Afficher le sujet - Avant, c'était affreux.

Avant, c'était affreux.

Sur notre déréliction civilisationnelle et sur les manifestations du délire contemporain.
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

19 Août 2020, 16:39 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

21 Août 2020, 09:16 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

19 Mars 2021, 09:00 Message

Journée de la francophonie : l’occasion d’assassiner la langue française ? (Bd Voltaire)

« La France est en guerre sur tous les fronts : santé, culture, mœurs, religion. Pour la langue, on avait l’idéologie du genre et l’inclusive. Avec le décolonialisme, on était paré. Erreur ! La journée de la francophonie a été, une fois de plus, l’occasion de remettre sur le tapis nos obsessions : "l’évolution" de la langue, donc du lexique (entendez l’étymologie latine), à laquelle s’ajouterait celle de la grammaire. Dans un article "L’Express sur le bout des langues", un journaliste, bien intentionné, donne comme exemple de « bévue » linguistique qui aurait prévalu dans notre langue le mot "nombril", alors que cette "bévue" témoigne justement d’une racine latine et d’un traitement phonétique bien connu.

Nullement affranchi, en effet, de l’étymologie (umbilicus) dont témoigne l’adjectif "ombilical", le mot a une lettre initiale dite « épenthétique ». Autre exemple de traitement phonétique banal : "belle lurette", diminutif de heure. Ces "bévues" font donc réfléchir aux lois phonétiques des mots venus de racines latines, exceptions comprises ! Les mots empruntés, eux, aux autres langues, entrent naturellement dans notre langue. La seule chose importante est que 80 % du lexique, fixé très tôt, vient du latin. Quant à la grammaire – le disque dur de la langue -, le journaliste donne à parier de son évolution prochaine, avec des exemples convainquant du contraire ! Une chose "dans lequel" remplacerait, en 2100, "dans laquelle" ; "un espèce", "une espèce".

Même chose pour l’accord du participe passé dont on voit une tentative de subversion. Il serait illogique de dire « les vacances que j’ai pris furent belles ». Malgré la clause de revoyure de l’usage, la grammaire française est logique. En revanche, à vouloir liquider l’héritage latin, on écrit de plus en plus mal. Et on tue la francophonie. Car le français n’est pas la langue du Tout-Monde liée au fluid gender. »

Avatar de l’utilisateur
Messages: 4158

Re: Avant, c'était affreux.

19 Mars 2021, 11:43 Message

[…] une lettre initiale dite « épenthétique »
« les vacances que j’ai pris furent belles »

Prout-prout Mâchère !...
Pour moi, je suis résolument du parti de Martine. Nulle part autant que dans cette querelle nécrophilique, je vois l’inanité de la stratégie prétendant à la reconquête. Le chemin qui remonterait à la source est décidément bien obstrué.

Messages: 566

Re: Avant, c'était affreux.

20 Mars 2021, 20:17 Message

Didier Bourjon a écrit:Courbevoie, 14 juillet 1956

Image


Taille fine des femmes, toutes. Toutes de hauteur cinq à dix centimètres inférieure à celle des hommes. Tout le monde se tenait droit, avait "de la tenue", de l'allant. Personne ne rasait les murs, le regard bas, l'air désespéré et cabochard comme aujourd'hui. L'homme du couple de gauche, en chemise bleue, ne porte pas des souliers ouverts mais bicolores en (imitation ?) croco. Le respect mutuel homme-femme se lisait dans les postures. Les femmes consentaient à se laisser entraîner "par des bras audacieux". Très touchant. J'avais un an. Ces gens auraient l'âge de mes parents si tous (mes parents compris) étaient encore de ce monde.

Messages: 566

Re: Avant, c'était affreux.

21 Mars 2021, 10:56 Message

Je voudrais ajouter ceci: les quadragénaires présents sur cette photo étaient nés pendant la première Guerre mondiale, et cependant, 10 à 12 ans à peine séparent cette scène du mouvement hippie des années 60 et de Mai 68. L'histoire au XXe siècle, en Occident pour être précis, allait à une allure folle, cependant que depuis 40 ans (la venue au pouvoir de Mitterrand en France marque un tournant à cet égard), rien ne se passe et, pour tout dire, l'Histoire fait pis que piétiner et paraît régresser: la Barbarie, la sauvagerie, la brutalité et l'inculture banale ont gagné tous les territoires géographiques et sociaux, jusqu'au sommet de l'Etat. La pensée française s'est éteinte.

Il faut supposer à cela un principe d'explication par les vases communicants: c'est au cours de ces mêmes 40 dernières années que l'Asie orientale et dans une certaine mesure, aussi l'Amérique du Nord (fin de la ségrégation, montée de la puissance étatsunienne, etc.), ont pris ou repris leur essor civilisationnel.

L'impensable est arrivé: les maîtres du progrès (les Européens), de l'action et de la pensée, retournent lentement mais sûrement au chaos barbare et moyenâgeux parce que l'humanité ne saurait avancer d'un même pas -- lorsque Dieu en favorise certains, il faut qu'un ou plusieurs pans de la même humanité s'avilissent, se ruinent, plongent dans la déchéance, l'anomie, la bêtise amorphe, l'impuissance et l'abrutissement par les drogues.

Que sont devenus les fils et filles des personnes qui dansent sur cette photo, ou qui ne dansent pas? il n'est pas exclu que deux ou trois aient pu créé une petite entreprise qui va encore cahin-caha, ou qui a fermé ses portes il y a trente ans, que deux ou trois autres aient fait carrière à la SNCF ou à l'EDF. Mais combien ont fini punk à chiens, ou tués par le sida, l'accident de moto, ont sombré dans la délinquance, la routardise et l'errance cannabique ? Je serais prêt à parier qu'ils sont la majorité. En Asie orientale, l'évolution a été inverse : les fils et filles, petits-fils et petites-filles de coolies et de fumeurs d'opium sont des hommes et femmes d'affaires internationaux, des directeurs de recherche au MIT, des cadres sup à Microsoft.

Si les humains sont tous égaux, qu'on se le dise : cette égalité est mise à mal et relativisée par l'a-synchronie du progrès des civilisations. Les hommes sont égaux dans les bosses et les creux asynchrones de civilisations rivales.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

22 Mars 2021, 09:14 Message

Je persiste... ;)
J'aime ce titre : Résister et apprendre le latin et le grec

« Une longue tribune dans Le Figaro du 11 mars, par Raphaël Doan, "Ces historiens de l’Antiquité qui haïssent l’Antiquité", rend compte de l’attaque concertée contre les lettres classiques à l’université de Stanford, attaque relayée par d’autres. Sans paraphraser cet article, soulignons ces points :

1) L’attaque ne vient pas de l’extérieur mais de dignes universitaires, enseignants-chercheurs, comme on dit chez nous. Nous disons aussi "cracher dans la soupe" pour ce procédé très répandu aujourd’hui qui fait agresser son propre camp, ici sa propre discipline.

2) Il s’agit, bien entendu, de pointer la culpabilité originelle, inexpiable des Blancs qui s’appuient sur l’Antiquité pour revendiquer une supériorité sur toutes les autres civilisations passées ou présentes.

3) Or, cette Antiquité est en réalité la source de tous les maux : esclavagisme, misogynie, colonialisme, fascisme (aussi vrai que tout ce qui est blanc aboutit au fascisme). Il faut donc, sinon en supprimer totalement l’étude, du moins la fondre dans celle des autres cultures, cesser de lier l’Antiquité à la "blanchité", et en rabattre sur l’étude des langues latine et grecque.

Cette attaque est pour le moment limitée, et si dans notre pays les lettres classiques sont de plus en plus marginalisées, ce serait plutôt au prétexte de leur inutilité, dépassées qu’elles seraient par le monde moderne et ses merveilleuses inventions, sans compter leur difficulté : trop de travail pour un gain minime. Et elles sont en bonne compagnie : les mathématiques, dont on fait grand bruit actuellement, ne peuvent être éliminées, mais en abaissant le niveau et en réduisant les exigences, on aboutit au même résultat. L’élève moyen – au sens non pas de ses capacités mais de son établissement, milieu social, etc. – n’accède plus à des savoirs, des entraînements naguère partagés et perd donc en compréhension du monde. De même pour la grammaire française et, donc, les capacités d’expression, et pour la littérature, enracinée dans les textes et les auteurs antiques, jusqu’au XXe siècle en tout cas : ce qui met en jeu la compréhension de soi et des autres.

Comment les langues anciennes pourraient-elles résister ? Dès que les délires américains seront récupérés, l’atteinte sera fatale et emportera ce qui reste des « lettres classiques ». La longue translation du latin aux langues romanes, la renaissance du grec dès le Moyen Âge et à la Renaissance, la liaison intime du christianisme avec l’Antiquité, via Rome et Byzance, tout cela ne signifie plus rien pour nos contemporains qui, comme le note M. Doan, oublient même que la Révolution française s’enracine à Rome, d’où la mode des prénoms comme Gracchus ou le calendrier républicain, ainsi que d’autres aspects moins sympathiques mais fondateurs de ce régime. Le rêve des néo-pédagogues est de fondre notre culture parmi les autres, de créer des programmes qui non seulement mettent l’Autre en valeur – ce qui se défend – mais le mettent en valeur pour mieux nous dévaloriser en nous réduisant à nos défauts, dont les autres sont miraculeusement exemptés. Pour réussir cette entreprise, il est bon de favoriser l’ignorance et de pratiquer le bourrage de crâne : bien des programmes universitaires actuels, sans oublier les sujets de mémoires et de thèses, privilégient des thèmes à la mode, qu’il est inutile d’énumérer… Bref, des sujets propres à satisfaire des minorités agissantes à défaut de pensantes. Et en écriture inclusive, s’il vous plaît et même ne plaît pas. Et encore laissons-nous de côté les IEP qui défraient la chronique actuellement.

Mais pour espérer et ne pas nous la jouer fin du monde, signalons des initiatives encourageantes comme l’association Arrête ton char !, dont le site mérite une visite, et aussi le Festival européen latin grec, consacré cette année à L’Âne d’or, le merveilleux roman d’Apulée »


***

Mais pour résister, il va sans dire que des "initiatives" du style Arrête ton char me paraissent désastreuses, proprement, dès l'intitulé. Je préférerais que l'on sacrifie, même un peu trop, à l’étymologie et à la grammaire...

Messages: 1093

Re: Avant, c'était affreux.

22 Mars 2021, 10:00 Message

"Mais pour résister, il va sans dire que des "initiatives" du style Arrête ton char me paraissent désastreuses, proprement, dès l'intitulé."

En effet, le genou à terre devant ou au nom d'une quelconque idole de la modernité est hélas une pratique répandue dans ce milieu. Ainsi de ce site où l'on trouve d'excellentes choses, voici extrait le préambule, pétri de bienpensance : on admirera le tour de force qui réussit à intégrer l'Afrique du Nord à ce panégyrique où rien ne manque des ingrédients de la doxa dominante : l'immigration, l'Orient, l'Afrique et le métissage.
"Le site EVANDRE est ainsi nommé en souvenir de celui que Virgile qualifie de premier fondateur de la citadelle romaine :
...rex Evandrus Romanae conditor arcis...(Enéide VIII, 313)
Lorsque Enée, l'immigré de Troie arrivé récemment dans le Latium, est menacé de toutes parts par les peuples qui y sont installés, et refusent le nouveau venu, le dieu du fleuve Tibre, par l'intermédiaire d'un songe, lui conseille de solliciter l'alliance d'un immigré qui s'est arrêté là, une génération auparavant, issu de Grèce, d'Arcadie : Evandre.
Sans oublier les anciennes querelles, qui mirent aux prises dans une guerre sans merci Grecs et Troyens, mais décidés à ne se souvenir que de la grandeur des héros du passé, Enée et Evandre vont unir leurs forces pour inaugurer une nouvelle civilisation, enracinée par la légende de leur ancêtre commun -Atlas - dans la lointaine Afrique, mais aussi par leur propre histoire, dans l'Orient de Priam et la Grèce des Atrides. Une nouvelle civilisation : la nôtre.
Puisse ce site aider, lui aussi, à la transmission d'un héritage métissé des vieilles cultures de la Méditerranée."
"Les vieilles cultures de la Méditerranée" Il fallait l'oser : Ὤ μοι ! ἐπιειμένε ἀναιδείην !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

17 Avril 2021, 16:15 Message

LMTP m'exaspère, mais cette vidéo dont j'ignore l'origine mérite d'être relayée.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

18 Mai 2021, 12:42 Message

Encore une pétition, dans le cadre de l'Assemblée Nationale. Elle est ici (Proposition de loi visant à définir le sens du terme "parents" en matière de filiation).

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

9 Juin 2021, 13:37 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

3 Juillet 2021, 09:01 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

14 Août 2021, 13:21 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

5 Septembre 2021, 09:09 Message

"Emblématique".


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

15 Septembre 2021, 17:18 Message

Âmes sensibles s'abstenir.

Le progressisme en une image.
"Très heureux d'avoir accueilli Hassani à l'Institut du Monde arabe.

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26756

Re: Avant, c'était affreux.

25 Septembre 2021, 09:03 Message

1972.


Messages: 490

Re: Avant, c'était affreux.

Hier, 13:56 Message

Image

Précédente

Retourner vers Modernité modernante