Afficher le sujet - Déréliction

Déréliction

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22713

Re: Déréliction

31 Octobre 2019, 18:49 Message

Image


Entièrement d'accord.
C'est sans aucun doute l'opinion la plus inactuelle du moment ; et la plus nécessaire.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 152

Re: Déréliction

31 Octobre 2019, 19:32 Message

C'est le processus d'une acculturation "inversée", terriblement négative. Un mimétisme de la médiocrité, du vulgaire.
On le remarque très nettement chez les jeunes, la manière de s'exprimer, l'emprunt permanent à la langue arabe, aux expressions islamiques, les intonations vocales, les insultes systématiques au sein de chaque phrase, même les plus banales.

Les vidéos de l'INA sont intéressantes, elles nous permettent de constater l'Effondrement massif et ultra-rapide du niveau syntaxique, lexical et réflexif chez les jeunes...et moins jeunes.
"Où le secret commence, commence aussi le pouvoir réel" H. Arendt, Le système totalitaire

Messages: 506

Re: Déréliction

31 Octobre 2019, 20:53 Message

Le plus scandaleux est qu'il se trouve encore des gens pour objecter à ce constat que "de tout temps la langue a évolué", les moeurs aussi, etc.

Pendant de nombreuse années j'ai habité une résidence de luxe équipée d'un court de tennis. Des "invités" (sous-locataires saisonniers), des jeunes de "familles bien", venus de Paris et ses banlieues chics de l'Ouest parisien n'ont jamais cessé de la fréquenter et de fréquenter ce court: il y a deux décennies, une certaine retenue (se garder d'éructer des jurons à ameuter tout le quartier à chaque reprise de balle ratée, etc.) était encore de mise; et même, une certaine tenue vestimentaire chez les joueurs. En une quinzaine d'années tout a changé : le court retentit de brâmes racailleux, tout le monde se lâche dans le juron, la gueulante, et, l'été, tout ce petit monde qui vous met les nerfs en boule, joue torse nu (les garçons). Ce n'est pas le 9-3, c'est Neuilly qui débarque, mais c'est tout comme. Il y a peu de choses qui m'attriste autant dans ce pays: la bestialité monosyllabique et racailleuse devenue norme de comportement social chez ceux-là même à qui elle devrait être, par culture, étrangère.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22713

Re: Déréliction

12 Novembre 2019, 10:10 Message

Collector.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22713

Re: Déréliction

10 Décembre 2019, 09:49 Message

Le sel de la Terre.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22713

Re: Déréliction

7 Janvier 2020, 12:53 Message

Ce qu'est devenu Télérama...

Et ta sœur, elle est « genderfluid »? (Causeur)

« Il faut se hâter de sauver l’homme, parce que demain il ne sera plus susceptible de l’être, pour la raison qu’il ne voudra plus être sauvé. Car si cette civilisation est folle, elle fait aussi des fous. » Georges Bernanos.

Si vous voulez mon avis, c'est malbar...

« Dans un article du dernier Télérama (n°3651), la journaliste Emmanuelle Skyvington s’interroge : "Et si, à l’aube de la décennie 2020, la société patriarcale et hétéronormée (sic) telle qu’on la connaît était en train de tomber ?" C’est Judith Butler (auteur de Trouble dans le genre, ouvrage dispensable mais qui fait les beaux jours d’une certaine sociologie française et de ses "études de genre") qui doit jubiler.

Maintenant, je vous prie d’être extrêmement attentifs, s’il vous plaît. Dans le même article de Télérama, Youssef se définit comme une "meuf trans, non-binaire" (“personne assignée garçon à la naissance mais qui se définit comme femme, tout en excluant les normes de genre traditionnelles”, fait bien de préciser Télérama). Comme les combats intersectionnels sont à la mode, Youssef, qui utilise le pronom "elle", décline opportunément toutes les discriminations « qu’elle » subit (en plus de la transphobie, bien entendu) : "Ayant une vie déjà compliquée car je suis pauvre, racisée et extra-européenne, cela n’a pas été facile !" Et apparemment Youssef n’est pas parti(e) pour se la simplifier, la vie.

Lucas a des cheveux mauves "retenus par un chouchou bleu" et se pose des questions sur son genre, tandis que Sof – qui a "troqué son deadname (?) qui finissait en 'a' pour un pseudo moins marqué" – se dit "gender fluid". Comme Sof a décidé de perdre tout le monde en cours de route et de se démarquer fermement encore de tous ceux qui se distinguent pourtant en se genrant à l’opposé de leurs chromosomes et de leur code génétique (qui ne sont jamais qu’une « construction sociale »), elle précise qu’elle est en réalité "FtX", c’est-à-dire « femme à genre inconnu ». En allant sur le site de l’Observatoire des Transidentités (si, si, ça existe) j’apprends qu’il existe une “Journée mondiale de la visibilité trans” (le 31 mars), et qu’en plus de pouvoir être "FtX" chacun peut devenir "FtM" ou "MtF" ou, plus mystérieux encore, "Ft". Décidément, on n’arrête pas le progrès !

Vous êtes encore là ? Bien, continuons alors la lecture édifiante de Télérama :

Tom a réussi son "cispassing" et est très heureux d’être considéré maintenant comme un garçon. Mais tout peut changer demain matin. C’est d’ailleurs l’intérêt de la théorie butlérienne. Assez fier de lui et se prenant pour le Derrida du genre, Tom avoue donc être en réalité "gender fuck", c’est-à-dire "favorable à la déconstruction du genre en général". Tom s’amuse avec les codes. Tom met du vernis, ou pas. Tom porte des talons, ou pas. Tom fait "un tour de table" à chaque fois qu’il se retrouve avec ses amis car leurs "noms peuvent changer", ou pas. Bref, Tom a l’air totalement paumé. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22713

Re: Déréliction

29 Août 2020, 12:55 Message

Un sextoy pour contenir les cendres de l'être aimé (20mn)

« 21 Gram, c'est son nom, est un godemiché particulier. Vraiment très particulier. L'accessoire, en verre soufflé transparent, renferme une petite urne dorée dans laquelle 21 grammes de cendres de son amour disparu peuvent être stockés.

"21 Grams est une boîte à souvenirs qui permet à une veuve de revenir à des souvenirs intimes de l'être aimé qu'elle a perdu", explique Mark Sturkenboom, le designer hollandais qui a conçu l'objet. Le sex toy fait partie d'un coffret en bois, présenté à la semaine du design à Milan (Italie),qui s'ouvre à l'aide d'une clé dorée et renferme un diffuseur de parfum et une station d'accueil pour iPhone, permettant d'écouter de la musique. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 22713

Re: Déréliction

9 Septembre 2020, 08:44 Message

Après le pangolin, le Nushu ? (Bd Voltaire)

« L’écriture inclusive consiste à inclure le féminin, entrecoupé de points, dans les noms pour redonner aux femmes une visibilité occultée par la masculinité. Les nouveaux claviers d’ordinateur sont déjà armés du point médian. Un marché ! "On y pense depuis quarante ans", dit Éliane Viennot, "professeuse" émérite de lettres modernes qui fait la loi en haut lieu. Compliqué, stupide, dangereux ? "Bégaiement cérébral", avait "taclé" un académicien. L’impossibilité de prononcer les mots écrits, la coupure entre oral et écrit , vingt siècles de haute littérature méritent bien qu’on passe à l’inclusive. Imposée à l’université, elle "s’invite" au jardin d’enfants.

Après la sexualisation des mots, les néologismes en "globish", restait à entrer dans le disque dur de la grammaire. L’accord du participe après l’auxiliaire avoir est un morceau de choix. Viennot, trouvant sa règle mortifère, certains professeurs, sur le retour, prônent la suppression de cet accord "voyou". Sous la houlette inclusive, on écrira donc, sans la dire, la phrase suivante : "Les vacances que j’ai pris, totalement fous/les, ou beaux/elles/lles furent épatant/e/s". C’est compliqué ? C’est que, dit Viennot, l’inclusive, ça s’apprend ! D’où la question posée dans Le Point : faut-il l’enseigner à l’école ? »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3727

Re: Déréliction

9 Septembre 2020, 11:14 Message

La question de l'évolution de la langue — dont l'écriture dite « inclusive », caricaturée dans l'article, n'est qu'un épiphénomène — me fait penser à une autre tocade actuelle concernant « la sauvegarde de la biodiversité ». D'où vient cette crainte qui voudrait arrêter, fixer l'évolution de l'une ou l'autre à telle ou telle époque ? Crispation stérile, combat perdu d'avance. Il conviendrait, là encore, de prendre du recul, de la hauteur, de traiter ces sujets avec calme et de prendre les choses par le bon bout.

Précédente

Retourner vers Modernité modernante