Afficher le sujet - Pourquoi l'école est foutue

Pourquoi l'école est foutue

Sur l'école, et ses alternatives
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

4 Décembre 2019, 10:25 Message

...et qui sont les premiers responsables ?

Image


C'est ce qu'il faut bien voir.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

6 Décembre 2019, 11:55 Message

Image


Réflexion toute personnelle, mais que je tiens à exprimer ici : une curieuse analogie s'est encore récemment imposée à moi, à l'occasion d'une libre et agréable discussion avec des personnes non seulement amies, mais qui s'efforcent sincèrement de réfléchir au milieu du maelstrom de propagande et de bêtise déculturée qui tournoie dans toutes les têtes tant soit peu prises dans le "réel", ou ce qui semble tel — l'évidence n'a jamais aussi peu mérité son sens étymologique, les troupes d'occupation mentale ont terrain totalement conquis, grâce au pilonnage médiatique enté sur l'artifice des vies spectaculaires.

Il est deux sujets sur lesquels il est presque impossible de simplement dire ce que l'on sait, tant cela soulève de difficultés personnelles pour la plupart des gens : l'école et... la naissance quand elle a lieu "à domicile", quand elle est naturelle. Dans un cas comme dans l'autre, on se heurte certes à une cécité volontaire, donc à une certaine lâcheté pour le dire sans fioriture, et qui pis est à une compromission active et intéressée des parents, ici d'élève, là, tout court, mais il faut aussi dire que ces dernières sont largement suggérées par la résignation et la soumission à quoi tout tend avec le triomphe du "progressisme", et par l'impuissance à imaginer une alternative, à la penser, notamment en raison de l'énorme difficulté qu'il y a à trouver les voies et moyens de "faire autrement", bref : par l'incapacité apparente à pouvoir aller au bout des suites logiques des prémisses imposées par la lucidité la plus élémentaire sur ces sujets, sans parler du simple bon sens.

Dans les deux cas, évoquer ces alternatives, c'est activer une culpabilité profondément enfouie, et provoquer une telle remise en cause, que c'en est quasiment inacceptable, intolérable. Chacun sait tout au fond de lui à quoi s'en tenir, mais veut envers et contre tout croire à la fable qu'on leur entretient. C'est un peu l'histoire de la caverne, avec le retour du prisonnier parmi ses congénères. On a donc appris, de longue date, à se taire, et à regarder, désolé, le pays, ses hommes (ou ce qu'il en reste), ses femmes, et ses enfants — sombrer irrémédiablement.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

14 Décembre 2019, 19:25 Message

Val-de-Marne : un écolier de 10 ans met deux coups de tête à son professeur (Le Parisien)

« Dans le premier degré, il n'y a pas d'exclusion, explique-t-on à la direction académique des services de l'Education nationale (Dasen). Il peut y avoir un déplacement de l'élève pour des besoins éducatifs. Cela intervient quand l'inspecteur constate que l'enfant est en souffrance et l'équipe enseignante fatiguée. Mais auparavant, nous mettons à disposition tout un accompagnement avec l'intervention d'une psychologue scolaire, d'une infirmière, d'un médecin, d'un enseignant régulateur… Hors handicap, plutôt que de sortir un élève de la classe, nous encourageons une co-intervention. Dans le cas de Maisons-Alfort, il ne faut pas oublier que l'enfant est en grande souffrance »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

17 Décembre 2019, 18:11 Message

Image


C'est exactement cela ; et personne ne veut le savoir aussi clairement, en raison des remises en cause radicales que cela impliquerait.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

18 Décembre 2019, 09:27 Message

Encore une contribution à laquelle on ne peut qu'acquiescer, sans que cela change quoi que ce soit...

Jean-Michel Blanquer et l’enseignant du XXIe siècle… (Bd Voltaire)

« Là où passe un pédagogue, la culture ne pousse plus…

Les professeurs ayant vécu leur lot de chambardements pédagogiques, depuis la réforme Haby (soit maintenant plus d’un demi-siècle !), se montreront blasés devant les récentes déclarations, au « Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI », du ministre de l’Éducation, Michel Blanquer, qui s’essaie, comme ses prédécesseurs, à ses rêves de révolution culturelle : "Nous avons une occasion historique de parler de l’ensemble des missions des enseignants […], de discuter de ce qu’est l’école du XXIe siècle."

Nous aurons reconnu le leitmotiv du parfait progressiste qui fonde sa légitimité sur la « marche de l’Histoire ».

Voyons donc ce que les temps nouveaux nous offrent comme merveilles…

Allons, pour ce faire, au cœur de la question, sans nous attarder aux considérations qui sont de l’ordre de l’intendance. On commencera par constater que les hauts cadres du ministère, comme Alain Michel, conseiller scientifique du think tank Futurible (il va de soi que l’anglais s’impose), s’inscrivent dans une tradition pédagogiste anglo-saxonne, vieille de plus d’un siècle, dont le « penseur » britannique Ken Robinson – qui, bizarrement, considère que l’école (vocable grec antique skholè, rappelons-le) est une survivance d’un monde industriel en voie de disparition – est l’inspirateur actuel. À ce pudding, il faudra, naturellement, ajouter une cerise, ces fameuses neurosciences que notre ministre n’est pas loin de considérer comme le Graal qui résoudra tous les problèmes, largement dus à ces mêmes Diafoirus.

Nous résumerons les prescriptions du courant pédagogiste à quelques points majeurs, liés à une vision libérale d’inspiration protestante :

Le "savoir humaniste" est inutile, voire nocif, car il véhicule des valeurs éthiques et esthétiques responsables des guerres anciennes (de même que, dans “Fahrenheit 451”, les livres sont accusés de proposer des visions disparates et divergentes, origine du désordre).

L’individu est le seul créateur de sens, la verticalité de la transmission étant un legs du catholicisme.

La sociologie, la pesanteur du milieu, conditionnent la didactique.

Les disciplines sont des cloisons, que l’évaluation par compétences et l’imposition de l’équipe comme actrice décisionnelle feront voler en éclats, avec le groupe classe.

Or, ne nous cachons pas qu’un programme semblable est une fabrique à crétins dirigée par des sots techniciens (la technique ne pensant pas, elle est là pour remplir le vide du sens), que les matières ont leur légitimité épistémologique et leurs finalités qu’on appellera "humanistes" (étudier à fond un grand auteur a un sens !), que ce qu’on caricature comme une espèce de "Questions pour un champion", à savoir la culture générale, que l’on fait disparaître des concours d’entrée à l’ENA et aux grandes écoles, est tout simplement, si l’on veut être juste, l’héritage, le patrimoine, la source de notre civilisation. Faire table rase est le projet d’un Attila. »


***


Et, pendant ce temps...

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

22 Décembre 2019, 09:15 Message

Sur la démission d'un jeune professeur de philosophie qui s'est épanché sur France 24 faisant un peu réagir les réseaux dits sociaux, BV :

« Beaucoup de ses collègues songent aussi à démissionner ou à se reconvertir. Les faits semblent lui donner raison. Pour la session 2020 des concours de recrutement, le nombre d’inscrits est en baisse. Et cela ne s’arrangera pas, quand on sait qu’on veut "professionnaliser" davantage le CAPES, introduire "une épreuve de motivation" sans vérifier sérieusement les compétences disciplinaires. Enseigner ce que l’on ne maîtrise pas : voilà l’idéal proposé aux futurs professeurs ! Quant à l’agrégation, certains souhaiteraient sa suppression.

À ce rythme, dans quelques années, n’entreront dans cette carrière dévalorisée que ceux qui n’auront pas trouvé mieux. Les bons étudiants se détourneront du métier de professeur et l’on ne recrutera plus que les derniers de la classe. »

Mais c'est déjà le cas depuis belle lurette !
Il est presque comique de voir, alors que l'effondrement est total depuis des lustres, la récurrence aussi obstinée que découvrant la lune de cet énième marronnier journalistique

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

5 Janvier 2020, 11:53 Message

Image


On radote ?
Non, c'est que presque personne n'a pris la juste mesure de ce Désastre, personne ne veut le savoir alors qu'il crève les yeux, tout le monde regarde ailleurs, alors que ce devrait être la priorité des priorités.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

15 Janvier 2020, 09:34 Message

Retards de langage chez les enfants : trop d’écrans ? Surtout pas assez de parents ! (Bd Voltaire)

« L’étude a porté sur 276 enfants âgés de 3 à 6 ans en Ille-et-Vilaine, un département aux marches de Bretagne, préfecture Rennes. Les résultats publiés par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire montrent que, sur ce panel, 167 enfants ont été diagnostiqués avec des troubles primaires du langage (dysphasie, bégaiement, manque de vocabulaire… non liés à une maladie ou une surdité) et 109 ne présentent aucun retard. Sur la foi du témoignage des parents, « au cours d’une semaine scolaire classique, 44,3 % des cas [enfants diagnostiqués] et 22 % des témoins [enfants non diagnostiqués] étaient exposés aux écrans le matin avant l’école. Dans les deux groupes, ils étaient seuls face à l’écran 40 % du temps. »

Conclusion de Manon Collet, médecin généraliste et coauteur du dossier, pour 20 Minutes Santé : "Cette étude de cas-témoins montre qu’un enfant qui est exposé aux écrans le matin serait trois fois plus à risque de développer des troubles du langage. Et pour celui qui, en plus, ne parlerait pas avec ses parents après avoir consommé des écrans, le risque serait six fois supérieur." »


***

Tout cela coule de source, mais un point est tout de même occulté, qui est en fait le plus important : le contenu, si l'on ose dire, de ce qui est regardé par ces petits. Qui n'est que la version caricaturale de la grossière tambouille hystérique que regardent les "adultes", non seulement sans broncher, mais en y étant addicts. Qui ne voient donc aucun problème à ce qu'ils donnent à consommer dès le plus jeune âge à leurs rejetons, d'autant que ces derniers, tout comme eux, en redemandent. Quels "parents", aujourd'hui, ne sont pas pendus le plus clair de leur temps à leur smartphone, ordinateur, télé ?

Avatar de l’utilisateur
Messages: 406
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Pourquoi l'école est foutue

20 Janvier 2020, 19:10 Message

Évidemment, c'est un cas exceptionnel, nous dira-t-on. Mais comment est-ce possible d'en arriver là dans l'enceinte d'une école ? Maternelle qui plus est !

Vienne, quand le harcèlement scolaire ne connaît plus de limite

Messages: 375

Re: Pourquoi l'école est foutue

8 Février 2020, 10:38 Message

Riposte Laïque Contrôle continu au bac : le pourquoi du comment

Extrait : [...] En réalité, il se trouve que dans certains lycées, des élèves ont été favorisés grâce à l’aide, en amont, de leur professeur ; situation cautionnée par Claire Lienhardt, doyenne des inspecteurs d’académie, qui déclare : « rien n’empêche les enseignants de donner un coup de pouce à leurs élèves en leur indiquant les sujets à réviser ».
[...]
Rappelons-nous ce que Macron a dit : « bac à la carte » ! ce qui revient à dire : « pas de bac du tout » !

Conclusion

C’est dramatique, non seulement pour l’avenir de nos enfants, mais pour celui de la société française et il serait temps que les professeurs – qui n’en peuvent plus, de même que les parents -, s’affranchissent de leurs syndicats respectifs et prennent en main la résistance : les « stylos rouges » ne doivent pas se laisser impressionner par les « stylos verts » qui sont à leur contestation, ce que les « Black Blocs » sont aux « Gilets jaunes » : au service du gouvernement pour neutraliser leur contestation, pour conforter les déclarations de Blanquer qui, ne manquant jamais d’aplomb, ose prétendre que 99 ,9 % des élèves sont derrière lui, satisfaits de ses réformes et heureux quand un grand nombre d’établissements sont en effervescence !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

19 Février 2020, 12:31 Message

Image



***


Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

19 Mars 2020, 13:47 Message

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 406
Localisation: Loire-Atlantique

Re: Pourquoi l'école est foutue

19 Mars 2020, 14:40 Message

:lol:

Le tout petit monde de l'instruction en famille voit la fréquentation des sites et autres blogs exploser... Il n'est pas dit en effet que tous les élèves retournent à l'école après cette expérience. Je doute cependant qu'un grand nombre de parents prennent goût à l'aventure après quelques semaines de dure réalité... ;)

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

24 Mars 2020, 09:10 Message

A suivre, en effet — pour ma part, il n'est pas de jour où je ne me félicite de savoir tous mes petits-enfants échappant à cette désinstruction nationale, qui est en sus le terrain de jeu favori de la racaillisation, et le départ de toute la machine à propagande

Enseignement : la crise sanitaire donnera-t-elle de mauvaises idées à Jean-Michel Blanquer ? (Bd Voltaire)

« Sans compter que cette situation pourrait donner de mauvaises idées à ceux qui les croient bonnes : à quoi bon des examens exigeants, des concours de recrutement, tout ce qui ressemble à une sélection ? Il est des gens pour penser, jusque chez nos « élites » qui crachent facilement dans la soupe, que tout ce système coûte cher et n’est pas démocratique, qu’il ne tient pas assez compte de la diversité, qu’il vaudrait mieux instaurer un système de quotas et tutti quanti… Tant il est vrai que, depuis des années, les intérêts des ultralibéraux et des idéologues égalitaristes se conjuguent pour faire de l’enseignement un moule de normalisation.

Bien plus ! L’enseignement à distance, dans lequel se sont lancés beaucoup de professeurs – sans, pour la plupart, avoir reçu de formation spécifique –, sera-t-il promis à un grand avenir ? Si on palliait le déficit d’enseignants en profitant des ressources de l’informatique ? De nombreux rapports sur le numérique ont été publiés, ces dernières années. La tentation pourrait être grande, après cette expérience imposée par la crise sanitaire, de généraliser la « société du numérique » en réduisant le nombre de cours "magistraux" (quel terme réactionnaire !). Cela permettrait à la fois de faire des économies et de former les élèves en fonction des seuls besoins du marché. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20832

Re: Pourquoi l'école est foutue

30 Mars 2020, 14:31 Message

Courrier stratège (généralement bien informé) à nouveau :

« L'urgence sanitaire a-t-elle bon dos et donne-t-elle l'occasion ou le prétexte au gouvernement pour imposer de façon autoritaire des mesures et des décisions impopulaires ? Les sénateurs républicains ont eu la gentillesse de m'alerter sur la question de la carte scolaire, dont la réforme au pas de charge risque de créer de mauvaises surprises à la rentrée de septembre.


L’arrivée du coronavirus et l’interruption des élections municipales bouleversent fortement la donne habituelle. Les maires en place, qui sont consultés sur la fermeture éventuelle de classes, ne sont pas forcément très légitimes pour intervenir sur le sujet, dès lors qu’ils ne sont pas dument élus. Et l’on peut penser que les conditions habituelles de consultation sont fortement perturbées par le confinement.

Pour les élus locaux, la poursuite des travaux habituels de réforme de la carte scolaire est donc une source d’inquiétude. Comme me l’a expliqué le sénateur Max Brisson, les habituels ajustements prévus par la procédure, qui ont lieu en avril et en mai, ne pourront se dérouler comme prévu.

Dès lors, le maintien du calendrier habituel revient à confier au comité technique paritaire de l’Éducation Nationale, qui ne réunit que des personnels de l’Éducation, le soin de décider seul des ouvertures ou des fermetures de classe. Comme le souligne Max Brisson, les seules remontées de terrain dont le ministre dispose aujourd’hui sont celles des personnels de l’Éducation, et singulièrement des DASEN qui siègent dans la ville préfecture.

Le comportement de l’Éducation Nationale sera un bon test sur les intentions du gouvernement. Soit l’urgence sanitaire pousse à suspendre les calendriers habituels d’opérations administratives pour tenir compte des particularités de cette année. Soit les procédures continuent en laissant l’administration seule aux manettes.

Si cette dernière solution devait prévaloir, le ton général serait donné : l’urgence sanitaire sert aussi à gouverner seul et à suspendre de fait les mécanismes de concertation avec la société civile. »

Précédente

Retourner vers École, éducation