Afficher le sujet - Pourquoi l'école est foutue

Pourquoi l'école est foutue

Sur l'école, et ses alternatives
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

18 Juillet 2021, 08:24 Message

Réforme des études de santé : d’excellents étudiants en médecine éliminés par un oral évaluant leur personnalité ! (Lettre Patriote)

« Cette une information révélée par nos confrères de FranceInfo : depuis septembre 2020 et la mise en place de la réforme des études de santé, les couacs se multiplient, jusqu’à recaler d’excellents élèves à cause d’un oral ridicule.

FranceInfo nous présente Jeanne, qui avait obtenu d’excellentes notes à l’écrit, sur des sujets de médecine. Après des journées de 10 à 11 heures d’études, elle se retrouve comme ses collègues convoquée à un oral qui, côté coefficient, valait à Tours autant que l’écrit !

Seul problème : aucun rapport avec la médecine !

“Je suis tombée à l’oral sur la préservation de la barrière de corail, raconte l’étudiante. J’en avais entendu parler, mais je ne m’étais jamais intéressée à la barrière de corail. J’ai lu le texte, je l’ai compris, donc j’ai su l’expliquer. Mais quand l’examinateur me posait des questions sur la barrière de corail, je n’en avais vraiment aucune idée.”

FranceInfo révèle le résultat : La jeune fille de 18 ans tient seulement six minutes sur la barrière de corail et sa note est mauvaise. Cet oral balaie en quelques minutes les résultats écrits d’un an de travail : elle est recalée et n’ira pas en médecine l’an prochain, comme d’autres étudiants classés même parmi les dix meilleurs à l’écrit. »


***


Quand on voit déjà l'état des lieux, ça promet...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

24 Juillet 2021, 07:54 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

30 Juillet 2021, 07:48 Message

Vous espériez que les Grandes Écoles françaises seraient épargnées par la bêtise généralisée ? Détrompez-vous ! (Lettre Patriote)

« Les Grandes Écoles, ces derniers pans de l’élitisme français, sont désormais atteintes par le virus du politiquement correct le plus veule, comme la plupart des entreprises. Les témoignages commencent à pulluler sur le net qui révèlent cette contagion.

Quelques exemples :

Les résultats d’admissions à la filière PSI de l’École Polytechnique sont été publiés en utilisant cette horreur qu’est l’écriture dite “inclusive”.

Un témoignage d’école d’ingénieur parisienne :

En ingénierie, les femmes sont une minorité (environ 15% dans mon école). Être une femme était quasiment mon argument principal, honnêtement ; je me sentais considérablement valorisée par le seul fait d’être une femme dans ce milieu.

L’école joue à mort là-dessus. Tout y passe : écriture inclusive partout, communication axée sur le féminisme, mise en valeur excessive du parcours des étudiantES par rapport à celui de mes confrères masculins, page du site de l’école dédiée à l’égalité H/F, posts sur les réseaux sociaux à répétition sur l’égalité H/F dans les sciences… en gros les femmes deviennent un argument de vente pour les grandes écoles d’ingénieur.

On m’invitait d’ailleurs tout le temps à mettre en avant mon statut de “femme dans un milieu d’hommes” auprès des recruteurs, quand j’étais en école d’ingénieur.

Autre témoignage :

Je suis en Suisse, à l’École Polytechnique de Lausanne. À la cérémonie d’arrivée, ils ont demandé à toutes les femmes de la promo de se lever pour les applaudir (gênant).

On a une association qui s’occupe de formations/événements/networking spécialement pour les femmes.

Ça rend l’ambiance sur le campus assez lourde. Je trouve que pour une école polytechnique, ne pas pouvoir discuter des différences cérébrales homme/femme (même d’une façon positive et posée) sans être accusé de sexisme/fascisme, c’est assez décevant.

En tant que femme, c’est cette infantilisation, le fait de constamment me ramener à mon genre, et cette pitié incessante que l’on te met dans la figure, pauvre oppressée que tu es dans ce milieu d’hommes, qui m’a vraiment fait sortir du féminisme.

On n’a plus le droit d’être une ingénieure qui veut apprendre et apporter à la science. Non, on est de pauvres femmes qui ne savent rien, ne peuvent rien et sont les éternelles victimes de notre méchante école et filière scientifique.

Un témoignage de Polytechnique :

Il faut comprendre que comme nous sommes militaires, nous devons respecter le droit de réserve qui s’applique à tout soldat. Le souci est alors que les gauchistes de l’école, qui font fi des règles qui s’appliquent à leur statut de militaire, ne respectent pas ce devoir et se permettent de revendiquer et d’influencer dans l’École et son entourage.

Les autres élèves, qui respectent leur devoir de réserve ou n’ont tout simplement pas d’avis, subissent alors les revendications répétées des petits bobos arrivés dans une École militaire “par hasard”, ou du moins sans avoir envie de respecter le contrat qu’ils ont signés avec la Nation.

Les professeurs, eux, ne se positionnent que rarement et leur avis n’est que très peu présent auprès des élèves.

Nous sommes tiraillés entre une administration militaire et une administration scolaire, ce qui rend la chose compliquée. Les élèves ayant récemment pris le droit de manifester (interdit à tout militaire français) n’ont eu aucune sanction, hormis quelques uns à qui on a retiré le commandement des sections de nouveaux arrivants, faute de respect de leur statut militaire.

Le problème est alors que la seule image sortant de l’École est l’image de progressisme portée par certains élèves, que ne cautionnent pas tous mais contre laquelle nous ne pouvons rien faire face à une administration prônant le progrès pour monter dans les classements internationaux, allant jusqu’à remettre en question le statut militaire, attribut pour moi indispensable de notre École.

Nous avons la chance d’avoir encore des cadres militaires au sein de notre École, qui portent souvent des valeurs fortes et ne se laissent pas abattre par les élèves. Néanmoins, les élèves qui ne respectent pas cette hiérarchie marche avec la tête de l’École (qui n’est plus militaire), qui a pour seule volonté le progrès dans les classements internationaux, jusqu’au sacrifice de la chose militaire et des valeurs qu’elle porte auprès de futurs cadres de la Nation. »


***


Comment aurions-nous pu l'espérer ? Cette gangrène se répand partout, absolument partout, évidemment.

Messages: 562

Re: Pourquoi l'école est foutue

21 Août 2021, 20:07 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

22 Août 2021, 09:04 Message

Petit ajout, pour dire où nous en sommes. Court extrait d'un message publié sur un forum par une personne chef d'entreprise, en sus actionnaire d'une grosse boite, et qui doit avoir dans les 40-50 ans : "ne mon été rembourser cas auteur de 50%". Tout le reste est à l'avenant.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

4 Septembre 2021, 08:38 Message

Nancy : Un professeur suspendu pour ses propos élogieux sur les talibans (Bd Voltaire)

« Depuis quelques temps, l’enseignant multipliait ses marques d’adhésion à l’islamisme politique sur Facebook, relayant des propos de Tariq Ramadan, proche des frères musulmans, ou encore ceux de Marwan Muhammad, l’ancien directeur du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF)

Mais c’est sa réaction enthousiaste le 16 août dernier, à la suite de la prise de Kaboul par les talibans, qui a provoqué un signalement du rectorat et suscité l’attention de la justice. Le professeur Khalid B. y partageait en effet une vidéo à la gloire des talibans, accompagnée de ce commentaire : “Ils ont la volonté et la conviction. Un courage sans limite…” Le directeur du lycée Notre-Dame de Peltre a assuré au Figaro qu’il n’avait pourtant “jamais eu d’écho négatif jusqu’ici“. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

15 Septembre 2021, 13:36 Message

Sciences Po Paris: que sont devenus les excellents candidats recalés sur Parcoursup? (Le Figaro)

« Certains s’y attendaient mais pour d’autres, cela a été une véritable douche froide. La réforme d’admission en première année à Sciences Po, qui vise à démocratiser l’accès à l’institution, a laissé sur le carreau de très bons candidats. Désormais, ce sont la trajectoire scolaire et les trois exercices rédactionnels (le «parcours personnel du candidat, ses activités et ses centres d’intérêt», la «motivation du candidat et son projet intellectuel pour Sciences Po» et enfin, un «essai personnel sur l’une des cinq thématiques proposées»), à joindre sur Parcoursup, qui permettent l’accès ou non à l’entretien d’admission. Nombreux étaient les lycéens à s’être émus de leur non-admissibilité à l’oral malgré leur bonne, parfois très bonne moyenne générale et des écrits travaillés. »


***


Jusqu'à quand ce qu'il nous faut voir s'effondrer ou se perdre, tous les jours, sur tous les fronts ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

Hier, 08:33 Message

Propaganda, fakenews, et Ecole.

Manuels scolaires : après l’apologie du migrant, l’éloge du confinement (Bd Voltaire)

« Après la vague migratoire de 2015, le migrant avait envahi tous les programmes, tous les EPI [enseignements pratiques interdisciplinaires, NDLR] de l’époque Najat : anglais, histoire-géographie, français, et jusqu’à un manuel de latin présentant Énée comme un migrant. Pour la contextualisation (comme ils disent quand ça les arrange), l’esprit critique, le recul, il fallait aller chercher ailleurs qu’à l’école.

En cette rentrée, les éditeurs qui connaissent ce tropisme idéologique d’une grande partie des enseignants et du gouvernement ont de nouveau répondu à l’appel. Depuis quelques jours circule, sur les réseaux sociaux, la double page d’un manuel Belin d’Histoire-Géographie-Éducation civique de 6e intitulée Coronavirus et confinement : je comprends ce qu’est l’intérêt général. Au passage, le même manuel intitule sa première partie d’Histoire La longue histoire de l’humanité et des migrations. Idéologie cumulative. La problématique du chapitre est la suivante : "Comment certaines libertés peuvent-elles être suspendues au nom de l’intérêt général ?" Le message et l’angle sont clairs : aux nouveaux collégiens qui subissent depuis deux ans le ballet délirant des protocoles, des masques, des fermetures de classes, le collège vient cautionner le tout par son label "éducation civique". »


***


Cela dit, il est surprenant de s'en étonner, et notamment de ce que cette pollution soit omniprésente, qu'elle infiltre tous les manuels de toutes les "disciplines", lesquelles se résument en fin finale à une seule : La Voix de son Maître.

Je parcours régulièrement les manuels de différentes classes et de différentes matières, actuels et anciens. La différence entre les époques est plus que manifeste : saisissante. Et elle porte sur deux points : l'effondrement du niveau, le caractère totalement bidon des exercices et travaux d'une part ; et d'autre part le bourrage de crâne constant, général, qui oriente absolument tout ce qui peut être "enseigné", guillemets de rigueur.

Ne jamais oublier qu'il n'y pas que la "structure" et les maîtres des programmes qui soient responsables de ce scandale absolu : la plupart des profs sont non seulement complices, mais enthousiastes à violer leur métier et leur devoir.

Le résultat de tant de décennies d'abrutissement idéologique est désormais sous nos yeux : à quelques rares exceptions près, c'est l'état déplorable, infantile, azimuté, idéologisé jusqu'au trognon, de notre jeunesse.

Précédente

Retourner vers École, éducation