Afficher le sujet - Pédagogie

Pédagogie

Sur l'école, et ses alternatives
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Pédagogie

1 Février 2014, 18:39 Message

« Et n'y a-t-il rien à tirer de l'Émile ? Une seule leçon, mais importante, si importante et si naturellement oubliée toujours qu'il est bon qu'à chaque siècle un grand homme la donne à nouveau.

Au fond de l'éducation, comme au fond de toutes les choses humaines peut-être, il y a une contradiction essentielle, inhérente, dont on ne sait comment faire pour se dégager. Nous enseignons à écrire, et tout style qui n'est pas original n'est pas un style ; nous enseignons à penser, et toute pensée que nous tenons d'un autre n'est pas une pensée, c'est une formule ; et toute méthode pour penser que nous tenons d'un autre n'est pas une méthode, c'est un mécanisme ; nous enseignons à sentir, et un sentiment d'emprunt est une affectation, une hypocrisie ou une déclamation ;-nous enseignons à vouloir, et vouloir par obéissance est l'abdication de la volonté. L'enseignement va donc, par définition, contre tous les buts qu'il poursuit. Les maux qu'il soigne augmentent à les vouloir guérir, et plus il réussit, plus il échoue. La perfection de l'enseignement aurait comme plein succès la nullité du disciple. Et cela n'est ni un paradoxe, ni une vérité de théorie. La chose s'est vue. Le duc de Bourgogne est très probablement le parfait disciple, le disciple absolu. Le monde a pu le contempler. Et pourtant il faut enseigner ; car, si la perfection de l'enseignement mène au néant ; ni plus, ni moins, mais tout de même, l'absence d'enseignement y laisse.

Nous avons bien vu que, quoi qu'il veuille, Rousseau enseigne encore, par suggestion au moins, et par quelque chose de plus. Il sent la nécessité d'enseigner. On se débat dans cette contradiction naturelle et nécessaire, et l'on s'en tire, comme en toute affaire, par un moyen terme dont on peut être sûr qu'il est défectueux, qu'il a quelque chose des inconvénients des deux excès, et que, s'il n'est pas doublement mauvais, du moins il l'est de deux façons ; mais encore faut-il s'y résigner.

Quel sera ce moyen terme ? Naturellement il flotte, il glisse entre les deux extrêmes selon les temps, les lieux, les maximes générales et les humeurs. Mais il est dans l'essence de tout ce qui est constitué et traditionnel, de tendre vers le développement et l'exagération de son principe. L'éducation, dans les peuples civilisés, est une institution, comme l'État, comme une Église ; elle tend à ce qu'elle croit être sa perfection, c'est-à-dire à son extension illimitée et à l'absorption de tout en elle, sans pouvoir songer que son point de développement extrême, et au delà duquel elle ne laisserait rien, serait le point juste où ses effets seraient si achevés qu'ils seraient nuls, et où par conséquent elle s'écroulerait sur elle-même. Contre cette tendance naturelle, il est bon qu'une réaction très forte, et même brutale, se fasse de temps en temps, que quelqu'un vienne qui dise : « Prenez garde ! Mieux vaudrait ne point enseigner, qu'enseigner si fort. Vous revenez par un cercle au point que vous fuyez. » C'est ce qu'a dit Rousseau. On instruisait trop l'homme, il a crié qu'il fallait qu'il s'instruisit seul. C'est une chose à ne pas croire vraie, et à ne jamais oublier. Il a inventé «l'éducation intuitive», comme il n'a pas dit, mais comme nous disons d'après lui. C'est une chose où il ne faut nullement se fier, mais qu'il y a un péril immense à perdre de vue. Il faut enseigner ; mais profiter de toutes les velléités que l'enfant montre de s'instruire lui-même, vénérer sa curiosité, ses efforts personnels, ses excursions hors du cercle tracé par nous, se plaire à ses objections quand elles sont naïves, et lui montrer même jusqu'où elles pourraient s'étendre, pour l'en récompenser en quelque sorte, au lieu de les proscrire, quitte à dire ensuite : « Moi, je juge plutôt de telle façon » ; ne pas détester, comme a dit spirituellement M. Renan, le disciple qui pense le contraire de notre pensée, sauf quand c'est taquinerie ; car, sauf ce cas, celui-ci est probablement votre vrai disciple, celui qui vous a entendu, tandis que son voisin est peut-être un paresseux qui n'a fait que nous écouter ; en un mot, croire que l'enfant est un être qui réfléchit un peu, et rien qu'à le croire, l'incliner doucement et sensiblement à être tel.

Voilà la grande idée de Rousseau, qui n'est pas de lui, car Montaigne l'avait merveilleusement exprimée déjà, mais à laquelle il a donné une très grande force et un très grand éclat. Elle est de celles qui sont des scrupules nécessaires et de salutaires sauvegardes. »

(Études littéraires - XVIII siècle, Émile Faguet)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

3 Juin 2014, 12:36 Message

Image


Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 327
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Pédagogie

3 Juin 2014, 15:47 Message

On croit rêver...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

3 Juin 2014, 16:21 Message

Ou plutôt halluciner !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

4 Juin 2014, 10:28 Message

Brighelli : et si le diable sauvait l'école ? (Le Point)

Intéressante conclusion : « Que dire de ces propositions ? Ma foi, ce que dit du Collectif Racine et de son animateur, Alain Avello, un collègue sur un forum globalement "de gauche", mais peuplé tout de même d'enseignants réalistes : "Je suis d'accord avec la quasi-totalité de ses points de vue sur l'école et il porte un discours très mesuré". Il n'y a pas grand-chose dans ces propositions que je ne puisse contresigner - ce qui ne signifie pas que j'approuve le reste des positions de ce parti, hors école. Mais le désespoir me prend parfois, après toutes ces années de combat stérile, et l'envie de me tourner vers le diable, si le diable me permet de sauver l'école. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

11 Juin 2014, 13:54 Message

Autisme rédhibitoire : Éducation nationale : la maison n'est pas tenue ! (Le Point)

Il faudrait tout citer...

« "L'école obligatoire ne peut pas seulement apprendre aux élèves à lire, écrire et compter", prévient le communiqué du ministère qui l'accompagne. Étrange formulation ! Car il faudrait quand même commencer par savoir lire, écrire et compter.

(...)

Le nouveau "socle" fait pourtant fi du français comme discipline à part entière, préférant s'intéresser aux "langages", qui "sont à la fois des objets de savoir et des outils, toutes les disciplines contribuent à leur acquisition". On n'est pas loin du fameux "référentiel bondissant" ! Les maths ? Intégrées, désormais, dans "l'observation et la compréhension du monde". Ils ne sont pourtant pas nombreux, ceux qui ont découvert des théorèmes par eux-mêmes ! Mais avec le socle, l'enfant devient une sorte de chercheur en herbe : "Il a compris que les mathématiques se nourrissent des questions posées par les autres domaines de connaissances et les nourrissent en retour."

Selon ce nouveau "socle", l'élève est non seulement un futur Einstein, mais aussi un Picasso et un Rimbaud en devenir. Il "exprime ses sensations et ses émotions par des productions littéraires et artistiques, et pratique, sous des formes diverses, la fonction poétique du langage". Et, à l'arrivée, il "a construit de la sorte une citoyenneté critique et partagée, ouverte à l'altérité". »

Mon Dieu, mon Dieu...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

17 Juin 2014, 10:21 Message

Brighelli, bis repetita, sur Causeur :
Pour faire le portrait du FN - Allons voir de quoi la boue est faite

A boire et à manger, plus ou moins pertinent ou facile, mais quelques perles, et une idée de ce qu'il a du affronter des porte-paroles officiels de son milieu...

« Si Meirieu n’avait pas existé, le FN aurait plusieurs millions d’électeurs de moins : les vrais « malgré-nous » de l’extrême-droite, ils sont là, et pas ailleurs. Et c’est moi qu’ils accusent, les gueux ! »

« Ce qui est beau dans les mouvements populaires, c’est qu’ils vont de l’avant — ils ne se retournent jamais, ou alors après coup. Soit Marine est élue en 2017, et ça va faire mal, soit elle ne l’est pas, et ça va faire mal... »

Dans les commentaires des lecteurs, celui-ci : « Pour le reste, je dirais d’abord qu’on est très loin de l’image de l’arabe du quartier et qu’on est depuis longtemps passé au quartier arabe. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

19 Juin 2014, 09:50 Message

Après l'épreuve de français du Bac, cette année :

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

19 Juin 2014, 09:51 Message

Sinon : Géographie et théorie du genre : les surprenant sujets du Capes 2014 (Blog Fikmonskov)

« Cette année, le jury a poussé l’idéologie ambiante à son paroxysme. Le sujet posé à de nombreux candidats le lundi 16 juin posait ainsi deux questions à l’épreuve sur dossier en géographie :

- L’étude des discriminations, notamment de sexe et de genre, est-elle pertinente pour aborder les conflits en géographie ?
- En quoi les luttes contre les stéréotypes filles-garçons participent-elles à régler les situations conflictuelles ?

Outre l’absence de lien direct avec les compétences en géographie des futurs enseignants, les documents à l’appui étaient d’une rare objectivité : préface de l’ouvrage Genre et construction de la géographie, extrait du rapport remis en janvier 2014 à Najat Vallaud-Belkacem pour la lutte contre les stéréotypes du genre… Aucune place n’est laissée à la réflexion, dans la mesure où les questions et les documents sont trop orientés et partisans pour permettre un débat contradictoire. »

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 648
Localisation: Paris

Re: Pédagogie

20 Juin 2014, 07:43 Message

Mais on découvre la lune. Il y a bien longtemps que les sujets de concours sont orientés selon l’idéologie de gauche du moment, quelque soit le pouvoir en place. Depuis Hollande il y a simplement un peu moins de discrétion ce qui me semble plutôt favorable : nous pouvons maintenant, sans l’ombre d’un doute, voir comment le machin fonctionne.

En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 648
Localisation: Paris

Re: Pédagogie

20 Juin 2014, 07:49 Message

D’ailleurs, contrairement à beaucoup ici et ailleurs, j’ai approuvé la suppression de l’épreuve de culture générale aux grands concours. Elle était devenue un test de rectitude politique.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

20 Juin 2014, 09:21 Message

Je comprends votre position, cher Jean-François, même si cette "réforme" est par principe infiniment regrettable. Le détournement lamentable que cette épreuve a subi sur sa fin illustre notre dérive intellectuelle — pour ne pas dire notre déréliction. Plus généralement, ce qui est stupéfiant, c'est de constater combien dans la vie sociale courante, pas seulement professionnelle, toute "discussion" est un tel "test de rectitude politique". La pénétration de la correction politique, en mode infusion, est effarante, et la perte de l'idée même de ce que c'est que de débattre contradictoirement. Hors la répétition jusqu'à la nausée du catéchisme progressiste, point de salut — pire : le Diable.

Une indication de plus sur les limites atteintes par l'entrisme tous azimuts, couronné de succès, des tenants de cette idéologie. A nous de faire que ce soit une victoire à la Pyrrhus.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

20 Août 2014, 09:50 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

16 Septembre 2014, 11:53 Message

Une page Web du site de l'Académie de Nantes, rapidement retirée en raison de la toute dernière recommandation qui avait été dénoncée...

Image


Plus précisément :

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

19 Septembre 2014, 09:39 Message

G. Cluzel revient sur le fait, incroyable, et un blog s'intéresse au contenu du fameux livre...

Quand l’académie de Nantes cache aux parents ce qui est enseigné à leurs enfants… (Bd Voltaire)

« Bien. Considérons froidement les choses : quel parent sensé, apprenant soudain qu’un adulte auquel il a confié ses enfants fait lire à ces derniers un livre sous le manteau ou entreprendre toute autre activité en secret, en confiant à un tiers qu’il est impératif que nous ne soyons pas au courant car notre réaction scandalisée pourrait mettre un point final à sa petite affaire, ne le prendrait pas fissa par le revers du paletot pour le mettre à la porte manu militari, en promettant de porter plainte ? Quel parent ne se sentirait pas floué, abusé, outré ?

Et par sa défense d’une candeur confondante, l’académie de Nantes ne semble pas voir qu’elle aggrave son cas. Elle insiste sur le caractère « ancien » de la fiche, qui date de 2006 – cela fait donc 8 ans que ce livre est benoîtement présenté aux enfants à l’insu des parents ! –, et justifie le retrait par le souci "de ne pas mettre d’huile sur le feu". Aucun mea culpa, aucun aveu de négligence, simplement la volonté de "calmer le jeu ". »

Le livre polémique "que font les petits garçons?" en images (Blog Fawkes)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

29 Avril 2018, 09:21 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 16156

Re: Pédagogie

30 Avril 2018, 09:19 Message

Image


Retourner vers École, éducation