Afficher le sujet - Défense nationale

Défense nationale

Ce qu'il en est, et la volonté de demeurer dans cet être
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Défense nationale

15 Mai 2014, 08:18 Message

L'armée française actuelle ne remplirait pas le stade de France, en fin de mandat hollandiste, ce sera celui de Guimgamp ?

Comment Bercy essaie encore de saigner l’armée à blanc (Challenges)

Ce, alors qu'on en est à ce genre d'expédients, par-delà les "bijoux de famille" :

« Un nouveau coup de sécateur serait d’autant plus douloureux que la LPM votée fin 2013 comportait déjà son lot de paris et de fragilités : elle prévoit une quarantaine de commandes de Rafale à l’export, ce qui est encore loin d’être gagné. Elle anticipait aussi, pour boucler les fins de mois, 6,1 milliards d’euros de ressources exceptionnelles, les fameuses REX, sous la forme de cessions immobilières ou ventes de fréquences télécom.

Celles-ci apparaissent plus qu’hypothétiques : la vente de la fréquence dite des 700Mhz dès 2015, dont le ministère espère plusieurs milliards d’euros, relève du "mirage", selon un familier du secteur, vu le retard pris par le processus. Il faudrait donc enclencher des ventes de participations de l’Etat rapidement pour combler le trou béant au plus vite, ce qui reste hautement hypothétique. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Re: Défense nationale

4 Juin 2014, 09:47 Message

Rien à redire à cette tribune, hélas.


Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Re: Défense nationale

6 Avril 2016, 09:39 Message

État d’urgence. La Réserve militaire refuse des candidats répondant aux critères (Breizh Info)

« Ainsi donc, après avoir fait patienter plus de trois mois un candidat à la réserve opérationnelle militaire, un officier de l’armée renvoie un email de trois lignes, pour refuser une candidature qui pourtant, correspondait en tous points aux critères exigés pour intégrer l’armée. Malgré nos demandes d’explications, nous n’avons reçu, à ce jour, aucune réponse sur ce refus.

Le statut de journaliste serait-il incompatible avec celui de réserviste ? Ou bien alors le recrutement de la réserve opérationnelle était-il un simple effet d’annonce de Jean-Yves Le Drian afin de rassurer les Français ? Il est vrai qu’à voir le peu de contrôles opérés dans les grandes gares (nous avons là aussi testé, sur plusieurs allers-retours, les gares parisiennes de Montparnasse et de Lyon, l’aéroport de Roissy, sans constater ni d’état de guerre, ni de sécurité renforcée), toute cette mise en scène et cette communication paraissent de moins en moins crédibles … »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Re: Défense nationale

19 Juillet 2017, 12:47 Message

Le général de Villiers, chef d'état-major, a démissionné.

Lettre d’un jeune engagé au général Pierre de Villiers : nous avons confiance en vous ! (Bd Voltaire)

« Mon Général,

Vous partagez régulièrement vos conseils aux soldats des armées via vos « lettres à un jeune engagé ». Ces petits billets s’adressent à vos subordonnés, à ceux qui ont décidé que la France méritait leur sacrifice, à ceux qui ont fait le choix du sacerdoce militaire, à ceux qui ont choisi la voie du service et de l’honneur… Bien qu’un grade étoilé nous sépare, comme vous je fais partie de ceux-là.



C’est donc en cette qualité de jeune engagé et de citoyen français que je me permets de vous écrire aujourd’hui pour vous apporter mes vues sur la crise que l’institution militaire traverse. « Pour vous apporter mes vues ? » Quelle arrogance. À vrai dire, si je prends la plume, je le fais avant tout au nom de tous mes camarades : je sais que de nombreux militaires – du caporal à l’amiral, du maréchal des logis au sous-marinier ou au médecin-chef – se reconnaîtront en ces mots. Je ne fais qu’exprimer la pensée et le sentiment de notre grande famille.



L’armée française s’est toujours mise au service de la nation en obéissant aux représentants que celle-ci se choisit. Ceux-ci ont décidé d’engager notre pays sur plusieurs théâtres, intérieurs et extérieurs, si bien que nos forces n’ont jamais été aussi sollicitées. Beaucoup de nos régiments sont en auto-relève, les soldats s’épuisent, se blessent ou sont tués. Mais c’est là notre rôle. 
 


Nous ne sommes pas exigeants, nous ne demandons pas de salaires mirobolants, ni de contreparties à tous les sacrifices que nous acceptons de faire pour la res publica. Fidèles aux consignes du général de Lattre de Tassigny – « Ne pas subir » -, nous ne nous plaignons pas. Fiers héritiers du savoir-faire militaire français, nous savons qu’avec des souliers troués, on peut marcher jusqu’en Russie, qu’avec des vieux fusils et des âmes exaltées, on peut reprendre une nations à l’occupant, qu’avec des taxis on peut repousser l’assaillant, que même avec du matériel désuet, obsolète ou défectueux, nous pouvons remplir notre mission. Nous le savons et nous nous sommes toujours efforcés de le faire. Sans rechigner car nous avons confiance dans nos chefs et dans leur discernement. 



Mais aujourd’hui, Mon Général, je ne crois pas m’avancer vainement en déclarant que le doute commence à nous accabler, malgré nous.

Peu importe ce que certains peuvent penser en regardant nos troupes défiler fièrement ou en voyant les images officielles vantant nos équipements, nos armées sont en situation d’attrition sévère : elles ne peuvent pas renouveler et moderniser leurs capacités, elle ne peuvent pas les maintenir, elles peuvent seulement les voir fondre. La moitié de nos hélicoptères sont cloués au sol, nous n’avons pas les moyens d’engager nos chars Leclerc, nous envoyons des hommes en OPEX avec du matériel obsolète en sachant que cela peut leur coûter la vie, nous mettons en danger la vie de certaines sections en les forçant à prendre des itinéraires plus dangereux mais « plus économiques »… Sans parler de l’état des casernes et des véhicules. Sans parler des soldats obligés de s’équiper à leurs frais pour maximiser leurs chances de survie (ou pour minimiser leur chance d’y passer)…

La situation est donc déjà difficile à gérer, mais nous faisons de notre mieux, car nous savons que la sécurité de nos concitoyens dépend de nos actions au quotidien. Mais qu’en sera-t-il demain ? 



Alors que les militaires attendaient un geste de la part de ce nouveau gouvernement, alors que le Président avait promis une augmentation de budget, alors que le monde est enflammé par les conflits, l’État a décidé, le 14 juillet, jour de fête nationale, qu’il faudrait au ministère des Armées faire davantage d’économies. L’armée va donc devoir faire plus, avec moins. 800 millions d’euros d’économies. Amusant, quand l’on sait que, le 13 juillet, la France versait à la Côte d’Ivoire près de 2 milliards d’euros pour… construire un métro à Abidjan. Comme quoi quand l’on veut, on peut.



Nos ministres ont sans doute de bonnes raisons de nous demander un tel effort : conserver notre note AAA chez Moody’s, ne pas creuser le déficit, satisfaire aux directives européennes, préparer l’avènement d’une Europe de la Défense… Nous n’allons pas leur apprendre leur travail. Mais nous nous devons de leur dire qu’ils nous empêchent ainsi de faire le nôtre.




En forçant l’armée à concéder une énième baisse de budget, le gouvernement met en péril la santé mentale et physique de militaires qui s’épuisent, impuissants, à maintenir l’intégrité de la nation. Engager davantage de forces – ce que l’époque nous obligera à faire – avec des moyens restreints relève du suicide. Tirer les « dividendes de la paix » en affaiblissant le ministère des Armées, c’est hypothéquer notre capacité de dissuasion et donc notre souveraineté. Considérer le budget de notre armée comme une variable d’ajustement, c’est considérer notre démocratie comme une variable d’ajustement. 



Nous ne faisons pas de politique : nous mourrons pour que d’autres aient le droit d’en faire.

Les militaires ne se syndiquent pas, les militaires n’entrent pas en grève, les militaires ont eu le droit de vote après les femmes. Et pourtant, nous savons mieux que quiconque que vivre dans un pays libre ne va pas de soi. Quand un militaire va glisser un bulletin dans l’urne, il sait que c’est sa vie et celle de ses camarades qu’il remet en jeu. Et il accepte de le faire volontairement, car habité par le sens du devoir, il ne craint pas de tomber pour défendre les siens. Ce qu’il craint, en revanche, c’est d’être poignardé dans le dos par ceux-là mêmes qu’il défend et ceux-là mêmes qu’il a élus. C’est ce qu’est cette décision : un coup de poignard dans le dos.



Nous autres, militaires, sommes loyaux et légalistes. Nous sommes la force de défense du pays et de la population qui le peuple. Nous obéissons donc aux ordres de celui qu’ils ont choisi comme représentant. Peu importe que nous soyons en désaccord avec ce dirigeant. Si tel est le choix du gouvernement, l’armée fera des économies. Et, comme elle l’a toujours fait, l’armée s’efforcera d’accomplir ses missions, de garder les mains propres et la tête haute, sans faillir et sans subir. Et ce, quels que soient les moyens qu’on nous accordera. Car nous, nous avons le souci de l’intérêt national.



Mais nous autres, militaires, ne sommes pas non plus ces idiots du village France qui accepteraient sans broncher d’être foulés au pied. L’armée est une masse de chiens braves et loyaux, guidés par des loups sages et prévoyants. Vous êtes, Mon Général, notre loup. Vieux loup plein d’expérience, vous avez su rester droit malgré les attaques d’un chiot qui a tout fait pour vous humilier publiquement. Nous vous en sommes reconnaissants, car vous servez l’honneur de l’institution. Mais au-delà de cela, vous êtes aussi le bras, la voix de la grande muette, celui qui donnera ou non son accord à la mise en place de ce plan budgétaire.



Depuis le 14 juillet, les militaires sont retranchés dans leur fort de Camerone, attendant, haletants, d’être fixés sur leur sort. C’est à vous que revient cette décision. Vous pouvez accepter ce nouvel affront, nous vous suivrons malgré tout. Ou vous pouvez démissionner et, comme le capitaine Danjou, sacrifier le bras pour sauver le corps, pour sauver l’honneur. Dans ce cas-là, nous pourrons dire que l’honneur de l’armée sera sauf.



Nous sommes confiants dans votre discernement, Mon Général, et nous savons que, quel que soit votre choix, vous le ferez dans l’intérêt de vos hommes, dans l’intérêt de cette institution séculière qu’est l’armée. Et, par là même, dans l’intérêt de la nation. C’est pourquoi, quelle que soit la décision prise ce vendredi 21 juillet, nous l’accepterons et agirons comme nous l’avons toujours fait : en soldats. Car nous ne souhaitons qu’une chose, pouvoir faire notre travail.



Pour finir, Mon Général, merci de dire au président de la République qu’il est effectivement notre chef, comme il l’a fort bien rappelé. Qu’ainsi, il a toute notre obéissance. Mais il doit encore mériter notre respect. Et s’il décide de maintenir ces coupes budgétaire, espérons au moins que ce chef des armées – le premier à n’avoir jamais fait de service militaire – affichera un masque de remords quand, dans la cour d’honneur des Invalides, il devra rendre hommage aux soldats français tombés pour une politique budgétaire.



En vous demandant de m’excuser par avance pour le ton sans doute trop familier de mon propos, je vous assure, Mon Général, de tout mon soutien et de celui de mes camarades. Puissiez-vous faire rayonner sur notre jeune dirigeant l’idéal du service public, du dévouement, de « l’honneur de vivre » ; cela afin de l’épauler dans la tâche difficile qui est la sienne.



Veuillez recevoir, Mon Général, mes salutations dignes, sincères et respectueuses.


 »

Messages: 1464

Re: Défense nationale

19 Juillet 2017, 13:23 Message

Question : L'affaire de Villiers est-elle le produit des incohérences de Macron, ou bien l'application d'une décision antérieure du macronisme consistant à mettre les hommes obéissants dans les postes décisifs (un coup monté). En faveur de la 2ème hypothèse : la rapidité du changement de chef d'Etat-Major, ce nouveau chef d'Etat-major est un politique, conseiller d'E.M sur l'armée, l’empêchement de toute discussion par l'Assemblée nationale. (Ceci serait cohérent avec un programme global d’affaiblissement du pays au travers d'errements qui ne seraient en fait que le masque de la volonté dissimulée) ???

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Re: Défense nationale

19 Juillet 2017, 14:25 Message

Le communiqué du général d’armée Pierre de Villiers :

« J’assume les responsabilités de chef d’état-major des armées depuis trois ans et demi. Je suis pleinement conscient de l’honneur qui m’est fait, de la confiance qui m’a été accordée et des devoirs qui sont attachés à cette fonction.

J’ai toujours veillé, depuis ma nomination, à maintenir un modèle d’armée qui garantisse la cohérence entre les menaces qui pèsent sur la France et sur l’Europe, les missions de nos armées qui ne cessent d’augmenter et les moyens capacitaires et budgétaires nécessaires pour les remplir.

Dans le plus strict respect de la loyauté, qui n’a jamais cessé d’être le fondement de ma relation avec l’autorité politique et la représentation nationale, j’ai estimé qu’il était de mon devoir de leur faire part de mes réserves, à plusieurs reprises, à huis clos, en toute transparence et vérité.

Dans les circonstances actuelles, je considère ne plus être en mesure d’assurer la pérennité du modèle d’armée auquel je crois pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd’hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays. Par conséquent, j’ai pris mes responsabilités en présentant, ce jour, ma démission au Président de la République, qui l’a acceptée.

J’éprouve une vraie reconnaissance envers nos soldats, nos marins et nos aviateurs avec lesquels j’ai partagé ma vie, pendant quarante-trois années, au service de la nation, en toute sincérité. Je sais pour les connaître qu’ils continueront à assurer la mission aux ordres de mon successeur avec autant de détermination et de fidélité.

Je reste indéfectiblement attaché à mon pays et à ses armées. Ce qui m’importera, jusqu’à mon dernier souffle, c’est le succès des armes de la France.

Général d’armée Pierre de Villiers »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Re: Défense nationale

19 Juillet 2017, 14:26 Message

Jeanne a écrit:Question : L'affaire de Villiers est-elle le produit des incohérences de Macron, ou bien l'application d'une décision antérieure du macronisme consistant à mettre les hommes obéissants dans les postes décisifs (un coup monté).
... les deux mon général. Plus essentielle est la détermination à provoquer par tous les moyens "l'affaissement" du Pays, bien au-delà de la Nation.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Re: Défense nationale

19 Juillet 2017, 14:52 Message

Pas mal : Cedant Arma Togae et la démission de Pierre de Villiers (Sapir, Russeurop)

« Cette mise en garde vise tout autant les militaires (qui ne doivent pas se réfugier derrière l’excuse d’obéissance) que les civils. Et c’est ici que l’on touche à la tension qui existe dans l’aphorisme romain « les armes cèdent à la toge ». L’historien du Droit Mario Bretone, dans son grand livre sur l’histoire du droit à Rome[3], à propos de la loi d’investiture de l’empereur Vespasien, note que : « la subordination du souverain à l’ordre légal est volontaire, seule sa ‘majesté’ pouvant lui faire ressentir comme une obligation un tel choix, qui demeure libre » [4]. De fait, l’empereur réunit dans ses mains tant la potestas que l’auctoritas. S’y ajoute l’imperium, que détenaient avant lui les magistrats républicains.

La phrase de Mario Bretone ouvre une piste[5]. Quand il écrit, « seule sa ‘majesté’ pouvant lui faire ressentir comme une obligation » cela peut signifier qu’un empereur qui violerait les lois existantes pour son seul « bon plaisir » et non dans l’intérêt de l’État, perdrait alors la « majesté » qui accompagne l’imperium. Dans ce cas son assassinat deviendrait licite car le « dictateur » se serait mué en « tyran ». Et l’on sait que nombre d’empereurs sont morts assassinés, ou ont été contraints de se suicider. On pense entre autres à Néron ou à Caligula. On voit ici que les armes ne cèdent à la toge qu’à la condition que cette dernière soit digne, soit recouverte de la « majesté », un mot qui a un sens profond dans le latin juridique de l’Empire.

Il ne s’agit pas de transposer directement des coutumes de la Rome antique dans les institutions de la France du XXIème siècle. Néanmoins, on comprend, à lire le Général de Villiers, que si les gages de la confiance ne sont pas donnés, cette confiance ne saurait être accordée, et le principe d’obéissance du militaire au civil pourrait donc être révoqué. Et ces gages ne sauraient être uniquement financiers. La relation de confiance, qui est une relation essentiellement politique apparaît comme brisée. »

Messages: 3089

Re: Défense nationale

19 Juillet 2017, 16:20 Message

Pas mal : Cedant Arma Togae et la démission de Pierre de Villiers (Sapir, Russeurop)

« Que les armes cèdent à la toge, les lauriers à l'éloquence »

C'est tellement typique de la manière avec laquelle le pouvoir politique depuis 1945 traite avec mépris et méfiance notre armée. De Gaulle le grand guerrier avait nettoyé l'armée de tous les officiers de haut grade qui faisaient montre de caractère ou de liberté d'esprit. Il ne tolérait que les lèche-bottes et les carriéristes.

Pauvre France !

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Re: Défense nationale

19 Juillet 2017, 21:19 Message

Image



Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Re: Défense nationale

20 Juillet 2017, 15:01 Message

Image
Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Re: Défense nationale

21 Juillet 2017, 09:52 Message

La lourde charge de Castaner contre le général de Villiers (Valeurs actuelles)

« “Le chef d’état-major a été déloyal dans sa communication. Il a mis en scène sa démission. C’est son comportement qui a été inacceptable. On n’a jamais vu un Cema (chef d'état-major, ndlr) s’exprimer via un blog, ou faire du off avec des journalistes ou interpeller les candidats pendant la présidentielle, comme cela a été le cas”, estime le porte-parole du gouvernement.

Et d'ajouter : “Il s’est comporté en poète revendicatif. On aurait aimé entendre sa vision stratégique et capacitaire plus que ses commentaires budgétaires”.»

Messages: 406

Re: Défense nationale

20 Avril 2018, 19:58 Message



Depuis (Riposte Laïque)

https://www.volontaires-france.fr/

C'aurait pu aller dans le fil Résistance, me direz-vous peut-être...

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Re: Défense nationale

3 Novembre 2020, 08:49 Message



Argument imparable.

Messages: 825

Re: Défense nationale

3 Novembre 2020, 11:02 Message

Il serait temps en effet de creuser cette idée et parallèlement celle de la délimitation stricte des pouvoirs et des missions des "Forces de l'Ordre" dont on constate aujourd'hui qu'elles sont principalement un moyen de répression de la population autochtone.
En vrac :
Moins de gendarmes et de policiers, cantonnés à des missions de police judiciaire contrôlées par le pouvoir judiciaire (la réforme de cette institution étant bien évidemment nécessaire), dissolution des unités du type CRS.
La sécurité des populations est assurée sur le principe des "citoyens en armes" quelle que soient les modalités d'organisation, d'encadrement et de contrôle de ces forces locales.
A suivre?

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23443

Re: Défense nationale

3 Novembre 2020, 12:49 Message

Pas trop d'accord avec cette proposition un peu "maximaliste" : les FDO sont aux ordres, le problème ce sont ces derniers et ceux qui commandent (avec la chaîne qui s'ensuit au niveau des plus hauts gradés ou fonctionnaires). S'il doit y avoir purge, c'est à ce niveau. Je dirai même qu'il faut les redéployer sur le terrain et donc recruter. Par contre, il faut leur fixer un cadre juridique exigeant mais adapté, et les engager sur une "charte" déontologique contraignante permettant soit de virer les brebis galeuses, soit à ces forces de ne pas tout accepter en matière d'ordre. C'est une meilleure piste, à mon sens.

Mais l'essentiel reste à mes yeux :

- de rétablir dans toute son étendue la définition de la légitime défense (ex : acquise par défaut en cas de violation de son domicile)
- assouplir les conditions de possession d'armes, et la catégorie de celles-ci , sur la base d'un engagement de citoyenneté opposable (exemple : Suisse)
- et prévoir, pourquoi pas constitutionnellement comme aux USA qu'on peut suivre sur ce point, la légalité et légitimité des "milices" locales, forces citoyennes locales d'intervention rapide, supplétives des FDO, et aussi matrice d'une résistance populaire en cas de besoin. Par extension des "voisins vigilants" et autres bisounoursismes actuels, par exemple.

La seule souveraineté étant celle du peuple (il faudra bientôt préciser : du peuple légitime car légitimé par le temps et l'assimilation...), le monopole de la force ne saurait être totalement confisqué par l’État.

N'oublions pas la purge des magistrats, comme à chaque nouvelle période suite à trop de dégénérescence et de déviationnisme, celle, idéologique mais pas uniquement par la force des choses, de l'E.N., et plus généralement des administrations qu'il est plus que temps de remettre au service du pays et pas de l'idée qu'ils se font de l’État... et de leur intérêt.

Liste non exhaustive.


Retourner vers Être français et le demeurer