Afficher le sujet - Destruction du patrimoine

Destruction du patrimoine

Sur l'envahissement par le culturel de pacotille, contre la possibilité de toute culture authentique
Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23869

Re: Destruction du patrimoine

13 Mai 2020, 18:07 Message

Bataille contre des éoliennes près de la Sainte-Victoire (Le Figaro)

« Cézanne va se retourner dans sa tombe. La montagne Sainte-Victoire, dans le Var, que le peintre a immortalisée dans plusieurs dizaines de ses tableaux, risque d’être défigurée par un parc de vingt-deux éoliennes situées à proximité, à moins de dix kilomètres. Cet énorme chantier, qui a d’ailleurs démarré sur les territoires des villages d’Ollières et d’Artigues, a déjà permis l’installation de deux mâts. Plantées sur la ligne de crête d’un chapelet de collines et visibles de très loin, ces lances de 125 mètres de haut crèvent désormais le ciel en défigurant le paysage, selon plusieurs dizaines d’associations. Criant au massacre de ces lieux majestueux qui, par ailleurs, abritent la basilique de Saint-Maximin - troisième tombeau de la chrétienté - ces dernières ont lancé une pétition contre ce projet. Surtout, l’une d’elles, Sites & Monuments, a en urgence déposé un recours le 7 mai dernier devant le tribunal administratif de Toulon pour tenter de stopper les travaux. »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23869

Re: Destruction du patrimoine

12 Juin 2020, 16:23 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23869

Re: Destruction du patrimoine

8 Juillet 2020, 09:48 Message

Image

Messages: 530

Re: Destruction du patrimoine

8 Juillet 2020, 12:56 Message

La montagne Sainte-Victoire, à 6 km d'Aix (où Cézanne avait son atelier, toujours visitable), n'est pas dans le Var mais dans les Bouches-du-Rhône. Le Figaro se rapproche tous les jours du Garofi.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23869

Re: Destruction du patrimoine

27 Août 2020, 08:34 Message

Nouvelle édition des 10 petits nègres d'Agatha Christie : le titre est désormais Ils étaient 10... et le mot "nègre" a été supprimé partout dans le texte. Décision acceptée par les héritiers. Ça frise le gag, mais ce n'en est pas un. Fascinante, cette tentative de réécriture complète du passé, d'effacement de toute mémoire au profit du cinoche ambiant. On ne saurait être plus et mieux totalitaire. Il faudrait renouveler de fond en comble l'effort de Arendt.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23869

Re: Destruction du patrimoine

5 Octobre 2020, 12:36 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23869

Re: Destruction du patrimoine

12 Décembre 2020, 09:59 Message

Ensemble abbatial bâti en 1144.

Image


Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté :
- la gauche a voté pour
- la droite s'est abstenue
- seul le RN s'est opposé au projet.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23869

Re: Destruction du patrimoine

17 Décembre 2020, 09:56 Message

Le détail de l'article vaut le détour, pour mesurer, une nouvelle fois, "l'état des lieux".

Vente du domaine de Pontigny : des vices de procédure ? (Bd Voltaire)

« De son côté, la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre dénonce "des vices de procédure et examine l’opportunité d’un recours devant la juridiction compétente". La présidente de région avait affirmé qu’il manquait au dossier de la communauté une autorisation romaine préalable à la fondation d’un séminaire. "C’est inexact", répondent les religieux, puisque "cette installation dépend du supérieur de la Fraternité avec le consentement de l’évêque du lieu". Quant à l’évêque du lieu, Mgr Giraud, il est resté neutre dans ce dossier. Sa position aurait certainement pesé dans le choix des élus nous confie-t-on à droite.

Désormais, le sort de la deuxième fille de saint Bernard de Clairvaux (après l’abbaye de Cîteaux) semble acté. Sauf annulation de la délibération par la Justice ou… miracle ! »

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23869

Re: Destruction du patrimoine

19 Décembre 2020, 19:34 Message

Image

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23869

Re: Destruction du patrimoine

12 Janvier 2021, 10:24 Message

Et ça continue, en s'appuyant sur "7" péquins, qui finiront par imposer leur loi, non pas du fait de ce qu'ils sont, mais de ce qui les télécommande. Répétition générale.

Image

Avatar de l’utilisateur
Messages: 101

Re: Destruction du patrimoine

12 Janvier 2021, 10:52 Message

La « question raciale », carrément !... À quand un Commissariat général dédié à cette fameuse question ?

Messages: 530

Re: Destruction du patrimoine

12 Janvier 2021, 13:16 Message

Comme on l'a vu dans l'affaire du recrutement des instrumentistes de l'orchestre de Vienne (https://www.valeursactuelles.com/societ ... lle-127158), mais aussi dans les propos de Sibyle Veil, il est désormais ouvertement question d'augmenter la "représentativité" des races dans ces formations orchestrales, en mettant fin aux auditions des candidats derrière un rideau.

Le question que se pose, et qui devrait poser les termes de ce débat public : vouloir excuser, pardonner, relativiser la médiocrité professionnelle d'un candidat, ou la médiocrité d'un individu en général, au regard de sa couleur de peau ne constitue-t-il pas la forme de mépris raciste la plus profonde et radicale qui se soit exprimée depuis près d'un siècle en Europe?

Le paternalisme colonial relève ainsi la tête en France au sein des institutions tenues d'une main de fer par la gauche morale.

Administrateur
Avatar de l’utilisateur
Messages: 23869

Re: Destruction du patrimoine

13 Janvier 2021, 10:19 Message

“La République est un séparatisme qui a réussi à s’emparer de l’État”

Limite de cet intéressant exercice : il se calque un peu trop sur le modèle du "christianisme secte qui a réussi"...

Hilaire de Crémiers analyse dans Politique magazine le projet de loi sur le séparatisme.
Extraits :

« […] Tout le monde sait que plus personne ne contrôle les banlieues, les quartiers dits sensibles qu’aucun organisme, même policier, ne peut sérieusement inspecter ni même répertorier, les mosquées encore moins, même si, de temps en temps, il en est qui sont visées par une décision judiciaire ou administrative, comme à l’encontre des quelques trop visibles associations qui promeuvent publiquement un islam radical, tel le Collectif contre l’islamophobie. Mais pour le reste qui pullule par milliers sous tous les prétextes possibles, du religieux à l’éducatif, du culturel au sportif, avec toutes sortes de complicités locales, que peut la loi ? Sans compter les querelles qui divisent les organisations musulmanes et qui rendent vaines toutes les tentatives de constituer un islam de France. La Grande Mosquée de Paris vient encore de le faire savoir.

Les hommes politiques qui, en plus, n’y comprennent rien, sont totalement désarmés. Discours et propositions tiennent lieu d’action. Le texte de la loi ne se présente plus, pour qui veut bien comprendre, que comme la liste des carences et des impuissances de l’État. Pour le dire clairement, de la République.

L’astuce consiste alors à l’habiller en bulletin de victoire et en résolution martiale. Rien de plus facile : l’histoire a bon dos ; la République, c’est connu, a vaincu l’Église catholique et l’a réduite à sa loi et à son droit. Voilà donc le modèle. Un seul absolu : la République ; le reste ne peut être que du particulier et du relatif. Dans cet esprit, les musulmans n’auront plus qu’à se plier à la loi républicaine comme les catholiques. C’est ainsi que l’intitulé est devenu « Projet de loi visant à conforter les principes républicains ». C’est sous le patronage de la loi de 1905 qu’il fut présenté au conseil des ministres pour le 115e anniversaire de la promulgation de cette loi dite de séparation qui garantit la laïcité de l’État.

(…) Le Premier ministre Castex « s’est défendu de légiférer contre les religions et contre la religion musulmane en particulier ». Il a précisé : « C’est à l’inverse une loi de liberté, une loi de protection, une loi d’émancipation face au fondamentalisme religieux. » Et de parler de « stratégie d’ensemble » et de « promesse républicaine ».

La loi se contente donc de rendre automatique l’inscription au Fichier des auteurs d’infraction terroriste les personnes condamnées pour provocation ou apologie d’actes de terrorisme. Tiens, donc ! D’étendre l’obligation de neutralité aux services publics, donc aux transports. Tiens, donc ! De créer un délit de mise en danger de la vie d’autrui par diffusion d’informations. Tiens, donc ! De demander aux associations qui sollicitent des subventions – et qui les obtiennent ! – de s’engager à respecter les valeurs de la République. Tiens, donc ! De façon, est-il précisé, que l’argent public ne puisse pas financer « ceux qui y contreviennent ». Tiens, donc ! De faire en sorte que la polygamie devienne un motif de refus pour les titres de séjour. Tiens, donc ! De donner aux enfants en âge d’être scolarisés un identifiant national pour contrôler l’enseignement dit à domicile. Tiens, donc ! Enfin, d’engager les associations loi de 1901 qui forment le substrat des statuts juridiques des organisations musulmanes, à passer sous le statut de 1905 pour que les financements, notamment étrangers, puissent être vérifiés. Tiens, donc ! Et qui finance qui ? Et jusqu’où ? Un tel statut éviterait aussi les « putschs extrémistes ». Tiens, donc ! Resterait alors à former des cadres musulmans en France ; on connaît déjà les vaines tentatives opérées sous Sarkozy.

Ainsi, pensent Macron et tous les politiciens à sa suite, sera-t-il possible de faite émerger un islam de France ? Un islam qui se fondra comme le catholicisme français dans la République !

Cette loi n’est qu’une immense duperie. Une de plus. Ceux qui vont le plus y perdre sont, d’ailleurs, les Français d’origine musulmane qui sont d’abord attachés à la France. Et qu’il aurait fallu commencer par privilégier. Tel n’est pas le cas. L’affaire de l’islam et de l’islamisme va continuer à pourrir. En France et la France. Assimilation, intégration, reviennent les mêmes mots qu’au moment de l’affaire d’Algérie. Avec la même impossibilité républicaine de résoudre le problème. Et, vraisemblablement, la même tragédie au final.

La vérité que personne ne dit : la République est historiquement et idéologiquement, malgré Tocqueville, une rupture radicale, et constamment renouvelée, avec le génie propre de notre pays. Elle est incapable d’assumer la charge de notre destin national. Par sa nature même, la République est un séparatisme qui a réussi à s’emparer de l’État. Elle n’est même que ça. Et elle ne cesse de reprendre sa même entreprise qui est de séparer la France de son histoire et de ses sources de vie. Comment pourrait-elle dans ces conditions s’opposer au séparatisme islamique ? La loi prouve qu’elle a déjà renoncé. »

Précédente

Retourner vers Culturel & culture