Afficher le sujet - Réconciliation

Réconciliation

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

10 Avril 2019, 08:23 Message

On sait mon sentiment à ce sujet ; c'est avec d'autant plus d'intérêt que je cite cet article de BV : voilà qui se tient, et bien. Qui a sa place ici, c'est dire.

Le christianisme en stade terminal

« Après la mort de Dieu, la sortie de la religion, notre époque connaîtrait "le stade terminal de la déchristianisation". Tel est le constat que fait Jérôme Fourquet dans son livre L’Archipel français. L’entretien que Causeur consacre au directeur de l’IFOP m’a été l’occasion de relire l’article, écrit en 1958, par le cardinal Ratzinger : Les Nouveaux Païens dans l’Église. Tout y est dit, de manière pénétrante, sous la plume du futur Benoît XVI.

Cela fait 400 ans, dit Joseph Ratzinger, que l’Europe est devenue le berceau d’un nouveau paganisme "qui ne cesse de croître au cœur même de l’Église et menace de la saper de l’intérieur". Au point que l’Église est devenue "une Église de païens qui sont, même s’ils se nomment encore chrétiens, des païens… L’Église devra démanteler sa coïncidence avec le monde extérieur et redevenir une communauté de croyants : sa force missionnaire ne fera que croître." À condition de voir les choses d’en haut. C’est-à-dire ? Que le salut repose "sur la dialectique du petit nombre et de la multitude. C’est ce petit nombre qui, à la manière d’Archimède, soulève la multitude, avec le mystère de la substitution du Christ."

Or, c’est une vision inverse de l’Église qui s’est fait jour ces dernières années. On a fait fi de cette dynamique du nombre et de la multitude au profit du nombre. Or, si on s’éloigne de cette dynamique, c’en est fini du sel de la terre. Dans son livre Brève Apologie pour un moment catholique, Jean-Luc Marion voit, dans notre temps, une occasion favorable pour "le petit troupeau".

Le soubassement anthropologique catholique a-t-il craqué, comme le dit Fourquet ? La date de 2013 serait-elle un tournant ? En 2012, avait-on prévu LMPT ? Qui en a toujours peur ? Si je vois le désarroi de beaucoup, je crois au ferment qui fait lever la pâte tout entière.

Joseph Ratzinger parlait du salut hors de l’Église : c’était en 1958. Depuis, nous avons franchi un pas : qui parle de salut ? Ce n’est pas Dieu qui disparaît, c’est l’homme. Alors, serait-ce la fin de la religion populaire qui a fait chuter le christianisme ? Disons plutôt que les découvertes scientifiques, l’intelligence artificielle, la manipulation du vivant posent, de manière radicale, la foi dans l’existence d’un Dieu transcendant loin de toute bondieuserie. Devenu Benoît XVI, Ratzinger a écrit des livres que tout le monde devrait connaître : ses discours, donnés dans les capitales européennes, sont des perles. Or, c’est dans une rupture entre une élite qui se vante d’avoir "perdu" la foi comme son porte-clés et un peuple ignorant de sa foi que réside, aussi, le déclin du christianisme. Quand la foi n’est plus chevillée au corps ni nourrie, arrivent les temps ténébreux que nous vivons : dans et hors l’Église.

La France a une tradition et une école de spiritualité qu’il faut revivifier à tout prix. Car ce que le christianisme apporte est inouï : non pas une vie artificiellement augmentée mais la victoire de la vie sur la mort. »


***

« ..."une Église de païens qui sont, même s’ils se nomment encore chrétiens, des païens… » : pas faux ; quoique, à vrai dire, le vocable de "païen" n'est lui-même plus adapté ici, il est parfaitement anachronique. L'un comme l'autre, paganisme et christianisme, sont irrémédiablement perdus ; toute "restauration" ne peut qu'avorter — ou tourner à la farce, au revival pathétique et vain.

« Ce n’est pas Dieu qui disparaît, c’est l’homme » : exact. Reste à reconsidérer, de fond en comble, ce que recouvre "Dieu". Et partant, oublier la "transcendance" — sans quoi, les "bondieuseries" et le barnum rappliqueront sans tarder, pour le dire sommairement.

Le Salut ? La victoire de la Vie ? Le Proche, La Reprise.
"Aide toi, le Ciel t'aidera".

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

16 Avril 2019, 07:56 Message

Hugo, convoqué depuis hier pour de si mauvaises raisons, n'est pas ma tasse de thé, très loin s'en faut. Tant qu'à le citer, autant bien choisir.

« Les grands édifices, comme les grandes montagnes, sont l’ouvrage des siècles. Souvent l’art se transforme qu’ils pendent encore ; pendent opera interrupta ; ils se continuent paisiblement selon l’art transformé. L’art nouveau prend le monument où il le trouve, s’y incruste, se l’assimile, le développe à sa fantaisie et l’achève s’il peut. La chose s’accomplit sans trouble, sans effort, sans réaction, suivant une loi naturelle et tranquille. C’est une greffe qui survient, une sève qui circule, une végétation qui reprend. Certes, il y a matière à bien gros livres, et souvent histoire universelle de l’humanité, dans ces soudures successives de plusieurs arts à plusieurs hauteurs sur le même monument. L’homme, l’artiste, l’individu s’effacent sur ces grandes masses sans nom d’auteur ; l’intelligence humaine s’y résume et s’y totalise. Le temps est l’architecte, le peuple est le maçon.
À n’envisager ici que l’architecture européenne chrétienne, cette sœur puînée des grandes maçonneries de l’Orient, elle apparaît aux yeux comme une immense formation divisée en trois zones bien tranchées qui se superposent : la zone romane, la zone gothique, la zone de la renaissance, que nous appellerions volontiers gréco-romaine. La couche romane, qui est la plus ancienne et la plus profonde, est occupée par le plein cintre, qui reparaît porté par la colonne grecque dans la couche moderne et supérieure de la renaissance. L’ogive est entre deux. Les édifices qui appartiennent exclusivement à l’une de ces trois couches sont parfaitement distincts, uns et complets. C’est l’abbaye de Jumièges, c’est la cathédrale de Reims, c’est Sainte-Croix d’Orléans. Mais les trois zones se mêlent et s’amalgament par les bords, comme les couleurs dans le spectre solaire. De là les monuments complexes, les édifices de nuance et de transition. L’un est roman par les pieds, gothique au milieu, gréco-romain par la tête. C’est qu’on a mis six cents ans à le bâtir. Cette variété est rare. Le donjon d’Étampes en est un échantillon. Mais les monuments de deux formations sont plus fréquents. C’est Notre-Dame de Paris, édifice ogival, qui s’enfonce par ses premiers piliers dans cette zone romane où sont plongés le portail de Saint-Denis et la nef de Saint-Germain-des-Prés. C’est la charmante salle capitulaire demi-gothique de Bocherville à laquelle la couche romane vient jusqu’à mi-corps. C’est la cathédrale de Rouen qui serait entièrement gothique si elle ne baignait pas l’extrémité de sa flèche centrale dans la zone de la Renaissance. »

« Les plus grands produits de l'architecture sont moins des œuvres individuelles que des œuvres sociales ; plutôt l'enfantement des peuples en travail que le jet des hommes de génie ; le dépôt que laisse une nation ; les entassements que font les siècles »

Notre-Dame de Paris

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

17 Avril 2019, 08:12 Message

Remarquable.

Notre-Dame de Paris: l’imminente résurrection du peuple français (Maffesoli, courrier stratège)

« En cette nuit funeste Notre-Dame de Paris brûlait ! Et tout autour, peu à peu, une immense foule se rassemblait. Impuissante, mais comme en communion de destin avec cet esprit de pierre tout en incandescence. Peuple silencieux. Puis, soudainement, chantant ou priant le "Je vous salue Marie". Place Saint Michel, Quai d’Orléans, Pont Saint Louis, l’émotion se sublimait en un chant n’ayant rien d’offensif, mais où l’on entendait comme un écho d’une âme collective, qui, depuis le Moyen-Âge, entoure cette figure protectrice de la cité.

Nombreux sont ceux ayant célébré, tel Victor Hugo "Notre-Dame de Paris" (1831). Ne soulignent-ils pas que ses cloches, son bourdon en particulier, émeuvent les esprits les plus rassis et certains jours, enflamment l’ensemble de la ville.

Ce qui frappe est le climat de piété régnant autour de la cathédrale. Quelque chose d’une pensée méditante. Me vient à l’esprit la remarque de Heidegger, considérant "la pensée comme un exercice de piété". Piété caractéristique de ceux qui sont pieux. Le pieu c’est, également, cette pièce de bois droite permettant d’être assuré et solide.

Notre-Dame comme un pieu fiché en terre pour servir de fondation à tout être ensemble.

La canaille médiatique sévissant dans la presse main-stream déplorait à loisir, cet incendie, car il mettait en danger l’attraction qu’exerçait cette église, mondialement connue et attirant 14 millions de touristes par an. La mettant, ainsi, sur le même plan que Disney World.

Réduction utilitariste à bien courte vue, ne saisissant pas la force de l’imaginaire, cause et effet d’une telle construction. Les bâtisseurs des cathédrales étaient animés par un autre objectif : une incarnation du sacré. Et l’émotion collective éprouvée en voyant cette cathédrale brûler n’est pas autre chose que l’irréfragable perdurance de ce que Joseph de Maistre nommait "le résidu divin".

Résidu comme solide substrat de toute société, voire de toute culture. Résidu qui comme le pieu de la piété est, certes, enraciné en un lieu donné, mais ne manque pas de rayonner d’une manière on ne peut plus large. Et il suffisait d’entendre , dans la foule compacte, les murmures prononcés en nos langues latines, pour comprendre "l’unidiversité" dont Notre Dame de Paris est le symbole. Elle rassemble ce qui est épars. C’est le prototype de l’enracinement dynamique. Celui du "commerce", en son sens large, qui était pré-moderne, et qui sera, certainement, postmoderne.

"Commerce" que l’on retrouve dans le roman de Victor Hugo, où Quasimodo, Esmeralda, la Gitane et le beau Phoebus de Châteauperce se mêlent en une symphonie baroque où le parler en langues diverses n’en souligne pas moins l’unicité fondamentale autour d’un principe commun. En la matière, la nostalgie de l’ailleurs, celle de l’homme de désir, toujours taraudé par la transcendance.

C’est bien cela que les prières, les chants jaillissant spontanément, les pleurs surgissant sans honte traduisaient : une transcendance immanente, confortant, réconfortant un peuple rassemblé.

Durkheim parlait des "rites piaculaires" : rites de pleurs. Moments où l’émotion collective a une fonction charismatique, c’est-à-dire une fonction d’union, de communion. Renaissance d’un lien que l’individualisme moderne n’a pas réussi tout à fait à rompre et qui à certains moments retrouve une force et vigueur indéniables. Certes le bavardage médiatique ou politique "pérore" sur l’attraction touristique de la cathédrale, ce qui est bien loin d’être essentiel. Car au-delà ou en deçà du tourisme, la véritable attraction est spirituelle ou même sacramentelle. C’est-à-dire à l’image du sacrement, ce qui rend visible une force invisible. En la matière le besoin d’un au-delà à l’enfermement égotiste propre à la modernité. Dialogie du visible et de l’invisible faisant fi de la marchandisation dominante.

Ainsi, au-delà de la destruction d’un joyau du patrimoine de l’humanité, la crainte se lisant sur les visages apeurés, c’était celle de voir disparaître un véritable "matrimonium" collectif. Lieu servant de matrice spirituelle à toute vie en société.

Mais tout comme dans une carrière humaine, il faut, selon l’expression de Saint Augustin : "In te ipsum redi", rentrer en soi-même afin de renaître à un plus-être. Tout est symbole. Dans la nef, la croix lumineuse sur l’autel central a continué à briller. Peut-être faut-il comprendre cet incendie comme "catabase". Descente aux enfers étant l’indice d’une résurrection à venir. C’est bien cela que l’on ressentait dans la piété collective autour de Notre-Dame de Paris en feu !



Michel Maffesoli

Professeur Émérite à la Sorbonne

Membre de l’Institut universitaire de France »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

22 Avril 2019, 09:04 Message

« Puisque ce Dieu suradmirable qui est le nôtre ne pourrait être vu naturellement — même par la plus haute ascension — autrement qu'en énigme, où l'on atteint plutôt le pouvoir être vu que la vision, et où le chercheur parvient dans l'ombre de la ténèbre, comment donc celui qui demeure toujours invisible peut-il être vu ? » (Nicolas de Cuse, De visione).

Autrement dit : Dieu est invisible, parce qu'il est le voir lui-même.

« En nous tous (...) est en effet présente une faculté mystérieuse et merveilleuse, celle de nous retirer dans la partie la plus intime de nous-mêmes, hors de l'altération qu'implique le temps, et de recouvrer notre ipséité après l'avoir dépouillée de tout ce qui est venu s'y ajouter de l'extérieur, afin d'intuitionner l'éternel en nous, sous la figure de l'immutabilité. Cette intuition est l'expérience la plus intime, la plus proche, celle dont dépend tout ce que nous savons et croyons quant au monde sensible (...) Elle se distingue de toute intuition sensible en ce qu'elle ne peut être produite que par liberté et demeure étrangère et inconnue à celui dont la liberté est subjuguée par la puissance envahissante des objets, et parvient à peine à produire au jour la conscience. » (Schelling, Lettres sur le dogmatisme et le criticisme, 8ème lettre, probablement écrite après une rencontre avec Hölderlin)

« Nous entrons dans le temps-espace de la décision relative à la fuite et l'advenue des dieux. Mais comment cela ? L'un ou l'autre deviendra-t-il un évènement futur, l'un ou l'autre doit-il déterminer l'attente constructive ? Ou bien la décision est-elle l'ouverture d'un tout autre temps-espace pour une autre vérité de l'estre qui est en réalité la première ouverture fondée de celui-ci, celle de l'Ereignis ? » (Heidegger, Beiträge zur Philosophie. "Contributions à la philosophie", titre ambigu, que le sous-titre éclaire : "De l'Ereignis", "de" compris au sens, précise l'auteur, de "qui provient de")

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

1 Mai 2019, 09:08 Message

Quel jeune homme a écrit les vibrantes lignes qui suivent ?

« Je suis désormais convaincu que l'acte suprême de la raison embrassant toutes les idées, est un acte esthétique, et que la vérité et la bonté ne sont jumelées que dans la beauté. Le philosophe doit posséder autant de force esthétique que le poète. Les hommes dépourvus de sens esthétique sont nos philosophes de la lettre. La philosophie de l'esprit est une philosophie esthétique. On ne peut être spirituel en rien, même sur l'histoire on ne peut pas raisonner avec esprit — sans le sens esthétique. Ici doit se manifester ce qui manque véritablement aux hommes qui ne comprennent pas les idées — et qui avouent bien loyalement que tout leur est obscur, dès que cela va au-delà des tableaux et des registres.

La poésie acquiert par là une dignité supérieure, elle redevient à la fin ce qu'elle étai au commencement — institutrice de l'humanité ; car il n'y a plus de philosophie, plus d'histoire, l'art du poète survivra seul à toutes les autres sciences et à tous les arts. »

Ces lignes sont extraites d'un court texte griffonné à la hâte, probablement en vue d'une intervention publique. Elles sont nettement marquées, particulièrement dans ce passage, par l'influence de Hölderlin, mais elles ne sont pas de lui. Elles sont de l'un ou l'autre de ses deux compagnons de chambrée. La critique dispute encore la question de savoir auquel l'attribuer. Circonstance troublante : ce texte nous est parvenu par une copie faite de la main de Hegel. Pourtant, tout, dans ce texte, renvoie à la "tête brûlée" (dixit Fichte), à l'inclassable Schelling.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

27 Mai 2019, 17:13 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

14 Juin 2019, 07:44 Message

Le véritable messianisme à la manœuvre au cœur de l'époque, dernier et très puissant avatar de ce type de délire fabuleux antagoniste à toute légende : le techno-scientiste ; les "libéraux" de tout poil en sont les thuriféraires zélés ; et tout un chacun la victime très consentante, sous couvert d'assentiment obligé au "cours des choses". Il faut dire que l'asservissement est cette fois pratique, et multicolore.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

16 Juin 2019, 08:47 Message

Eleusis.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

16 Juin 2019, 08:50 Message

Image


Voilà qui me plaît bien.
Et les petits-enfants ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

21 Juin 2019, 08:29 Message

nihil nove sub sole

« Incontestablement, c'est une admirable trouvaille que celle de ces termes génériques grâce auxquels on caractérise d'un seuil coup toute une manière de voir. Il suffit de trouver le nom approprié à un système et tout le reste en découle automatiquement sans qu'il soit besoin de se donner la peine d'examiner de plus près ce qui constitue sa véritable particularité. Le plus ignare est capable, dès qu'on lui a seulement indiqué ces termes génériques, de trancher, avec leur aide, les plus sublimes pensées. » Schelling, Recherches philosophiques sur l'essence de la liberté humaine, et les sujets qui s'y rattachent (1809)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

1 Juillet 2019, 08:14 Message

Sparte.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

4 Juillet 2019, 16:10 Message

« Or que la grain de toute notre sagesse doive se corrompre et s'abîmer dans l'ignorance, et qu'au fond de cette mort, de ce néant, la vie, l'essence d'un connaître supérieur recréé se mette à germer : c'est là ce que le nez d'un sophiste ne saurait flairer. » (Hamman, Sokratische Denkwürdigkeiten)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

10 Juillet 2019, 17:07 Message

« Ce ne seront point, ô Filoteo, les rumeurs de la foule, l’indignation du vulgaire, les protestations des idiots, le mépris de tel ou tel satrape, la stupidité des insensés, l’idiotie des cuistres, les affirmations des menteurs, les plaintes des méchants et la détraction des envieux qui me priveront de ta noble vue et me soustrairont à ta divine conversation. Persévère, cher Filoteo, persévère ; ne te décourage pas et ne recule pas sous prétexte qu’avec le secours de multiples machinations et artifices le grand et solennel sénat de la sotte ignorance menace et tente de détruire ta divine entreprise et ton grandiose travail. Et sois assuré qu’à la fin ils verront tous ce que je vois. » Giordano Bruno, De l'infini, de l'univers et des mondes

Ce qui ne lui a pas trop réussi...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

14 Juillet 2019, 11:18 Message

Tension métaphysique.

« Pour le dire en passant, une pareille "apothéose", dont on rencontre, plus ou moins nets, surtout parmi les rois, quelques autres exemples jusqu'au début du IIème millénaire, a chance de trahir une conception propre aux vieux Sumériens, lesquels n'avaient peut-être pas, comme les Sémites, ce sentiment de transcendance radicale des dieux, de l'infranchissable hiatus qui les retranchait des hommes » Jean Bottero, Introduction à L'épopée de Gilgames, le grand homme qui ne voulait pas mourir

« Si par impossible aucune nature n'existait pour moi, ou si je pouvais la poser comme anéantie, et si je pensais Dieu véritablement et avec une vivante clarté, alors il faudrait qu'au même instant le monde effectif pour moi se repeuple (tel est le sens de l'identité de l'idéal et du réal) » F.W.J. Schelling, Conférences de Stuttgart

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

16 Juillet 2019, 11:18 Message

« Il y a dans Paris plusieurs centaines de gens portant le nom de censeurs royaux. Leurs places sont fort agréables : elles font parvenir dans les antichambres de ceux qu’on appelle grands seigneurs ; elles procurent des gratifications, des pensions particulières, suivant que les censeurs font leur devoir plus ou moins fidèlement ; c’est-à-dire, suivant qu’ils sont plus ou moins serviles. Au reste, il règne parmi eux une émulation qui enchante. » Ce sont « ...agens subalternes et sans talens, eunuques dont le seul plaisir est d’en faire d’autres. » Marie-Joseph Chénier Dénonciation des inquisiteurs de la pensée

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

23 Juillet 2019, 11:44 Message

Veritas odium parit

« Je mets au fait que si tous les hommes savaient ce qu'ils disent les uns des autres, il n'y aurait pas quatre amis dans le monde. » Pascal, Pensées

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

26 Juillet 2019, 08:27 Message

« Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. » (attribué à Étienne de La Boétie)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 19313

Re: Réconciliation

2 Août 2019, 07:16 Message

Sur l'art musical (pour ne pas dire "musique", ce mot parmi les plus défigurés qui soit), d'un littéraire, s'il en fut :

« Je me demandais si la musique n'était pas l'exemple unique de ce qu'aurait pu être — s'il n'y avait pas eu l'invention du langage, la formation des mots, l'analyse des idées — la communication des âmes » Proust, La Prisonnière (À la recherche du temps perdu)

PrécédenteSuivante

Retourner vers Modernité modernante