Afficher le sujet - Pourquoi l'école est foutue

Pourquoi l'école est foutue

Sur l'école, et ses alternatives
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

29 Juin 2021, 09:51 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

2 Juillet 2021, 15:12 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

3 Juillet 2021, 08:47 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

6 Juillet 2021, 17:14 Message

...et pas qu'elle.

Image

Messages: 1086

Re: Pourquoi l'école est foutue

7 Juillet 2021, 21:44 Message

https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/07/07/tue-par-linflation-la-crise-terminale-du-baccalaureat/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=les-derniers-articles-du-courrier-des-strateges_164
Tué par sa propre inflation: la crise terminale du baccalauréat
"A 95% de succès en filière générale et 88% en filière technologique, le baccalauréat a vécu. La crise du COVID-19 n'explique pas tout. Le décalage croissant entre l'ambition de mesurer la personnalité des élèves en plus des connaissances et la réalité sociologiques toujours plus hétérogène de la société a conduit, tout simplement, à la dévalorisation, désormais achevée d'un diplôme qui était autrefois le sésame de l'accès à l'enseignement supérieur et la vie professionnelle. Un clou de plus est planté dans le cercueil du pacte républicain. Et comment ne pas adhérer au constat très sévère de Roger Chudeau, inspecteur général honoraire, dans une note publiée ce jour: "La persistance et la pérennisation de la fracture sociale au sein même de l’école est le problème essentiel de notre système éducatif. De cette question fondamentale pour l’équilibre même de notre société, il n’est nullement question dans la réforme Blanquer du lycée et du baccalauréat. Avec le nouveau baccalauréat dont les sessions 2020 et 2021 sont les tristes prémices, nous aurons un bac « modernisé », certes, mais dévalorisé et sans portée"
Une imposture qui sera payée un jour, surtout par les plus vulnérables

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

9 Juillet 2021, 07:44 Message

Agag-Boudjahlat, enseignante, ne pourra faire sa rentrée scolaire en septembre

« Pour la première fois depuis 17 ans, je ne ferai pas la rentrée scolaire de septembre prochain. On m’a octroyé avec une grande générosité un congé de formation qu’il ne m’était pas venu à l’esprit de solliciter…

Un climat de terreur s’est abattu sur mon collège, j’ai été la cible depuis novembre dernier d’une campagne de harcèlement implacable, motivée politiquement, orchestrée par un commissaire politique syndicaliste déchargé mais faisant des heures sup… aidé par un cerbère vexé et permis par la passivité de personnes avec qui je travaillais depuis 10 ans mais qui d’un coup me trouvaient infréquentable.

Cela a commencé par une lettre ouverte me mettant en danger. Puis une demande formulée auprès du recteur pour m’imposer de ne plus m’exprimer dans les médias et sur les réseaux.

Puis encore changement de stratégie : un marquage à la culotte pour déduire que ce que je disais visait spécifiquement mes collègues.

Et enfin, le plus odieux, le plus crade, le plus mensonger : ne pouvant s’appuyer sur les élèves et leurs parents avec qui je m’entends extraordinairement bien, le lyncheur a coache une collègue à qui j’ai adressé la parole 3 fois en 4 ans, pour qu’elle m’accuse de harcèlement

M’attribuant la responsabilité de ses dizaines et dizaines d’arrêt maladie. Quand elle était arrivée, on lui avait demandé pourquoi elle était devenue prof. Elle avait répondu : « pour deux raisons, juillet et août »… vous voyez le genre … mon chef a été convoqué par la police.

Et cette prof dont j’ai dû consoler plusieurs élèves qu’elle avait fait pleurer, qui ne faisait rien à part passer des films (Harry Potter au premier trimestre, puis d’autres films à partir de mars) a eu sa mutation en récompense de ses actes et de son excellence !

Personne ne lui parlait , elle est d’un coup devenue très populaire après sa plainte contre moi. Merci la FI. Merci la CGT Éduc’action. Restez entre vous. Moi je considère que je sers l’Etat et que je suis payée pour faire progresser mes élèves. Pas pour réaliser le grand soir tout en me gavent d’heures sup sans bosser à temps plein.

J’ai un conseil et cela me tord le bide de le dire : parents, vous avez raison de mettre vos enfants dans le privé dans lequel ces syndicats gauchistes ne font pas passer leurs intérêts avant ceux de vos enfants.

Quand j’ai fait venir Riss, en payant le billet d’avion de ma poche, le secret total a été imposé. Pas par peur d’une attaque terroriste hein. Par peur d’un coup d’éclat de ces quelques collègues. Je voulais en faire profiter tous les troisièmes, seules mes deux classes ont pu montrer leur travail exceptionnel, et discuter avec Riss, d’une manière si intelligente… il m’appelait que satisfaire aux attaques personnelles et politiques de syndicats extrémistes ( qui défendent par contre les profs alcooliques, violents, pervers ) permet aux instances de l’éducation nationale d’avoir la paix sur des sujets autrement plus importants : quelle inclusion quand on nomme une AESH pour 3 enfants reconnus MDPH, autiste, trisomique, multi dys ? Avec des classes à plus de 27 élèves ?

Les profs s’épuisent, les élèves aussi. Les parents découragés fuient le public. Nous n’avons même plus ceux de la classe moyenne. Cela arrange les affaires des hauts fonctionnaires inamovibles qui appliquent les exigences de l’OCDE. L’école est un marché. Un business. Et l’école publique ne doit s’occuper que des élèves les plus difficiles, pardon les plus en difficulté. Cela coûtera moins cher. L’Etat paie les profs du privé. Les collectivités territoriales entretiennent les bâtiments , les subventions pleuvent. Et ce que les parents paient : c’est que du benef dans l’entre soi.

Je vais donc faire une formation . Je ne sais encore vraiment dans quoi, j’aimais mon travail. Mais c’est la prime à la casserole dans l’éducation nationale… je ne dois mon salut qu’au soutien du ministre Blanquer. Sans lui, j’aurais été mise à pied. Sur de fausses accusations. Alors je lui serai toujours reconnaissante. Et je rêve que soit appliqué en France le spoil system américain : avec le départ des politiques ayant perdu les élections, partent aussi les hauts fonctionnaires.

C’est un beau métier oui. De plus en plus dur. Mais l’autorité paie, les élèves ont en besoin et l’approuvent. Le travail, l’effort, l’ambition, l’ouverture culturelle plutôt que les conneries demagos (rap etc) renforçant l’assignation à résidence.

J’avais une règle simple que je soumettais à mes collègues : ce que vous apportez vous à vos enfants, vous devez encore plus l’apporter aux élèves défavorisés. Parce que la démagogie gauchiste de certains profs n’a qu’un but : protéger leurs enfants de la concurrence des autres gamins sur le marché scolaire et celui de l’emploi.

Je ne suis pas fille de prof. Je sais ce que je dois à l’école et à mes profs. Et c’est ce que je donne aux élèves. Je continuerai . Soit en restant prof, soit … »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

9 Juillet 2021, 09:58 Message

«Tu files des points, cherche pas à comprendre»: au brevet, les consignes de bienveillance exaspèrent les correcteurs (Le Figaro)

« Après les professeurs de lycée, ce sont les correcteurs des épreuves du brevet qui se plaignent des demandes de "bienveillance" dans la notation, prônée par l’Éducation nationale. Selon eux, elle dissimule les lacunes abyssales des élèves.

"Alors la dictée, si c’est mauvais mais que vous sentez que l’élève maîtrise globalement assez bien les accords, vous pouvez rajouter 2 ou 3 points." Ce professeur de français dans un collège normand relève avec amertume les consignes de «bienveillance» demandées pour la correction du diplôme national du brevet (DNB) de 2021, dont les résultats 2021 viennent de paraître. Des directives ministérielles qui exaspèrent beaucoup d’enseignants.

Les résultats étaient déjà stratosphériques en 2020, avec 90,5 % des candidats au DNB admis, soit une hausse de 4 points par rapport à 2019 (86,5 %). Mais les épreuves n’avaient pas eu lieu en raison du Covid. Cette année, avec les consignes de bienveillance, les résultats sont également exceptionnels. Les consignes de correction données oralement aux membres du jury vont dans ce sens, en incitant les professeurs à une indulgence dans la notation, quel que soit le niveau des copies.

Ce qui a le don d’énerver les enseignants les plus consciencieux. Dans les consignes distribuées à des correcteurs du Doubs (25), il est précisé: «Quand un élève a réalisé de façon satisfaisante un exercice, on n’hésitera pas à lui attribuer l’ensemble des points.» Le document différencie les «attendus» que l’élève devrait maîtriser, et des «éléments de valorisation», dont «la prise en compte permet de compenser d’éventuelles faiblesses».

Marie, professeure de français dans un collège du Nord (59), sait que tous les élèves n’ont pas pu étudier le programme en entier. Elle rappelle pourtant que le sujet de cette année devrait avoir été traité en 4e. "Je veux bien être bienveillante, mais on a un minimum d’exigence." Selon elle, la bienveillance est surtout une façon de "contrebalancer le fait qu’il n’y ait pas le même niveau dans tous les collèges".

Pour Fiona, professeure de français dans un collège du Calvados (14), cette bienveillance est plutôt une façon pour le ministère de ne pas perdre la face. "C’est insoutenable pour un gouvernement d’avoir des élèves qui réussissent très mal. Ça voudrait dire que l’enseignement n’est pas bon." Pour cette enseignante, "ce n’est pas les élèves qui ont changé, c’est le temps qu’on leur consacre qui a diminué". Elle insiste sur le fait qu’il faudrait plus d’heures de cours pour traiter entièrement le programme, et non pas plus de bienveillance.

Un enseignant d’histoire-géographie résume ainsi: "Tu files des points. Cherche pas à comprendre" Pendant le bac, le ministère précisait déjà que «des consignes de bienveillance seront transmises aux jurys, au regard des circonstances particulières de cette session». »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

14 Juillet 2021, 13:46 Message

Propagande. Comment éduquer les collégiens rennais à l’immigration ? (Breizh info)


« Que cela est joliment dit ! "Résidence d’artiste", "lettres à l’ailleurs", "travail scolaire", "raconter la distance et l’amour des siens", l’enfer progressiste est toujours pavé des meilleures locutions.

Ceux qui ont écouté l’émission de Morgane Soularue sur la radio rennaise Canal B ce samedi auront été attendris par la belle histoire : les élèves de sixième D du collège Clothilde Vautier de Rennes ont joué cette année les journalistes en herbe pour raconter une formidable aventure : le récit des expériences vécues par 14 élèves « allophones » (=immigrés) de la section UEP2A (unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants) de leur collège. Ceux-ci s’exprimaient dans le cadre d’une "résidence d’artiste" organisée avec l’association l’Age de la Tortue et soutenue par le service Action culturelle du Département 35. L’âge de la Tortue étant cette association rennaise qui a, cette année, produit "l’encyclopédie des Migrants" avec le concours du Conservatoire et de la ville de Rennes. L’encyclopédie des Migrants aura d’ailleurs été l’élément inspirateur de la "résidence".

Selon le département d’Ille-et-Vilaine, cette opération menée au collège Clothide Vautier a été l’occasion "pour les jeunes [immigrés] de questionner les notions de distance et de migration à travers le prisme de leur histoire personnelle."

Pour cela, les jeunes malheureux étaient accompagnés de la metteur en scène espagnole Paloma Fernandez Sobrino. Sur le site du département 35, celle-ci exprime sa motivation à travers… son expérience personnelle : "Ici, et même si je suis espagnole, j’ai le sentiment d’être migrante, la culture est différente ici, ce n’est pas la même manière de manger, de marcher dans la rue, de parler..". Mais oui, mais oui, tout le monde il est migrant !

Afin de bien faire profiter aux jeunes Bretons des malheurs du Tiers-Monde et de leur faire comprendre pourquoi ils sont "enrichis" à marche forcée, la résidence d’artiste aura été prolongée d’un travail de journaliste des sixième portant sur cette formidable initiative.

Le Département d’Ille-et-Vilaine soutient chaque année une quarantaine de résidences artistiques dans les collèges du 35, dont celle-ci. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

15 Juillet 2021, 09:42 Message

Image


Ah, si l'on touche à Henri IV, on se réveille ? Ou plutôt on entend maintenir ses privilèges ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

18 Juillet 2021, 08:24 Message

Réforme des études de santé : d’excellents étudiants en médecine éliminés par un oral évaluant leur personnalité ! (Lettre Patriote)

« Cette une information révélée par nos confrères de FranceInfo : depuis septembre 2020 et la mise en place de la réforme des études de santé, les couacs se multiplient, jusqu’à recaler d’excellents élèves à cause d’un oral ridicule.

FranceInfo nous présente Jeanne, qui avait obtenu d’excellentes notes à l’écrit, sur des sujets de médecine. Après des journées de 10 à 11 heures d’études, elle se retrouve comme ses collègues convoquée à un oral qui, côté coefficient, valait à Tours autant que l’écrit !

Seul problème : aucun rapport avec la médecine !

“Je suis tombée à l’oral sur la préservation de la barrière de corail, raconte l’étudiante. J’en avais entendu parler, mais je ne m’étais jamais intéressée à la barrière de corail. J’ai lu le texte, je l’ai compris, donc j’ai su l’expliquer. Mais quand l’examinateur me posait des questions sur la barrière de corail, je n’en avais vraiment aucune idée.”

FranceInfo révèle le résultat : La jeune fille de 18 ans tient seulement six minutes sur la barrière de corail et sa note est mauvaise. Cet oral balaie en quelques minutes les résultats écrits d’un an de travail : elle est recalée et n’ira pas en médecine l’an prochain, comme d’autres étudiants classés même parmi les dix meilleurs à l’écrit. »


***


Quand on voit déjà l'état des lieux, ça promet...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

24 Juillet 2021, 07:54 Message


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

30 Juillet 2021, 07:48 Message

Vous espériez que les Grandes Écoles françaises seraient épargnées par la bêtise généralisée ? Détrompez-vous ! (Lettre Patriote)

« Les Grandes Écoles, ces derniers pans de l’élitisme français, sont désormais atteintes par le virus du politiquement correct le plus veule, comme la plupart des entreprises. Les témoignages commencent à pulluler sur le net qui révèlent cette contagion.

Quelques exemples :

Les résultats d’admissions à la filière PSI de l’École Polytechnique sont été publiés en utilisant cette horreur qu’est l’écriture dite “inclusive”.

Un témoignage d’école d’ingénieur parisienne :

En ingénierie, les femmes sont une minorité (environ 15% dans mon école). Être une femme était quasiment mon argument principal, honnêtement ; je me sentais considérablement valorisée par le seul fait d’être une femme dans ce milieu.

L’école joue à mort là-dessus. Tout y passe : écriture inclusive partout, communication axée sur le féminisme, mise en valeur excessive du parcours des étudiantES par rapport à celui de mes confrères masculins, page du site de l’école dédiée à l’égalité H/F, posts sur les réseaux sociaux à répétition sur l’égalité H/F dans les sciences… en gros les femmes deviennent un argument de vente pour les grandes écoles d’ingénieur.

On m’invitait d’ailleurs tout le temps à mettre en avant mon statut de “femme dans un milieu d’hommes” auprès des recruteurs, quand j’étais en école d’ingénieur.

Autre témoignage :

Je suis en Suisse, à l’École Polytechnique de Lausanne. À la cérémonie d’arrivée, ils ont demandé à toutes les femmes de la promo de se lever pour les applaudir (gênant).

On a une association qui s’occupe de formations/événements/networking spécialement pour les femmes.

Ça rend l’ambiance sur le campus assez lourde. Je trouve que pour une école polytechnique, ne pas pouvoir discuter des différences cérébrales homme/femme (même d’une façon positive et posée) sans être accusé de sexisme/fascisme, c’est assez décevant.

En tant que femme, c’est cette infantilisation, le fait de constamment me ramener à mon genre, et cette pitié incessante que l’on te met dans la figure, pauvre oppressée que tu es dans ce milieu d’hommes, qui m’a vraiment fait sortir du féminisme.

On n’a plus le droit d’être une ingénieure qui veut apprendre et apporter à la science. Non, on est de pauvres femmes qui ne savent rien, ne peuvent rien et sont les éternelles victimes de notre méchante école et filière scientifique.

Un témoignage de Polytechnique :

Il faut comprendre que comme nous sommes militaires, nous devons respecter le droit de réserve qui s’applique à tout soldat. Le souci est alors que les gauchistes de l’école, qui font fi des règles qui s’appliquent à leur statut de militaire, ne respectent pas ce devoir et se permettent de revendiquer et d’influencer dans l’École et son entourage.

Les autres élèves, qui respectent leur devoir de réserve ou n’ont tout simplement pas d’avis, subissent alors les revendications répétées des petits bobos arrivés dans une École militaire “par hasard”, ou du moins sans avoir envie de respecter le contrat qu’ils ont signés avec la Nation.

Les professeurs, eux, ne se positionnent que rarement et leur avis n’est que très peu présent auprès des élèves.

Nous sommes tiraillés entre une administration militaire et une administration scolaire, ce qui rend la chose compliquée. Les élèves ayant récemment pris le droit de manifester (interdit à tout militaire français) n’ont eu aucune sanction, hormis quelques uns à qui on a retiré le commandement des sections de nouveaux arrivants, faute de respect de leur statut militaire.

Le problème est alors que la seule image sortant de l’École est l’image de progressisme portée par certains élèves, que ne cautionnent pas tous mais contre laquelle nous ne pouvons rien faire face à une administration prônant le progrès pour monter dans les classements internationaux, allant jusqu’à remettre en question le statut militaire, attribut pour moi indispensable de notre École.

Nous avons la chance d’avoir encore des cadres militaires au sein de notre École, qui portent souvent des valeurs fortes et ne se laissent pas abattre par les élèves. Néanmoins, les élèves qui ne respectent pas cette hiérarchie marche avec la tête de l’École (qui n’est plus militaire), qui a pour seule volonté le progrès dans les classements internationaux, jusqu’au sacrifice de la chose militaire et des valeurs qu’elle porte auprès de futurs cadres de la Nation. »


***


Comment aurions-nous pu l'espérer ? Cette gangrène se répand partout, absolument partout, évidemment.

Messages: 562

Re: Pourquoi l'école est foutue

21 Août 2021, 20:07 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

22 Août 2021, 09:04 Message

Petit ajout, pour dire où nous en sommes. Court extrait d'un message publié sur un forum par une personne chef d'entreprise, en sus actionnaire d'une grosse boite, et qui doit avoir dans les 40-50 ans : "ne mon été rembourser cas auteur de 50%". Tout le reste est à l'avenant.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

4 Septembre 2021, 08:38 Message

Nancy : Un professeur suspendu pour ses propos élogieux sur les talibans (Bd Voltaire)

« Depuis quelques temps, l’enseignant multipliait ses marques d’adhésion à l’islamisme politique sur Facebook, relayant des propos de Tariq Ramadan, proche des frères musulmans, ou encore ceux de Marwan Muhammad, l’ancien directeur du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF)

Mais c’est sa réaction enthousiaste le 16 août dernier, à la suite de la prise de Kaboul par les talibans, qui a provoqué un signalement du rectorat et suscité l’attention de la justice. Le professeur Khalid B. y partageait en effet une vidéo à la gloire des talibans, accompagnée de ce commentaire : “Ils ont la volonté et la conviction. Un courage sans limite…” Le directeur du lycée Notre-Dame de Peltre a assuré au Figaro qu’il n’avait pourtant “jamais eu d’écho négatif jusqu’ici“. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

15 Septembre 2021, 13:36 Message

Sciences Po Paris: que sont devenus les excellents candidats recalés sur Parcoursup? (Le Figaro)

« Certains s’y attendaient mais pour d’autres, cela a été une véritable douche froide. La réforme d’admission en première année à Sciences Po, qui vise à démocratiser l’accès à l’institution, a laissé sur le carreau de très bons candidats. Désormais, ce sont la trajectoire scolaire et les trois exercices rédactionnels (le «parcours personnel du candidat, ses activités et ses centres d’intérêt», la «motivation du candidat et son projet intellectuel pour Sciences Po» et enfin, un «essai personnel sur l’une des cinq thématiques proposées»), à joindre sur Parcoursup, qui permettent l’accès ou non à l’entretien d’admission. Nombreux étaient les lycéens à s’être émus de leur non-admissibilité à l’oral malgré leur bonne, parfois très bonne moyenne générale et des écrits travaillés. »


***


Jusqu'à quand ce qu'il nous faut voir s'effondrer ou se perdre, tous les jours, sur tous les fronts ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

Hier, 08:33 Message

Propaganda, fakenews, et Ecole.

Manuels scolaires : après l’apologie du migrant, l’éloge du confinement (Bd Voltaire)

« Après la vague migratoire de 2015, le migrant avait envahi tous les programmes, tous les EPI [enseignements pratiques interdisciplinaires, NDLR] de l’époque Najat : anglais, histoire-géographie, français, et jusqu’à un manuel de latin présentant Énée comme un migrant. Pour la contextualisation (comme ils disent quand ça les arrange), l’esprit critique, le recul, il fallait aller chercher ailleurs qu’à l’école.

En cette rentrée, les éditeurs qui connaissent ce tropisme idéologique d’une grande partie des enseignants et du gouvernement ont de nouveau répondu à l’appel. Depuis quelques jours circule, sur les réseaux sociaux, la double page d’un manuel Belin d’Histoire-Géographie-Éducation civique de 6e intitulée Coronavirus et confinement : je comprends ce qu’est l’intérêt général. Au passage, le même manuel intitule sa première partie d’Histoire La longue histoire de l’humanité et des migrations. Idéologie cumulative. La problématique du chapitre est la suivante : "Comment certaines libertés peuvent-elles être suspendues au nom de l’intérêt général ?" Le message et l’angle sont clairs : aux nouveaux collégiens qui subissent depuis deux ans le ballet délirant des protocoles, des masques, des fermetures de classes, le collège vient cautionner le tout par son label "éducation civique". »


***


Cela dit, il est surprenant de s'en étonner, et notamment de ce que cette pollution soit omniprésente, qu'elle infiltre tous les manuels de toutes les "disciplines", lesquelles se résument en fin finale à une seule : La Voix de son Maître.

Je parcours régulièrement les manuels de différentes classes et de différentes matières, actuels et anciens. La différence entre les époques est plus que manifeste : saisissante. Et elle porte sur deux points : l'effondrement du niveau, le caractère totalement bidon des exercices et travaux d'une part ; et d'autre part le bourrage de crâne constant, général, qui oriente absolument tout ce qui peut être "enseigné", guillemets de rigueur.

Ne jamais oublier qu'il n'y pas que la "structure" et les maîtres des programmes qui soient responsables de ce scandale absolu : la plupart des profs sont non seulement complices, mais enthousiastes à violer leur métier et leur devoir.

Le résultat de tant de décennies d'abrutissement idéologique est désormais sous nos yeux : à quelques rares exceptions près, c'est l'état déplorable, infantile, azimuté, idéologisé jusqu'au trognon, de notre jeunesse.

PrécédenteSuivante

Retourner vers École, éducation