Afficher le sujet - Le suicide Français

Le suicide Français

Ce qu'il en est, et la volonté de demeurer dans cet être
Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20190

Re: Le suicide Français

13 Mars 2015, 15:09 Message

Carte mise à jour.

Image


Image

Messages: 1464

Re: Le suicide Français

14 Mars 2015, 17:51 Message

Un suicide qui vient d'assez loin.

Voir la vision de Sidney Touati pour Dreuz.info dans un article intitulé De Gaulle, Pétain, et le fisc.

http://www.dreuz.info/2015/03/de-gaulle-petain-et-le-fisc/

Messages: 3089

Re: Le suicide Français

27 Mars 2015, 22:08 Message

Zemmour, les malheurs de la féminisation et la belle Italienne
Certains trouvent les généralisations de Zemmour audacieuses à la limite de la fumisterie, pour moi elles ont un fort parfum de vérité.


Avatar de l’utilisateur
Messages: 3141

Re: Le suicide Français

27 Mars 2015, 22:38 Message

Merci, Rogemi. L'harmonisation avec la traductrice italienne est de toute beauté.

Messages: 3089

Re: Le suicide Français

30 Mars 2015, 11:22 Message


Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20190

Re: Le suicide Français

1 Avril 2015, 10:52 Message

Marc Fumaroli : «Le latin est victime des fanatismes égalitaires et utilitaires» 1/2 (Le Figaro)

« Habillage «scientifique» d'une jalousie sociale fantasmée, l'idéologie de la «distinction» veut ignorer le rôle que peut jouer une culture classique, acquise gratuitement au collège et au lycée laïcs (le luxe français des pauvres) dans l'ascension sociale de jeunes gens nés défavorisés ! »

« Si l'Europe a été la partie du monde la plus inventive, la plus dégagée des routines, la plus novatrice, la plus curieuse de tout ce qui est humain, si elle a inventé l'humanité plurielle qu'il nous faut sauver de la haine jalouse que lui portent les nouveaux barbares, c'est que, depuis la chute de l'Empire gréco-romain jusqu'à nous, l'éducation des européens a été fondée sur une comparaison critique incessante entre l'expérience antique et l'expérience moderne. L'expérience antique en acte a préservé l'expérience moderne et chrétienne en devenir de se contenter d'imiter et de répéter. L'émulation avec l'antique, la réponse au défi de l'antique, tel a été l'aiguillon du développement de notre Europe. Ce dialogue incessant et fécond avec les vestiges les plus surprenants du passé est un exemple unique. Il n'a rien perdu de son pouvoir de mûrir les esprits. »

Marc Fumaroli : «Les humanités au péril d'un monde numérique» 2/2 (Le Figaro)

« Pluridisciplinarité: une belle mais fallacieuse enseigne pour couvrir le renoncement du chef d'orchestre, le professeur, à surmonter la cacophonie des instrumentistes, les élèves, partant dans tous les sens. »

« Le plus grave de ces dommages est l'atrophie sans douleur et sans symptôme, sinon à long terme, d'un autre mode de notre rapport au monde et aux êtres. »

Messages: 3089

Re: Le suicide Français

1 Avril 2015, 11:41 Message

Burckhardt écrivait avant, pendant et après la guerre de 1870, dans une Germanie triomphante et prospère. Son pessimisme était d'autant plus clairvoyant et méritoire. Mais, dès 1846, il écrivait à un ami son horreur des « radicaux », des « communistes » et des « industrialistes », des philosophes et des sophistes, des fanatiques de l’état et des idéalistes : « Vous ne réalisez pas quelle tyrannie sera imposée sur la vie spirituelle, sous le prétexte que la haute éducation est un allié secret du capital et qu'elle doit être détruite. »

Messages: 3089

Re: Le suicide Français

1 Avril 2015, 11:56 Message

Cet article de Fumaroli est vraiment d'une pertinence rare.

Prenons Montaigne, qui est aujourd'hui devenu populaire en France grâce à Antoine Compagnon. Les Essais sont fondés sur une comparaison constante entre l'actualité tragique de la fin du XVIe siècle et la leçon des Grecs et des Latins qui ont connu, eux aussi, les guerres civiles. L'anthropologie, belle et bonne science européenne dont Montaigne est l'un des inventeurs, compense par sa générosité cognitive l'utilitarisme colonial et prédateur. Elle doit tout aux humanités gréco-latines. Voyageurs et missionnaires, voire militaires du calibre de Lyautey, n'auraient jamais fait l'effort de comprendre et sauver des langues, des mythologies, des œuvres d'art, des mœurs de peuples découverts par les explorateurs européens, s'ils n'avaient été éduqués à étudier, et mémoriser, dans le sillage des humanistes, les langues, les mythologies, les arts, les mœurs et les manières de l'Antiquité classique. Peut-être faudrait-il que cette genèse de l'anthropologie moderne dans l'éducation classique soit mieux connue de notre élite gouvernementale?

Avatar de l’utilisateur
Messages: 3141

Re: Le suicide Français

1 Avril 2015, 12:35 Message

Effectivement, c'est un vrai bonheur de lire cette intervention de Marc Fumaroli.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20190

Re: Le suicide Français

2 Avril 2015, 09:16 Message

Article payant, mais son introduction plante bien le décor...

Éric Zemmour : recherche frontières désespéremment (Le Figaro)

« On n'imagine pas la chance d'être hollandais. On est citoyen d'un petit pays vertueux, pas d'un grand impérieux. On a accueilli jadis les Juifs chassés d'Espagne par Isabelle la Catholique et les protestants chassés de France par Louis XIV. On est un peuple de commerçants et de marins. On est pour le libre-échange. On est protestant, pas catholique. On était pour l'Europe fédérale quand de Gaulle défendait l'Europe des États. On laisse les drogues douces en vente libre et les prostituées derrière des vitrines. On a inventé le multiculturalisme. On est féministe jusqu'au bout des ongles, et gay friendly comme on respire. Un passeport hollandais incarne donc la liberté, la modernité, la tolérance. Le concept politiquement correct de "Hollande rance" n'existe pas.

Alors, quand un Hollandais intitule son livre Indispensables Frontières, on ne lui demande pas s'il reprend la campagne de Sarkozy de 2012, inspirée par le "sulfureux" Patrick Buisson. Quand il explique que le multiculturalisme et l'Union européenne détruisent les nations et la démocratie, il ne subit pas l'hostilité de médias l'interrogeant sans cesse: «Vous votez pour le Front national?» Quand il assène: "L'interdiction de la discrimination va inévitablement à l'encontre des libertés civiles classiques, notamment d'expression, de conscience et de religion", aucune association antiraciste ne l'attaque en justice au nom de la loi Pleven. Trop de chance, comme disent les enfants. Et quand ce citoyen hollandais au-dessus de tout soupçon s'avère de surcroît professeur de droit public, on ne peut même pas l'accuser de populisme quand il explique que la "double nationalité" doit être supprimée car elle "entraîne des conflits de devoirs" contraires à la nécessaire "loyauté nationale". »

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20190

Re: Le suicide Français

2 Avril 2015, 10:28 Message

L'article complet, grâce à l'aimable coopération d'Éric (en deux moitiés pour la lisibilité) :

Image

Image


Conclusion a recouper avec ceci.

Messages: 3089

Re: Le suicide Français

3 Avril 2015, 09:31 Message

Denis Tillinac : « Il n’en faut pas beaucoup pour que la France sorte de ses gonds, tant la légitimité du pouvoir est sujette à caution »


"Faute d’un Bonaparte ou d’un de Gaulle, elle peut s’offrir au premier démagogue venu. On en est presque là."

Je ne l'apprécie pas toujours le trouvant trop mou mais là dans Valeurs Actuelles de cette semaine Denis Tillinac frappe juste même s'il pousse le bouchon trop loin. Sa critique ne porte pas sur la Gauche plus que sur la Droite, mais sur l'ensemble. Sur le Régime. Ils sont légion aujourd'hui ceux qui mettent en doute la légitimité d'un tel régime. Je doute quand même qu'une majorité de gens soit prête à tout foutre en l'air. Il est vrai qu'une petite avant-garde très déterminée peut faire de grandes choses ou de grands désastres.

Les penseurs libéraux ont souvent ce travers de postuler que les choix politiques sont motivés exclusivement par l’intérêt économique. Pourtant leur maître, Tocqueville, avait prédit qu’à l’ère de la démocratie de masse, l’envie serait un mobile déterminant. La fascination pour la gloire en est un autre. Elle permit à Napoléon de sacrifier impunément des Français par centaines de milliers et ceux qui en réchappaient, plus ou moins éclopés, s’enorgueillissaient d’avoir été de la chair à canon à Austerlitz, à Wagram, à Friedland, à Moscou.

Le sentiment de l’ennui fut à l’origine des événements de Mai 68 si l’on en croit l’éditorial célèbre de Viansson-Ponté au mois de mars de la même année, dans un pays libre, respecté et prospère. « La France s’ennuie », écrivait-il. L’ennui, la peur, la colère, la honte, la hantise du déclassement, la « fatigue d’être soi » diagnostiquée par le sociologue Ehrenberg, la soif d’aventure peuvent également inciter un peuple à ruer dans les brancards au mépris de ses intérêts. Ou de ce qu’il croit être ses intérêts.

Par les temps qui courent, un désir politique semble habiter à des degrés divers l’inconscient des Français, et peu à peu gagner leur conscience : l’appel de la catastrophe. Du grand chambardement. Du coup de pied dans la fourmilière. Ce désir, aucun sondage ne le détectera. Il a des précédents historiques. L’événement le plus imprévisible, le fait divers le plus anodin peuvent l’embraser, et gare à l’incendie !

C’est un désir presque invincible, car enfanté dans les fors intimes par un mélange d’exaspération et d’incrédulité. On ne supporte plus l’état des lieux et on ne croit plus qu’un remède proprement politique soit susceptible de le modifier. À la limite on veut le pire, il aura au moins le mérite de surprendre en rompant la monotonie. De rebattre les cartes, et rabattre les caquets en prime.

Ici et là, des gens raisonnables et pas forcément miséreux, habitués à voter pour les partis dits de gouvernement — UMP, PS, MoDem —, avouent en privé leur aspiration au désordre. Il en sortira, estiment-ils, quelque chose d’inédit. Quoi ? Ils l’ignorent. Ils s’en fichent : tout ou son contraire plutôt que ce statu quo nauséeux. Brûler les cartouches est un sport qui a partie liée avec la transgression, ça les érotise. Ils en escomptent au minimum le plaisir d’assister en live à la trouille des gouvernants et de leur valetaille.

Mille raisons peuvent expliquer l’essor du FN dans les urnes et, certes, on ne peut nier une part d’adhésion aux thèses de ce parti. Mais on aurait tort d’occulter cette évidence que la peur du FN, la violence de son rejet par les politiciens, les intellos et les médias nourrissent un désir de FN en phase avec le désir plus profond d’en découdre avec le « système ». Avec des moeurs combinardes maquillées en « démocratie » dans le vase clos de partis démonétisés. Avec un langage politico-mondain dont les mots sont pipés par le cynisme des communicants.

Quand la charmante Marion Maréchal-Le Pen, du haut de ses 25 printemps, apostrophe sans ménagement le premier ministre à l’Assemblée, une France frondeuse se réjouit à coeur ouvert et ses contours vont très au-delà des sympathisants du FN. Le pauvre Valls incarne moins le PS, le gouvernement, l’autorité publique que l’usure d’une machinerie respectée par personne.

Quand les crimes des terroristes islamistes font l’objet immédiat d’une récupération partisane aussi grossière, avec l’aval de l’opposition officielle (« esprit du 11 janvier », « Je suis Charlie », etc.) et la rengaine sémantique de socio-culs sur le « vivre-ensemble » le respect n’est plus de mise. Les Français subodorent qu’on les manipule et très logiquement, ils prennent la mouche.

Je ne prêche pas une sédition à bien des égards proche du nihilisme, j’essaye juste d’interpréter un état d’esprit qui manifestement prend de l’ampleur. Les historiens à venir pèseront la part de responsabilité respective d’une gauche aux abois et d’une droite aux abris.

L’histoire nous enseigne qu’il n’en faut pas beaucoup pour que la France sorte de ses gonds, tant la légitimité du pouvoir est sujette à caution, et presque naturelle, depuis la Révolution, la quête de l’homme providentiel. Faute d’un Bonaparte ou d’un de Gaulle, elle peut s’offrir au premier démagogue venu. On en est presque là.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20190

Re: Le suicide Français

25 Mai 2015, 09:31 Message

Peut-on détruire l’identité française ? (Bd Voltaire)

« Jean Macé, fondateur de la ligue de l’enseignement, disait : "Qui tient les écoles, tient la France". Ceux qui sont censés nous gouverner l’ont bien compris.
Ainsi, depuis le début des années 2000, deux systèmes éducatifs parallèles sont à l’œuvre et dont les objectifs se croisent dangereusement, mettant gravement en péril l’avenir de la société française. »

Messages: 3089

Re: Le suicide Français

25 Mai 2015, 09:51 Message

Nous boirons donc le vin jusqu'à la lie.

Dans Commentaires sur la société du spectacle pour Debord le régime trie les livres qu'on peut laisser circuler, il développe l'ignorance (Debord analyse le passage de l'analphabétisme à illétrisme), il cultive de toutes les manières l'oubli. On habitue l'homme à vivre sans durée, dans l'instant. Ne pouvoir comparer, c'est ne plus critiquer.

Debord remarque que l'expression "ETAT DE DROIT" s'est popularisée vers 1970, au moment où justement les Etats cessaient d'avoir quelque rapport avec le droit.

On peut se demander pourquoi le régime a pu s'approprier l'oeuvre de Debord et en faire une sorte de héros de la nouvelle orthodoxie.

Cela me semble en fait assez simple. Debord parle de "la destruction de Dieu". Or tout ce qui détruit le monde ancien fondé sur le père, et sur Dieu rend possible soi-disante "la société du spectacle" et nous habitue à la servitude.

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20190

Re: Le suicide Français

25 Mai 2015, 09:58 Message

Rogemi a écrit:Nous boirons donc le vin jusqu'à la lie.
Sur divers fronts, il semble bien que nous n'en soyons plus très loin... Ergo, la part de ce qui "dépend de nous" croît.

Messages: 3089

Re: Le suicide Français

25 Mai 2015, 10:05 Message

Le succès du livre "Le suicide francais" nous laisse un reste d'espoir et ce n'est pas rien.

Messages: 3089

Re: Le suicide Français

25 Mai 2015, 10:21 Message

Un article intéressant paru sur le blog royaliste La faute à Rousseau.

La France désarmée, par Hilaire de Crémiers
Et d’abord, politiquement. Car la classe politique ne pense qu’aux prochaines échéances électorales. C’est la seule stratégie des partis qui accaparent le pouvoir.

Il aurait mieux valu y penser avant. La guerre est là, omniprésente. Les guerres, devrait-on dire. Pas seulement, celles, horribles, d’Al-Quaïda, de Daech, de Boko Haram, pas seulement celles que fomentent les fous et les truands des sectes fanatisées, mais toutes les autres guerres, celles que mènent les nations, les peuples, les États, les ethnies, pour leurs intérêts, leur vie, leur survie, leur raison même d’exister.

Il suffit d’écouter les discours qui se profèrent sur toute la planète et jusque dans les enceintes internationales pour comprendre que rien n’a changé fondamentalement dans les rapports, les équilibres et surtout les déséquilibres qui affectent l’avenir du pauvre monde. échanger des milliards d’information en quelques secondes et se rendre d’un bout à l’autre de « la machine ronde » en quelques heures ne modifient pas les données fondamentales de la politique.

La suite http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2015/05/25/la-france-desarmee-par-hilaire-de-cremiers-5628010.html

Administrateur
En ligne
Avatar de l’utilisateur
Messages: 20190

Re: Le suicide Français

28 Mai 2015, 07:51 Message

Image

PrécédenteSuivante

Retourner vers Être français et le demeurer