Afficher le sujet - Pourquoi l'école est foutue

Pourquoi l'école est foutue

Sur l'école, et ses alternatives
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

15 Septembre 2021, 13:36 Message

Sciences Po Paris: que sont devenus les excellents candidats recalés sur Parcoursup? (Le Figaro)

« Certains s’y attendaient mais pour d’autres, cela a été une véritable douche froide. La réforme d’admission en première année à Sciences Po, qui vise à démocratiser l’accès à l’institution, a laissé sur le carreau de très bons candidats. Désormais, ce sont la trajectoire scolaire et les trois exercices rédactionnels (le «parcours personnel du candidat, ses activités et ses centres d’intérêt», la «motivation du candidat et son projet intellectuel pour Sciences Po» et enfin, un «essai personnel sur l’une des cinq thématiques proposées»), à joindre sur Parcoursup, qui permettent l’accès ou non à l’entretien d’admission. Nombreux étaient les lycéens à s’être émus de leur non-admissibilité à l’oral malgré leur bonne, parfois très bonne moyenne générale et des écrits travaillés. »


***


Jusqu'à quand ce qu'il nous faut voir s'effondrer ou se perdre, tous les jours, sur tous les fronts ?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 26446

Re: Pourquoi l'école est foutue

Hier, 08:33 Message

Propaganda, fakenews, et Ecole.

Manuels scolaires : après l’apologie du migrant, l’éloge du confinement (Bd Voltaire)

« Après la vague migratoire de 2015, le migrant avait envahi tous les programmes, tous les EPI [enseignements pratiques interdisciplinaires, NDLR] de l’époque Najat : anglais, histoire-géographie, français, et jusqu’à un manuel de latin présentant Énée comme un migrant. Pour la contextualisation (comme ils disent quand ça les arrange), l’esprit critique, le recul, il fallait aller chercher ailleurs qu’à l’école.

En cette rentrée, les éditeurs qui connaissent ce tropisme idéologique d’une grande partie des enseignants et du gouvernement ont de nouveau répondu à l’appel. Depuis quelques jours circule, sur les réseaux sociaux, la double page d’un manuel Belin d’Histoire-Géographie-Éducation civique de 6e intitulée Coronavirus et confinement : je comprends ce qu’est l’intérêt général. Au passage, le même manuel intitule sa première partie d’Histoire La longue histoire de l’humanité et des migrations. Idéologie cumulative. La problématique du chapitre est la suivante : "Comment certaines libertés peuvent-elles être suspendues au nom de l’intérêt général ?" Le message et l’angle sont clairs : aux nouveaux collégiens qui subissent depuis deux ans le ballet délirant des protocoles, des masques, des fermetures de classes, le collège vient cautionner le tout par son label "éducation civique". »


***


Cela dit, il est surprenant de s'en étonner, et notamment de ce que cette pollution soit omniprésente, qu'elle infiltre tous les manuels de toutes les "disciplines", lesquelles se résument en fin finale à une seule : La Voix de son Maître.

Je parcours régulièrement les manuels de différentes classes et de différentes matières, actuels et anciens. La différence entre les époques est plus que manifeste : saisissante. Et elle porte sur deux points : l'effondrement du niveau, le caractère totalement bidon des exercices et travaux d'une part ; et d'autre part le bourrage de crâne constant, général, qui oriente absolument tout ce qui peut être "enseigné", guillemets de rigueur.

Ne jamais oublier qu'il n'y pas que la "structure" et les maîtres des programmes qui soient responsables de ce scandale absolu : la plupart des profs sont non seulement complices, mais enthousiastes à violer leur métier et leur devoir.

Le résultat de tant de décennies d'abrutissement idéologique est désormais sous nos yeux : à quelques rares exceptions près, c'est l'état déplorable, infantile, azimuté, idéologisé jusqu'au trognon, de notre jeunesse.

Précédente

Retourner vers École, éducation