Afficher le sujet - Mortel !

Mortel !

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18919

Re: Mortel !

20 Mars 2019, 11:38 Message

Belgique: 40% des citoyens favorables à l'arrêt des soins pour les plus de 85 ans (Le Figaro)

« Aux Pays-Bas, on ne place déjà plus de stimulateur cardiaque aux plus de 75 ans, l'appareil dépassant de loin le patient en espérance de fonctionnement. »

Entre retraite à 65 ans, et arrêt des traitements à 70, la "Sécu" est sauvée, et les impôts baissent enfin. De plus, on se débarrasse des inutiles par ailleurs chiants. Tout bénef.

La vérité des faits oblige à dire que la réalité est en avance sur ce sondage, mais de façon très insidieuse. Il est d'ores et déjà de règle (tacite) de ne plus mettre "tous les moyens" possibles en face des atteintes du vieillissement, et ce, à partir d'un âge de plus en plus bas. Avec une gradation assez subtile de ce qu'on élimine ou laisse filer au fur et à mesure de l'avancée en âge. Propos scandaleux ? non ; car ce n'est pas une opinion, mais la suite logique d'une série de constations, faites personnellement et dans l'entourage.

En ligne
Messages: 331

Re: Mortel !

20 Mai 2019, 15:22 Message

(Parallèle du fil "no comment" )

le jdd.fr via msn Vincent Lambert : l'arrêt des traitements a commencé, le décès devrait intervenir d'ici quelques jours

Extraits :

"[...]Les médecins vont stopper la nutrition et l'hydratation artificielles qui sont prodiguées à Vincent Lambert, tout en mettant en oeuvre une "sédation profonde et continue" jusqu'à sa mort. [...]

Dans le cas de personnes qui ne peuvent pas exprimer leur volonté, comme Vincent Lambert, la "sédation profonde et continue jusqu'au décès" est "une mesure de précaution" pour être sûr "que le patient ne souffre pas", selon des recommandations publiées l'an dernier par la Haute autorité de santé (HAS).

Pour la sédation, on utilise le midazolam en voie intraveineuse. Ce médicament de la famille des benzodiazépines est puissant et son action rapide. Avec l'arrêt simultané de l'hydratation et de l'alimentation, la mort survient aux alentours d'une semaine, explique à l'AFP le Dr Bernard Devalois, spécialiste des soins palliatifs à la maison de santé protestante de Bordeaux Bagatelle."

Messages: 313

Re: Mortel !

20 Mai 2019, 19:57 Message

En clair, on n’arrête pas un traitement, mais on le fait mourir de soif et de faim. On a toutefois l'humanité de l'assommer à grand renfort de calmants. C'est un meurtre.

En ligne
Messages: 331

Re: Mortel !

20 Mai 2019, 23:21 Message

Oui, c'est ainsi que cela se présente, en attendant quelques revirements de situation, sait-on jamais...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18919

Re: Mortel !

21 Mai 2019, 09:10 Message

[MAJ]

« C’est un meurtre » (Alain).

Oui, objectivement.

Pour rappel (mais qui le sait ?), le Décalogue dit « Tu n’assassineras pas », et non pas « Tu ne tueras pas » — la nuance est de taille ; plus : c’est une discrimination essentielle. Il s’agit donc bien, dans l’affaire qui occupe les médias ces derniers jours, d’une transgression majeure de cette Loi morale et civilisatrice — du moins à son époque et dans une certaine perspective, aucunement exclusive au regard de la totalité humaine historique, ni même de la totalité de notre héritage.

Plutôt qu’un parti-pris sur le fond de la question soulevée par cette conjonction modernante à souhait de circonstances, qui nécessiterait de longs et complexes développements, et alors qu’il n’y a pas à se sentir convoqué à « prendre parti », précisément, on produira plutôt quelques notules.

Tout d’abord la lâcheté de la « solution finale » choisie : mort par déshydratation, l’une des plus dures, dans l’abandon et la gêne hypocrite. Une piqûre idoine aurait abrégé la chose, elle aurait été bien plus crue, certes, mais surtout bien plus honnête et, au fond, plus humaine, en son inhumanité. Ce pourquoi, bien entendu, elle était inenvisageable. Médecins et magistrats ne sauraient être responsables. En quoi ils sont donc coupables.

Ce qui rappelle un détestable terme de la Novlangue qui se rencontre désormais dans tous les services de réanimation de nos hôpitaux : « confort » ; on vous y dit toujours que le patient en train de mourir est « confortable », grâce à la sédation, et tout le monde s’en satisfait, déchargé pour soi-même de la question de la souffrance. C’est un autre genre de neuroleptique, langagier, qui conclut la longue liste de ceux qui oeuvrent à longueur de la fausse vie qui enchante la grande masse nos compatriotes en humanité. Il ne peut y avoir que vie fausse, là où la mort n‘est pas affrontée pour ce qu’elle est ; et d’abord, quotidiennement, comme condition de possibilité de la vie la plus vivante.

Les journalistes enfin : avec des afféteries de Sainte Nitouche, sachant bien qu’il s’agit là d’un problème « difficile », ils ne peuvent pas, c’est leur nature intrinsèque, c’est leur job, ne pas propagander dans le sens du « progrès ». Ils auront tous omis, donc, de préciser que M. Lambert est tétraplégique, qu’il dispose d’un niveau de conscience sans doute très limité mais bien réel (qui en sait la limite, qui peut juger de ce qui demeure en lui ?), qu’il n’est pas en « acharnement thérapeutique », qu’il n’est pas « malade », qu’il est viable en l’état, et enfin qu’il s’agit de le faire mourir de soif, en lui ôtant toute conscience artificiellement (là encore : qui sait le tréfonds de la "réalité humaine" ? certainement pas les médecins !). Ils ont aussi omis, contrairement à leurs habitudes dans d’autres cas, de donner la parole aux parents ou associations de personnes paralysées à un certain degré qui s’inquiètent fort pour leurs proches et voient dangereusement entamée la « confiance » qu’ils avaient en la médecine. En revanche un vague neveu, adulte en trottinette — ça ne s'invente pas — était convié à donner son avis, forcément favorable à cette "solution".

Personne non plus n’aura parlé du coût, sauf quelques indignes sur lesdits « réseaux sociaux », que représentait la charge de M. Lambert pour une durée indéterminable et sans doute fort longue : et pourtant, comment ne pas voir que c’est, à tout le moins, une donnée du problème, par temps de gestionnaires avisés tous azimuts ?

Ce disant, et pour y insister, on a relevé quelques faits ; pas pris de position sur le fond.

Le fond, il n’y a plus grand monde qui en ait la moindre idée ; et tout un chacun de patauger dans la mélasse misérable d’une fin de civilisation, précisément, Pape en tête.


***


P.S.

La Cour d’appel de Paris a ordonné, hier soir, la reprise des traitements.

La cour « ordonne à l’État français (…) de prendre toutes mesures aux fins de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées le 3 mai 2019 tendant au maintien de l’alimentation et l’hydratation » de Vincent Lambert.

Image


On ne se réjouira pas, pour autant, de ce jeu de ping-pong entre magistrats, et de cette dépendance à des "traités internationaux" ; on sait trop ce qu'ils nous coûtent par ailleurs, et ce que signifie le danger, toujours plus d'actualité, du "gouvernement des juges".

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18919

Re: Mortel !

22 Mai 2019, 08:52 Message

Enterrement alternatif Washington légalise… le « compost humain » (La Voix du Nord)

« " La recomposition offre une alternative à l’embaumement et à l’inhumation ou à la crémation, elle est naturelle, sûre, durable et permet des économies importantes en matière d’émissions de CO2 et d’utilisation des terres", plaide Katrina Spade, qui a promu la loi auprès des élus locaux. (...) "Tout est recomposé, y compris les dents et les os", écrit Recompose, précisant "mélanger" le conteneur à plusieurs étapes pour récupérer d’éventuels plombages dentaires, stimulateurs cardiaques et autres prothèses qui ne seraient pas biodégradables. Au bout de trente jours environ, "le matériau que nous rendons aux familles est très semblable au terreau que vous pourriez acheter dans votre pépinière", assure la startup.»

Impayable.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18919

Re: Mortel !

4 Juin 2019, 16:15 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18919

Re: Mortel !

6 Juin 2019, 09:36 Message

La prétendue euthanasie d’une adolescente néerlandaise affole la presse mondiale (Le Figaro)

Voilà pour les "précisions".
Et donc ?
S'il y a eu raccourci dans la présentation des faits, le fond est le même.

« En 2017, dernière année pour laquelle des chiffres sont disponibles, 4% de tous les décès aux Pays-Bas - 6091 personnes - étaient dus à l’euthanasie. Plus de 80% avaient un cancer incurable, des troubles neurologiques, des maladies cardiovasculaires ou une maladie pulmonaire. Seulement 1% avait un trouble psychiatrique, et un seul avait moins de 18 ans. »

Ce marché dispose d'une belle marge de progression.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18919

Re: Mortel !

18 Juin 2019, 15:29 Message

Image


Suicide, homicide, stérilisation… mais pourquoi Brut, Konbini & Cie sont-ils si morbides ? (Marianne)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18919

Re: Mortel !

9 Juillet 2019, 08:48 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18919

Re: Mortel !

10 Juillet 2019, 09:44 Message

Image


Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18919

Re: Mortel !

11 Juillet 2019, 09:32 Message

Image


J'en doute fort.
Au bout du désir, il y a le suicide.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 18919

Re: Mortel !

12 Juillet 2019, 12:42 Message

Puisqu'il a fallu entendre encore le fameux "neveu" — dont on se demande de quoi il se mêle — clamer sans vergogne une nouvelle fois son soulagement et sa satisfaction, avec tous les faux-culs et les décérébrés pour qui la chose est toute simple et relève de l'évidence, cette houellebecquerie extraite d'un article de BV :

« Une seule voix s’est élevée, parmi les "grands" écrivains de notre temps, celle de Michel Houellebecq, dans une tribune publiée dans le Monde juste avant l’annonce du décès de Vincent Lambert. Et l’on est saisi, une fois de plus, par l’analyse très juste de l’auteur de Soumission que l’on reconnaît tout entier dans ces lignes et dont la grandeur est de coller au plus près de l’existence, dans sa misère, et sa vérité que notre époque ne veut plus voir. Une alliance qui est la marque-même de l’écrivain qui embrasse et unit le plus personnel, le plus intime, et le plus universel, loin des concepts et des idéologies.

“Une découverte extraordinaire, […] a eu lieu en 1804 : celle de la morphine. […] En résumé, la souffrance n’est plus un problème, c’est ce qu’il faut répéter, sans cesse, aux 95 % de personnes qui se déclarent favorables à l’euthanasie. Moi aussi, dans certaines circonstances (heureusement peu nombreuses) de ma vie, j’ai été prêt à tout, à supplier qu’on m’achève, qu’on me pique, tout plutôt que de continuer à supporter ça. Et puis on m’a fait une piqûre (de morphine), et mon point de vue a changé radicalement, du tout au tout. En quelques minutes, presque en quelques secondes. Bénie sois-tu, sœur morphine.”

Mais l’aveu plein de sincérité et de bon sens de Houellebecq prend aussi la forme d’un terrible J’accuse contre l’État et le ministre de la Santé :

“Ainsi, l’Etat français a réussi à faire ce à quoi s’acharnait, depuis des années, la plus grande partie de sa famille : tuer Vincent Lambert. J’avoue que lorsque la ministre 'des solidarités et de la santé' (j’aime bien, en l’occurrence, les solidarités) s’est pourvue en cassation, j’en suis resté sidéré. J’étais persuadé que le gouvernement, dans cette affaire, resterait neutre. Après tout, Emmanuel Macron avait déclaré, peu de temps auparavant, qu’il ne souhaitait surtout pas s’en mêler ; je pensais, bêtement, que ses ministres seraient sur la même ligne.

J’aurais dû me méfier d’Agnès Buzyn. Je m’en méfiais un peu, à vrai dire, depuis que je l’avais entendu déclarer que la conclusion à tirer de ces tristes événements, c’est qu’il ne fallait pas oublier de rédiger ses directives anticipées (elle en parlait vraiment comme on rappelle un devoir à faire à ses enfants ; elle n’a même pas précisé dans quel sens devaient aller les directives, tant ça lui paraissait aller de soi)."

En cet étrange mois de juillet 2019, Michel Houllebecq a sauvé l’honneur d’une certaine idée de l’intellectuel français. »

***

Vincent Lambert : un meurtre officiel (Liberté politique)

« Vincent Lambert est mort. Il s’est éteint le jeudi 11 juillet, à 8h24. Si certains l’ont dit victime d’un acharnement thérapeutique, il serait plus exact de parler d’acharnement médiatique. On a voulu sa mort, pour faire un exemple, "faire évoluer les mentalités", "faire bouger les lignes", et autres formules consacrées dont se sert régulièrement la culture de mort pour nous imposer sa marche inexorable vers l’anéantissement de tout respect de la vie et de la dignité humaine.

Il faut insister sur cette terrible réalité : il y a eu un projet conscient et constant, systématique, pour le mettre à mort. Sa mort n’est pas le fruit d’un processus malheureux – un accident, une vie brisée, une impuissance de la médecine à sauver. En France aujourd’hui, il existe un peu plus de 1 500 cérébro-lésés dans une situation proche de celle de Vincent, mais c’est lui qui a été "choisi" pour servir l’agit-prop des partisans de la mort miséricordieuse, doux nom que les nationaux-socialistes donnaient à l’euthanasie. Il y a toujours besoin de "cas" pour faire avancer les causes : que l’on pense à la malheureuse Jane Roe, pseudonyme de Norma McCorvey, dont le nom est maintenant pour toujours associé à l’amendement Roe v. Wade qui permit d’ouvrir la brèche du droit à l’avortement aux États-Unis. Pour que le "cas" fonctionne, il faut la complicité du système politique et légal, qui s’en saisit, le relaie, l’amplifie. Et dans l’affaire Vincent Lambert, le sinistre État macronien aura parfaitement joué sa partition. »

Précédente

Retourner vers Modernité modernante