Afficher le sujet - Idéologie vs Réel

Idéologie vs Réel

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20835

Re: Idéologie vs Réel

4 Septembre 2019, 19:30 Message

Image


Fastoche et même pas drôle : c'est social.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20835

Re: Idéologie vs Réel

20 Septembre 2019, 10:20 Message

Ah, là, il faut bien concéder le point...

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20835

Re: Idéologie vs Réel

4 Novembre 2019, 11:29 Message

« Les mêmes qui ne voulaient pas admettre qu’un parti totalitaire comme le communisme fût devenu une religion refusent aujourd'hui de voir qu’une religion totalitaire comme l’islamisme est devenue un parti politique ». Julliard : La gauche et la honte d’être soi, tribune publiée dans Le Figaro.

Et encore : « La gauche et la droite, c’est fini. C’est de l’histoire ancienne! Tout le monde vous le dit, tous les sondages vous le confirment.

Je n’en suis pas si sûr. Je demande à voir dans la durée. Le vieux clivage a survécu à tant d’enterrements! Plutôt, en effet, qu’à une extinction, c’est à une sorte de chiasme, d’échange de rôles, d’ "inversion des valeurs" (Nietzsche) entre les deux camps qu’à mon avis on a affaire.

L’abandon par la gauche depuis le début du siècle de tout un ensemble de représentations et de principes sur lesquels elle s’était jadis édifiée, au profit d’un nouveau logiciel, hérité de la société américaine et des sciences sociales, constitue un véritable tête-à-queue idéologique, qui laisse sans voix, si l’on ose dire, plus de la moitié de son électorat, cependant que la droite est en train de récupérer tout ou partie de cet outillage mental tombé en déshérence. »

Ce brave Julliard !
On lui reconnaîtra un certain effort de lucidité, malgré un gloubi-boulga métaphysique (pauvre Friedrich...) ; mais encore un très gros effort, camarade : la route du dégrisement est si longue... Quant à la "droite", on se demande bien de quoi il parle.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20835

Re: Idéologie vs Réel

14 Mars 2020, 09:13 Message



Quand on voit comment il faut se battre — et en pareille situation ! — pour faire valoir le minimum de bon sens lorsque ce dernier, une nouvelle fois, bat en brèche le credo idéologique auquel ces gens tiennent plus que les berniques à leur rocher... "Les irrécupérables, et les abrutis", en effet. Il sont légion et surtout ont seuls le droit de parler, parler, parler, pour saturer de leur délire l'espace public entièrement spectacularisé. Les sophistes étaient d'aimables intellectuels, à côté de ces hyènes transies de mensonge, de ces manipulateurs serviles.


***


Celui-là n'est pas mal non plus :

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20835

Re: Idéologie vs Réel

15 Mars 2020, 09:15 Message

« Il n’y a que deux attitudes possibles aux frontières des nations : fermer ou ne pas fermer. En l’espèce, trois pays sont à la pointe du camp des frontières ouvertes – autour du dogme “le virus ne connaît pas les frontières”, plus grand sophisme jamais entendu récemment – il s’agit de la France, l’Espagne et l’Allemagne.

Or, les résultats de ces pays ne plaident pas en faveur de leur choix idéologique : la France, c’est 68,5 cas par million d’habitants, l’Espagne, c’est 136,7 cas par million, et l’Allemagne, 54,9.

De l’autre côté, des nations préfèrent fermer les frontières pour protéger leurs propres citoyens. Étonnant, non ? Regardons leurs résultats :

Hongrie : 3,1 malade par million, Rép. Tchèque : 17,6 par million, Slovaquie : 8,1 par million.

Une fois de plus, dans l’Histoire de notre continent, c’est l’idéologie qui tue. » (Lettre Patriote)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20835

Re: Idéologie vs Réel

25 Mars 2020, 08:49 Message

Un article, d"un "agriculteur" (?), qui détonne un peu : Paysans… des hommes à part (Bd Voltaire)

« Les paysans connaissent bien, pour les éprouver depuis la nuit des temps, les aléas climatiques imprévus qui frappent brutalement et inexorablement. Ils savent que cela fait partie de la nature des choses. Ils savent même mieux que personne comment, en un instant, tout peut disparaître. Ils savent leur petitesse et la fragilité des choses. Ils ont tous vu, détruit en un orage ou infesté par une maladie, disparaître le fruit d’une année de labeur, patiemment et laborieusement obtenu. Ces épreuves les ont préservés, les ont toujours fait revenir au plus simple, au plus élémentaire, aux données de base.

Désormais, nous y sommes ! Sans exagérer beaucoup, on peut affirmer qu’en dehors des campagnes, personne ne s’y attendait et, à tout le moins, personne n’y était préparé. Les suffisants qui nous gouvernent, passant cul par-dessus tête, ont dû se rendre à l’évidence : ils n’ont plus la main ! Il leur faut, désormais, gouverner pour de bon. S’y sont-ils seulement préparés ? L’imprévu, l’inattendu, l’impensable, il y a encore quelques semaines à peine, est advenu.

Leur Europe fantôme gesticule et s’en lave les mains, car c’est bien la Chine qui vient au secours de l’Italie, non la France ni l’Allemagne. Il est temps d’appeler un chat un chat : leur Union européenne n’est qu’un pieux mensonge. Car cette pandémie fait le tri entre le factice et le réel. Les châteaux de cartes s’écroulent, les poids et les mesures sont vérifiés. La première victime d’une guerre est le mensonge et son premier bienfait est le retour au réel.

On pense à la campagne quand on a peur et on se souvient des paysans quand on commence à avoir faim. D’ailleurs, les citadins l’ont bien compris, fuyant en province à l’annonce du confinement.

Mais l’Histoire n’est jamais avare de paradoxes. Car c’est tout de même une drôle de guerre, celle où le commandant en chef a pour mot d’ordre "Planquez-vous" ; où une mobilisation générale met à l’arrêt ; où on appelle à s’isoler pour se serrer les coudes et à écarter les corps les uns des autres pour se rapprocher d’eux en esprit. Ce qu’on croyait anachronique et périmé s’avère élémentaire et prudent.

En attendant, les travaux des champs, eux, nécessitent des bras. Et il y a urgence !

Le confinement et la restriction des déplacements à l’œuvre partout en Europe empêchent, en effet, la venue de saisonniers étrangers essentiels à l’agriculture française. De mars à mai, le secteur a besoin de plus de 200.000 saisonniers, dont 70.000 et 80.000 viennent habituellement d’Espagne, du Portugal, de Pologne et d’Afrique.

La base arrière a besoin de troupes, sans quoi elle devra faire face à des pertes importantes. Ceux qui cherchent un moyen de se rendre utiles, sans emploi, oisifs, étudiants et autres volontaires, le pays a besoin de vous. Le moment est venu de faire le tri entre les caractères et les rien qu’intelligents, entre ceux qui ont du coffre et ceux qui n’ont que des diplômes.

Au moment où tout le monde se rue sur la connexion Internet la plus proche afin de se métamorphoser en télétravailleur, retrouvez vos racines, donnez un sens à votre activité… engagez-vous ! »

Précédente

Retourner vers Modernité modernante