Les Kollabos & les Kapos

Les Kollabos & les Kapos

Plus que jamais, la gauche au sens très large, « intellectuelle » (guillemets de rigueur !), politique, ou « sociétale », s’évertue à démontrer qu’elle coïncide toujours plus parfaitement avec sa pente originelle : être le parti de l’étranger ; i.e. désormais : être en conflit ouvert avec son peuple, et plus seulement sa patrie, ou son héritage. Comment s’en étonner ?

La rupture idéologique d’avec cette gangrène, jusque dans les moindre recoins où elle se niche pour manipuler toute pensée et conditionner notre misérable déclin, est une affaire considérable. Je ne vois guère, de ce point de vue bien particulier, que, et au mieux, des fragments d’homme — comme dirait l’autre —, de grands malades à peine convalescents dans le meilleur des cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.