Afficher le sujet - Une analyse du désastre scolaire

Une analyse du désastre scolaire

Sur l'école, et ses alternatives
Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 30037

Une analyse du désastre scolaire

7 Juin 2013, 11:53 Message

Lettre de J-M Arnaudiès, grand professeur de mathématiques qui a écrit d’excellents livres de mathématiques, à J-P Brighelli, à l'occasion de son livre "La fabrique du crétin".

Document transmis par Philippe Versini.

http://demeurelafrance.fr/Docs/JMALettreBrighelli.pdf

Avatar de l’utilisateur
Messages: 887

Re: Une analyse du désastre scolaire

15 Juin 2013, 19:09 Message

Une autre analyse intéressante du désastre scolaire par Laurent Lafforgue et d'autres éminents mathématiciens.

http://www.ihes.fr/~lafforgue/textes/SavoirsFondamentaux.pdf

Avatar de l’utilisateur
Messages: 887

Re: Une analyse du désastre scolaire

15 Juin 2013, 20:41 Message

Un extrait du texte précédent.

Il convient de dire à ce propos qu’il semble bien que l’école et l’ensemble du système éducatif ont connu la dérive dont nous constatons les effets, non pas du fait des enseignants, contre l’avis desquels elle s’est faite et qui continuent à exercer dans des conditions de plus en plus difficiles, ni du fait des parents d’élèves, qui aimeraient volontiers que leurs enfants apprennent davantage (et qui se plaignent de plus en plus de l’état actuel de l’École), mais du fait d’une minorité de personnes influentes bloquées dans des a priori idéologiques et incapables de reconnaître leurs erreurs. Depuis trente ans, cette minorité a malheureusement pris l’ascendant sur tous les organismes de contrôle de l’Éducation nationale, des IUFM, parfois sur les inspections académiques, les commissions de programmes, etc. ; elle s’efforce d’empêcher l’évaluation de son
bilan et refuse le plus souvent d'entendre les réflexions des enseignants de terrain et des experts indépendants. Nous pensons pour notre part que, pour refonder l’instruction publique en France, le meilleur moyen est que la situation actuelle fasse l’objet d’un véritable examen national qui sorte du cadre des milieux éducatifs et où toutes les vérités seraient dites publiquement et sans fard.

Il y a beaucoup de vérités dans le texte de Laurent Lafforgue mais l'analyse précédente sur les responsables du désastre de l'école me paraît vraiment insuffisante : on ne parle pas des syndicats et de la gauche qui ont joué un rôle fondamental dans la descente aux enfers !
Je pense que Laurent Lafforgue était conscient de ces faiblesses mais qu'il a souhaité que le texte soit signé par plusieurs grands mathématiciens.

Il faut aussi reconnaître que la droite a laissé faire la gauche dans l'Education Nationale : par exemple le collège unique a été instauré par René Haby sous Giscard d'Estaing.
D'ailleurs cette réforme était réclamée depuis de longues années par la gauche et la FEN.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 887

Re: Une analyse du désastre scolaire

11 Novembre 2014, 08:29 Message

Un entretien intéressant avec François-Xavier Bellamy dans Causeur.

Bourdieu a produit, au nom même de l’égalité, l’école la plus inégalitaire qui soit. A partir du moment où l’on interdit à l’école de transmettre la culture, au motif qu’elle est discriminatoire, on rend l’origine sociale des élèves plus déterminante que jamais. Puisque le savoir n’est pas transmis à l’école, seuls seront sauvés ceux qui le reçoivent dans leur famille… La dernière enquête PISA, en 2013, a montré que nous avons désormais le système scolaire le plus inégalitaire des pays de l’OCDE, celui qui conserve le plus les inégalités sociales d’origine. Bourdieu a produit le système scolaire qu’il dénonçait.

http://www.causeur.fr/bourdieu-a-cree-ecole-30104.html

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 30037

Re: Une analyse du désastre scolaire

11 Novembre 2014, 09:48 Message

On peut extrapoler : ces gens produisent très exactement le contraire de ce qu'ils prétendent, et le prétendent d'autant plus qu'ils sont confrontés à ce résultat, dans tous les domaines — voyez la liberté. Cela devient patent, et désastreux, mais cela ne les amène pas une seconde à se reposer la plus élémentaire question, bien au contraire : ils "théorisent" à qui mieux mieux, jusqu'au délire ; c'est qu'ils ont bientôt trois siècles de sottise, de mensonges, et d'immaturité satisfaite d'elle-même derrière eux. Nous avons, fort heureusement, quelques millénaires pour nous.


Retourner vers École, éducation