Afficher le sujet - Pourquoi l'école est foutue

Pourquoi l'école est foutue

Sur l'école, et ses alternatives
Avatar de l’utilisateur
Messages: 541
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Pourquoi l'école est foutue

21 Juin 2022, 21:28 Message

Qu'est-ce que ça veut dire "ludique", déjà ? :lol: :lol:

Messages: 1238

Re: Pourquoi l'école est foutue

23 Juin 2022, 18:19 Message

Dans la même veine :
https://ripostelaique.com/scandale-du-bac-de-francais-un-texte-trop-identitaire.html
"..........Le baccalauréat de français – une épreuve qui se déroule en fin de classe de Première – de cette année n’est pas de nature à redonner le moindre optimisme quant à l’avenir de notre langue. L’épreuve de « commentaire » – en filière générale – qui s’appuyait sur un texte jugé trop difficile – voire incompréhensible – par beaucoup de candidats, a déchaîné un torrent d’insultes à l’encontre de… l’auteur du texte, Sylvie GERMAIN.
............................................... Ce texte n’a pas été du goût de nombre d’élèves. Le vocabulaire (« bruissant », « saillant », « pétrifiés », « gîter », « venelles », « frayer »…), des références incompréhensibles dans une France totalement déchristianisée : « Comme en écho aussi à la route qui conduisait les pèlerins de Vézelay vers Saint-Jacques-de-Compostelle. » ainsi que le prénom hébraïque – Ephraïm – du père de la fratrie, ont dû dérouté une majorité de lycéens, plus à l’aise dans le rap et sa cinquantaine de mots-clés, toujours les mêmes, et dans un antisémitisme devenu banal, et que ne renieraient pas certains députés de la NUPES fraîchement élus. Sur les réseaux sociaux, insultes et horions ont fondu sur Sylvie Germain, coupable d’écrire dans une veine poétique et d’évoquer un enracinement identitaire auquel les élèves venus d’autres contrées du globe sont radicalement étrangers, voire hostiles.
.............. « Je ne suis qu’un prétexte, je ne me sens pas concernée personnellement. Je suis plutôt inquiète du symptôme que cela révèle » a déclaré Sylvie Germain dans un entretien au Figaro Etudiant. Ajoutant : « C’est grave que des élèves qui arrivent vers la fin de leur scolarité puissent montrer autant d’immaturité, et de haine de la langue, de l’effort de réflexion autant que d’imagination, et également si peu de curiosité, d’ouverture d’esprit. Le passage à analyser n’était pas délirant, le vocabulaire était accessible, mais certains se contentent d’un vocabulaire si réduit, riche seulement en insultes et en invectives, que tout écrit un peu élaboré leur est un défi, un outrage. »

« Ils veulent des diplômes sans aucun effort, se clament victimes pour un oui pour un non et désignent comme persécuteurs ceux-là mêmes qu’ils injurient et menacent »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 29048

Re: Pourquoi l'école est foutue

26 Juin 2022, 09:37 Message

La lente mort de l’Éducation nationale (par Lettre Patriote)

« Disons les choses telles qu’elles sont : l’École de la république, jusqu’à mai 68, c’était une réussite. Pourquoi les héritiers de ceux-là mêmes qui l’avaient imaginée et construite furent ceux qui la détruisirent… ça restera un grand mystère de l’Histoire de la Gauche. On sait avoir la droite la plus débile du monde. La gauche n’a rien à lui envier à ce niveau-là, semble-t-il.

Aujourd’hui, on ne peut plus voir grand-chose de ce que fut l’école à l’heure de sa gloire. Aujourd’hui, il ne reste plus rien, plus qu’un souvenir nostalgique.

La légende qui veut que « l’école va très mal, mais ce n’est pas de la faute des profs » est une escroquerie intellectuelle. Ceux-ci se rebelleraient-ils pour de vraies causes (le niveau de l’enseignement, le retour d’un vrai bac, le retour de la notation réelle, etc.), une ou deux grèves suffiraient à faire plier les pédagogues des couloirs du ministère. Seulement, la majorité des profs n’est pas intéressée par ces sujets. La majorité des profs est en accord complet avec le projet de l’éducation nationale : préparer de petits consommateurs post-modernes.

Les obsessions du corps éducatif ne sont plus dans les humanités depuis longtemps. Leurs obsessions, c’est la laïcité, les caricatures, être Charlie, expliquer le « genre », et tout ça à des gamins de plus en plus jeunes.

Mais ne croyez pas que le privé sous contrat soit bien meilleur. Certes, l’autorité y est parfois plus respectée, mais la présence de l’État via ce fameux « contrat » pervertit tout… et surtout les programmes.

Il ne reste donc plus que trois solutions pour les parents qui sont soucieux de la qualité de l’enseignement reçu par leurs enfants :

Les écoles privées hors contrat
L’école à la maison, via Ker Lann ou les Cours Sainte Anne
L’école de La Légion d’Honneur, pour les filles
Les premières sont accessibles à tous.

La deuxième option nécessite, depuis la loi « anti-séparatisme », une autorisation de l’État (!)

La troisième option nécessite qu’un parent ou un grand-parent de la jeune fille soit détenteur de la Médaille Militaire ou de la Légion d’Honneur. (et l’école est exclusivement un internat)

Enfin, évidemment, l’expatriation peut être une solution, à condition de ne surtout pas scolariser les enfants dans les écoles de l’AEFE, bras armé de l’Education nationale à l’étranger. »


***


Quelques brèves remarques pour ceux que cela intéresserait.

- cet éditorial est bien lisse et minimaliste : il y a, hélas, tellement plus à dire, et de bien plus désastreux — sans oublier l'écrasante responsabilité des parents, leur propre déréliction, la non-éducation de leurs enfants, leur inhumanité de consommateurs addicts à la drogue numérique et télévisuelle, et cela dans presque tous les milieux.

- Ker Lann (payant) est très insuffisant, à la limite de l'escroquerie, on trouve beaucoup mieux sur le Web

- Ste Anne (payant, onéreux) verse dans l'excès inverse, de façon artificielle. On peut l'utiliser mais avec une grande pondération ; il y faut apporter une intelligence qui a fait défaut à ses concepteurs, sans doute obnubilés par la volonté de "refaire" un "avant" fantasmé et parfaitement décorrélé de toute réalité pédagogique. Conçu (si l'on peut dire...) pour un enfant "théorique" et idéal qui n'a jamais existé.

- La meilleure solution est encore de concevoir un parcours approprié à chaque enfant en combinant diverses choses : des manuels anciens (qui toutefois ne peuvent plus être utilisés tels quels. Exemple : Boscher, Lebossé Hemery, Isaac, etc.), de nombreuses ressources d'une certaine qualité disponible sur le Web (Toupty, Maths&Tiques, Ipotâme, Ecole du Dirlo, ressources canadiennes, etc.), une trame de type Ste Anne si l'on ne se sent pas de la concevoir tout à fait soi-même, et aussi, car il faut bien s'y soumettre pour les inspections, le programme "officiel", avec ses "attendus" déclinés en stupides "compétences" et en vagues connaissances. Ce dernier point est à considérer : s'il recoupe certains des objectifs qu'on doit se fixer, s'il ne pousse pas trop loin le bouchon compte tenu de l'état des lieux de l'E.N, il distille insidieusement, dès le primaire, le poison de son idéologie, de son militantisme sans vergogne, de sa totale soumission au "monde comme il va" dans ses pires régressions ou trivialités, dans le refus enthousiaste de toute "sanctuarisation" de l'école. On peut assez bien le contourner dans le primaire, mais c'est beaucoup plus difficile au collège et au-delà (notamment en Histoire-géo, "EMC" surtout ("enseignement civique et moral"... ils y tiennent énormément, évidemment), mais aussi Français, langues, etc.

En tout état de cause, assumer l'instruction en famille (IEF) est une énorme responsabilité, et une tâche considérable, chronophage, harassante pour un parent dont le rôle est déjà si complexe et ardu. C'est néanmoins, à mon sens, le seul choix possible, et le premier combat à mener. Sachant que l'IEF est, sauf revirement peu probable, condamnée par une loi liberticide d'ici à deux ans.


***


De René Chiche :

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 29048

Re: Pourquoi l'école est foutue

Hier, 10:52 Message

Image

Précédente

Retourner vers École, éducation