Afficher le sujet - La résistance

La résistance

Sur l'immigration de peuplement et ses conséquences
Avatar de l’utilisateur
Messages: 878

Re: La résistance

4 Avril 2018, 08:14 Message

Une interview d'Alain Finkielkraut publié dans Le Figaro.

Alain Finkielkraut : «Islamisme, le règne du déni touche peut-être à sa fin»


EXCLUSIF - Dans ces événements tragiques, il décèle deux lueurs d'espoir : le fait qu'avec Arnaud Beltrame la France ait trouvé un contre-modèle à la barbarie et que l'on ouvre enfin les yeux sur « le nouvel antisémitisme ».

Le philosophe évoque la figure héroïque d'Arnaud Beltrame et le sort tragique de Mireille Knoll. Il se félicite du discours prononcé par Emmanuel Macron aux Invalides et espère que cette «nouvelle clairvoyance» orientera favorablement le gouvernement sur la laïcité et la politique migratoire. Il regrette profondément la «profanation» du silence du deuil lors de la marche blanche en mémoire de Mireille Knoll et considère que les représentants et les sympathisants du FN et de La France insoumise avaient leur place dans ce cortège. «Il ne revient pas aux Juifs de briser l'union républicaine contre la barbarie qui les vise», explique-t-il.

LE FIGARO.- Vous avez confié avoir trouvé des aspects de sainteté dans l'acte d'Arnaud Beltrame. Pourquoi ce terme? Celui de héros n'est pas, selon vous, suffisant?

Alain FINKIELKRAUT. - L'acte d'Arnaud Beltrame est héroïque mais si j'ose dire pas seulement. Dans l'espoir de neutraliser le terroriste, il a proposé de se substituer à une otage, ce qui témoigne d'une rare bravoure et d'une exceptionnelle abnégation. Pousser le désintéressement jusqu'à faire le choix ou prendre le risque de mourir pour l'autre, c'est très exactement, nous dit Levinas, la définition de la sainteté. Il y a quelque chose de commun entre ce lieutenant-colonel de gendarmerie français et le prêtre polonais Maximilien Kolbe qui dans le camp d'Auschwitz a pris la place d'un père de famille désigné avec neuf autres détenus pour être enfermé et tué par la faim en représailles à une évasion.

Service, sacrifice, uniforme, hiérarchie, amour de la patrie, inquiétude spirituelle: Arnaud Beltrame ne croyait-il pas en tout ce que la déconstruction culturelle et morale a remis en question?

Comme l'avaient annoncé Henry James et Tocqueville, la démocratie est sortie de son lit. Du principe de l'égale dignité des personnes, on a conclu naturellement que nulle hiérarchie n'était légitime, que rien n'était supérieur à rien, que toutes les pratiques se valaient, qu'aucun choix de vie n'était préférable à un autre. L'acte d'Arnaud Beltrame redonne momentanément le sens de la hauteur. La confusion nihiliste s'estompe et l'opposition apparaît flagrante entre son sacrifice et celui des djihadistes qui font don de leur vie pour tuer en devenant eux-mêmes une arme de destruction, le plus possible d'apostats ou d'infidèles. Il y a martyr et martyr.

Les attaques de Carcassonne et de Trèbes nous ont sidérés, mais pour la première fois dans l'histoire déjà fournie du terrorisme islamiste en France, l'admiration l'emporte sur l'effroi. Alors que personne n'a retenu le nom du tueur, celui du sauveur s'est inscrit dans la mémoire nationale. Ce n'est pas la fin de la guerre mais c'est déjà une victoire.

Le président de la République dans son discours d'hommage a pointé l'ennemi, «l'islamisme souterrain» comme aucun ne l'avait fait avant lui. Vous reprochiez à Emmanuel Macron d'être naïf sur ce sujet. Êtes-vous rassuré?

«Si le communautarisme notamment religieux a prospéré, c'est bien sur les ruines de nos politiques économiques et sociales. La société statutaire sans perspective de mobilité a créé le désespoir social», disait naguère Emmanuel Macron. Aujourd'hui, il appelle l'ennemi par son nom et il ne transfère pas sur notre société la responsabilité de sa violence. Il semble donc revenu de l'illusion économique qui lui tenait lieu de réalisme. Espérons que cette nouvelle clairvoyance orientera son discours sur la laïcité et inspirera la politique migratoire du gouvernement.

La notion d'État de droit s'impose de plus en plus comme le facteur d'une forme d'impuissance face au terrorisme. La période dans laquelle nous sommes nous oblige-t-elle à revoir notre philosophie du droit, c'est-à-dire à faire primer dans certains cas la sécurité sur nos libertés publiques?

Nous le savons depuis Hobbes, le droit à la sûreté est le premier des droits de l'homme. Quand on est attaqué, il faut savoir se défendre et je ne vois toujours pas ce qu'a de liberticide l'application de la déchéance de nationalité aux titulaires de double passeport qui projettent de tuer des Français pour les punir d'être français.

La mort de Mireille Knoll a provoqué une émotion profonde dans tout le pays. Vous étiez à la marche blanche mercredi 28 mars. Quelles leçons pouvez-vous en tirer?

Soixante-dix ans après avoir échappé à la rafle du Vél' d'Hiv', Mireille Knoll a été assassinée à coups de couteau dans son appartement parisien. Le nouvel antisémitisme prend le relais de l'ancien et fini le travail. Des Juifs d'Île-de-France déménagent massivement parce qu'ils ne sont plus en sécurité. Né quatre ans après la Seconde Guerre mondiale, je n'aurais jamais pensé pouvoir vivre ça. Je croyais les Juifs définitivement protégés par le souvenir d'Auschwitz. J'étais sûr comme Bernanos qu'Hitler avait déshonoré pour toujours l'antisémitisme. Il me faut en rabattre.

Une seule chose me console: lors de la manifestation en mémoire d'Ilan Halimi, kidnappé, torturé et sauvagement assassiné par «le gang des barbares», nous étions entre Juifs, les autres Français n'étaient pas au rendez-vous car les assassins n'avaient pas le bon profil identitaire, ils ne correspondaient pas au portrait-robot de la bête immonde et l'on craignait par-dessus tout de stigmatiser à travers eux la jeunesse en déshérence des «quartiers sensibles». Pour Mireille Knoll, les Juifs n'étaient plus seuls, le règne du déni touche peut-être à sa fin.

La venue de membres du FN et de La France insoumise a perturbé la manifestation…


Le président du Crif a eu la très mauvaise idée d'interdire la manifestation aux représentants du Front national et de La France insoumise. Quand j'ai vu des jeunes gens survoltés profaner le silence du deuil en vociférant des insultes à leur endroit, j'ai éprouvé un sentiment de colère et de honte. Que voulons-nous? Que les militants et les sympathisants du Front national défilent dans les rues en criant «Mort aux Juifs» ou que Jean-Luc Mélenchon dénonce le caractère sioniste de ce rassemblement? Je combats les idées du Front national et je n'oublierais jamais les propos indignes de Mélenchon sur les prétendues accointances de Manuel Valls avec l'extrême droite israélienne, mais le député de La France insoumise a rendu dans l'Hémicycle un très bel hommage à Arnaud Beltrame et il ne revient pas aux Juifs de briser l'union républicaine contre la barbarie qui les vise.

Diriez-vous qu'une forme d'antiracisme féconde l'antisémitisme qu'il voulait combattre?


La parenthèse raciste de l'antisémitisme se referme. Les antisémites du XXIe siècle se veulent antiracistes. Du fait de l'occupation par Israël de la Cisjordanie, ce n'est plus l'étoile jaune qu'ils clouent imaginairement sur l'objet de leur détestation, c'est la croix gammée. «Sionistes = nazis», disent-ils. Ils parlent la même langue que leurs accusateurs et sont donc imperméables à la mauvaise conscience.

Vous avez signé le texte des cent intellectuels contre le séparatisme islamiste, texte publié par Le Figaro. Diriez-vous que le tueur de Trèbes est l'enfant de ce séparatisme?


Le tueur habitait Ozanam, un quartier de Carcassonne, refait à neuf où les journalistes ne peuvent pas pénétrer et où les policiers venus perquisitionner ont été accueillis par des insultes et des jets de pierre. L'arbre des attentats ne doit pas dissimuler la forêt des Molenbeek qui se multiplient sur le territoire national. Élisabeth Badinter a raison: «Une seconde société s'impose insidieusement au sein de notre République, tournant le dos à celle-ci, visant explicitement le séparatisme voire la sécession.» On ne peut plus fermer les yeux sur cette fracture française.

Cette semaine dramatique a aussi montré une forme de sursaut. A-t-on assisté selon vous à un réveil français?


Sursaut et réveil sont les mots qui ont été prononcés sur les chaînes d'information continue le mercredi 28 mars au soir. Le lendemain sur les mêmes chaînes, il n'était question que de la bataille autour du testament de Johnny Hallyday. La passion du potin a repris ses droits comme si de rien n'était. Tout va très bien la marquise.

http://premium.lefigaro.fr/vox/societe/2018/04/03/31003-20180403ARTFIG00251-alain-finkielkraut-islamisme-le-regne-du-deni-touche-peut-etre-a-sa-fin.php

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16349

Re: La résistance

4 Avril 2018, 11:12 Message

Du bon Finkie.
Mais.
Je l'ai vu hier ou avant-hier, je ne sais plus, interviewé sur ces sujets par l'inénarrable Ruth Elkrief sur BFMTV, cette caricature 24/24 7/7 de "JT" servile, cette officine permanente du mensonge spectaculaire et idéologique.
Il a été aussi juste que prudent pour dire assez clairement que l'antisémitisme qui gangrène la France aujourd'hui n'est pas celui, archi résiduel, lamentablement stupide, de "l'extrême-droite", mais bien le fait des populations musulmanes follement importées sans mesure depuis des décennies, au point de faire courir le plus grand danger à notre société.
Mais.
Ruth s'est aussitôt empressée d'apporter la précision canonique : sans doute, mais c'est le fait d'une petite minorité et cela n'implique en rien la grande majorité des musulmans de "en" [NDLR] France, majorité qui en est en vérité la "première victime". Et Finkie de s'empresser à son tour d'enfourcher ce cheval, rajoutant une couche à cet argumentaire éculé et falsificateur.

Or.
Or, ce qu'il faut dire, c'est ce que raconte un Aldo Sterone, entre autres, à savoir que dans presque toutes les familles musulmanes, par "culture" islamique, tradition donc, et du fait de "l'éducation" qui en découle, directe ou ambiante, on ne cesse d'injurier juifs et mécréants de la façon la plus banale voire automatique "sans plus y penser", mais tout en y pensant tout de même, qu'on ne cesse de leur promettre le sort le plus funeste et vil*, que, fatalement, leurs enfants baignent dans ce jus permanent, qu'il faudrait dire aggravé par cet orgueil et ce mépris aussi extrêmes que ridicules, infondés (ailleurs que dans leur complexe, notamment historique, et leur ressentiment) et finalement déplorables pour toute relation sociale telle que les entend notre civilité, orgueil et mépris qui caractérisent l'éducation musulmane en général : le musulman, zélote de la vraie religion contre toutes ses déformations et les abominations amenées notamment par les juifs et chrétiens, haïssant ce monde dominé par le Sheitan et désireux de rétablir sa pureté par la lutte la plus féroce, se croit et se veut supérieur à toute l'engeance humaine qui n'est pas absorbée par "l'Oumma", se pense, lui et les siens, le sel d'Allah.

Or, là, il faut bien dire que la notion de "majorité" et de "minorité" évoquée plus haut au sein de cette population s'inverse. Tout spécialement dans les milieux "populaires", selon le terme imposé de nos jours. Facts, facts, facts.

Voilà ce qu'il fallait dire, ce qu'il faut considérer (et dénoncer) tout premièrement si l'on veut avoir la plus petite chance de comprendre ce qui se trame.

---

* et dans les prières/sourates répétées à l'envi...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16349

Re: La résistance

4 Avril 2018, 18:42 Message

Kandel, foyer des angoisses identitaires allemandes (vu par Le Monde)

« Pour ces "mamans allemandes", comme elles se définissent, c’est une évidence : "Comme femmes, nous sommes en danger. Regardez comment l’islam nous considère. Si on n’agit pas aujourd’hui, ce qui s’est passé à Kandel va se passer partout ailleurs", assurent-elles. Lectrices de Soumission, le roman de Michel Houellebecq (Flammarion, 2015) qu’elles qualifient de « livre prophétique sur l’islamisation », elles estiment que "désormais, ce n’est pas seulement notre mode de vie, mais notre vie tout court qui est menacée". Pour elles, les agressions sexuelles de la Saint-Sylvestre 2015 à Cologne ont été un tournant. "Le pire, dans cette affaire, c’est le silence des médias et des politiques qui ont mis des jours à réagir et à regarder la vérité, à savoir que les agresseurs étaient pour la plupart des musulmans. Il s’est passé la même chose à Kandel." »

« Dès le 2 janvier, cinq jours après la mort de Mia, une manifestation a lieu à Kandel. Elle réunit 400 personnes. Le principal organisateur est Marco Kurz, un militant d’extrême droite très actif sur les réseaux sociaux et qui rêve d’organiser une "marche sur Berlin" de 500 000 citoyens en colère contre Angela Merkel. Des militants appartenant à des groupuscules identitaires ou néonazis sont également présents.

D’autres rassemblements sont organisés. Ils attirent chaque fois plus de monde : le 28 janvier, environ 1 000 personnes sont présentes ; le 3 mars, elles sont plus de 4 000. "Au fil des semaines, la mobilisation a fait tache d’huile. Grâce à une mobilisation extrêmement efficace sur Facebook, mais aussi sur d’autres plates-formes, comme VKontakte, un réseau social russe très prisé par l’extrême droite..." »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16349

Re: La résistance

9 Avril 2018, 10:23 Message

Drôme : Plus de 100 personnes pour reprendre la maison squattée de Crest (Le Dauphiné Libéré)

Chose minuscule, mais par temps de démission généralisée...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 878

Re: La résistance

21 Avril 2018, 08:25 Message

Immigration en Europe : le cri d'alarme de Douglas Murray, le Zemmour britannique
Douglas Murray.



Par Alexandre Devecchio
Mis à jour le 20/04/2018 à 11h23 | Publié le 20/04/2018 à 07h15

ENTRETIEN EXCLUSIF - Dans son dernier essai, L'Étrange suicide de l'Europe, qui est resté près de vingt semaines dans le top 10 des meilleures ventes du Sunday Times, il décrit les conséquences mortifères de l'immigration incontrôlée dans une Europe en voie de désintégration. À l'occasion de la parution de l'édition française de son best-seller, Douglas Murray nous a accordé un entretien exclusif.

Votre livre L'Etrange suicide de l'Europe a été un énorme succès mondial. Comment l'expliquez-vous?

Selon moi, les gens voient partout les mêmes choses et s'inquiètent des mêmes phénomènes. Pourtant, leurs préoccupations et leurs questions les plus légitimes sont systématiquement réprimées. Mais, chaque fois que quelqu'un expose (en l'étayant de preuves solides) ce qu'un grand nombre de personnes pensent, ses propos finissent toujours par résonner.

Vous avez été surpris par la façon dont les politiques ont reçu votre livre. En aparté, ils n'ont pas hésité à accepter vos conclusions.

Depuis toujours, il y a la réalité et ce qui peut être politiquement exprimable. J'ai parlé avec des fonctionnaires français, comme avec beaucoup d'autres sur tout le continent, et ce sont ceux qui m'ont dit en privé les choses les plus accablantes sur l'immigration, l'intégration et la sécurité. Ils connaissent les problèmes auxquels nous sommes tous confrontés. Pourtant, en public, ils disent autre chose. Pourquoi? Parce que, pour relever le défi auquel nous sommes tous confrontés, il faudra admettre que plusieurs générations de décideurs politiques à travers l'Europe ont commis des erreurs historiques ou ont été totalement incompétentes.

«La plupart des ­Européens souhaitent sans ambiguïté que les migrations de masse s'arrêtent ou diminuent beaucoup.»

Le plus simple, pour les politiques, est toujours de remettre cette question à plus tard, de mettre un terme à la discussion et de persécuter les gens parce qu'ils ont dit la vérité. Mais ce n'est pas une bonne stratégie à long terme. Le statu quo pourra tenir encore un cycle électoral ou deux. Mais pas plus.

Vous avez exprimé des préoccupations au sujet des associations antiracistes. Peut-on parler de dérive de l'antiracisme?


Ce qui m'inquiète, c'est que les «antiracistes» sont le plus souvent des racistes. C'est le même phénomène pour les soi-disant «antifascistes», qui sont presque toujours profondément fascistes. Il y a des moments où l'antifascisme et l'antiracisme sont nécessaires. Mais, ces derniers temps, les groupes qui se qualifient ainsi sont coupables de ce que le philosophe politique Kenneth Minogue a appelé «syndrome de saint George à la retraite». Après avoir tué un dragon, ils errent autour de la terre à la recherche d'autres dragons à tuer, jusqu'à ce qu'ils finissent, délirant, par donner des coups d'épée dans l'air. La plupart des Européens souhaitent sans ambiguïté que les migrations de masse s'arrêtent ou diminuent beaucoup. Pourtant, tous les groupes «antiracistes» disent que ce point de vue est raciste. C'est une erreur historique. Si l'on abuse de mots comme «raciste» et «nazi», la probabilité est très forte que ces mots ne soient plus d'aucune utilité le jour où l'on pourrait en avoir réellement besoin. La question que je pose aux «antiracistes» est celle-ci: un citoyen français ou britannique qui voit son quartier et sa société changer radicalement peut-il ressentir de la tristesse à ce sujet ou exprimer une opposition sans être qualifié de raciste? Si la réponse est «non», alors nous sommes vraiment très mal partis.

Cette dérive a-t-elle abouti au scandale de Telford, ces milliers de viols collectifs commis par des gangs pakistanais?


Telford est seulement le dernier cas. Des gangs de violeurs ont été découverts à Rotherham, Rochdale, dans l'Oxfordshire et plusieurs autres endroits au Royaume-Uni. Ce sont presque toujours des groupes d'hommes pakistanais (rejoints parfois par des Nord-Africains) qui ciblent des jeunes filles blanches vulnérables, souvent mineures, en tout cas extérieures à leur communauté. Mille cinq cents jeunes filles ont été violées dans une seule ville anglaise. Il y a des causes locales, tribales et religieuses spécifiques, liées en partie à la «culture de la honte» pakistanaise. La Grande-Bretagne a gardé le silence à ce sujet pendant des années. Pour une part à cause de cette sorte de politesse lâche qui existe partout, mais qui est particulièrement répandue chez nous. Mais aussi parce que ces horreurs ont toutes les caractéristiques d'un odieux crime raciste, et que personne ne voulait que cela se sache. Une classe entière de fonctionnaires locaux, de policiers et de politiciens a échoué.

«Dans certains quartiers du centre de Paris et de Londres, tout peut sembler fonctionner. Mais, si l'on va juste un peu plus loin, à Saint-Denis ou à Tower Hamlets, c'est objectivement un désastre.»

Jeremy Corbyn, le chef de l'opposition, a parfois été accusé d'être complaisant envers l'islamisme et l'antisémitisme…

Oubliez le mot «parfois» : «toujours» est celui que vous recherchez. Mr Corbyn voudrait nous faire croire que, ayant passé sa vie à patauger dans les égouts, il n'a jamais remarqué la puanteur. Je n'y crois pas. Que l'homme qui a passé sa vie à absoudre les islamistes ait toujours couvert les pires antisémites… ce doit être une pure coïncidence. Non, Mr Corbyn constitue un vrai problème. Le fait que, en 2018, nous ayons un Parti travailliste taraudé par l'antisémitisme devrait être une source de profonde honte nationale.

Selon vous, la montée de l'islamisme est la conséquence de la faillite des politiques migratoires européennes. La majorité des immigrants ne réussissent-ils pas à s'intégrer? C'est ce que tendrait à prouver l'élection de Sadiq Khan comme maire de Londres…

Je suis fier que Londres puisse élire quelqu'un comme Sadiq Khan. Il n'est pas un maire particulièrement compétent, mais il aide à démontrer que la discrimination mise en avant par les communautés musulmanes est un mensonge raconté par de mauvais acteurs. En ce qui concerne l'intégration au sens large, cela dépend de l'endroit où vous regardez. Dans certains quartiers du centre de Paris et de Londres, tout peut sembler fonctionner. Mais, si l'on va juste un peu plus loin, à Saint-Denis ou à Tower Hamlets, c'est objectivement un désastre.

La vague d'attentats qui a frappé l'Angleterre en 2017 n'a-t-elle pas sonné le réveil de la classe politique?

J'ai abandonné cet espoir. Après les attentats du London Bridge, l'année dernière, Theresa May a dit «trop, c'est trop», mais cela ne voulait rien dire. Qu'a-t-elle fait depuis? Ils se contentent tous de vagues dispositifs bureaucratiques pour résoudre un problème bien plus profond. Sur la base de critères purement juridiques, au moins l'un des attaquants du London Bridge n'aurait jamais dû se trouver au Royaume-Uni. Le kamikaze du Manchester Arena n'aurait jamais dû se trouver au Royaume-Uni. Le jeune homme qui a déposé une bombe dans le métro de Londres en septembre dernier n'aurait jamais dû se trouver au Royaume-Uni. On aurait pu penser que ces questions auraient fait partie des sujets à traiter. Mais non. Une autre attaque se produit et les politiciens disent: «Les entreprises de technologie doivent faire plus pour détecter les contenus extrémistes en ligne.» Il s'agit là d'une question importante, à coup sûr, mais cela signifie qu'il y a des aspects du problème terroriste qui peuvent être abordés et des questions beaucoup plus vastes auxquelles il ne faut même pas faire allusion.

«Nous avons glissé vers une conception étrange, où nous supposons que le reste du monde restera le reste du monde, mais où l'Europe deviendra les Nations unies»

Nos sociétés ont toujours eu des problèmes de sécurité. Mais le terrorisme islamiste est un problème importé, et importé sous la responsabilité directe de nos politiciens.

Vous écrivez que l'opinion publique a très bien compris que «ce qui se cache derrière le terrorisme est une menace encore plus grande». Qu'entendez-vous par là?

La question centrale à laquelle nous devons penser est la suivante: à qui s'adresse l'Europe? Est-ce une maison potentielle pour le monde entier? Ou simplement pour celui qui y fait sa vie? Si oui, où est la maison des peuples d'Europe? Nous avons glissé vers une conception étrange, où nous supposons que le reste du monde restera le reste du monde, mais où l'Europe deviendra les Nations unies. Cette manière de penser préside aux décisions de nos responsables, contre les souhaits constamment exprimés par les peuples européens. A long terme, je pense que ce changement total, cette fragmentation, cette ghettoïsation de notre continent constituent une menace existentielle bien plus grande que le terrorisme.

Vous adoptez un ton particulièrement véhément au sujet de la Suède, pourtant souvent citée en exemple. Pourquoi?


Parce que, en dehors de l'Allemagne, aucun pays en Europe n'a accepté autant de migrants ces dernières années que la Suède. Et personne n'a autant de problèmes. Il n'y a rien à faire pour les Suédois. Plus personne n'a une classe politique aussi ridiculement timide, autocensurée et volontairement aveugle. J'ai fait le tour des banlieues et j'ai vu des quartiers désormais envahis par les crimes, les gangs, les viols et les attaques à la grenade. Presque tous les journalistes sont là pour suivre la ligne du parti et régurgiter les mêmes mensonges. Ils semblent penser que leur travail est de maintenir les mauvaises nouvelles le plus loin possible du public. Donc, comme en Allemagne, le public doit apprendre à lire les nouvelles selon un dispositif de décodage interne, comme on le faisait sous le communisme. Ainsi, lorsqu'un viol est signalé, par exemple, si le nom de l'agresseur n'est pas mentionné, tout le monde sait qu'il s'agit d'un migrant.

Plus largement, vous expliquez la mort de l'Europe par une certaine forme de haine de soi…


Nous n'avons pas eu un beau XXe siècle en Europe, et n'importe qui aurait besoin de temps pour s'en remettre. Personnellement, je suis pour une autocritique robuste, mais je descends du bus quand il est conduit par des gens qui veulent s'anéantir. J'aime l'Europe, et je pense que nous sommes - tout bien considéré - très chanceux. Nous avons produit une culture exceptionnelle et des droits que le monde n'a jamais connus. On me demande parfois si je suis patriote. Selon moi, c'est une mauvaise question. Je ne pense pas aux choses en ces termes. Ce que je ressens, c'est de la gratitude. Je suis reconnaissant pour ce dont nous avons hérité et je sens que je dois le conserver et essayer de le transmettre. Pourtant, des gouvernements aux universités et au-delà, nous sommes dirigés par des gens qui ne veulent pas transmettre ce qui est bon, mais le remplacer.

Certains pensent que la renaissance de l'Europe passera nécessairement par un renouveau du christianisme. Mais l'Eglise est très favorable à l'accueil des migrants…

Il est certain que nous ne pourrons pas conserver ce que nous avons en nous querellant sur nos racines. Et prétendre que le christianisme n'est pas au cœur de ce qui fait de nous l'Europe, c'est faire preuve d'une terrible ignorance. Mais vous avez raison - le comportement de l'Eglise (et pas seulement l'Eglise de Rome, mais aussi les Eglises protestantes d'Europe du Nord) pendant toute cette crise a été très problématique. Certains (en particulier les Eglises protestantes) ont globalement remplacé la croyance en Dieu par la croyance en un activisme social d'extrême gauche. Le Pape a une position qui est insoutenable. Pourtant, je comprends pourquoi il le dit. Et peut-être qu'il remplit l'un des rôles de l'Eglise en le disant. Mais il doit être contredit par les responsables politiques et d'autres, qui doivent dire très clairement: «Nous souhaitons sauver le monde entier. Mais le fait est que nous ne pouvons pas. Et, si nous continuons, non seulement nous ne sauverons jamais Mogadiscio, mais nous pourrions commencer à lui ressembler.»

Diriez-vous que les «populismes» vont aggraver la situation ou, au contraire, qu'ils font partie de la solution?


Les courants politiques dominants continueront à souffrir jusqu'à ce qu'ils s'attaquent enfin aux préoccupations légitimes des peuples européens. Si la classe politique ne répond pas aux préoccupations des peuples, les extrémistes finiront par l'emporter. Comment un citoyen européen peut-il exprimer ses inquiétudes quant à la direction que prend sa société? Quelle que soit sa manière, et surtout s'il n'a pas un doctorat, on le traitera de raciste et de xénophobe. Et, s'il vote pour le «mauvais» parti, il sera rejeté comme «populiste». Pourtant, le vrai problème est clair: plusieurs générations de dirigeants politiques ont fondamentalement modifié nos sociétés sans le consentement et même contre le souhait des peuples. N'est-il pas temps de commencer à y faire face et à y remédier plutôt que d'inventer de nouvelles façons d'insulter le peuple?

Que révèle la troisième victoire consécutive d'Orbán?

Beaucoup de gens critiquent Viktor Orbán. Pourtant, la question est très simple: qui avait raison en 2015? Orbán ou Merkel? Cette dernière a été punie par son électorat et a maintenant l'AfD comme principal parti d'opposition. Le refus d'Orbán de souscrire à l'effondrement des frontières européennes et à la suspension de toutes les règles migratoires était, entre autres, le reflet des souhaits de l'immense majorité du peuple hongrois. C'est une arrogance extraordinaire que les politiciens et les commentateurs à travers l'Europe se permettent de réprimander Orbán, lui qui fait la volonté de son peuple. J'ai vu il y a quelques semaines une photo de lui en train de lire l'édition hongroise de mon livre. On m'a dit que cela pourrait dissuader votre Président de lire l'édition française. J'espère que non!

Messages: 220

Re: La résistance

21 Avril 2018, 09:14 Message

Très bon entretien, merci beaucoup. Il est agréable d'avoir droit à une personne qui pose de bonnes questions, cela amène naturellement à de bonnes réponses.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 2831

Re: La résistance

21 Avril 2018, 10:13 Message

Tout cela est bel et bon. Ce n’est pas bien nouveau non plus. Le Zemmour français le claironne depuis bien longtemps déjà et il n’est pas le seul. What else ? Il est déjà bien tard.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16349

Re: La résistance

23 Avril 2018, 09:11 Message

Certes, il est plus que tard ; mais toutes les voix qui peuvent encore s'élever sont bonnes à prendre. Et pourquoi pas des voix anglaises : après tout, nos ennemis héréditaires ont plus souvent qu'à leur tour montrer de quel bois il pouvaient se chauffer et leur résilience face à toute idéologie trop prononcée ; alors que chez nous l'anesthésie a si bien pris... J'ai côtoyé ce week-end des représentants de sa Majesté, dans le cadre d'une compétition internationale. Je les ai bien observé. Je dois reconnaître qu'ils m'ont bluffé par leur comportement, individuel et collectif, et qu'à côté nos petits franchouillards se montraient le plus souvent assez bas du plafond.

***

Col de l’Echelle: Collomb condamne et dénonce des gesticulations (Le Figaro)

« Selon la préfecture des Hautes-Alpes, l'opération s'est "jusqu'à présent déroulée dans le calme" et une "partie" des militants avaient "déjà quitté le site" en début de soirée. Sur place, aucune force de l'ordre n'était visible samedi après-midi, selon l'AFP.

Cette opération a suscité de très nombreuses remarques et interpellations des autorités sur les réseaux sociaux. Le député LFI Eric Coquerel a parlé d’une action "illégale", d'autres commentaires appelaient à la dissolution de "cette milice". »

LFI est en grand manque de "fascisme", manifestement.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16349

Re: La résistance

23 Avril 2018, 13:36 Message

Image



***

Et ça réagit, le coup de com' n'est pas mal cette fois-ci ; il semble bien mieux reçu par le "public" que les précédents.


Migrants dans les Alpes françaises : renforts "importants" pour contrôler les frontières (Europe 1)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16349

Re: La résistance

24 Avril 2018, 08:49 Message

Allez, on peut relayer leur pub.


Messages: 220

Re: La résistance

8 Juin 2018, 23:41 Message

(l'express via msn) Autriche: imams expulsés et mosquées fermées

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16349

Re: La résistance

12 Juin 2018, 07:06 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16349

Re: La résistance

13 Juin 2018, 08:10 Message

G.-W. Goldnadel : « Le vrai courage politique, c’est de savoir dire non à cette escroquerie intellectuelle ! »



***


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16349

Re: La résistance

15 Juin 2018, 09:12 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16349

Re: La résistance

Aujourd’hui, 12:05 Message

Le secrétaire d'Etat à l'Asile Theo Francken (N-VA) s'est une nouvelle fois exprimé sur Twitter: "Parmi les migrants illégaux qui arrivent en Espagne, beaucoup sont originaires du Bangladesh. C'est à 9000 km de la Libye et il n'y a pas de guerre. Ils volent via la Turquie vers Tripoli avant de partir en bateau vers l'UE. De quel droit entrent-ils dans l'Union européenne? Que sommes-nous en train de faire?" (RTBF)

Précédente

Retourner vers Immigration de peuplement & conquête