Afficher le sujet - Les collabos

Les collabos

Sur l'immigration de peuplement et ses conséquences
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Les collabos

24 Août 2017, 16:08 Message

Sur la réalité du Planning familial (que l'on se rappelle le tollé bienpensant quand Marion Maréchal Le Pen avait indiqué vouloir supprimer les subventions à cette association politique...) :

Image



Céline Pina : «L'État doit dénoncer clairement l'association Lallab, laboratoire de l'islamisme» (Le Figaro)

« Proche des frères musulmans et des indigénistes, cette association qui prône un féminisme islamiste est opposée à la loi de 2004 contre le voile et n'a de cesse de conspuer le féminisme blanc. L'adjectif «blanc» a ici pour objet de dévaloriser la dimension universelle de ce combat mais il démontre surtout à quel point la race est l'obsession de toute cette mouvance. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Les collabos

24 Août 2017, 16:12 Message

Et pour revenir au Saint Père, ou ce qui en fait office actuellement :

« Les déclarations du pape sur les migrants encouragent le suicide de l’Occident » (Famille chrétienne)

« Le pape voudrait-il vraiment anéantir l’Occident ?!

On dirait qu’il veut punir l’Europe dont il ne parle jamais des racines chrétiennes. Chez Jean-Paul II, Benoit XVI et ses prédécesseurs, il existe une « théologie des nations ». Elle repose sur le quatrième commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère ». Ce commandement implique de rendre un culte à ses parents et à ses ascendants et donc à sa patrie. Cela implique un amour de prédilection à laquelle la nation appartient car elle constitue une famille de familles. A en croire saint Augustin, la politique est, en ce sens, la plus haute forme de la charité.

En quoi les propos du pape François sont-ils si révolutionnaires ?

Il abolit toute possibilité de régulation des flux migratoires. François inaugure une nouvelle théologie mondialiste mortifère pour l’Europe. Le premier élément saillant de son discours est le fait que les États seraient illégitimes face aux migrants. Je fais allusion à cette phrase incompréhensible qui accorde un primat à la « sécurité personnelle » sur la « sécurité nationale ». Jusqu’à présent, les États avaient une justification régalienne : c’était la sécurité nationale qui garantissait la sécurité personnelle. Le pape opère donc un renversement complet qui ressemble à une prime à l’anarchie. Ce discours installe l’Église dans une proximité douteuse avec les mondialistes du transhumanisme et de la marchandisation du monde, qui veulent eux aussi la suppression des souverainetés, des frontières et des États. Dans son catéchisme, l’Église a toujours défendu le droit du migrant de migrer en cas de nécessité, mais aussi le droit légitime des États à limiter les flux migratoires. C’est ce balancement et cet équilibre que le pape semble envoyer aux oubliettes. »


« Quel est le risque, pour l’Europe, de renforcer les droits des migrants au nom de la protection des personnes ?

Le risque de se dissoudre. L’Europe est en train de devenir une marqueterie communautaire, multiconflictuelle et multidéculturée. Dans son point 21, le pape évoque le transfert des identités culturelles, autrement dit le refus de l’assimilation. Concrètement, cela porte le risque de l’islamisation de l’Europe avec le voile, le halal, etc. Les chrétiens d’Orient nous ont avertis : « regardez ce qui nous arrive car demain il vous arrivera la même chose. »

Vous ne comprenez pas la sollicitude du pape François pour les migrants ?

Cette sollicitude me semble à sens unique. A aucun moment, le pape François ne parle de l’immense détresse matérielle, morale et spirituelle des citoyens des pays d’accueil, de leur insécurité et de leur confrontation si douloureuse au quotidien avec une autre société aux mœurs incompatibles. »

Messages: 224

Re: Les collabos

24 Août 2017, 23:07 Message

J'ai été amené par vous à introduire cette notion d'asymétrie, cher Didier, j'entends par votre instance à vouloir la charité radiale, égale envers tous et de la part de tous, ce qui en fait déjà tout autre chose qu'une charité ; l'omni-charité que vous reprochez au Pape de méconnaître n'est autre, tout compte fait, qu'une guise de la solidarité, chère justement à tous ceux qui voudrait octroyer des papiers, les mêmes, à tout ce qui bouge.

Aimer son prochain veut dire aimer le faible et le battu par la vie, telle est la traditionnelle interprétation qu'en fait l'Eglise, et que le pape applique aveuglément au cas des migrants. L'omni-charité égalitariste, qui annule la charité orientée des chrétiens est particulièrement pernicieuse dans le cas des migrants : elle professe qu'il faut se montrer "solidaire" de qui l'on ne sait rien (le migrant menteur), ce qui relève d'une mauvaise foi insigne, d'une tartufferie sans nom (le migrant peut être un négrier caché, un violeur, un jeteur par dessus bord de femmes en transit avec lui dans les canots, etc.)

Un mot sur ce point : la solidarité suppose une connaissance authentique (une forme d'authenticité objective) de celui pour qui on la manifeste. Il est légitime, honnête et sincère de se déclarer solidaire, par exemple, de mineurs en grève, car l'on sait à peu près tout de leur condition, de leurs revendications, etc. ou des enfants victimes du cancer, ou de je ne sais quoi d'autre qui dit ouvertement, clairement et véridiquement ses mobiles à solliciter de nous une forme de solidarité. Ce n'est pas le cas des sans-papiers qui sont une figure de l'inconnaissable et de l'anonymat, qui ne révèlent rien de vérifiable sur leur condition, et les circonstances et mobiles de leur venue à nos portes. Le slogan "solidarité avec les sans-papiers" est aporétique et fourbe.

Le migrant clandestin est-il notre égal ? En toute rigueur, non. Notre condition lui est enviable. Il y a inégalité. On ne peut, sauf à être idéologiquement partisan et sans doute de mauvaise foi, exiger de lui la réciproque de ce qu'on lui donne, ou qu'il réclame ou exige qu'on lui accorde. C'est sa présence, et sa demande chez nous, qui créent l'asymétrie et fondent le discours de l'Eglise. Sinon, on en vient à l'estimer chargé de devoirs égaux aux nôtres envers lui et aussitôt, le voilà paradoxalement et par notre fait, promu à l'égalité avec nous, ce qui abolit ipso facto la marche d'escalier et la frontière qui doivent continuer de nous distinguer de lui. Le devoir que vous exigez de lui le place déjà sur un plan d'égalité avec nous dans les droits qui sont les nôtres. Cependant que la charité asymétrique nous distingue encore de lui. La charité inégalitaire et franciscaine (se dépouiller pour habiller le malheueux) se révèle dans cette affaire moins néfaste et hypocrite que l'infernale et fausse "solidarité" avec celui qui nous est objectivement de condition inférieure ou à tout le moins de condition très incertaine. Et il convient d'insister sur ce fait : l'émergence et la validation politique éventuelle de ce discours franciscain tenu par François n'a d'autre origine que l'acte politique qui consiste à accueillir ces clandestins sur nos rivages et dans nos pays. Sans accueil, point de discours de François sur l'accueil. Le politique est entièrement responsable de ses actes, et nous qui faisons rien ou à peu près rien pour les empêcher le sommes tout autant que lui. Taper sur la calotte ne nous dégage en rien de cette coresponsabilité.

(message modifié)

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Les collabos

25 Août 2017, 07:37 Message

Cher Francis, il me semble que vous faites dire à Didier ce qu'il n'a pas dit (et même, à peu prés, son contraire ;) ) mais je le laisse, bien sûr, vous répondre. Le débat promet d'être enrichissant.
Pour ma part, je voudrais juste m'en tenir à une remarque concernant la notion de prochain , qui dépasse la notion de charité. Non pas la notion, justement, mais le prochain dans ce que j’appellerai la pratique spirituelle. Francis, ne peut être mon prochain que celui pour qui je peux être son prochain. Dans cette perspective, je ne suis pas bien sûr que le pauvre hère de l'Évangile — le réfugié de l'époque — que le Bon Samaritain croise, secourt, et laisse à son sort, fut réellement le prochain de ce dernier (qui se montre pourtant charitable envers lui) C'est dans cette même perspective que je ne suis pas bien sûr non plus de pouvoir être le prochain de tout migrant et qu'en conséquence de quoi, ce dernier n'est pas, en vérité, mon prochain. En quoi, je pense que vous pourriez trouver ceci assez proche de ce que vous dites, en vous plaçant sur un autre plan. En quoi, je ne me reconnais pas, pour autant, dans les déclarations du Saint Père. Bonne journée à vous.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Les collabos

25 Août 2017, 09:02 Message

Une "charité radiale", cher Francis ? Je crois avoir plutôt évoqué une charité transcendantale — et catholique (καθολικός)... Vous conviendrez qu'une "asymétrie" quant à ses modalités ne peut que soulever de considérables problèmes de cohérence, et pour finir, d'éthique.

Messages: 224

Re: Les collabos

25 Août 2017, 12:28 Message

Il y a probablement deux ordres de charité :

1. la "transcendantale" qui s'articule, pour le dire vite, sur le principe "tous les hommes sont frères", et qui débouche sur une forme de solidarité scopique et égale envers tous (celle que j'ai appelée "radiale"). Elle est présente dans le christianisme, c'est vrai, comme elle l'était dans le communisme, celui qu'un chanteur français évoquait dans la phrase "vous mes amis que je ne connais pas". L'extension lui est inutile, comme du reste les frontières : point n'est besoin à ce "frère" principiel d'être proche (localement, en relation proximale) pour que la prétendue solidarité de principe s'exerce envers lui. Elle est présente dans l'Oumma, aussi universaliste de ce point de vue que la chrétienté. C'est au nom de cette transcendance que le transfrontiérisme proclame l'abolition des frontières puisque je suis obligé envers "celui que je ne connais pas" autant qu'envers un proche ou un compatriote appartenant à la famille des familles qu'est la nation;

2. la charité du don vectorisé, orienté vers celui ou celle qui se présente à moi dans le dénuement (et l'exil est une forme de dénuement); celle-là, aussi principielle soit elle dans la spiritualité chrétienne, s'actualise sur un plan de rencontre, véritablement un "être-là" au contact duquel, elle déclenche le don. François, me semble-t-il prescrit cette charité de type 2 envers celui qui se présente dans nos pays en sollicitant l'accueil. François, même s'il déborde un peu de ce champ du "don vectorisé", ne prône en rien un transfrontiérisme qui serait fondé sur une charité transcendantale (la "solidarité" politique, évoquée en 1., prônée par les sans-papiéristes type Alain Badiou, axiale et scopique, avec égalité de droits, solidarité ressentie et manifestée envers l'inconnu qui vient à nous ou projette de le faire).

La question de l'éthique se pose en effet, mais elle avance chargée d'un paradoxe : dans ce domaine est immoral le faux, le mensonge, la solidarité à mobile idéologique et politique, le programme politique qui avance masqué par la compassion, le pan-égalitarisme qui pose les hommes comme indifférenciés dans l'exigence de solidarité, et qui se révèle dans les faits, fourbe et indifférent (l'Afrique se meurt vidée de ses forces vives par cette migration sauvage, et il est contraire à l'éthique, de ce seul point de vue, d'attiser ce flux migratoire).

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Les collabos

25 Août 2017, 13:09 Message

Mais, comme la charité "transcendantale" que j'évoque, soit l'authentique caritas (et ici), est indissociable de la singularité radicale de chaque vie humaine (bijection), au sein de laquelle seulement elle peut s'incarner, en impliquant une authentique réciprocité... Je crains que votre ligne de partage n'oublie un peu trop le jeu dialectique !

Le prochain, c'est, littéralement, celui avec qui peut, si brièvement et rarement, s'éprouver de concert le Proche. Et, faut-il le rappeler, pour un chrétien, si "le Royaume est proche", il n'est pas de ce monde.

"L'universalisme" égalitiste et abstrait sur fond de désertion de l'humanité de l'homme, qui prétend être le sens idéologique ultime du "καθολικός", n'est qu'un aspect du dévoiement extrême du sens, un extrême de la déréliction générale. Qu'il reçoive la bénédiction du Pape en dit long sur ladite déréliction, et sur l'état de l’Église. Qu'il soit explicitement politique, collectif, et global, sous couvert de "voir Jésus" en chaque envahisseur et ennemi mortel débarqué sur nos terres avec ses coreligionnaires par bateaux entiers au titre de la Raison idéologique et de l'économisme triomphant : hérésie, et pure folie. En tout état de cause, l'autre Monde, qui devrait être la seule préoccupation du Pape, ne saurait entériner le chaos, la guerre, et la destruction du peu de civilisation qui perdure dans celui-ci.

Messages: 224

Re: Les collabos

25 Août 2017, 14:55 Message

C'est dans les sociétés les plus inégalitaires, les sociétés à castes (Japon, sociétés mélanésiennes), où l'appartenance des membres au corps social historique est la plus jalousement défendue, que le don d'hospitalité est érigé en devoir impératif, souverain. Pourquoi ? Parce que ce don vectorisé fait au voyageur souligne et signifie l'inégalité de statut entre le maître qui accueille et l'hôte étranger. En revanche, dès que ce don se complique de "devoirs réciproques", d'obligations de contrepartie, c'est terminé, l'étranger est déjà un compatriote. S'il doit y avoir un jour remigration de ces paumés vers l'Afrique, il est impératif de les garder libres chez nous de toute obligation en retour, de toute "solidarité", fût-elle entièrement théorique, à notre égard.

Le don charitable, l'hospitalité s'alignent sur le potlach pratiqué dans les sociétés traditionnelles étudiées par Mauss : plus je vous traite chez moi comme un roi, plus je vous couvre de cadeaux somptueux, et plus je vous signifie que vous n'êtes pas des miens et que mon statut ici est supérieur au vôtre; plus je vous dis, avec respect, votre inassimilabilité aux nôtres et le caractère provisoire de votre séjour et de nos relations.

Dans le potlach, le don ainsi vectorisé exalte l'inégalité. Dans certaines sociétés il est vécu comme agression, casus belli. Donc l'hospitalité qui ressortit à la Charité 2, soit le devoir d'offrir un accueil digne, s'oppose, ou à tout le moins est indépendant ou indifférent, à la Charité 1, principielle, scopique, politique (sans-frontiériste). L'ambiguité de l'enseignement chrétien est qu'il mêle un peu les deux, car le manteau de saint-Martin se double de ce fameux katholikós paulinien, soit l'amour du prochain égal et indifférent, lequel, et il est très important de le noter, n'est nullement présent chez les musulmans de l'Oumma (qui pratiquent pourtant la Charité 2, inégalitaire) car ceux-ci, et c'est un euphémisme, n'aiment pas tout le monde, et à la différence des chrétiens ne pardonnent ni n'accordent leur amour au pécheur et au koufar.

Messages: 224

Re: Les collabos

25 Août 2017, 14:59 Message

Image
Statue de saint Martin à Buenos Aires

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2614

Re: Les collabos

25 Août 2017, 15:28 Message

[...] plus je vous dis, avec respect, votre inassimilabilité aux nôtres et le caractère provisoire de votre séjour et de nos relations.

Voilà ce que ne dit pas le bon François. Quant au caractère provisoire du séjour...

Messages: 1416

Re: Les collabos

26 Août 2017, 09:06 Message

Monsieur Bergoglio,

Il m’arrive souvent de me demander ce que l’Europe a fait au Bon Dieu pour que vous soyez élu Pape. Bien sûr l’Europe a commis de grands péchés, elle s’est détournée de sa foi et de son héritage chrétien, mais est-ce une faute à ce point grave pour que le Très Haut la punisse aussi sévèrement?


Je vous ai déjà écrit pour vous rappeler que Notre Seigneur Jésus-Christ après sa résurrection a dit par trois fois à Saint Pierre: « Pais mes brebis ». Il lui a à cette occasion confié la tâche la plus noble et la plus difficile qui soit, celle qu’il a assumée lui-même durant son passage sur terre, être le Bon Pasteur. Permettez-moi de vous rappeler ses paroles: » Je suis le Bon Pasteur; le Bon Pasteur donne sa vie pour ses brebis. Le mercenaire, qui n’est pas le Pasteur et à qui n’appartiennent pas les brebis, voit-il venir le loup, il laisse les brebis et s’enfuit, et le loup s’en empare et les disperse. C’est qu’il est mercenaire et ne se soucie pas des brebis. (Évangile selon Saint Jean, 10 11-13)

Il fut un temps où je vous accordais de bon cœur le bénéfice du doute. Face à vos prises de position je me demandais si, en devenant Pape, vous n’aviez pas, selon le fameux principe de Peter, atteint et dépassé votre seuil d’incompétence. Mais aujourd’hui je me pose des questions autrement plus sérieuses à votre sujet: de quel bord penchez-vous? Celui du Bon Pasteur ou du mercenaire? Celui de Jésus ou de la gauche immigrationiste? Celui de la foi chrétienne ou de l’islam conquérant?

Le sang des victimes du terrorisme musulman n’a pas le temps de sécher, que vous prenez un malin plaisir à inciter les fidèles à davantage de masochisme. L’an dernier après le massacre de Nice et l’assassinat du Père Hamel en pleine messe, vous intimiez l’ordre aux catholiques polonais, d’ouvrir les frontières de la Pologne à l’invasion musulmane. Lundi dernier le 21 août, à peine quatre jours après le carnage de Barcelone, vous y alliez de votre message sur l’accueil des migrants en Europe. Le bon sens, la décence et un minimum de sensibilité auraient dû tempérer, du moins pour une semaine, l’enthousiasme que vous démontrez pour la conquête islamique. Pourquoi étiez-vous si pressé d’annoncer aux européens que leur sécurité et leur civilisation ne devraient en aucun cas constituer un frein à l’invasion?

Certes vous citez force versets de l’Évangile en appui à votre politique, comme si Jésus s’adressaient aux gouvernements européens et non aux croyants dans l’intimité de leur cœur. « J’étais étranger et vous m’avez accueilli. » (Évangile selon Saint-Mathieu 25 35) En utilisant cette parole de Jésus-Christ pour justifier et promouvoir l’ouverture des frontières à l’immigration de masse, vous commettez une fraude intellectuelle et induisez délibérément les chrétiens en erreur. Dieu respecte notre liberté individuelle de choisir, parce qu’il n’y a pas d’amour possible et de don de soi sans liberté. En utilisant le pouvoir moral que vous procure votre position, vous faites fi de la liberté de choisir des chrétiens et leur imposez, non seulement un fardeau écrasant, mais mettez également leurs vies en danger. En cela vous ressemblez aux scribes et aux pharisiens que Jésus a dénoncés quand il a dit: « Ils lient de pesants fardeaux et les imposent aux épaules des gens, mais eux-mêmes se refusent à les remuer du doigt. » (Évangile selon Saint-Mathieu 23 4)

L’Évangile n’est pas un manuel de politique et encore moins un manifeste marxiste, il ne justifie aucunement votre parti-pris idéologique. Vous vous entêtez à ne pas prendre en considération la haine et l’hostilité de l’islam envers l’Occident et le christianisme. Vous vous montrez imperméable aux dures leçons de l’Histoire et des évènements récents, comme si les trois cent millions de morts, victimes innocentes de l’islam depuis quatorze siècles, comptaient pour rien, et comme si les massacres perpétrés quotidiennement par l’islam ricochaient sur votre carapace idéologique sans la pénétrer.

Il y a quatre mois vous étiez en Égypte où on vous a informé dans le détail, des souffrances et des humiliations subies par les chrétiens là-bas. Malgré cela vous semblez avoir gobé toutes les couleuvres que le grand imam d’el Azhar vous a gracieusement servies. Vos étreintes et embrassades nous en ont appris beaucoup sur son hypocrisie et votre crédulité volontaire; on ne vous a pas seulement roulé dans la farine, vous vous y êtes vautré avec délectation. Qu’avez-vous obtenu en retour pour les chrétiens d’Égypte? Pas plus tard que cette semaine la police, armée de gourdins et de boucliers, empêchaient des milliers de chrétiens de se réunir pour prier. En Égypte le droit de prier des chrétiens est assujetti à l’arbitraire des autorités, c’est la loi islamique qui le prescrit; la liberté religieuse des chrétiens est malmenée dans les pays musulmans et vous choisissez de garder le silence. Plus je vous observe et plus je réalise que vous vous moquez éperdument des minorités chrétiennes en Égypte et au Moyen-Orient, en effet lever le petit doigt en leur faveur pourrait troubler votre idylle avec le grand imam. Vous faites vraiment un drôle de Pape, le berceau du christianisme est islamisé à plus de 95%, les chrétiens du Moyen-Orient sont en voie d’extinction, et vous rêvez d’islamiser l’Europe!

Inexpérience, ignorance, naïveté, angélisme, voilà ce à quoi vous faisiez penser aux début de votre pontificat. C’était mal juger de votre opiniâtreté et des œillères qui font de vous un danger pour tous les chrétiens. Je me demande ce que faisait le Saint-Esprit durant le conclave qui vous a fait pape; sans doute s’est-il abstenu d’inspirer des électeurs, plus préoccupés de politique que de foi en Jésus-Christ. Il était alors plus important de présenter aux médias et aux ennemis de l’Église un pape qui leur serait acceptable, un pape à leur image, antithèse de son prédécesseur, la culture et le jugement en moins.

La foi chrétienne a besoin de bon sens, là où le bon sens manque, la foi manque aussi. Aimer son prochain n’implique pas de mettre sa propre vie en danger, qui plus est ce « prochain » que vous nous forcez à recevoir, rêve de nous asservir et n’hésitera pas à nous tuer si nous résistons. Commander aux brebis charitables d’accueillir le loup dans la bergerie, c’est ce que vous ordonnez du haut de votre chaire, vous l’ordonnez non par charité chrétienne mais par acharnement idéologique.

Un peu d’humilité et d’introspection ne vous feraient certainement pas du tort, mais il est vain d’espérer qu’un esprit pétri d’idéologie comme le vôtre, en vienne à remettre en question les dogmes qui le coupent de la réalité. Là où le dogme idéologique règne en maître, la sagesse a peu de chances de se frayer un chemin. L’Église catholique a commis nombre de péchés durant son existence, mais celui de vous avoir mis à sa tête n’est pas un simple péché, par bien des aspects il s’apparente à un désastre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hélios d’Alexandrie pour Dreuz.info.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Les collabos

26 Août 2017, 12:04 Message

Mobilisation citoyenne contre C-Star, le bateau d'extrême-droite anti-migrants, qui pourrait débarquer sur le port de Toulon (Var Matin)

« Dès que l’éventualité d’une arrivée du bateau C-Star au port de Nice est apparue à l’horizon, la levée de boucliers a été immédiate. "Nous refusons que Nice devienne la base arrière d’une entreprise raciste et mortifère, dénonçait hier dans un communiqué l’association Tous citoyens!" »

« Les membres de l’association Tous citoyens! ont donc lancé un appel, en demandant "au préfet des Alpes-Maritimes, à la capitainerie du port de Nice, à la chambre de commerce et d’industrie qui gère le port et à la Métropole Nice-Côte d’Azur qui en est propriétaire d’empêcher le C-star de s’installer dans le port de Nice." »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Les collabos

26 Août 2017, 20:27 Message

Image

Messages: 168

Re: Les collabos

26 Août 2017, 20:38 Message

Les bras m'en tombent... ( fil : on est mal... ? )

Messages: 1416

Re: Les collabos

27 Août 2017, 09:30 Message

Pierre Lellouche a écrit un article dans Figaro Vox pour critiquer très fortement l'action du pape. Une réflexion au passage qui mérite attention et que je n'ai pas lue ailleurs, cependant Lellouche ne développe pas :

A se demander si ce Pape argentin veut sauver l'Eglise en Afrique ou en Amérique du Sud, en étant le fossoyeur de l'Europe…

Vu sous cet angle...???

Avatar de l’utilisateur
Messages: 596
Localisation: Provence

Re: Les collabos

27 Août 2017, 14:34 Message

Didier Bourjon a écrit:Gilles-William Goldnadel : lorsque les clercs se trahissent eux-mêmes (Dreuz)

« C’est ainsi que le 17 août, Donald Trump était maudit universellement et électroniquement pour ne pas avoir expressément cité les suprématistes comme responsables de la mort, au moyen d’une voiture-bélier conduite par l’un des leurs, d’une jeune femme à Charlottesville, aux États-Unis. Le reproche était sérieux mais universel et planétaire, autrement dit, un rien disproportionné.

Le lendemain, des islamistes marocains, au moyen du même bélier véhiculé, assassinaient quatorze personnes dans les rues de Barcelone. [...] »


Élément supplémentaire, mais l'information reste à vérifier : il semblerait qu'à Charlottesville, le jeune qui a foncé sur la foule voulait se dégager pour échapper à un lynchage, provoquant l'irréparable.

Source : Le Salon Beige

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Les collabos

28 Août 2017, 10:27 Message

Communauté de Taizé : les moines catholiques organisent des cours coraniques pour les migrants (par Fdesouche)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 15173

Re: Les collabos

28 Août 2017, 16:12 Message

Image

PrécédenteSuivante

Retourner vers Immigration de peuplement & conquête