Afficher le sujet - Syrie

Syrie

Sur les événements internationaux, par temps de "globalisation"
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Syrie

18 Avril 2017, 16:02 Message

Que c'est long à remonter, mais que c'est long...
Cela se passe toutefois au Sénat.
Et on apprend deux trois choses.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Syrie

7 Août 2017, 18:21 Message

«L'opposition syrienne n'est composée que de terroristes» : désabusée, Carla Del Ponte démissionne (RT)

« Néanmoins, si elle accuse le gouvernement syrien d'avoir "perpétré de terribles crimes contre l'humanité", elle estime aujourd'hui que "tous en Syrie sont du côté du mal".

"L'opposition n'est désormais composée que d'extrémistes et de terroristes", a-t-elle affirmé au journal suisse. »

Eh bé, il leur en faut du temps à ces sommités du Bien pour que les écailles leur tombe (un peu) des yeux...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 14795

Re: Syrie

23 Septembre 2017, 08:15 Message

Syrie : la France est-elle une démocratie ? (Nouvelles de France)

« Or, depuis 2011, sur la « guerre civile syrienne », nos médias ont curieusement répandu des contre-vérités, qui étaient aussi celles des gouvernants français, de droite et de gauche, et plus généralement des Occidentaux. La première, récurrente, a consisté à présenter le « régime » comme totalement impopulaire, et rejeté par la majorité de la population, puisqu’il était censé monopoliser l’Etat au profit de la minorité alaouïte. C’était faux. Les autres communautés minoritaires, chrétienne, druze, kurde, etc.. ne lui étaient évidemment pas défavorables, mais une grande partie des Syriens, sunnites par tradition, préféraient l’ordre et la paix au désordre et à la guerre. Sans doute auraient-ils accueilli la démocratie à l’occidentale avec sympathie, mais il n’en a jamais été question. Il n’y a aucune force politique, aucun courant de pensée dominant qui puisse rendre cette évolution possible, tant les notions de liberté, d’égalité et de tolérance trouvent un terreau difficile dans des pays islamisés depuis près de 1400 ans. Si beaucoup de Syriens ont quitté le pays, pour se réfugier dans les pays voisins plus qu’en Europe, contrairement à ce qu’on a voulu faire croire, bien plus nombreux sont ceux qui ont rejoint les zones contrôlées par le régime et où il était possible de vivre à peu près normalement. Ainsi, toute la bataille d’Alep a été un long mensonge de la propagande que nous subissons. On disait que les Alépins étaient écrasés sous les bombes russes et syriennes dans une ville martyre. On oubliait de dire que la majorité de ses habitants étaient jusqu’alors encerclés par les djihadistes dans la moitié de la ville tenue par l’armée régulière. Ils ont d’ailleurs fêté la victoire de celle-ci. Au début de la rébellion, beaucoup, par opportunisme, et sans doute alléchés par les offres des nombreux et généreux étrangers qui s’intéressaient au devenir de la Syrie, ont rejoint l’opposition, le Conseil National Syrien, en Turquie, et l’Armée Syrienne Libre. Très rapidement, il est apparu que les combattants sur le terrain étaient avant tout des islamistes répartis en de nombreux groupes souvent rivaux, soutenus de l’étranger, par l’étranger et composés de nombreux étrangers. Une carte de la situation militaire actuelle est parlante : l’essentiel du pays, son coeur, avec la majorité de la population, et aujourd’hui la plus grande partie du territoire sont loyalistes, tandis que, comme par hasard, les zones dissidentes sont aux frontières, de la Turquie, de la Jordanie, ou d’Israël. L’armée syrienne, après avoir connu des pertes considérables, dont on parle peu, et des désertions qui ont davantage retenu l’attention, est aujourd’hui victorieuse et accueillie en libératrice. Des volontaires la rejoignent. A Deir-Ez-Zor, lorsque la dernière offensive de l’Etat islamique a coupé en deux la poche de résistance, la population a reçu des armes et participé à la défense. Ces actes de courage comme le pont aérien russo-syrien pour ravitailler chaque jour les habitants encerclés et leur libération par une percée-éclair auraient pu et dû susciter une légitime émotion, si nos médias leur avaient attribué l’importance qu’ils méritaient. »

Précédente

Retourner vers International, européisme & mondialisme