Afficher le sujet - Union européenne ou union soviétoïde ?

Union européenne ou union soviétoïde ?

Sur les événements internationaux, par temps de "globalisation"
Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18909

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

29 Avril 2019, 17:56 Message

Brexit : cette mystérieuse réunion entre Soros, Blair et Moscovici qui embarrasse l'UE (RT)

« La nécessité de protéger le processus de décision de l’UE est plus importante que tout intérêt public, dans ce qui a été discuté à propos du Brexit. »

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18909

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

9 Mai 2019, 08:28 Message


Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18909

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

13 Mai 2019, 16:39 Message

L'aveu.

Image



***


Les réserves d'or de la Banque de France sont-elles sous la tutelle de la BCE ? (Capital)

La réponse est : oui.

« Or, en France, la propriété est définie par l'article 544 du Code civil comme “le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu'on n'en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements”. La réponse de la BCE permet donc de conclure que l'Italie, comme l’ensemble des pays membres de la zone euro, “n'est pas véritablement propriétaire de son or”, indique l’expert, pour qui cela n’a rien de surprenant : “d’un point de vue économique, c’est tout à fait logique. Dès lors qu’elle gère l’euro, la BCE contrôle les réserves de change et d’or des banques centrales nationales”. »

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18909

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

23 Mai 2019, 10:47 Message

Ça commence à se voir...

Image

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18909

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

9 Juillet 2019, 08:21 Message

« Aujourd’hui, les Grecs vont à nouveau élire une majorité "conservatrice", appartenant au Parti populaire européen. La révolte s’étant métamorphosée en soumission, les Grecs jugent plus prudent d’accepter la soumission avec des gens qui l’ont toujours prônée et qui seront mieux perçus à Bruxelles. La Grèce est un bon exemple de peuple à qui on a fait perdre l’habitude qu’il pouvait choisir son destin.

Pendant ce temps, les gouvernements ont décidé quelles étaient les potiches qui allaient bénéficier du jeu de chaises musicales de Bruxelles et Strasbourg. Même Juncker a critiqué l’intervention des exécutifs nationaux qui sont passés au-dessus des élections européennes. Un compromis boiteux a donc été trouvé : il paraît remettre en piste le duo franco-allemand à travers deux femmes. Ce qui est bon pour la communication n’est qu’une apparence. Mme von der Leyen est l’objet de nombreuses critiques en Allemagne, et on se retrouve avec une Europe-refuge, comme c’était le cas pour Juncker et Tusk, tous deux battus dans leur propre pays. Ce sera le cas, aussi, pour le successeur de Tusk, le Belge Charles Michel, qui vient de perdre sa majorité. C’est encore un Italien qui a été élu président du Parlement, mais il est un opposant dans son pays. Quant à Christine Lagarde, reconnue coupable de négligence à propos de l’affaire "Tapie" mais dispensée de peine par la Cour, il est étonnant que cet "arrangement" n’en tienne aucun compte. Le jeu compliqué des États et des partis s’est donc déployé alors qu’il n’y a pas eu d’élections européennes mais des élections nationales dites européennes. Les élus regarderont la machine continuer son œuvre. Les gouvernants se féliciteront de cet alibi constant à leur inaction.

Quant aux peuples, ils sont invités à s’asseoir sur leur identité, à accepter leur remplacement et, surtout, à ne pas croire que l’Europe est un processus démocratique. Ils risqueraient d’être déçus. » (Vanneste)

Précédente

Retourner vers International, européisme & mondialisme