Afficher le sujet - Union européenne ou union soviétoïde ?

Union européenne ou union soviétoïde ?

Sur les événements internationaux, par temps de "globalisation"

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

30 Juin 2016, 22:01 Message

Tandis que le Royaume Uni quitte l'U.E., un nouveau chapitre en vue de l'adhésion de la Turquie est ouvert aujourd'hui...

Avatar de l’utilisateur
Messages: 524

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

1 Juillet 2016, 12:56 Message

Autriche: l'élection présidentielle invalidée en raison d'irrégularités (Le Figaro)

"Cette décision sans précédent, qui valide le recours déposé par le parti FPÖ de Norbert Hofer, ouvre la voie à un nouveau scrutin, sans doute à l'automne."

Ben zut, alors. Les médiatiques vont encore s'étrangler.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3132

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

1 Juillet 2016, 14:29 Message

Alors, là, je suis ravi de cette nouvelle que j'attendais et que vous m'apprenez, cher Yannick.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

2 Juillet 2016, 07:47 Message

"Je suis en désaccord avec ceux qui veulent quitter l'Union européenne. Mais je ferai tout pour qu'ils obtiennent un référendum et qu'ils puissent s'exprimer. Et c'est valable aussi pour une sortie de l'Otan", a indiqué le président de la Tchéquie, cité par Reuters.

***

On nous parle de visas pour les Anglais, quand les Turcs (où tout ce qui grouille sur ce territoire) vont se voir dispensés de cette exigence....

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

8 Juillet 2016, 18:55 Message

Manuel Barosso est embauché chez Goldman Sachs.
Ils le font exprès, ou quoi ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

4 Août 2016, 17:48 Message

UE. Juncker : fermer la porte à la Turquie serait « une grave erreur » (Ouest-France)

De même l'U.E. insiste pour empêcher ses citoyens d'avoir des armes, que ce soit pour le tir ou la chasse...

Image


Turquie : un homosexuel syrien mutilé et décapité à Istanbul (Le Parisien)

Atrocement mutilé = éviscéré.

Messages: 3089

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

8 Septembre 2016, 23:17 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

12 Septembre 2016, 13:37 Message

Autriche: le gouvernement va demander le report de la présidentielle (Le Figaro)

La colle des enveloppes n'est pas bonne...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

13 Octobre 2016, 09:01 Message

Ce que Juncker ne devrait pas dire, mais sans doute avait-il encore un peu trop abusé du goulot :

« Oubliez les Etats-Unis d’Europe, le fédéralisme, une Union forte, l’abolition des frontières. Ce n’est plus qu’une illusion, un rêve, que vous pouvez enfermer dans le tiroir de l’oubli.

Nous devons être clairs et arrêter d’en parler, car cela n’arrivera jamais. Et qui sont les responsables de cet échec ? Les gouvernements, les capitales qui ne veulent pas perdre le pouvoir, la bureaucratie de Bruxelles ? »

« Non », répond J.C. Juncker, « c’est la faute aux citoyens, » — c’est-à-dire à nous les Européens, qui aimons notre diversité et nos traditions.

« En somme, poursuit Juncker, tout cela n’était qu’une blague. Pendant 60 ans, nous avons cru à un conte de fées. Nous avons célébré Spinelli et Adenauer, qui maintenant reposent en paix. »

« Je pense que le moment est venu de clarifier certaines choses » a ajouté Juncker lors d’une conférence à l’Institut Jacques Delors à Paris. « Très souvent, ceux qui nous observent ne comprennent pas ce que nous accomplissons. » (Dreuz)

Messages: 1464

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

13 Octobre 2016, 09:22 Message

Hollande serait contagieux ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

13 Novembre 2016, 10:02 Message

Prochaines mini répliques du séisme Trump : référendum italien, Höfer en Autriche, et pourquoi pas primaire de la droite : si Fillon se retrouve face à Juppé, exit Juppé après Sarko.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

15 Novembre 2016, 09:30 Message

Capacité opérationnelle de la gendarmerie : une directive européenne en cause (Bd Voltaire)

« Les solutions envisageables ? Soit cette directive devra figurer dans le lot des traités et directives à renégocier avec l’Union européenne et la disponibilité du gendarme et du militaire en général mieux reconnue et affermie, soit les effectifs de la gendarmerie devront être, à terme, mécaniquement augmentés de plusieurs milliers, pour simplement conserver la capacité opérationnelle actuelle, déjà considérée comme insuffisante. Je ne suis pas sûr que les moyens budgétaires de l’État le permettent. En tout état de cause, l’application de cette directive européenne remet en cause le modèle de fonctionnement de la gendarmerie et sa disponibilité séculaire due à son statut militaire, ce qui n’est pas acceptable de mon point de vue. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 887

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

4 Décembre 2016, 06:14 Message

Les méthodes anti-démocratiques des dirigeants européens...

Le Parlement européen organise la chasse aux sorcières eurosceptiques



Par Laure Ferrari
Publié le 18/11/2016 à 18h01

FIGAROVOX/TRIBUNE - Alors que les référendums se multiplient contre certaines actions de l'Union Européenne, Laure Ferrari reproche au Parlement européen de tenter de réduire au silence la voix des eurosceptiques au sein de l'instance «démocratique» européenne.

Laure Ferrari est directrice exécutive de l'Institut pour la Démocratie Directe en Europe (IDDE).

Le référendum néerlandais du 8 avril 2016, et celui du 24 juin au Royaume-Uni, ont incité le Parlement européen à déclarer la guerre aux partis et fondations pan-européens jugés coupables d'euroscepticisme et de subversion démocratique.

Au Parlement européen, l'association entre des eurodéputés de 7 pays différents permet la création d'un groupe parlementaire. Ces groupes réunissent les partis nationaux auxquels appartiennent ces eurodéputés. Une fois formé, il devient possible pour un groupe de créer un parti politique et une fondation. On emploie le qualificatif «pan-européen» pour désigner leur nature plurinationale.

Ces entités sont financées par l'organe «démocratique» de ces mêmes institutions, à savoir le Parlement européen.

Ayant été portées au sein des institutions européennes par le suffrage populaire, ces entités sont financées par l'organe «démocratique» de ces mêmes institutions, à savoir le Parlement européen, établi entre Bruxelles et Strasbourg.

J'ai l'honneur de diriger une de ces fondations pan-européennes. L'Institut pour la Démocratie Directe en Europe (IDDE) est né de l'Alliance pour la Démocratie Directe en Europe (ADDE) en 2014. Dans cette alliance siègent notamment UKIP pour le Royaume-Uni, et Debout la France pour notre pays.

L'activité d'une fondation européenne consiste essentiellement à promouvoir les idées qu'elle entend représenter. De par son origine, l'IDDE s'inscrit dans l'euroscepticisme, c'est-à-dire dans la vision d'une Europe remodelée sur les bases de la démocratie nationale. Dans cette optique, nous promouvons un retour du politique vers le peuple, et nous soutenons activement les initiatives liées à la démocratie directe.

Nous promouvons un retour du politique vers le peuple, et nous soutenons activement les initiatives liées à la démocratie directe.

Dans son programme politique de l'année 2015, soumis au Parlement européen, la fondation a fait état de sa velléité à promouvoir la démocratie directe. Ainsi, l'IDDE a financé une publicité visant à collecter des signatures nécessaires à la tenue d'un référendum aux Pays-Bas, à propos de l'accord de partenariat entre l'UE et l'Ukraine.

L'initiative a recueilli les signatures nécessaires, le référendum a eu lieu, et l'accord a été rejeté par les citoyens néerlandais. Dans les deux mois qui suivirent ce camouflet infligé à Bruxelles, le tremblement de terre du Brexit survint.

Si les conséquences de ces événements sont encore difficiles à prévoir, il est très clair que les fondements de l'UE ont été ébranlés. Redoutant une onde de choc, les responsables politiques s'activent à mettre un terme à cette épidémie démocratique qui semble secouer les pays-membres de l'UE. Las, le peuple hongrois vient à son tour de s'exprimer souverainement sur la politique voulue par Bruxelles, dans le cadre du référendum organisé sur l'accueil des migrants.

Las, le peuple hongrois vient à son tour de s'exprimer souverainement sur la politique voulue par Bruxelles.

Un choix vertement critiqué par Martin Schulz, président du Parlement européen, qui a estimé que cette consultation représentait un «jeu dangereux», tandis que Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, a pointé le fait que l'organisation de référendums nationaux sur les décisions européennes «mettait en danger l'autorité de la loi».

Notons tout de même que l'entrée de la Hongrie au sein de l'Union européenne a eu lieu suite à un référendum où les électeurs répondirent «oui» à 86,73% … mais avec un taux de participation de 45,6%. La légitimité du peuple semble donc être à géométrie variable.

Une fondation européenne ne peut pas faire campagne dans le cadre d'un référendum.

Une fondation européenne ne peut pas faire campagne dans le cadre d'un référendum. La chose est stipulée par le paragraphe 4 de l'article 8 du règlement européen, relatif au statut et au financement des partis politiques au niveau européen. Or, le bureau du Parlement européen entend démontrer que l'IDDE a fait campagne dans le cadre du référendum néerlandais, ce qui n'est pourtant pas le cas. Son action visait l'organisation d'un référendum qui, évidemment, n'existait pas à l'époque. Elle ne contrevenait donc pas aux règles fixées. Mais les récents événements aux Pays-Bas, au Royaume-Uni, et en Hongrie, incitent les responsables politiques à en finir avec les différents corps eurosceptiques. Ainsi, les activités de l'IDDE en 2015 sont passées à la loupe. Comment? Par deux moyens.

Le premier consiste à imposer à la fondation une succession d'audits, afin de sonder la moindre dépense effectuée. Le second, bien plus grave, consiste à réinterpréter les lois du Parlement afin de rendre l'initiative de l'IDDE rétroactivement illégale.

Le Parlement européen débat de la possibilité d'interdire aux structures comme la nôtre toute forme d'initiative visant à favoriser la consultation populaire.

Souhaitant aller plus loin, le bureau du Parlement européen débat en ce moment même de la possibilité d'interdire aux structures comme la nôtre toute forme d'initiative visant à favoriser la consultation populaire.

Il s'agit donc de manœuvres hautement liberticides qui, par ailleurs, proviennent d'un organisme supposé être une représentation démocratique. Ces calculs s'opèrent dans le secret du bureau du Parlement européen dans lequel il n'existe aucune voix représentative des groupes eurosceptiques présents au Parlement.

Derrière ces procédés se cache une volonté politique des responsables européens de mettre un terme au Printemps démocratique qui agite le continent. Jugeant l'action des partis et fondations pan-européens néfaste à la réalisation d'une Europe intégrée, leur objectif est de les neutraliser pour enrayer la dynamique contestataire.

Nous serions tous dans l'ignorance de ces manœuvres s'il n'y avait pas, au sein de ce même bureau, des fuites provenant de technocrates indignés par la méthode employée. Bien qu'ils soient partisans et ouvriers d'une Europe fédérale, et de ce fait nos adversaires politiques, ces personnes-là souhaitent bâtir leur projet européen par l'adhésion, et non pas par le calcul, par la ruse, ou par la force.

Martin Schulz demandait même à ce qu'il n'y ait pas d'argent pour «les ennemis de l'Europe».

Je ne suis cependant pas surprise par la tournure des évènements. Déjà en 2014, la création du groupe ELDD avait été entravée. Martin Schulz demandait même à ce qu'il n'y ait pas d'argent pour «les ennemis de l'Europe».

Je ne partage pas ces informations pour me plaindre, mais pour appeler à la vigilance. Dans un système démocratique et parlementaire, il y a une majorité et une opposition. Ici, la majorité est constituée par les groupes en faveur d'une Europe plus intégrée. Les eurosceptiques représentent donc l'opposition.

Il serait scandaleux qu'en France, le bureau de l'Assemblée Nationale veuille éliminer l'opposition représentée par Les Républicains, la gauche radicale, et les non-inscrits. Pourtant, ce scandale se joue en ce moment à Bruxelles. À défaut de pouvoir interdire purement et simplement la présence de députés eurosceptiques, on tente de les museler.

À défaut de pouvoir interdire purement et simplement la présence de députés eurosceptiques, on tente de les museler.

En ligne de mire il y a un objectif très simple: faire en sorte qu'il n'y ait pas d'autre Brexit. D'ailleurs, Pierre Moscovici, commissaire aux affaires économiques, déclarait même en septembre dernier «qu'un référendum sur l'Europe est une très mauvaise méthode».

L'hostilité de l'Union européenne aux processus démocratiques vient encore d'être démontrée dans le cadre du Ceta. Menaces, ultimatums, et pistolet sur la tempe sont les moyens de négociation privilégiés d'une technocratie qui ne supporte plus aucune forme de contestation. Fort heureusement pour les peuples d'Europe, chaque tyrannie finit toujours par rencontrer son écueil.

Vouloir empêcher le peuple de s'exprimer est un crime contre la démocratie. Et lorsque l'on constate que le peuple, lorsqu'il s'exprime, marque son insatisfaction et son ras-le-bol, la gravité de ce crime s'en trouve amplifiée.

J'invite donc les citoyens favorables à la consultation populaire sur l'Europe à se manifester auprès du bureau du Parlement européen, en lui écrivant. Il est indispensable que les responsables politiques et les bureaucrates bruxellois sentent sur eux le regard attentif de peuples qui ne comptent pas abdiquer leur liberté d'expression et leur droit à la démocratie.

http://premium.lefigaro.fr/vox/politique/2016/11/18/31001-20161118ARTFIG00289-le-parlement-europeenorganise-la-chasse-aux-sorcieres-eurosceptiques.php

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

2 Janvier 2017, 11:49 Message

Pour compléter le titre : avec Mme Merkel en Brejnev ?

Ici, c'est le commentaire d'un lecteur du Figaro qui m'intéresse.
Comme quoi, le bon sens est mieux partagé qu'on pourrait le croire.
Quant à savoir s'il finira par l'emporter à temps, avant la cata : je ne parierai pas un kopek là-dessus, foi de Fillon.

L'article : Le président de l'Ifo évoque la sortie de l'Italie de la zone euro (Le Figaro)

« Un Brexit à l'italienne? C'est le scénario craint par Clemens Fuest, dans une interview accordée au quotidien Tagesspiegel . "Le niveau de vie, en Italie, est le même qu'en 2000, explique le président de l'institut économique allemand Ifo. Si cela ne change pas, les Italiens finiront par dire: 'Nous ne voulons plus de la zone euro' ”. »

Le commentaire :
« Le SME est une machine à subventionner l'industrie allemande", disait Otto Lambsdorf, ministre de l'Economie de la RFA de 1977 à 1984. L'Euro n'étant rien d'autre qu'un super SME (en encore plus rigide), il est une super-machine à subventionner l'industrie allemande et à détruire celles de ses rivales italienne et française, laminées par un taux de change implicite trop élevé d'une part, et non ajustable d'autre part, face à la monnaie allemande.

Tous les économistes compétents l'admettent - des plus libéraux aux keynésiens, notamment Sen, Krugman, Stiglitz - mais nos élites politiques, qui ont créé cette absurdité par ignorance, refusent d'admettre l'évidence et abandonnent ce thème au Front National, ce qui est un comble. Les partis de gouvernement soi-disant sérieux soutiennent en matière politique une mesure parmi les plus loufoques et délirantes : un système de parité des changes fixe pour l'éternité. C'est l'une des pires sottises qu'il se puisse imaginer. Il est vrai que ce ne sont pas lesdits politiques qui en paient le prix, seulement les ouvriers. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18413

Re: Union européenne ou union soviétoïde ?

9 Mai 2017, 09:35 Message

Image

PrécédenteSuivante

Retourner vers International, européisme & mondialisme