ça fait de la couleur dans la commune". Ces propos ne sont pas ceux d’un enfant de deux ans, mais du maire du Cloître-Saint-Thégonnec, Véronique Pereira (divers gauche) à propos de l’ouverture d’une « école alternative » pour migrants. »

« On y voit des professeurs retraités, des bénévoles, encadrer non pas les réfugiés syriens que de nombreuses communes bretonnes avaient promis fût un temps, mais des migrants d’Afrique noire, de Guinée Conakry, un pays qui n’est nullement en guerre près de 20 ans. Lorsque les "élèves" s’expriment, eux qui pour l’occasion ne sont plus des « mineurs isolés » (l’association aurait alors dû se plier à des contraintes administratives plus longues et plus lourdes comme pour toute école hors contrat), mais des adultes entre 19 et 36 ans, ils expliquent vouloir se former et travailler, et donc rester ici, en Bretagne.

Et ils sont soutenus dans leurs démarches par ces bénévoles : Catherine Le Gouic, enseignante, explique non sans une petite pique adressée à tous les élèves à qui elle fût, durant sa carrière, chargée d’enseigner : "On aimerait avoir des élèves comme ça chez nous". Les autochtones seraient des paresseux, les migrants des génies désireux de tout apprendre ? L’ethnomasochisme à son paroxysme. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3037

Re: Les collabos & les Kapos

18 Mai 2018, 10:18 Message

Éthnomasochisme, c'est bon, ça ! À son paroxysme, mais non, mais non ! On doit pouvoir faire bien mieux.

PrécédenteSuivante

Retourner vers Immigration de peuplement & conquête